• Il est bon de replacer dans le temps et son contexte la théorie gouvernementale des rythmes dits « scolaires » dont on essaye de généraliser l’application dans les écoles primaires.

    Car ceci explique en partie cela.

    Ceci c’est la situation d’organisation de la semaine scolaire, celle de 4 jours, laissée par le gouvernement FILLON et les ministres Xavier DARCOS et Luc CHATEL .

    Cela c’est le résultat de l’exercice d’équilibriste inexpérimenté de Vincent PEILLON et de ses successeurs pour essayer de mettre en place une semaine scolaire qui, sur fond électoraliste, n’apporte que peu de positif pour les élèves en classe et dans l’organisation de leur temps de vie si ce n’est souvent de la fatigue en plus, parfois des journées longues, des ruptures de week-end néfastes, des problèmes difficiles à surmonter pour des collectivités locales pour mettre en place des activités péri-scolaires de plus ou moins bonne qualité.

    LA REFORME DES RYTHMES : RETOUR SUR UN PASSE RECENT  -1-

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • (Dessin noir et blanc d'un homme se grattant la tête, domaine public)

     RENTREE SCOLAIRE: Confusion, discrimination,disparités, échec et continuité...Ce sont, hélas, les seuls mots que j’ai pu trouver pour qualifier  le thème majeur de la rentrée scolaire, repris par tous les médias et qui est « la réforme des rythmes scolaires ».

    Cela ne doit pas faire oublier le reste en positif ou en négatif à savoir les conditions matérielles de la rentrée dans les classes pour accueillir les élèves quel que soit le degré d’enseignement , les places d’accueil en maternelle, les moyens des RASED, la mise en place de la formation initiale des enseignants notamment du premier degré, ...

    J’y reviendrai.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • HUMEURS...EDUCATIVES de JUIN 2014Les humeurs sont toujours éducatives. Elles permettent de faire le point sur  mes "coups de sang" ou ce qui dans l’actualité m' interpelle. Notamment les rumeurs...

    Cette semaine, j’en ai déjà parlé et je n’y reviens que pour mémoire, c’était l’annonce d’une conférence nationale sur l’évaluation.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Pour ma part,  j’ai évalué la mise en place des rythmes scolaires par Vincent PEILLON et Benoit HAMON. Si j’avais dû mettre  une « note finale » traditionnelle, elle aurait été très en dessous de la moyenne...et je suis gentil. J'ai préféré donner mes appréciations argumentées et des propositions.

    Ceci dit pour introduire un sujet qui revient fréquemment sans qu’il soit vraiment bien développé ou aboutisse vraiment pour donner satisfaction.

    Monsieur Hamon veut donc faire une conférence pour réformer  l’évaluation scolaire. Il  veut que celle-ci soit stimulante et ne décourage pas. 

    C’est un bon objectif et en effet très nécessaire. Mais il faut  aller plus loin: cette évaluation doit faire partie d'un tout de pratiques pédagogiques adaptés pour apprendre . Il affirme aussi qu’ « Il n’y aura pas de tabou dans cette conférence». C’est aussi une bonne résolution.

    On me permettra, néanmoins, d’être vigilant quand on parle de « tabou ». Il semble bien que pour monsieur Peillon et Hamon il y a eu des tabous et par exemple celui de proscrire le « samedi » comme matinée travaillée obligatoire malgré toutes les recommandations des acteurs compétents du terrain et en se basant sur des sondages plutôt que sur l’intérêt des enfants.  

    LA CONFERENCE SUR L’EVALUATION DE BENOIT HAMON

    (Œuvre du « serpent de mer » par l’artiste Huang Yong Ping à Saint-Brevin-les-Pins (Loire-Atlantique, France), Auteur Patrick Patte 08 2012, copyright sans droit de reproduction)

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • NON, MONSIEUR HAMON, LE DEBAT SUR LES RYTHMES N’EST PAS CLOS...(auteur Greudin, domaine public)

    Avec sa lettre aux parents d’élèves, monsieur Benoît Hamon ne doit pas croire qu’il a clos  le débat sur la mise en application des rythmes scolaires dans les écoles de France pour la rentrée 2014.

    Ce n’est pas son courrier aux parents qui masquera l’indigence d’un décret qui est en train de continuer de mettre en péril la refondation de l’école. Succédant à son collègue Vincent PEILLON,  il aurait pu en profiter pour rectifier les erreurs faites et ainsi  réécrire le décret après une mise à plat de la situation et en prenant le temps de le faire en mettant en place un nouveau calendrier.

    Il a préféré "bricoler" en apportant quelques aménagements mineurs tout en maintenant l’essentiel du calendrier de mise en place de son prédécesseur et sans rien changer sur le fond aux inepties contenues dans le décret. (Voir, sur ce blog, mes écrits précédents)

    Lire la suite...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique