• On ne répond pas à une telle question dans la précipitation car le sujet est trop grave pour qu'on s'en saisisse sans réflexion ce que font parfois certains sous le coup d'une humeur subite parfois mauvaise conseillère.

    A la pression que mettent sur Emmanuel MACRON les contradicteurs du projet gouvernemental de la retraite à points dite « universelle » s’ajoutent actuellement certains propos de politiques qui laisseraient, selon le président,  sous-entendre que notre démocratie deviendrait un régime autoritaire voire une dictature…

    Ma première remarque est que les mots ont un sens et qu’il faut les utiliser si possible à bon escient.

    Ma deuxième remarque est que le président Macron, dans ses dernières déclarations à des journalistes lors de son retour d’Israël,  me semble perdre un peu de son sang froid ce qui pour un chef d’état n’est pas à mon sens l’attitude la meilleure d’autant plus que justement je ne pense pas qu’il ait utilisé les mots qu’il fallait pour défendre ce qu’il juge une attaque à "notre démocratie".
    Sur ces deux remarques je vais donc revenir pour essayer de voir dans quelle direction va notre pays du point de vue de la démocratie, entaché qu’il est par les violences tant  langagières que physiques, un mal être latent dans une grande partie de la population notamment vis à vis d’une « réforme » des retraites (mais pas que) qui laisse chacun dans le doute, le brouillard ainsi que je l’ai déjà expliqué dans mes articles précédents. …( http://quaiducitoyen.eklablog.fr/retraites-macron-l-enfumage-deletere-continue-a180078352 et http://quaiducitoyen.eklablog.fr/retraites-macron-ca-pue-grave-a179849578 ou http://quaiducitoyen.eklablog.fr/retraites-macron-un-manque-de-credibilite-a178522834 )

    LA FRANCE : DÉMOCRATIE, RÉGIME AUTORITAIRE, DICTATURE ?

    (Marianne de la démocratie,  Armel Le Coz,  Attribution  (CC BY 2.0)

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Hors sol c’est le moins qu’on puisse dire quand on considère que sur une proposition de loi du groupe UDI-AGIR pour allonger à 12 jours (5 actuellement) le congé pour le décès d’un enfant mineur, la majorité LREM suit le gouvernement et vote contre.

    C’est hors sol mais c’est aussi une preuve de plus que les députés de la majorité sont des « Godillots », certains disent « députés PLAYMOBIL », le doigt sur la couture du pantalon et suivent sans état d’âme le gouvernement représenté alors par Murielle PENICAUD, ministre du travail.  

    CONGÉS POUR PARENTS EN DEUIL D’UN ENFANT : UNE MAJORITE LREM HORS SOL

    (Image par scott payne de Pixabay)

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Tout ce qu'est en train de faire Emmanuel Macron et son gouvernement est   donc bien  un passage en force destiné à faire cesser les revendications, les manifestations et les grèves. Pas sûr que ça prenne car il me semble que l'opinion publique soutient encore majoritairement le mouvement (60% constate l'institut Harris contre 62% en décembre).   Même s'il semble que les rassemblements et les grèves subissent un baisse de participation due sans doute en grande partie à la durée exceptionnelle d'un mouvement  qui coûte cher aux participants, il n'y a pas eu la cessation espérée et calculée par le gouvernement avec les fêtes et il y a des éléments nouveaux qui montrent une diversification de la participation à d'autres professions ou catégories professionnelles. Le fait que les syndicats "réformateurs" aient rejoint la négociation n'a pas eu l'impact espéré par le pouvoir... qui continue sa tactique du passage en force.

    Je constate également, à voir les médias le montrer,  qu'une certaine grogne s'installe de manière non organisée (occupation des locaux de la CFDT, manifestation devant un théâtre où était Emmanuel Macron, slogans anti macron dans les dernières manifestations...). Il n'est pas à espérer que la violence se développe mais c'est le résultat semble-t-il d'une exaspération de nombre de citoyens qui ne se sentent pas écoutés voire méprisés par le pouvoir. Et ici ce ne sont pas les syndicats qui sont à la manœuvre mais bien  certaines   formes de réactions spontanées à l'image de ce qui s'est, un moment, produit dans le mouvement des Gilets Jaunes qui sont d'ailleurs toujours présents. Emmanuel Macron et le gouvernement ont pris ce risque et la responsabilité d'une montée des rancœurs sourdes qui s'expriment...Cela me semble grave.

    RETRAITES MACRON :  LE PASSAGE EN FORCE "D'UNE LOI  À TROUS" ... 2 sur 2

    (Image par Wendy Corniquet de Pixabay)

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • L’AGE PIVOT est abandonné, tout au moins provisoirement, comme l’a indiqué le premier ministre dans sa lettre  aux partenaires sociaux, passons donc à l’AGE D’EQUILIBRE…qui concernera les futurs retraités nés à partir de 1975. C’est une autre manière de nommer « l’âge pivot » car il aura le même effet.  On l’appelle encore « âge du taux plein ». Il servira en effet  à modifier l'âge de départ à la retraite dit « à taux plein » grâce à « des mécanismes automatiques » pour permettre de limiter le déficit du futur système en repoussant l’âge d’équilibre   à chaque fois que l'espérance de vie progressera…  

    Une nouvelle arnaque se prépare donc avec son lot d’injustices selon qu’on soit cadre ou ouvrier , les espérances de vie n’étant pas les mêmes pour tous alors que l'âge pivot est théoriquement le même pour tous … J’y reviendrai dans le détail pour en montrer les perversités pour les futurs retraités tant au niveau de l’âge de départ que du montant de leur pension qui sera soumis à ce fameux plafond des ressources nationales que seront les 14% du PIB qui lui ne bougera pas, inscrit qu'il sera dans la loi, alors que le nombre de retraités augmentera.
    Tout cela les syndicats dits « réformistes » le savent très bien mais n’en parlent pas.

    Cherchez l’erreur…

    ALERTE: VOTER EN MARCHE C'EST LÉSER LES RETRAITÉS...

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Après le soi-disant retrait de l’AGE PIVOT, annoncé par écrit par le premier ministre,  ce samedi 11 janvier 2020, il convient d’éclaircir ce qui est un nouvel enfumage ou plutôt la suite logique pour le gouvernement de ce qui était préparé depuis que le pouvoir avait fait de cet âge la condition indispensable, selon lui, pour que les comptes de la caisse de retraite retrouve l’équilibre en 2027. On peut aisément en démontrer que ce n’est qu’un prétexte (http://quaiducitoyen.eklablog.fr/retraites-macron-l-entourloupe-de-l-age-pivot-a-64-ans-2-sur-3-a178342292).

    RETRAITES MACRON:  L’ENTOURLOUPE DE L’AGE PIVOT A 64 ANS -  2 sur 3

    (Image par Stefan Keller de Pixabay)

    Lire la suite...


    votre commentaire