• SANTÉ : LA CASSE DU SERVICE PUBLIC, "ÇA N'EST PAS BIEN"... - 4B sur 4

    Le prochain plan santé d’Agnés BUZIN  préconise certes des mesures mais c’est du long terme dont il faudra aussi examiner la teneur et les effets.

    C’est à la situation actuelle à laquelle il faut faire face et cela demande donc des mesures urgentes hors plan. Sans cela l’Hôpital ne saura que continuer d’accroître ses déficits et  diminuer, pour y faire face, l’encadrement des patients et la qualité des soins, les investissements indispensables pour une médecine adaptée et à la pointe.

    HOLLANDE 3 ANS: BILAN SANTE MEDECINE 2 sur 4

    (caricature faculté de médecine de Strasbourg- auteur illustrateur Carb - Domaine public)

    CE QUE DOIT FAIRE L’ÉTAT

    L’état doit donc mettre la main à la poche et ne pas se contenter de prendre des demi-mesures financières.  

    La santé est une priorité vitale. 
    D’aucuns me rétorqueront que tout est priorité.  Je réponds que, pour agir,  les priorités se classent  et qu’Emmanuel Macron et son gouvernement ont fait un mauvais classement.

    A l’évidence, malgré tous les discours et le futur plan santé d’Agnés BUZIN, rien ne pourra s’améliorer si des mesures financières de choc ne sont pas prises immédiatement.

    Le problème est qu’il faut pour cela de l’argent, de "l'argent magique" comme le dit Emmanuel Macron et il n’en a, dit-il,  plus guère. Il est coincé par ses choix politiques... et son sectarisme idéologique notamment économique et social.

    En effet, le problème me semble  être l’incapacité d’Emmanuel Macron de revenir sur nombre de ses décisions budgétaires et fiscales dans lesquelles il s’est enferré pour se retrouver lui-même pris au piège de ne  pas avoir anticipé qu’il pourrait y avoir des résistances à sa politique comme l’a été le mouvement des « Gilets jaunes », comme l’est celui des « urgences en grève » et sans doute bientôt celles qui se mettront en action comme pour la réforme des retraites… En tout cas je l'espère car c'est aussi vital pour le futur de nos concitoyens qui ne doivent pas se laisser berner par les discours opportunistes et trompeurs du pouvoir. J'y reviendrai. 

    LA CASSE A MACRON : LES AIDES SOCIALES

    DE L’ARGENT MAGIQUE ET DE SA MAUVAISE UTILISATION

    Le magicien Emmanuel  Macron a déjà en effet  grandement distribué le POGNON… MAGIQUE ou POGNON PUBLIC.  Je l'ai déjà exprimé à moult reprises:

    (http://quaiducitoyen.eklablog.fr/la-casse-a-macron-sur-fond-de-jeu-de-bonneteau-2-sur-a148888860 )

    • cadeaux aux plus riches sans retour vers l’économie
    • allégement des taxes aux entreprises sans retour notable sur l’emploi (Le CICE Hollande le montre plus que facilement) comme par exemple des créations ou des augmentations de salaires
    • baisse du pouvoir d’achat des retraités pour pallier à l’incurie des entreprises incapables de payer correctement leurs salariés
    • hausse illusoire du salaire des salariés par la suppression de cotisations
    • suppression de cotisations patronales et salariés qui obèrent les finances publiques de solidarité
    • ....

    « Le tout se fait dans le cadre d’un immense jeu de bonneteau où seuls quelques uns gagnent (les plus aisés) tout en mettant en scène une réorganisation fumeuse de la fiscalité qui est en train de ruiner la France tant sur le plan de ses comptes publics que sur le plan de la solidarité dont on détruit les ressources en supprimant les cotisations qui jusque là faisaient sa force.

    Je dis les plus aisés car pour ce qui est

    - des retraités aux revenus moyens, ils n'ont eu droit qu'à des baisses du pouvoir d'achat grâce à une ponction de CSG non compensée (et ils n'ont pas de suppression de la taxe d'habitation). Les retraités pauvres n'ont pas vu leur revenu à la hausse. Sur la CSG il ne s’agit que de l’abandon de la hausse pour les retraites des ménages dont le revenu fiscal est bas donc d’une non augmentation d’impôt et pas d’une diminution d’impôt.  Cela n’améliore en rien le pouvoir d’achat.  ( Voir aussi http://quaiducitoyen.eklablog.fr/haro-sur-les-retraites-suite-a154756642 )

     - des violences sociales,elles n'ont pas disparues et ne se sont même pas atténuées  : il y a toujours en France (ceci listé sans ordre)

            - 11 millions de chômeurs ou travailleurs pauvres et précaires dont des milliers d’ étudiants dans la galère quotidienne

    (Source Rapports de la DARES : http://dares.travail-emploi.gouv.fr/dares-etudes-et-statistiques/)

    • 9 millions de français qui vivent en dessous du seuil de pauvreté dont 1 216 000 retraités. (Seuil de pauvreté médian soit 855 euros pour une personne seule, 1283 euros pour un couple sans enfant, famille monoparentale 1 enfant 1 112 euros, ...)
    • 136 millions de repas qui ont été distribués par les banques alimentaires (Plus de 2 millions de bénéficiaires). Nombre qu’on peut presque doubler si on considère toutes les actions d’aides alimentaires.
    • entre 143 000 (dernier recensement 2012) et 200.000 SDF
    • 4 millions au moins de personnes considérées comme mal logées par la Fondation Abbé Pierre. 811 000 n’ont pas de domicile personnel, 85 000 vivent dans une habitation de fortune toute l’année.

     Quant au plan pauvreté... 0,60 euros par jour... même pas le prix d'une baguette de pain... il n'est pas à la hauteur( Mes propos sur http://quaiducitoyen.eklablog.fr/la-casse-a-macron-sur-fond-de-jeu-de-bonneteau-1-sur-a148752920 )

    Le flou règne dans l'équilibre des comptes futurs de la nation au niveau des dépenses et des rentrées.

    PARTIE DE POKER HOLLANDAIS ?

    ( auteur Louis Wain (1860-1939), domaine public) 

     « De l’argent public est dilapidé sans contrôle (notamment le CICE) depuis l’ère Hollande sans qu’il y ait de résultats tangibles et le mouvement s’accentue sous Macron puisque l’on pérennise les aides sous forme d’abandon de charges et donc de rentrées fiscales.  »

    Bref , comme je l’ai déjà dit, Emmanuel  Macron joue au  POKER sans rien avoir dans son jeu.( http://quaiducitoyen.eklablog.fr/comme-hollande-macron-joue-au-poker-avec-l-argent-public-1-sur-2-a144741706  )

    Quant au « ruissellement » ce n’est qu’une théorie fumeuse qui a montré partout son inefficacité.

    OÙ SE TROUVE ENCORE L’ARGENT MAGIQUE ?

    Il y en a, sans conteste possible, sauf qu’il ne sert pas les intérêts de 90% de la population et  les priorités qui devraient être celles de la nation et entre autres la sauvegarde de l’hôpital public.

    En 2019, 40 milliards seront versés aux entreprises au titre du « crédit d’impôt compétitivité emploi » et en allègement de cotisations. Un salarié devrait voir son pouvoir d’achat légèrement augmenter mais c'est un leurre car son salaire en fait ne progresse pas. Tout cela se paie ou se paiera d'une manière ou d'une autre dans l'immense jeu de bonneteau d'Emmanuel Macron. Car en  arrière-plan, ce sont l’ensemble des protections sociales et des services publics qui voient  leurs financements donc s’amoindrir puisque les cotisations sociales, bases de la solidarité nationale, diminuent. Les systèmes risquent de s’effondrer. Dans le même temps, le gouvernement prépare une  réforme des retraites et de l’assurance-chômage pour combler les trous qu'il a fait dans la caisse publique à force de cadeaux indus…

    Le CICE aurait permis de créer ou sauvegarder 100 000 emplois en deux ans (2014 et 2015) selon l’évaluation du comité de suivi du CICE. En 2018, le montant global reversé aux entreprises s’élève à plus de 20 milliards d’euros pour, selon l’évaluation, créer ou sauvegarder 50 000 emplois.

    Côut de l’opération :  400 000 euros par emploi et par an ! 33 000 euros par mois ! 

    Du grand n'importe quoi...qui prouve le gaspillage de l'argent public.

    Le comité de suivi constate aussi que « l’existence d’un effet significatif du CICE sur l’investissement demeure difficile à établir ». Les chercheurs du laboratoire d’évaluation des politiques publiques de Science Po concluent que le CICE n’avait aucun d’effet « sur les exportations, les investissements, ni l’emploi ». C’était pourtant un objectif important des effets attendus par le CICE. De 2013 à 2018, le CICE aura coûté plus de 99 milliards d’euros aux finances publiques. Une grande partie a donc été jeté par les fenêtres.

    Il est plus que temps d’arrêter tout cela et de revoir les vraies cibles de ce CICE. Pour 2019 c’est 40 milliards qui sont en jeu sans compter les années suivantes (20 milliards par an).

    COMME HOLLANDE, MACRON JOUE AU POKER AVEC L'ARGENT PUBLIC - 2 sur 2

    POUR CONCLURE :

    Grâce aux baisses d’impôts et aux réformes fiscales – fin de l’impôt sur la fortune, abrogation de la taxe sur les dividendes, fin de l’impôt progressif sur le capital… –, grandes fortunes, gros investisseurs et grandes entreprises ont économisé 11,8 milliards d’euros supplémentaires en 2018. 

    Oui de l’argent magique il y en a : Il suffit de bien l'utiliser. Et l’hôpital public pourrait être largement sauvé de la crise et repartir sur de bonnes bases.

    Pour 2019 : 4 milliards de l’ISF en la remettant en l’état, 2 milliards si on revient sur la taxe à 3% sur les dividendes, 2 milliards en supprimant le prélèvement forfaitaire unique (et j’en passe) …au total près de 8 milliards au moins par an qui n’ont aucune utilité  à devoir être donnés en cadeau à des français qui n’en ont pas besoin et dont il ne faut pas attendre d’effet de ruissellement notable. De tout façon, vue la situation dans la quelle le budget de l’état se trouve, ce ne sont aucunement des priorités.

    Emmanuel  Macron doit arrêter sa politique économique, fiscale et sociale inepte en cessant de gaspiller l’argent public dans des jeux  de poker et de bonneteau*  irresponsables et considérer les vraies priorités du pays et de ses habitants : santé, pauvreté, logement, développement durable, éducation, recherche…

    De l’‘argent il y en a… magique ou pas , il suffit de bien l’utiliser.

    C Q F D.

    Et ça urge… avec l‘été et les moyens supplémentaires dérisoires annoncés pour « aider »  les urgences, la marmite hospitalière risque d’exploser.

     

    SANTÉ : LA CASSE DU SERVICE PUBLIC, "ÇA N'EST PAS BIEN"... - 4B sur 4

    (Image par Melanie Feuerer de pixabay)

     

     * Jeu de bonneteau: Le jeu se fait traditionnellement avec deux cartes noires et une carte rouge. Le manipulateur tient deux cartes dans l'une de ses mains et montre où elles sont placées. Deux cartes (la carte rouge et l'une des deux cartes noires) sont tenues entre le pouce, l'index et le majeur d'une main, et la troisième dans l'autre main. La carte rouge est placée de sorte qu'elle soit logiquement déposée en premier. La troisième carte ne sert qu'à distraire l'attention

     

    « SANTÉ : LA CASSE DU SERVICE PUBLIC, "ÇA N'EST PAS BIEN"... - 4A sur 4

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter