• Pour changer de sujet-  mais je ne vais pas prétendre faire le tour des interviews que, comme je l'ai dit au début de ces propos, je n'ai vu qu'en partie - il convient quand même d'aborder les points qu'Emmanuel MACRON range dans la catégorie des revendications qui n'ont pas lieu d'être car injustifiées, dit-il, comme le blocage des Universités. Dans un autre domaine, les licenciements dans certaines entreprises qu'il range dans la catégorie "ce n'est pas mon problème". Je ne parle pas de la SNCF puisque de toute façon il n'y a pas à discuter, la réforme se fera... Et puis il y a ce qui est à son sens une bonne idée: la journée de travail supplémentaire de solidarité non rémunérée...

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • C’est peut-être dans l’attitude du président pour ceux qui ne l’avaient pas encore senti que celui-ci s’est encore plus découvert : sûr le de lui, à la limite de l’arrogance, piqué au vif il réagit de manière un tantinet irrité. Il a confirmé l’image qu’on avait pu avoir partiellement de lui quand il s’adressait à d’aucuns dans ses déplacements : difficulté à supporter la contradiction ce qui le rend nerveux et irritable et lui fait perdre de son sang froid jusqu’à devenir agressif et répondant par des détours voire des approximations ou des mensonges.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Pour faire suite aux deux interviews télévisées d’Emmanuel MACRON de la semaine dernière  , la première en direct à 13 h d’une école rurale sur TF1/LC au « micro » de Jean-Pierre PERNAUT , la seconde ce dimanche sur BFM face à Edwy PLENEL de Médiapart et  Jean Jacques BOURDIN de RMC, la première chose qui me vient à l’esprit est que si la manière d’interviewer le Président de la république a été différente, rien de bien nouveau n’a été découvert sur le fond de la politique d’Emmanuel MACRON entre les deux interviews .

    Pour être franc, je n’ai pas regardé dans leur intégralité les deux prestations de communication parce que je n’avais pas envie de passer des heures à écouter la parole présidentielle qui m’importe moins que ses actes qui sont les réalités de sa politique. Ce que j’en ai saisi me suffit pour en tirer mes propres conclusions.

    INTERVIEWS TÉLÉVISÉES DU PRÉSIDENT MACRON - 1 sur 2

    (auteur misode43, CC0 domaine public)

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Quand un gouvernement fait une annonce, le citoyen vigilant se doit de s’informer en allant au delà de l’effet d’annonce qui cache souvent des incidences discrètes que le dit pouvoir ne veut pas dévoiler.

    Sous la présente législature d’Emmanuel MACRON, on peut citer nombre d’annonces ou de réformes pouvant apparaître tout à fait dignes d’intérêt si on se laisse abuser par les côtés qu’on fait apparaître positifs mais qui, si on n’est pas informé ou que cela flatte notre égoïsme, cachent d’autres côtés qu’on n’aperçoit pas de suite et qui peuvent se révéler plus négatifs que l’aspect trompeur qu’on leur a donné.

    Cela s’appelle aussi de la mystification ou de l’imposture voire de la supercherie du fait des non dits de ceux qui les mettent en œuvre ou plus simplement de la "poudre aux yeux".

    LES NON DITS D’EMMANUEL MACRON

     

    (d'après original Jacobus Buys - Scene du Tartuffe de Molière- Domaine public)

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Dans le dernier écrit que je commettais sur le présent blog, je disais à propos de l’attitude du président de la République : « Le président Macron poursuit son « œuvre », considérant déjà que pour la SNCF c’est « plié »... Enfin,  c'est tout au moins ce qu'il veut faire croire du haut de son Olympe. » « Le chef de l’État visite le 5 avril,  à grand renfort de communication, un service hospitalier et un centre pour autistes à ROUEN, pour montrer qu’il continue son travail de président sans se préoccuper des agitations extérieures. »

    En quelque sorte, alors que la Commémoration de mai 68 commence à prendre une certaine vigueur autour de lui, Emmanuel Macron poursuit son chemin de ce qu’il croit être celui d’un président de la république, laissant à son gouvernement et ses ministres le soin de traiter les « problèmes » en cours :

    Grève à la SNCF qui prend du corps, grève chez les avocats, grève chez les juges d’instance, grève chez Air France, grève chez Carrefour, mouvements dans les hôpitaux, blocages de facultés, tensions chez les retraités, Notre Dame des Landes...

    LES ACCOMMODEMENTS DE MACRON AVEC LA LAÏCITÉ

    Lire la suite...


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires