• ELECTIONS EUROPEENNES : JE VOTE...

    ELECTIONS EUROPEENNES : JE VOTE...Ne pas voter, c’est continuer de laisser en place une Union EUROPEENNE qui fonctionne mal.

    Je ne ferai pas comme les politiques français qui disent que « C‘est la faute de l’Europe » si telle ou telle chose ne va pas dans le pays. C'est trop facile! Je dis que c’est la faute de ceux qui ont signé les traités dont les dirigeants français et que la commission de Bruxelles applique en fonction des accords réalisés.

    Si l’EUROPE fonctionne mal c’est que les traités signés sont mauvais et que les structures politiques sont si complexes que les lenteurs des décisions sont un handicap face à la mondialisation.
    La politique est, de plus, menée par une majorité libérale ce qui n’arrange rien notamment pour mettre en place une Europe sociale au service de la population.

    ELECTIONS EUROPEENNES : JE VOTE...(building de la commission européenne à Bruxelles, 2006, auteur JLoganlicence Creative Commons Paternité 3.0 (non transposée)

    Je le disais récemment : « L’EUROPE et son avenir, donc le nôtre, doit ...être une préoccupation essentielle non pas pour revenir à un nationalisme négatif et hors du temps mais plutôt pour combattre pour une Europe qui sera vraiment au service des peuples et non des intérêts financiers et des lobbies protégés par certains technocrates de Bruxelles.

    Il serait temps que l’on nous présente non pas des listes de noms sur lesquelles on retrouvera parfois quelques « personnalités » ou ministres  qui se recaseront mais bien plutôt des objectifs clairs et mobilisateurs pour une Europe au service des peuples et de notre avenir.

    La lutte pour le poste de président de la commission européenne, les décisions prises par cette commission sous la houlette du « senhor »José Manuel Durão Barroso qui termine son mandat, sont quelques points significatifs à observer pour se rendre compte du mauvais fonctionnement des institutions européennes qu’il faut absolument modifier pour plus de transparence, de démocratie, de justice sociale et pour faire de l’Europe une force capable de résister à l’ultra libéralisme anarchique et destructeur  dans le cadre d’une mondialisation qui broie l’humain et la nature.  L’incapacité des états de prendre les mesures immédiates nécessaires pour préserver l’avenir habitable de notre planète doit absolument se modifier. Une Europe nouvelle et unie peut concourir à permettre d’avancer. »

    La campagne pour les élections s’est faite sur deux semaines et n’a rien apporté de nouveau de la part des soi-disant « grands partis » si ce n’est une sorte de course au programme "poudre aux yeux" de dernière minute pour essayer d’effacer des mémoires les profondes erreurs précédentes. Aujourd’hui, Nicolas SARKOZY sort de son silence et se permet de proposer... des solutions et en appelle à une « rénovation en profondeur de l'Union Européenne ». C’est extraordinaire...de toupet quand on connait son action quand il était Chef de l'Etat !

    Ceux- dont je suis- qu'on prend pour des « cons » ont heureusement de la mémoire.

    Quand aux partis « nationalistes », rien de nouveau sous le soleil. On se demande bien pourquoi ils présentent des candidats pour siéger dans un parlement qu’ils veulent détruire.

    POURQUOI JE NE VOTERAI PAS POUR LES LISTES DE L’UMP et du PS

    Je maintiens les propos que je tenais dans un article du 5 octobre 2012 à propos du Traité budgétaire européen et intitulé « Non au futur traité budgétaire européen ».

    (http://quaiducitoyen.eklablog.fr/non-au-futur-traite-budgetaire-europeen-a57451641)

    Il faut rappeler en effet que le traité établissant une Constitution pour l'Europe a été rejeté en 2005 par 54,68 % d’électeurs en France.

    Un peu d’histoire ne fait pas de mal pour juger de la fiabilité de nos gouvernants sur le sujet.

                                                                                                    (image  Vilhelm Pedersen - domaine public) 

     

    ELECTIONS EUROPEENNES : JE VOTE...En 2008, nos élus politiques de la majorité alors au pouvoir, en l’occurrence l’UMP, ont jugé que les français  qui avaient donc dit NON le 29 mai 2005 n’avaient rien compris puisque les gouvernements européens dont le nôtre ont préparé en 2007 le Traité de Lisbonne, reprenant les principaux éléments de cette constitution.

    Sous la houlette de Nicolas Sarkozy, président de la République, on passait donc outre l’avis du peuple donné en 2005. On utilisait pour cela un motif hypocrite que ce nouveau traité n'était pas une Constitution européenne, nos « élites » politiques faisaient adopter une révision de la Constitution française, effectuée par la voie de Congrès le 4 février 2008 ce qui a permis la ratification du traité lui-même par la voie parlementaire le 8 février de la même année. Bel exemple du respect de l’avis du peuple français !

    2012 :

    Un pacte budgétaire européen, officiellement appelé traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG), est ensuite signé le 2 mars 2012 par 25 des 27 états membres de l’Union Européenne. Tout cela est bien préparé sous Nicolas SARKOZY qui n’a pas le temps de faire ratifier.

    « En gros, il s’agit d’un nouveau règlement pour éviter tout nouveau « dérapage »des comptes publics des états comme il a été constaté en Grèce.  Deux grands points dans ce traité: 

    Une première règle pour les années qui viennent : faire que le déficit structurel ne dépasse pas  0,5% par an, sauf en cas de circonstances exceptionnelles.
    Le deuxième point est de ramener la dette de chaque état à 60% de leur Produit Intérieur Brut en 20 années.

    Pour la France cela veut dire selon des experts qu’on va devoir  va devoir rembourser environ 800 milliards d’euros  soit 40 milliards par an sur 20 ans.

    Ces points étaient déjà contenus dans le traité de Masstricht. La différence est que la commission européenne pourra agir et sanctionner si cela n’est pas appliqué. C'est un traité carcan qui manque de souplesse et donc d’humanité. C'est un traité purement économique et financier qui ne se préoccupe absolument pas de ce qui manque dans les objectifs  de l’Union Européenne à savoir les incidences sur les structures sociales, l’emploi, la pauvreté … »

     Avec ce traité, c’est la commission européenne qui  mettra en place automatiquement les sanctions.  On sait ce que donnent les organismes technocratiques qui appliquent des règles sans tenir compte de l’humain et du terrain. C’est ainsi qu’a été bâtie l’Europe économique et monétaire sans penser à un Europe sociale, à une Europe au service des peuples.

    En 2012, sous la présidence cette fois de François Hollande et l'accord de l’actuelle majorité on a voulu nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Le changement dans la continuité... Dans un article que j’intitulais « Traité d’Erreurs européennes », je me suis prononcé contre la signature.

    (http://quaiducitoyen.eklablog.fr/traite-d-erreurs-europeennes-a57641463)

    ELECTIONS EUROPEENNES : JE VOTE...François Hollande a dit qu’il a renégocié le traité et qu’on pouvait donc le signer. Il a été brandi le spectre de la fin de l‘union européenne.

    Et c’est ainsi que, le 9 octobre  2012 à l’assemblée nationale, la majorité et l'opposition ont voté pour la signature du traité européen. 

    (Pour mémoire, ça peut aider à y voir clair 477 voix pour, 70 contre et 21 abstentions,  9 députés n'ont pas pris part au  vote.

    Groupe des socialistes et apparentés : 264 ont voté pour, 20 contre   et 9 se sont abstenus.

    A l'UMP, 167 députés ont voté pour, 17 contre et 6 se sont abstenus.

    Au Front de gauche : 8 contre, 1 pour, 1  abstention.  Chez Europe Ecologie les Verts : 12  contre,  3 pour, 2 abstentions. Les 12 radicaux de gauche ont voté pour)

    En réalité, François Hollande n'a pas vraiment« renégocié » ce TSCG (traité sur la stabilité, la convergence et la gouvernance). C’est le même traité que celui proposé par Nicolas Sarkozy dans les derniers mois de sa présidence. On nousa dit qu’il y avait en plus un pacte de croissance de 120 milliards d’Euros. Tel qu’il est conçu, ce traité n’annonçait pas la croissance et les 120 milliards du pacte n’y ont rien changé. 120 milliards : ridicule! Ce n’est même pas 1% du PIB européen !  

    (Les 120 milliards consistaient pour moitié en un 'redéploiement' de fonds structurels soi-disant 'dormants', mais qui, en réalité, étaient programmés pour être dépensés avant 2014")

    C’est la première promesse de campagne que François Hollande n’a pas tenu.

    2014 :

    On voit à présent où nous a mené la signature de ce traité félon pour les peuples européens. La commission européenne a appliqué le traité en semant l’austérité parmi les peuples européens des pays en difficulté. La France est elle même actuellement dans le collimateur de Bruxelles.

    Le carcan que François Hollande et sa majorité a voulu signer fonctionne bien : François Hollande et manuel Valls, au nom de l’application de ce traité met en place l’austérité en France avec les dégâts actuels et futurs que l’on connait.

    Comme je le disais en octobre 2012 :

    « Pourquoi ne pas avoir tapé du poing sur la table et demander la révision du traité qui était de toute façon déjà obsolète aux regards des objectifs fixés, inatteignables, chacun le sait sauf au prix d’un austérité à imposer aux populations, d’une destruction ou de privatisations de services publics ce qui a déjà commencé dans certains pays comme l’Italie, l’Espagne ... le démantèlement des systèmes sociaux   de solidarité comme la sécurité sociale en France... »

    Le traité eut dû faire l’objet d’un référendum qui aurait permis au peuple de donner son avis, d’ouvrir le débat plutôt que de le confiner aux « élites » politiques, experts et « experts soi-disant ». Qu’elle qu’en eût été le résultat, le président aurait eu avec lui le poids de l’avis du peuple pour agir dans le bon sens.  

    Je ne voterai donc pas pour les listes de l’UMP et du PS qui n’ont pas la volonté de changer l’Europe en profondeur, quoi qu’ils affirment. 

    Je ne leur accorde aucune confiance pour ce faire.

    De plus la manière dont actuellement on mène, en catimini, des négociations à propos d’un futur marché transatlantique comme si la population n’avait pas à être concernée, accentue le déficit de confiance qu’on peut accorder à des partis dont les dirigeants continuent de prendre les français pour des « veaux » ou des moutons bons à tondre et à "enfumer".

    Ce sont les faits. Sur ce point je reviendrai.

    JE NE VOTERAI PAR POUR LES LISTES OPPORTUNISTES QUI VEULENT SORTIR DE L’EUROPE.

    C’est le cas de la liste du Front national qui a comme seul véritable objectif de faire le meilleur pourcentage aux européennes pour être le premier pour continuer de s’implanter et distiller des idéologies qui, sous couvert de constats grossiers et opportunistes, sont empreintes de discrimination et d’absurdités économiques et sociales.

    Son slogan « L’union européenne détruit, la nation protège » est un non sens. Je rappelle simplement que l’Union européenne a permis de rester en paix.  On ne peut lui enlever ce rôle positif essentiel. La France sait ce qu’est d’être en guerre et de payer le prix des nationalismes exacerbés qui ont fait des millions de morts. On connaît la chanson... « Qu’un sang impur abreuve nos sillons »...

    Etre patriote ce n’est pas être nationaliste, c’est accepter les autres et faire notre place dans l’union européenne.

    Les propositions du front national sur l’Union européenne dont il veut faire sortir le pays ne sont que des propositions nationalistes périmées qui ne pourraient conduire la France qu’à sa ruine et au repli sur elle-même face à un monde en constante évolution dans lequel nous devons faire notre place avec et au sein de l’Europe.

    Idem des autres listes qui épousent les mêmes convictions.

    Rejeter l’Union Européenne  n’est donc pas la solution. Le problème n’est pas l’Europe mais les politiques libérales menées par deux groupes qui s'unissent pour ce faire : les  libéraux et les socio-démocrates. 

    La solution est de mettre en place un autre rapport de forces avec des députés qui ont une vraie action progressiste pour les peuples. Il faut  une réforme de l’intérieur mais aussi mettre la pression quand on est un état comme la France, ce que n'a pas su faire François Hollande,se plaçant ainsi dans la continuité de Nicolas Sarkozy, laissant l'Allemagne tirer les ficelles.

    ELECTIONS EUROPEENNES : JE VOTE...

    POUR QUELLES LISTES VOTER ?

    Il en reste assez pour choisir une liste qui fait des propositions sérieuses et sincères. (193 listes se présentent en France pour l'élection de 74 eurodéputés français au Parlement européen, soit 32 listes de plus qu'en 2009).

    Il faut faire le tri.   Chacun est capable de le faire. 

    Pour ma part, j’exclue l’idée de voter pour celles des listes dont les idées sont un peu étriquées ne voyant qu’un petit élément de l’Europe ou complétement fantaisistes et qui ne sont là que pour essayer d’exister au niveau national. Beaucoup se présentent dans le seul espoir de faire parler d'eux et de la cause qu'ils défendent y compris quand cela n’a rien à voir avec les élections européennes.

    C’est le jeu de la démocratie mais soyons sérieux, il est dommage que les voix se dispersent alors que les enjeux sont que l’Europe puisse avoir un fonctionnement et des objectifs modifiés.

    Il serait aussi dommage de ne pas aller voter alors que l’on peut peut-être au travers d’un certain nombre de listes voter pour des propositions sérieuses allant dans le bon sens, celui d’une nouvelle union européenne qui défend les intérêts sociaux de ses populations, ses services publics, la santé, l’environnement,...

    Si tous les citoyens qui se désintéressent du scrutin allaient voter pour une liste ou l’autre qui n’est pas celle du PS, de l’UMP ou du front National ou d’un quelconque parti nationaliste ou fantaisiste, une majorité s’exprimerait pour une autre Union européenne au service des peuples. Nul doute que les députés européens choisis par cette majorité de français qui veulent le changement sauraient se liguer pour agir au sein du parlement européen comme certains l’ont déjà fait.

    L’abstention, le vote nul et le non vote ne changeront rien et laisserons la partie belle pour désigner une fois encore un patron de la commission de Bruxelles qui mettra en œuvre les décisions des traités antérieurs qu’il faut au contraire dénoncer. 

    Si je en voyais pas, j'en serai responsable.

    C’est pour cela qu’il faut mettre en minorité, en France, les trois partis qui prétendent être en tête à l’issue de l ‘élection : le PS, l’UMP et le Front national qu’il faut disqualifier au profit d’un maximum d’euro députés qui veulent construire une autre Europe qui lutte contre l’austérité au lieu de l’installer comme cela se fait actuellement.

    Même si entre les listes sérieuses qui restent il y a des divergences, il y a beaucoup de points communs d’accord  et notamment justement la rupture avec l’austérité, installée par la signature des traités que nos gouvernants ont signé et qui ne méritent donc plus notre confiance.

    C’est pour cela que je me prononcerai pour ma part pour une des listes qui me semblent crédibles et réalistes dans les propositions et qui défend les intérêts des peuples et non ceux de la finance et des lobbys que l’on connait. (Un exemple que je cite dans mon article à propos des décisions sur les OGM http://quaiducitoyen.eklablog.fr/europe-et-ogm-un-exemple-de-decision-anti-democratique-a106637068   )

    Je voterai donc pour une liste qui veut et explique comment installer un nouveau rapport de force au sein des instances européennes pour obliger à une politique qui tienne compte du bien être et de l’avenir des populations.

    Pour ma part, je me prononce pour une Europe réformée 
institutionnellement dans le sens de plus de fédéralisme et de transparence et qui permette aux citoyens de s’exprimer, de se sentir concerné et de décider et donc qui soit plus démocratique.

    Pour cela il faut 

    -       Rompre avec les traités en cours au profit d’un nouveau traité pour une Europe sociale : Donner des objectifs sociaux à l’Union européenne alors que jusqu’à présent on ne s’est occupé que de l’inflation qu’on veut la plus faible possible ce qui n’est pas toujours un avantage,

    -       Lutter contre le chômage en investissant dans l’avenir et en réorientant la politique économique pour créer des emplois nouveaux dans les domaines de l’environnement, de la recherche, de l’écologie, ...

    -   Avoir une vraie solidarité envers ceux qui souffrent (voir mes propos sur le sujet http://quaiducitoyen.eklablog.fr/l-aide-alimentaire-europeenne-est-gravement-menacee-a57869371 )

    -       Réorganiser le fonctionnement actuel des instances européennes et mettre en commun des moyens en rapport avec une gouvernance commune comme la défense, la recherche technologique,

    -      Harmoniser la fiscalité et mettre en place le salaire minimum et harmoniser les législations pour rendre impossible le dumping social,

    -       Se séparer de la tutelle de l’OTAN au profit d’une défense européenne commune

    -      Contrôler politiquement la Banque centrale européenne qui doit prêter directement aux états et avoir une politique de l’Euro adaptée aux échanges

    -      Mutualiser la dette des états et cesser de plonger certains d’entre eux dans l’austérité en les aidant par des prêts à taux faible plutôt que de les obliger à emprunter aux banques

    -       Mettre en place un protectionnisme juste au lieu d’un libre échange échevelé

    -       Mettre en place les moyens nécessaires pour lutter contre la spéculation et la fraude

    -       En finir avec les paradis fiscaux (au moins 50 milliards détournés chaque année pour notre pays)

    -       Faire une priorité véritable de la lutte pour préserver notre environnement

    -       Exiger la transparence quant aux négociations du traité de libre échange transatlantique et s’opposer à tout ce qui va à l’encontre de la qualité notamment des produits alimentaires

    -    Mettre en place une politique agricole qui permette une agriculture de qualité et de proximité et produisant des produits sains plutôt qu’une agriculture fondée sur les subventions qui ne favorise d’ailleurs que des grands groupes utilisateurs de processus sanitaires discutables notamment quant aux pesticides et autres poisons générateurs de maladie,

    -........

    Peut-être faut –il aussi revoir la manière de fonctionner d’une Europe à 28 membres qui ne sont pas tous au même niveau sur nombre de plans et qui est source de blocage et de lenteur par son système décisionnaire alors que dans ce monde en constante évolution, il faut réagir rapidement.

     Bref, un certain nombre de listes proposent de manière différenciée ces principes.

    A chacun de prendre ses responsabilités.  

    Ce n'est qu'un avis.

     Et à moi de choisir mon vote ...avant dimanche.

    ELECTIONS EUROPEENNES : JE VOTE...

    « QUESTIONS A FRANCOIS HOLLANDE ET MANUEL VALLSELECTIONS EUROPEENNES: UN ETONNANT ETONNEMENT... »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :