• RYTHMES "SCOLAIRES": DES PISTES POUR AVANCER -3 –

    Je reviens donc sur les points abordés succinctement dans mon dernier article pour essayer de voir comment relancer une dynamique constructive qui tienne compte à la fois des situations actuelles des écoles dont certaines sont enlisées dans l’ornière créée par le décret PEILLON et dont il faudra bien sortir et du soucis d’avancer pour sortir de l’obsession des « rythmes scolaires » et en revenir à une vraie réforme de notre système éducatif dans l’intérêt des enfants et des jeunes en lien avec leur vie de tous les jours.

    Sinon, la Refondation sera bancale et nous aurons raté l’occasion de préparer l’avenir pour donner à nos enfants et petits enfants les meilleures chances de réussite.

    RYTHMES "SCOLAIRES": DES PISTES POUR AVANCER  -3 –

    L’ABROGATION DU DECRET PEILLON HAMON POUR LA PROCHAINE RENTREE SCOLAIRE

    J’ai dit que ce serait un signal fort pour lancer une nouvelle dynamique de la Refondation.

    Dans le même temps, il faut donc immédiatement REDIGER et PUBLIER UN NOUVEAU DECRET à activer  à la rentrée scolaire prochaine et PERMETTRE UNE TRANSITION et le temps nécessaire pour notamment

    • Mettre en place de manière massive l’information des parents premiers éducateurs des enfants
    • Entrer ensuite dans la construction de vrais projets porteurs de progrès pour les enfants et les jeunes tant au niveau scolaire qu’au niveau de leurs autres moments de vie.
    • Rassembler sur le terrain pour construire ces projets tous les acteurs nécessaires
    • Accélérer la mise en place des moyens incontournables et connus des conditions de prise en charge adaptées des enfants et de jeunes que ce soit à l’école ou hors de l’école
    • Infléchir les mesures nécessaires pour que cela change dans les classes (à tous les degrés d’enseignement d’ailleurs)
    • Revaloriser en priorité matériellement la fonction de professeurs des écoles qui ne sont même pas au niveau salarial de ceux du second degré et redéfinir le service horaire, les missions...

    ...

    Le plus important est de redémarrer sur des bases saines avec des objectifs clairs qui puissent motiver les personnels, les parents et les responsables des collectivités locales et surtout au delà de tout clientélisme ou électoralisme qui ont en grande partie présidé à la rédaction du décret Peillon.

    Ce nouveau décret peut être écrit  avant la fin décembre 2014 pour que les écoles et les partenaires s’en saisissent. 

    RYTHMES "SCOLAIRES": DES PISTES POUR AVANCER  -3 –

    LE CONTENU D’UN NOUVEAU DECRET

    Je ne veux pas prétendre en rédiger le contenu, n’étant ni ministre ni énarque (Lol ou Mdr!), mais il me semble que les quelques points suivants devraient y être contenus.

    L’important est qu’il ne doit plus être un carcan pour les écoles et les équipes pédagogiques mais doit au contraire libérer et contenir des directives claires et les étapes nécessaires pour avancer ainsi qu’un calendrier qui tienne compte des diverses situations actuelles.

    Il doit traiter de l’école ET des autres moments de vie de l’enfant et du jeune.

    Il doit réaffirmer tout de suite que l’Ecole ne peut pas tout pour réduire les inégalités d’éducation ce qui doit être l’œuvre cohérente donc concertée de tous les partenaires.

    Il doit donc contenir la réaffirmation des responsabilités des acteurs de l’éducation de l’enfant et du jeune et les préciser.

    C’est incontournable et à faire immédiatement.

    Il faut en effet d’abord remettre à chacun sa part de responsabilité dans la prise en charge des enfants et faire cesser notamment pour les parents cet état d’esprit qui fait qu’on peut déléguer à l’école, au centre aéré ou à toute autre structure sa responsabilité éducative.

    C’est la coéducation qui doit exister et non l’éducation déléguée.

    Le décret doit faire cesser l’erreur qui fait qu’un partenaire peut décider pour les autres comme cela a été fait pour les collectivités locales avec le décret Peillon.

    Il doit affirmer ce que doit être le partenariat locaqui sera fondamental et obligatoire pour la concertation et l’élaboration des projets.

    A mon sens, le partenariat doit se définir comme une association active de différents intervenants qui, tout en ayant leur autonomie d'action, acceptent de mettre en commun leurs efforts en vue de réaliser des objectifs concertés. Dans ce cadre,  ils doivent y avoir un intérêt, une responsabilité, une motivation mais aussi des obligations comprises et acceptées qui les engagent conjointement.

    Ce n'est pas le plus facile à obtenir. Une piste existe pour fédérer : c’est est celle du CONSEIL D’ECOLE*. C’est le seul lieu où pourraient se concerter , se décider et se proposer des projets qui auront vraiment été élaborés par la communauté éducative. C’est à cette dernière que pourrait être redonnée la  décision de proposition que le décret a fait confisquer au profit des seules collectivités locales. Il ne peut y avoir plusieurs décisions qui pourraient être divergentes mais un consensus.

    RYTHMES "SCOLAIRES": DES PISTES POUR AVANCER  -3 –

    (source Pixabay, auteur OpenClips, domaine public)

    Les financements doivent être prévus et annoncés

    - d’une part pour améliorer les conditions d’accueil dans les classes (moyens du ministère de l'Education nationale entre autres)

    - d’autre part pour clarifier ce qui est du devoir et du rôle de la collectivité locale d’assumer et ce qui est de la compétence de l’Etat.

    Il ne doit pas y avoir de problème en ce qui concerne le mercredi libéré puisque c’était la situation antérieure avant le décret Peillon et ce, depuis de très nombreuses années. Chacun avait pris ses responsabilités : les communes et les parents.

    Les fonds créés pour la mise en place des Temps d'activités périscolaires  doivent être pérennisés sur les trois années qui viennent mais en fonction du sérieux des projets élaborés selon les directives du nouveau décret. 

    Le décret doit donc comporter un calendrier d’échéances souples permettant de tenir compte des situations créées par le décret Peillon et laisser le temps de revoir les organisations en cours.

    Ce calendrier pourrait être par exemple :  

    - de la parution du décret à fin juin 2015 : Une campagne d’information de grande ampleur sur le sujet des rythmes et qui vise à mettre à niveau les connaissances de chacun, parents, élus et enseignants pour permettre un vrai débat au lieu du stérile questionnaire sur le choix du mercredi et du samedi qui ne doit même pas se poser. 

    - dès le mois de janvier 2015 , amorcer dans les écoles une remise en place d’une organisation provisoire incluant le samedi travaillé et le mercredi dérogatoire dans le cadre d’une semaine ouverte de cinq jours tout en essayant de parfaire les contenus .

    - à partir de l’année scolaire suivante, laisser le temps aux acteurs du terrain, informés, de se concerter réellement pour bâtir des projets dans le cadre d’un décret réaménagé et donnant des directives en fonction des conclusions qui auront été faites suite à de nouveaux programmes cohérents allant de la maternelle au lycée et qui permettront de déterminer les volumes d’heures annuels durant lesquels les enfants et les jeunes doivent être scolarisés. 

    Cela peut paraître long mais c'est très court vu l'ampleur de la tâche et ce ne sont que les prémisses servant à retrouver les bases saines d'une Refondation qui mettra du temps pour se concrétiser et produire de plus en plus d'effets positifs au long des années. Ce n'est pas la même démarche q'un décret qui veut tout boucler à la va vite parce que politiquement on veut produire des effets tout de suite. 

    C’est dans ce cadre que le décret pourra définir ce que doivent être les rythmes des enfants et des jeunes tant au niveau du temps hebdomadaire à consacrer à l’école qu'au niveau des périodes de repos trimestriels et annuels. Ils se doivent d’être étudiées non pas en fonction des lobbies du tourisme mais en fonction des besoins des premiers intéressés : les écoliers, collégiens et lycéens.

    J’y reviendrai dans le détail.

    INFORMER ET CREER PARTOUT UNE DYNAMIQUE DE PROJETS

    RYTHMES "SCOLAIRES": DES PISTES POUR AVANCER  -3 –

    Il faut donc rappeler que le projet initial était bien de refonder l’école et les objectifs initiaux étaient tout à fait crédibles et dignes de se mobiliser pour les mettre en oeuvre.

    Je disais qu’il fallait relancer la dynamique qui est le seul moyen d’avancer et ne pas continuer de s’enliser dans une fausse réforme qui n’apportera aucun fruit majeur de progrès pour les enfants notamment dans leur scolarité et sur le plan de leurs équilibres de vie.

    Pour l’instant, il est sûr que la rentrée s’étant faite sur les bases actuelles, il reste à laisser courir l’année scolaire telle qu’elle a été mise en place mais il faut absolument, dès maintenant, lancer une autre voie pour éviter l’échec définitif.

    La mise en place simultané d’un nouveau décret provisoire dans l’esprit décrit plus haut, la campagne d’information notamment sur les rythmes biologiques, la refonte des programmes doit s’assortir de tout un train de mesures immédiates destinés à redonner la confiance et à mettre en place les outils de la refondation comme par exemple la formation des maîtres , la pédagogie, l’évaluation, ... mais aussi l’annonce d' actions et de mesures immédiates pour améliorer les conditions d’encadrement des élèves à l’école mais aussi la revalorisation de la fonction des enseignants du primaire dont j’ai parlé plus haut.

    Dans le même temps, la réflexion doit se poursuivre et s’amplifier sur les nécessaires articulations qu’il doit y avoir entre les préoccupations de la réussite scolaire des élèves et leur vie sociale source de difficultés nombreuses pour certains élèves et qui ne permettent pas à tous d’avoir les mêmes chances de réussir tant il vrai que l’école n’est pas là pour supporter et vaincre tous les maux de notre société.

    Sur ce chapitre , je reviens prochainement.

     

    *Conseil d’école : « Le conseil d'école est l'organe qui prend les grandes décisions dans la vie de l'école, notamment le vote du règlement intérieur de l'école et l'organisation de la semaine scolaire. »

    On trouvera la composition et les attributions du conseil d’école sur le site officiel de l’Administration française : http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F1399.xhtml

    « RYTHMES « SCOLAIRES » : DES PISTES POUR AVANCER – 2- LA REVALORISATION DES ENSEIGNANTS SELON NICOLAS SARKOZY -1- »

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter