• Pour faire suite à mon article précédent à propos des agitations qui secouent actuellement les professeurs des classes préparatoires, un certain nombre de questions sont à mettre à l'ordre du jour.  Ces classes sont -elles nécessaires ? C’est une première question que l’on peut légitimement se poser quand on voit ce qu’elles coûtent, les enchevêtrements de réseaux parallèles de préparation, les conflits entre les grandes écoles et les universités... j’en passe. La complexité de la situation montre bien que notre système éducatif est constitué de couches qu’on a superposées au gré des décennies sans réelle réflexion d’ensemble y compris économique.

    LES CLASSES PREPARATOIRES SONT-ELLES NECESSAIRES ?

    (Schéma synthétisant les différentes filières offertes en classes préparatoires scientifiques et les liens entre elles. auteur Valentin Lorentz, 28 mars 2013, licence Creative Commons CC0 don universel au domaine public.)

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Les professeurs des classes préparatoires se lancent dans une action pour la conservation de leurs horaires, statut, émoluments... suite à l’annonce du ministre de l’éducation nationale de remettre en cause le nombre d’heures de cours de ces personnels.

    Je ne me prononcerai pas sur le bien fondé ou non des raisons qui font « bouger »  ces personnels  et amènent à ce nouveau conflit qui commence car cela demande une étude sereine et approfondie du sujet et pour cause...

    On a affaire là à un phénomène de défense catégorielle comme on en a toujours connu.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Vincent PEILLON: deux annonces fondamentalesLe ministre de l’éducation nationale a fait nombre d’annonces  ces derniers jours. Je ne reviendrai pas sur ses déclarations concernant l’enquête PISA qui, selon lui, doit renforcer la mobilisation pour la refondation de l’école. C’est une évidence qu’il faut d'urgence travailler à trouver les moyens d’améliorer les résultats de nos élèves notamment ceux qui ont des difficultés. Ce n'est pas nouveau. Mais une mobilisation ne se décrète pas.  Elle se met en place à partir de la confiance, d’actes motivants ce que pour le moment monsieur Peillon, ministre n’a pas généré dans les faits.  Dommage! J’ai dit dans mon précédent article ce que j’en pensais et quelle direction il fallait, selon moi, prendre.

    Quant aux ex-ministres de l’éducation nationale des gouvernements précédents, il serait bon qu’ils se fassent très humbles dans leurs déclarations car l’état actuel de notre système éducatif est le résultat de leurs politiques obsolètes au rabais ou complètement inadaptés.  Je n’y reviens pas, m’étant déjà exprimé et avoir argumenté sur le sujet. Un peu de discrétion de leur part serait la bienvenue.

    J'ai examiné, aujourd’hui, deux annonces de Vincent PEILLON qui me semblent dignes d’intérêt et qui, si elles sont suivies d’une bonne prise en charge, devraient faire avancer  la refondation de l’Ecole: la réforme du statut des enseignants, le harcèlement à l'école.

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Vincent Peillon, Ministre du périscolaire communal?La réforme des rythmes dits « scolaires » enclenchée par le gouvernement a été mal pensée et a été déviée dans ses fondements principaux par une faiblesse de décisions laissant ceux concernés en premier chef - les élèves, les parents et les enseignants- sur le côté. Volontairement ou non,  le ministre a laissé mener un aménagement du temps par les seules collectivités locales à qui il a été délégué le pouvoir de décision sans aucun contrôle véritable. On peut parler d’un échec de cette réforme dans la mesure où rien ne changera dans les classes au niveau des pratiques, au niveau de la prise en charge des enfants et notamment ceux en difficulté. Les réductions horaires journalières ont souvent fait place à des aberrations dont celle du samedi non travaillé. 

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Jean-François COPE et "les rythmes dits scolaires"Ou les grandes manœuvres électorales pour 2014…

    Ou l’art de nous prendre pour des cons sans mémoire...

    Jean-François COPE, patron de l'UMP, vient de déclarer que la réforme des " rythmes scolaires" est intenable financièrement pour les communes. C'est un point de vue qu'il a d'ailleurs exprimé auprès du ministre de l'éducation nationale, Vincent Peillon.

     

    Lire la suite...


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique