• Education

    EducationL'éducation est un axe majeur des préoccupations que nous devons avoir pour l'avenir, surtout celui de nos enfants et petits enfants. C'est sans doute banal de le dire mais on constate souvent que cette éducation est mise à mal et que certains de nos gouvernants n'en font pas toujour une priorité.

    On sait de quelle manière, par exemple,  le précédent président de la république et son gouvernement ont agi pour mettre a mal l'éducation nationale. 

    On sait aussi que depuis de nombreuses années , l'éducation populaire a été attaquée voire laminée au profit entre autres de la consommation d'activités et parce que certains élus - pas tous-  ont estimé que maintenir des structures d'éducation populaire n'était pas rentable...ou que cela permettait de former peut-être trop de citoyens responsables et éclairés capables de réagir.

    On y reviendra sans doute souvent, au gré des pages de ce blog, puisqu'  ayant été  instituteur, professeur des écoles, directeur d'école,élu politique, responsable élu départemental de fédération de parents d'élèves mais  étant toujours animateur, président d'association d'éducation populaire, militant syndicaliste, père et grand-père, autodidacte, j'ai quelques modestes prétentions de penser   que sur le thème de l'éducation pris dans tous les sens du terme, j'ai encore beaucoup de chose  à apprendre, à dire  et à suivre...à surveiller pour agir et résister: Il ne suffit pas en effet de seulement s'indigner même si ce n'est déjà pas si mal.  

  • Comme je le disais dans mon précédent article, il faut en ce mois de septembre, recommencer à en découdre avec face au train de mesures qui sont en préparation ou en cours si on ne s’en tient qu’à celles qui visent l’Ecole de manière bien souvent inepte, n’en déplaise à monsieur Jean-Michel Blanquer, nouveau ministre de l’éducation nationale. Il ne s’agit pas ici d’être CONTRE de manière systématique mais bien « de mettre de la clarté face aux bobards qu’on nous assène ou qu’on nous prépare et à la sape progressive des piliers de notre système social. »

    Et il y a de la matière en cette rentrée qui se fait en "Marche arrière".

     LE QUINQUENNAT COMMENCE MAL POUR L'ÉCOLE...

    (auteur Clker-Free-Vector-Images, CC0 domaine public)

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Je ne pensais pas reprendre si rapidement  mes articles sur la politique éducative de la France...

    Mais l'actualité oblige et c'est pourtant juste avant que notre nouveau Président soit installé dans ses fonctions...

    De l’examen des propositions du programme d’Emmanuel Macron avant le premier tour des présidentielles je faisais la part des choses entre ce que j’estimais positif et négatif pour l’École et je concluais en disant :

    « Ce programme pour l’école n’est pas le reflet d’un vrai projet cohérent pour l’école pour laquelle aucun moyen supplémentaire véritable n’est attribué si ce n’est à la marge. Il me fait l’effet d’une accumulation de mesurettes qui ne pourront pas améliorer sensiblement la prise en charge des élèves pour une meilleure réussite de chacun. »

    Les premières décisions qui viennent d’être annoncées pour la prochaine rentrée scolaire confirme cette conclusion et montre que le nouveau Président, dans sa course à vouloir montrer qu’il agit, ne tient pas compte du terrain, des enfants, des parents, des enseignants et des collectivités locales et du travail qui y est menée.

    LES ELEVES ET LES ENSEIGNANTS NE SONT PAS DES PIONS

     

     

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Je poursuis donc et je rattrape mes quelques observations quant aux propos de madame la ministre de l’éducation nationale annonçant les «  Journées de la refondation de l’École » en mai 2016, un an avant les nouvelles élections présidentielles. Cette précision est opportune dans la mesure où j’estime que l’état de la refondation n’est pas au niveau qu’il aurait dû être parce qu’une fois encore, durant ce quinquennat, il n’y a eu guère de volonté d’aller de l‘avant rapidement dès le début du mandat pour mettre en application les idées intéressantes du début.

    J'ai eu l'occasion de détailler de manière très précises critiques  et propositions quant à la "refondation de l'école" dans les quelques 65 articles que j'ai rédigés sur ce blog dans la rubrique "Education"  depuis 2012 pour étudier ce qui se faisait et défaisait.

    Les points que j’aborde ci-après comme la formation des enseignants, la revalorisation de la fonction des professeurs des écoles illustrent parfaitement ce retard à l’allumage des réformes qui auraient déjà dû être en application.

    Le dernier point que je citerai est celui de la concertation dont je n’ai pas la même définition sans doute que celle de madame la ministre ou de ses prédécesseurs.

    LES JOURNÉES DE LA REFONDATION DE L’ÉCOLE - 2 SUR 2

     

     

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • LES JOURNÉES DE LA REFONDATION...DE L’ÉCOLE  1 sur 2

    Elles ont été annoncées pour mai prochain par madame Najat Vallaud –Belkacem, ministre de l’éducation nationale, lors de la conférence nationale Refondation au Salon Européen de l’Éducation qui s’est tenu le 11 mars 2016. 

    Ce discours me rappelle celui du président de la république à la Sorbonne et les objectifs fixés par son ministre de l’époque Vincent PEILLON. Depuis nous en sommes à la troisième ministre de l’Education nationale sur 4 ans avec, à mon sens, une refondation qui se fait attendre et a traîné tant sur le plan de la réflexion que sur le plan de la mise en œuvre. J’ai eu l’occasion de la suivre pas à pas depuis son annonce et le moins qu’on puisse dire, c’est que, même sil y a eu quelques mesures qui allaient dans le bon sens, on est bien loin, au bout de quatre années, des discours prononcés en 2012.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • La ministre de l'Éducation nationale vient d’annoncer  sa volonté de modifier le calendrier scolaire des prochaines années.

    Le prétexte de cette modification tient, selon elle, à la réforme territoriale, les embouteillage de vacances, ... La rentrée scolaire serait fixée le 1er septembre ...
    Se sont empressés de réagir les représentants de station de ski qui ont le soucis de ne pas perdre d’argent... A les écouter, il faudrait fixer les vacances scolaires en fonction des intérêts des vacances de ski pour ne pas perdre 3% de chiffre d’affaires ce qui veut dire en gros que les intérêts économiques devraient primer sur l’intérêt de l’élève. Je rappelle que les vacances d’hiver concernent 8% de la population.

    VACANCES SCOLAIRES : LE RETOUR

     Station de ski de Goulier Neige au cœur des Pyrénées ariégeoises, vallée de Vicdessos. AuteurFpasian- Travail  CC BY-SA 3.0)

    Lire la suite...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique