• J'en viens donc à celles et ceux que j'appelle les inconséquents. C'est le plus grave que l’attitude  des  inconséquents majeurs qui se croient au dessus de tout et font n’importe quoi au non de leur  « liberté ».

    Comme je le disais dans un autre article: " Ce n'est pas un problème de liberté. LA LIBERTÉ N’EST PAS FAIRE CE QU’ON VEUT N’IMPORTE OU, N'IMPORTE QUAND ET N’IMPORTE COMMENT. Celle-ci s'exerce jusque la limite où cela ne nuit pas à autrui. (...). Certaines et certains ont perdu le sens de ce qu’est « la liberté » quand on vit en société. Il faut donc hélas une obligation comme le montrent les faits et les attitudes. Halte donc au relâchement et oui à un rappel à la responsabilité par une obligation et une sanction si nécessaire. C’est regrettable mais c’est, hélas  la seule solution… L’appel à la responsabilité ne suffit pas pour certains. Dommage."

    CONFINEMENT: LES INCONSÉQUENTS

    Image par Free-Photos de Pixabay

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Mon dernier billet d’humeur date de début octobre. J’y donnais mon sentiment sur ce que j’ai nommé les querelles de chapelles sur fond de frondes de certains responsables politiques municipaux qui ne se contentaient pas de critiquer - ce qui est leur droit-  les mesures sanitaires décrétées par le gouvernement  mais qui  par leur attitude d’appel à la désobéissance – ce qui n’est pas leur devoir- semaient le trouble dans l’esprit de leur concitoyens. J’exprimais mon désaccord : « Cette situation est inadmissible et ne devrait pas être dans une période où justement il faut de la cohérence et de la solidarité ».

    Les demandes d’exceptions à la règle pleuvent à tel point que, si elles étaient acceptées, de confinement « LIGHT » on passerait à plus aucun confinement  alors que la situation est grave sur le plan sanitaire.

    Un point est donc à faire entre les exceptions demandées qui peuvent se comprendre  et celles que s’attribuent  certains mettant en danger les autres, la durée du confinement et  la possibilité pour tous d’être soignés que ce soit du fait du virus ou d’une autre maladie.

    COVID 19  ET QUERELLES DE CHAPELLES  - 1 sur 2

    image Toto573 - Own work, CC BY-SA 3

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Je termine donc l’inventaire de ce qui me vient à l’esprit suite à mon agacement quant aux querelles de chapelles puériles qui ne font que montrer que l’on ne sait plus traiter dans ce pays les priorités qui se noient dans le brouillard d'une information décousue et répétitive qui abreuve la population jusqu'à la saturation. Je nomme cela des "fixettes"...

    J’avais encore quelques appréciations personnelles à délivrer sur les manières dont se propage le virus et dont la connaissance me parait justement être une priorité qui a été oubliée dans la communication gouvernementale, volontairement… ou pas.  Principe de précaution…solidarité intergénérationnelle… continuer de vivre… les sujets ne manquent pas.

    COVID 19  ET QUERELLES DE CHAPELLES  - 2 sur 2

    Image par Free-Photos de Pixabay

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • MARSEILLE contre PARIS ou inversement, fronde des élus marseillais, communications et concertations état/ collectivités locales pénibles,… la guerre des « chapelles » a eu lieu et continue même si atténuée par un retour du gouvernement à plus de diplomatie. Mais en réalité ce n’est pas éteint car tout est rendu confus par cette « guerre des chapelles » qui n’a aucun sens. Je le disais dans un de mes derniers billets : « Cette situation est inadmissible et ne devrait pas être dans une période où justement il faut de la cohérence et de la solidarité ».

    COVID 19  ET QUERELLES DE CHAPELLES  - 1 sur 2

     Image par Ben Paul de Pixabay

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • « La peur n’évite pas le danger. »  C’est ce que m’avait dit et donc appris mon père, aujourd’hui disparu.

    Pas si facile d’en faire un mode de vie car la société actuelle regorge d’occasions d’avoir peur : aujourd’hui celui du COVID et de ses incidences, demain l’avenir de nos enfants et petits enfants sur une planète qui se dégrade…les motifs d’avoir peur n’ont pas manqué, ne manquent pas  et ne manqueront jamais. Le plus difficile est justement de ne pas s’y laisser prendre à cette peur mais dire que c’est aisé est un mensonge. Quand on n’a pas de travail, qu’on ne sait pas comment on va se nourrir la semaine prochaine voire payer son loyer quand on a un « chez-soi » ce qui est le lot de pas mal de citoyens français actuellement… est-ce si facile de ne pas avoir peur ? Je ne le pense pas. On peut arriver à être désespéré.  Et c’est compréhensible.

    Ne pas avoir peur du COVID c’est avoir les moyens de l’affronter et donc être bien informé. On peut avoir des craintes plus ou moins fortes selon qu’on est plus ou moins susceptibles d’en supporter les conséquences qui peuvent être graves. 

    Lire la suite...


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique