• VŒUX DU PRÉSIDENT : AU DELÀ DU RÉEL, MACRON CONTINUE

    J’emprunte le titre à cette série de science fiction des années 60, dont l’accroche de tous les épisodes commençait ainsi :

    « Ce n'est pas une défaillance de votre téléviseur, n'essayez donc pas de régler l'image. Nous avons le contrôle total de l'émission : contrôle du balayage horizontal, contrôle du balayage vertical. Nous pouvons aussi bien vous donner une image floue qu'une image pure comme le cristal. Pour l'heure qui vient, asseyez-vous tranquillement. Nous contrôlerons tout ce que vous allez voir et entendre. Vous allez participer à une grande aventure et faire l'expérience du mystère avec « Au-delà du réel. » 

    Pour être exact, « Au delà du réel, l’aventure continue » tel est le titre de la suite dans la fin des années 90 et début des années 2000.Un clin d'œil en quelque sorte pour rattacher le passé au futur et inversement et surtout amorcer dans la bonne humeur ce qu'est ma réponse aux vœux présidentiels et pour dire de suite que le Macron d'aujourd'hui est bien le même que celui d'hier: Président de la République ce que je ne conteste pas mais toujours trop jupitérien sur son Olympe. Dommage...

     

     

    OUI VA FALLOIR REAGIR - 1 sur 2

    OUI VA FALLOIR REAGIR - 1 sur 2OUI VA FALLOIR REAGIR - 1 sur 2OUI VA FALLOIR REAGIR - 1 sur 2

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ( montage à partir images A USMC Paratrooper et Montgolfier brother's balloon, 1895 , domaine public)

     

     

    Ici, il s’agit bien de l’aventure « Macron » et la France qui continue, lui, dans la quatrième dimension, nous les pieds dans le présent. C’est bien pourquoi faute d’entendre ce qu’il dit écouter, il ne comprend pas les messages qui lui sont délivrés par de simples français qu’ils soient Gilets Jaunes ou pas. A nous, comme dans la série télévisée, de lui montrer les limites non pas de la science et de ses hommes de sciences mais les limites de ce que je crois être une forme de mégalomanie en politique qu’il incarne à bien des égards du haut d'une certaine suffisance.

    VŒUX DU PRÉSIDENT : AU DELA DU RÉEL, MACRON CONTINUE - 1 sur 2

    SUFFISANCE

    Les mots sont forts, certes mais traduisent le sentiment que j’ai pu avoir en écoutant et en lisant le discours bien préparé mais hors sol de ces vœux présidentiels aux français, ces terriens toujours insatisfaits de leur sort alors que le dit président se conforte dans sa « vérité », surestimant ainsi ses capacités à entraîner avec lui « la foule » qui justement le conteste tant dans ses choix que sur sa manière d’être et d’exercer le pouvoir en se montrant tout puissant par des actes autoritaires.

    Je n’en veux pour preuves que certaines des affirmations assénées comme des vérités sous forme d’autosatisfaction:

    « Le Premier Ministre avec son Gouvernement et le Parlement, en 2018, ont fait beaucoup pour le pays. Je ne vais pas ici tout énumérer mais nombre de transformations qu’on pensait jusqu’alors jugées impossibles comme celle du travail ou des chemins de fer, ont été menées à bien. »

    Pas sûr que ce soit pour le bien de ceux qui travaillent de leur imposer un code du travail qui augmente la flexibilité et affaiblit la sécurité des salariés.

    Pas sûr que l’exemple de la réforme du statut de la SNCF soit un exemple de ce qu’il faut faire pour les services publics qui bientôt passeront à la moulinette des soi disant « réformes ».

    Dans le même temps, comment peut-on accepter des propos qui une fois de plus stigmatisent les chômeurs : « Le Gouvernement, dans les prochains mois, devra poursuivre ce travail pour ancrer nombre de ces réformes dans notre quotidien mais aussi pour changer en profondeur les règles de l’indemnisation du chômage afin d’inciter davantage à reprendre le travail,... » et que deux jours avant , le 30 décembre, en catimini, un décret est passé sous les bons offices des députés LREM de l’assemblée nationale et sa porte-parole Aurore Bergé qui abroge «  la définition du salaire antérieurement perçu qui était pris en compte pour déterminer l’offre raisonnable d’emploi qui ne pouvait être en deçà de 95 % à 85 % du précédent salaire » ce qui fait que le demandeur d’emploi sera poussé à accepter la première offre venue, même avec une rémunération très inférieure à celle de son dernier poste, sous peine de perdre ses droits au chômage.

    On accroit les sanctions contre les chômeurs et dans le même temps le président sous entend que les chômeurs ne recherchent pas assez les emplois ( le mot « inciter » est insultant ) alors que l’on peut noter que sur le site pôle emploi il y avait , la semaine dernière, quelques  584 815 offres pour plus de 6 millions d’inscrits.

    Il reste bien donc le même Emmanuel Macron qui a dit à ce jardinier qu’il suffisait de traverser la rue pour en trouver un d’emploi. Même « en traversant la rue » CINQUANTE FOIS, cela ne va pas créer de l’embauche. Le but est bien donc de toujours faire croire que le problème vient des chômeurs qu'on soupçonne de ne pas faire assez d'efforts... : c'est ce que j’estime de la mauvaise foi et de la malhonnêteté intellectuelle... Et en cela les déclarations de ces vœux du Président de la République et ses actes montrent qu’il n’a pas changé.

    La brutalité est toujours là...

    EMMANUEL MACRON : LOI ORE DE LA SELECTION

    (affiche mai 68 toujours d'actualité)

    AUTOSATISFACTION

    Elle est reine.

    Pourtant il n'y a pas de quoi pavoiser à juger les effets des politiques économiques de M Macron sur quatre trimestres consécutifs qui ne donnent aucun résultat, suppression de l'ISF faite et CICE continuant d'être activé: le déficit est multiplié par 4, les investissements étrangers en France s’effondrent de près de la moitié (attractivité , vous avez dit attractivité?), la France est le seul pays d'Europe où le chômage ne diminue pas significativement, la France enregistre le plus gros déficit commercial d’Europe en 2018, j'en passe. Tout cela peut-être vérifié.  Un peu d'humilité...serait bienvenu... Quant au reste...des paroles contredites par les faits...

    « Ils ( le premier ministre et son gouvernement) ont lancé une action forte pour notre école, nos universités, l’apprentissage et l’alternance, l’attractivité de notre pays.

    Ils ont posé les bases d’une stratégie ambitieuse pour améliorer l’organisation de nos hôpitaux, nos cliniques et nos médecins, pour lutter contre le réchauffement climatique, éradiquer la grande pauvreté et permettre à nos concitoyens en situation de handicap de trouver leur place dans la société. »

    Je ne prendrai que quelques points de cette « action forte » voire ambitieuse :

     

    HUMEUR DE DEBUT SEPTEMBRE 2018 : LA MACRONITE POURSUIT SES RAVAGES

    École : Elle a vu une multiplicité de réformes les unes annulant les autres sous la houlette de multiples ministres qui n’ont fait que faire passer leurs idéologies sans tenir compte du vécu, de l’expérience de ceux qui travaillent au contact des élèves. Jean –Michel Blanquer fait de même, par exemple, avec ce qu’il croit être la vérité pour l’apprentissage de la lecture, le tout en traitant avec mépris - et c'est le plus grave-  le personnel qui œuvre depuis des décennies et qui a le mérite d’avancer malgré des réformes dont on n’a presque jamais évalué les résultats.

    Les deux rentrées scolaires ont effectivement montré une action forte mais pas pour faire progresser l’école. Tout au contraire, se sont fait sentir les prémisses d’une dictature politique sur les contenus et la pédagogie, la suite du retour vers le passé, la poursuite de la pratique du "déshabiller Paul pour habiller Jacques", la poursuite de la destruction des rythmes des enfants et des jeunes, l'ineptie de vouloir évaluer les enseignants par rapport aux résultats,...J’y reviendrai mais on peut déjà lire ce que j’écrivais en septembre 2017 et juin 2018 sur ce que je considère comme des impostures qui se poursuivent et se sont  s’amplifiées à cette rentrée de septembre.(http://quaiducitoyen.eklablog.fr/le-quinquennat-commence-mal-pour-l-ecole-a131557396   et http://quaiducitoyen.eklablog.fr/l-uniforme-a-l-ecole-fantasme-des-politiciens-hors-sol-2-sur-2-a145122650 ). Tout cela avec la "bénédiction" et l’aide de nombre de médias qui laissent les imprécisions et le flou, comme pour le « retour de l’uniforme à l’école », sur tous ces faux semblants destinés à accréditer une politique éducative rétrograde. » 

    EMMANUEL MACRON : LOI ORE DE LA SELECTION

    (affiche mai 68 toujours d'actualité)


    Université : les symptômes sont inquiétants POUR NOS UNIVERSITÉS qui ont certes besoin d’une vraie réforme en profondeur mais qui, en réalité, sont en train de subir la course à l’élitisme laissant, comme lors de cette dernière rentrée, sur le pavé des bacheliers qu’on va priver de la possibilité de choisir leur voie pour l’avenir. PARCOURSUP a été le glaive de cette mise en place larvée du traitement inégalitaire des jeunes de notre pays qui va se poursuivre et dont ont bénéficié les universités privées et les fameuses prépa payantes. Le nouveau système Parcoursup a ouvert plus grande la porte au "pognon de dingue" pour le privé  dans le parcours scolaire. « Des centaines de lycéens se tournent vers les établissements privés, qui rivalisent de communication pour les attirer. Les candidatures ont augmenté cette année. Les écoles privées sont une alternative que tout le monde ne peut pas s'offrir, il faut compter jusqu'à 6 500 € par an pour une formation d'ingénieur, par exemple. » (source Libération). A quand l’augmentation des frais d’entrée à l’Université comme celle qu’on veut scandaleusement imposer aux étudiants étrangers ? Nous nous dirigeons droit vers un système à l'anglaise ou à l'américaine où pour faire des études l'étudiant est soit issu d'une famille très aisé soit s'endette dangereusement alors qu'il n'a pas encore travaillé...

    VŒUX DU PRÉSIDENT : AU DELA DU RÉEL, MACRON CONTINUE

    (auteur geralt, CC0 domaine public)

    Santé : une action forte par un plan pour ce que j'estime continuer de détruire le service public de la santé. Un exemple concret : La circulaire tarifaire signée en mai 2018, par Agnes Buzyn ministre de la santé, retire 960 millions aux hôpitaux publics . Et on annonce ensuite le "grand Plan Santé » qui débloque 400 millions d’euros pour faire croire au peuple qu’on va améliorer le fonctionnement des hôpitaux! En réalité c’est 560 millions d’euros de moins pour l’hôpital public... La transparence pour la confiance dit le Président Macron un peu plus loin dans son allocution...

    Même si effectivement il faut réorganiser et revoir le fonctionnement du système de santé, on voit bien que c’est la logique comptable qui prime. L’hôpital est traité comme une entreprise et les malades et les soignants comme des pions. Il est clair que l’on ne pourra faire face aux manques en personnel soignant et à l’hôpital et dans les EHPAD par exemple.... Tiens, il n’est pas cité comment seront absorbées les millions d’heures supplémentaires non payées au personnel soignant...à l'instar de ce qui est étudié actuellement, et c'est positif, pour les fonctionnaires de police.

    Comme le disait un médecin de ma connaissance : « En fermant les urgences et les maternité de proximité on met en danger une partie de la population. Certes les plateaux techniques ne sont pas aussi développés que dans un grand hôpital mais cela permet de prendre en charge un grand nombre d'accouchements physiologiques et d'urgences relatives le temps de faire venir un SMUR au besoin (...).Tout cela participe à une prise en charge non humaine dans les gros hôpitaux dans laquelle les patients deviennent des numéros et le personnel s'épuise par un accroissement de la charge de travail et le manque de temps pour l'humain qui les conduisent à devenir maltraitants et faire des burn out! ». Du simple bon sens sans doute pas à la portée de madame la ministre de la santé et de ses experts technocrates.

    MESURES MACRON : DES MIETTES POUR LES « GUEUX » - 1 sur 2

    (auteur Christopher Smart  - 1771, Domaine public)

    Éradiquer la grande pauvreté : A l’image des mesures qu’il a annoncées le 17 décembre (http://quaiducitoyen.eklablog.fr/mesures-macron-des-miettes-pour-les-gueux-1-sur-2-a155863744 ) pour tenter de contenter les Gilets Jaunes, ceux qu’il qualifie de « foule haineuse » si je ne m’abuse , c’est avec « des miettes » que le plan pauvreté a été lancé.

    Avec une communication destinée à faire croire que nos gouvernants et le premier d’entre eux vont se préoccuper des plus pauvres pour que le président ne passe plus pour celui des riches, l'essentiel de la prise en main du problème  n’est, en réalité, en aucun cas à la hauteur des difficultés que vivent les 9 millions au moins de citoyens concernés.

    Au niveau des chiffres sans entrer dans les détails : 2 milliards d’euros en moyenne par an débloqués pour 9 millions de personnes = 222 € et des poussières par personne soit 0,60 euros par jour... même pas le prix d'une baguette de pain !

    Dans un article publié en septembre 2018, je me posais la question de savoir si on pouvait qualifier ce plan de fumisterie, mauvaise foi ou malhonnêteté (http://quaiducitoyen.eklablog.fr/la-casse-a-macron-sur-fond-de-jeu-de-bonneteau-1-sur-a148752920 ) au vu des moyens qu'on y mettait.

    Chacun jugera.

    Et je pourrai continuer ainsi avec le réchauffement climatique, le handicap... je le ferai sûrement plus tard.

    POUR CONCLURE CE PREMIER VOLET DE RÉPONSE AUX VŒUX...

    Dans un prochain billet, je me donnerai donc le droit de répondre aux trois vœux que le président de la République nous a adressés : Le vœu de vérité, le vœu de dignité et le vœu d’espoir que je perçois plus d’ailleurs comme des leçons qu’il veut nous donner pour que nous ayons des comportements en phase avec ses projets. Selon la tradition, j'ai tout le mois de janvier pour le faire. Entre ses vœux et les actes de son gouvernement, il me semble qu'il y a un décalage.

    Enfin, ce n’est que le point de vue d’un citoyen...

    Suite au mouvement des Gilets Jaunes, il a été annoncé une grande consultation citoyenne qui débutera le 15 janvier et durera 3 mois, via notamment l'ouverture d'une plateforme numérique dédiée et de réunions au niveau des communes.

    Une lettre du président aux français servirait de cadrage...

    Quel sera ce cadrage?

    Si c'est pour dire qu'il ne changera pas le cap de ce qu'il appelle ses "réformes" et qu'il n' a pas au moins l'intention de modifier en profondeur d'une part le fonctionnement représentatif de notre pays, de mettre à plat et revoir la fiscalité pour qu'elle soit juste , de reconsidérer qu'il faut arrêter de casser les piliers de notre société à la française comme les solidarités et la laïcité, ce sera peine perdue de sa part et de la nôtre.

    Le président a une carte à jouer pour que se calment les tempêtes justifiées actuelles s'il fait montre de sincérité dans sa proposition d'écouter et de prendre en compte les besoins majeurs et prioritaires de la population. Seuls les actes le démontreront.

    Je ne critiquerai pas à priori cette intention de donner la parole aux français. Le tout est de savoir qui y participera et si tout sera fait pour que tout le monde puisse y participer. Ensuite, j’attends de connaître la manière dont on tiendra compte de ce qui sera émis...

    A suivre donc.

     RAZ DE MAREE  A L’ASSEMBLEE: LA DEMOCRATIE EN MARCHE ARRIERE - 1 sur 2

    (A partir image OpenClipart-Vectors , CC0 domaine public)

    « Deux mille dix neuf...GRANDE CONSULTATION CITOYENNE : CHICHE ? - 1 sur 2 »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter