• Education

    EducationL'éducation est un axe majeur des préoccupations que nous devons avoir pour l'avenir, surtout celui de nos enfants et petits enfants. C'est sans doute banal de le dire mais on constate souvent que cette éducation est mise à mal et que certains de nos gouvernants n'en font pas toujour une priorité.

    On sait de quelle manière, par exemple,  le précédent président de la république et son gouvernement ont agi pour mettre a mal l'éducation nationale. 

    On sait aussi que depuis de nombreuses années , l'éducation populaire a été attaquée voire laminée au profit entre autres de la consommation d'activités et parce que certains élus - pas tous-  ont estimé que maintenir des structures d'éducation populaire n'était pas rentable...ou que cela permettait de former peut-être trop de citoyens responsables et éclairés capables de réagir.

    On y reviendra sans doute souvent, au gré des pages de ce blog, puisqu'  ayant été  instituteur, professeur des écoles, directeur d'école,élu politique, responsable élu départemental de fédération de parents d'élèves mais  étant toujours animateur, président d'association d'éducation populaire, militant syndicaliste, père et grand-père, autodidacte, j'ai quelques modestes prétentions de penser   que sur le thème de l'éducation pris dans tous les sens du terme, j'ai encore beaucoup de chose  à apprendre, à dire  et à suivre...à surveiller pour agir et résister: Il ne suffit pas en effet de seulement s'indigner même si ce n'est déjà pas si mal.  

  • Dans les pages précédentes, je me posais la question de la coïncidence entre les propos du ministre de l’éducation nationale et la consultation de Provins sur le port de l’uniforme à l’école.

    Il me semble que le ministre succombe lui aussi au fantasme des soi-disant vertus de l’uniforme...

    L’UNIFORME À L’ÉCOLE : FANTASME DES POLITICIENS HORS SOL 2 sur 2

    (Auteur Pixel1, CC0 domaine public)

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • J'en ai effectivement assez qu'on nous (les gens) prenne  pour des gogos avec des débats inutiles qui reviennent périodiquement sous le couvert de consultations qui se disent démocratiques mais qui en réalité sont les instruments pour masquer des intentions électoralistes ou pour avoir une raison de faire connaître qu'on existe et qu'on se préoccupe des ses électeurs.

    L’UNIFORME À L’ÉCOLE:  FANTASME DE POLITICIENS HORS SOL - 1 sur 2

    (Exemples d'uniformes d'un lycée japonais : de gauche à droite, un sailor fuku, un gakuran et un uniforme féminin « occidentalisé ». Téleversé par CyberCobra, 2juin 2006, Domaine public) 

    La dernière mise en application du « RETOUR VERS UN PASSÉ QUI N’A PAS EXISTÉ » à "PROVINS"en est un exemple : l'uniforme dans les écoles à la prochaine rentrée, après une « consultation » des parents par un maire dont on se demande si cela est bien de sa responsabilité que de se préoccuper de faire la PROMOTION du PORT DE l'UNIFORME À L'ÉCOLE qui n'a quasi jamais existé en France si ce n'est peut-être dans celles dites « de prestige » ou dans certaines écoles privées.

    Le mythe de l'autorité et de la soi disant égalité sociale par l'uniforme... défendu par le maire et ...le ministre de l’éducation nationale.

    Lamentable!

    Voyons les faits.

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Dans un de ses interviews de la semaine dernière, Emmanuel MACRON parlait en ces termes de l’UNIVERSITÉ et de l’occupation de certaines FACS par les étudiants contre la loi pour l’orientation et la réussite des étudiants (ORE)*:

    « J’entends les colères »..« Ce que je constate, c'est que dans toutes les universités aujourd'hui où il y a des amphis paralysés, des violences parfois au demeurant inadmissibles, les étudiants sont bien souvent minoritaires, ce sont des groupes qui ne sont pas des groupes étudiants qui viennent et ce sont ceux dont j'ai dit qu'ils étaient des professionnels du désordre »

    Emmanuel Macron a fait un parallèle avec Notre-Dames-des-Landes en évoquant des « professionnels du désordre »qu’il classe donc comme sans doute cette dernière dans la catégorie illégitime.

    En affirmant que les « étudiants sont bien souvent minoritaires », soit il ment sciemment pour tromper l’opinion soit il n’est pas au courant des faits.

    EMMANUEL MACRON : LOI ORE DE LA SELECTION

    (affiche mai 68 toujours d'actualité)

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Comme je le disais dans mon précédent article, il faut en ce mois de septembre, recommencer à en découdre avec face au train de mesures qui sont en préparation ou en cours si on ne s’en tient qu’à celles qui visent l’Ecole de manière bien souvent inepte, n’en déplaise à monsieur Jean-Michel Blanquer, nouveau ministre de l’éducation nationale. Il ne s’agit pas ici d’être CONTRE de manière systématique mais bien « de mettre de la clarté face aux bobards qu’on nous assène ou qu’on nous prépare et à la sape progressive des piliers de notre système social. »

    Et il y a de la matière en cette rentrée qui se fait en "Marche arrière".

     LE QUINQUENNAT COMMENCE MAL POUR L'ÉCOLE...

    (auteur Clker-Free-Vector-Images, CC0 domaine public)

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Je ne pensais pas reprendre si rapidement  mes articles sur la politique éducative de la France...

    Mais l'actualité oblige et c'est pourtant juste avant que notre nouveau Président soit installé dans ses fonctions...

    De l’examen des propositions du programme d’Emmanuel Macron avant le premier tour des présidentielles je faisais la part des choses entre ce que j’estimais positif et négatif pour l’École et je concluais en disant :

    « Ce programme pour l’école n’est pas le reflet d’un vrai projet cohérent pour l’école pour laquelle aucun moyen supplémentaire véritable n’est attribué si ce n’est à la marge. Il me fait l’effet d’une accumulation de mesurettes qui ne pourront pas améliorer sensiblement la prise en charge des élèves pour une meilleure réussite de chacun. »

    Les premières décisions qui viennent d’être annoncées pour la prochaine rentrée scolaire confirme cette conclusion et montre que le nouveau Président, dans sa course à vouloir montrer qu’il agit, ne tient pas compte du terrain, des enfants, des parents, des enseignants et des collectivités locales et du travail qui y est menée.

    LES ELEVES ET LES ENSEIGNANTS NE SONT PAS DES PIONS

     

     

     

    Lire la suite...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique