• LE GRAND CARNAVAL DE LA PRÉSIDENTIELLE...

    De cette élection présidentielle que dire pour fixer le moment en attendant la suite, sans exprimer des conclusions que d’autres que moi auront plus le talent de traduire sur le papier ?

    Je n’ai eu guère à chercher longtemps ce qui, pour moi en tout cas, va rester en mémoire, bien au delà des péripéties de la campagne. Je n’y reviens pas. Nous avons pu voir tomber nombre de masques chez certains nos politiciens. Ceci bien sûr sans trop d’ étonnement mais quand même avec la confirmation qu’il était temps qu’une certaine prise de conscience se fasse à une échelle encore jamais atteinte de la duplicité de certaines de nos soi-disant élites qui prétendent nous gouverner.

    Un grand carnaval ce fut mais pas dans la tradition de celui de Dunkerque ou de Venise où chacun vient pour s’amuser avec les autres mais plutôt un carnaval des dupes où d’aucuns sont là pour s’amuser des autres, la musique et la gaieté en moins.

    LE GRAND CARNAVAL DE LA PRÉSIDENTIELLE...

    (auteur gellinger, CC0 domaine public)

    Et dans la série des « masques », des manipulateurs conscients, il y a les donneurs de leçons de la soi-disant élite qui se placent au dessus du peuple pour mieux l’entraîner dans ses errements en utilisant toutes les ficelles de l’imposture.

    Malheureusement, parmi les citoyens, il y a les relais conscients ou inconscients de cette imposture qui à leur tour jouent aux donneurs de leçons prétentieux d’une vérité qu’ils croient la seule digne d’être écoutée.

    LES DONNEURS DE LEÇONS DE LA SOI-DISANT ÉLITE

    Il y en a de plusieurs sortes.

    On les a tous retrouvés autour des tables des chaînes télévisés pendant la campagne, à l’issue notamment du premier tour quand il s’est agi après le verdict des urnes de considérer la situation : la candidate de l’extrême droite, Marine le Pen qualifiée face au candidat du nouveau mouvement « En marche ! ».

    Et il ne fut plus question de la part des journalistes que de faire dire à l’un, l’une ou l’autre : POUR QUI ALLEZ-VOUS APPELER À VOTER AU SECOND TOUR ?

    C’est là que les donneurs de leçons ont commencé à sévir.

    EMMANUEL MACRON

    Quand MELENCHON a dit le vendredi 28 avril 2017 qu’il n’avait pas à donner de consignes de vote pour le second tour faisant confiance aux électeurs qui ont voté pour lui pour prendre leurs responsabilités et bien sûr ne pas mettre de bulletin Marine Le Pen dans l’urne, les donneurs de leçons se sont déchaînés et notamment nombre de médias. Mais pas que...
    Celui qui était qualifié pour le second tour, Emmanuel MACRON a participé à donner des leçons au leader des Insoumis en parlant, à Châtellerault, lors d’une réunion publique, de «deux fautes profondes» de l'ex-candidat à la présidentielle :

    «La première c'est de ne pas avoir l'esprit de distinction. Nous avons de nombreux désaccords que j'ai toujours assumés. (...) Mais nous partageons une chose, c'est d'être attachés (à) pouvoir débattre de ces désaccords dans un cadre républicain». «C'est une différence avec le Front national et il l'a oublié ! C'est une faute grave, lourde !»

     «Sa deuxième faute, c'est de trahir les siens. (...) La plupart d'entre eux se sont battus, ont payé, pour lutter contre les extrémismes, pour se rappeler cette vertu morale qu'il est en train d'oublier».

    Il eut dû plutôt féliciter le leader de la France Insoumise qui, pas loin d’ailleurs de son score, à 600 000 voix, a contribué grandement avec les électeurs qui ont voté pour lui à atténuer la montée en voix du Front National et Marine LE PEN et atteindre les 30% qu’elle espérait.

    Cela correspond et reste cohérent avec la manière dont Jean-Luc Mélenchon a associé ceux qui ont adhéré à son mouvement et avec l’esprit de la sixième république qu’il voulait mettre en place.

    Il eut dû avoir du respect pour celles et ceux qui allaient voter en leur âme et conscience... Ce ne sont ni des imbéciles ni des extrémistes mais des citoyens responsables. Comme je le disais dans mon article précédent :

    « En tant qu’électeur, pour ma part, je n’ai pas besoin d’appel. (...)

    Je saurai au moment voulu ce que j’aurai à faire, consigne de vote ou pas. »

    (http://quaiducitoyen.eklablog.fr/presidentielle-lecons-du-premier-tour-a129984872)

    Pour un futur président qui disait vouloir changer les pratiques politiques, il eut peut-être dû s’abstenir de critiquer si on n’emploie pas la vieille méthode du mot d’ordre qui consiste à croire que les candidats sont propriétaires des voix de leurs électeurs.

    Les électeurs de Mélenchon, sans mot d’ordre, se sont reportés de manière importante, selon les instituts de sondage sur son nom pour barrer la route à Marine Le PEN :

    Une enquête Ipsos Steria réalisée pour France Télévisions, Radio France, LCP-Public Sénat, Le Monde, Le Point et RFI-France 24, réalisée du 4 au 6 mai 2017 indique qu’ Emmanuel Macron a bénéficié d’importants reports de voix chez les électeurs de François Fillon (48%), Jean-Luc Mélenchon (52%) ou encore Benoît Hamon (71%).

    C.Q.F.D.

    LE GRAND CARNAVAL DE LA PRÉSIDENTIELLE...

    (auteur capobleu2a, CC0 domaine public)

    LES AUTRES

    Qui sont ceux qui donnent des mots d’ordre pour continuer de faire croire qu’il faut les suivre dans l’intérêt de la France ?

    Ils sont de tout bords, bouffis de ce qu’ils croient leur importance continuant de vouloir faire des électeurs ce qu’ils voudraient bien qu’ils soient : des moutons.

    Qu’ils argumentent sur les programmes c’est leur travail ; qu’ils mentent ou déforment les informations pour faire passer leurs idées est par contre méprisable.

    Ils ont bien participé tous ceux –là à faire reculer la réflexion du citoyen, aidés souvent par quelques médias peu scrupuleux qui préfèrent le BUZZ à l’analyse fine.

    Heureusement, ces derniers ne sont pas tous à mettre dans le même sac et il y en a qui font leur boulot comme Médiapart, Arrêt sur Images, Charlie Hebdo et le Canard Enchaîné et d’autres encore qui aident à décoder les intox (les Décodeurs du Monde par exemple).

    Après le premier tour passé avec les résultats que l’on connaît, beaucoup des masques sont tombés.

    Celui de DUPONT-AIGNAN le gaulliste de pacotille qui a rejoint Marine LE PEN parce qu’au fond, nombre de ses idées sont en concordance avec celle de l'ex-présidente du Front National et peut être aussi l’espoir d’être chef du gouvernement.

    Le syndrome de la girouette a frappé comme d’ailleurs dans le camp FILLON et qui a montré l’inconstance des « amis » au profit du « sauve qui peut », « tout est de sa faute » pour garder un siège ou un poste le tout dans un triste micmac qui montre le véritable visage de politiciens usés et opportunistes. Beaucoup d’entre eux n’ont pas eu le courage d’imposer au candidat choisi mais décrédibilisé François Fillon une retrait de candidature qui les a fait perdre mais n'ont eu aucun courage non plus pour admettre que la défaite si elle est celle de Fillon est aussi grandement de leur fait.

    Sarkozy jubile, égal à lui-même, et pense déjà à 2022.

    Du côté du Parti Socialiste, après la défaite tant espérée d’HAMON par ceux qui se sont ralliés à Macron avant le premier tour, les VALLS, LE DRIAN et consorts font des pieds et des mains pour avoir un rôle dans ce qu’ils espèrent être une nouvelle majorité ni moule ni poisson,...pardon, droite et gauche ou ni droite ni gauche comme on veut...

    Le masque de certains des ministres d’Hollande s’est fracassé sur le sol de la trahison de ceux qui ont cru faire élire un homme de « gauche » et qui en réalité n’était qu’un socialiste sans teint. Manuel Valls, le premier ministre qui a gouverné la France pendant 4 ans, après avoir trahi sa promesse de soutenir le candidat de la primaire socialiste, a décrété unilatéralement qu’il était candidat de la « République en Marche » du nouveau président et enterré le parti socialiste puisque selon lui il est mort. L’homme qui avait obtenu 5 % à la primaire socialiste de 2011 a bien montré là son vrai visage celui d’un homme qui n’a pas de parole et donc d’honneur, opportuniste et sans convictions autre que celle d’être au pouvoir ou d’en retrouver un. Pas sûr que le nouveau président veuille de lui dans sa majorité. Ce ne sera que juste.

    Bref, avec la fin de la mascarade, le point positif est qu’on sait maintenant, s’il en était besoin, qui est qui chez les politiciens.

    Pour certains d’entre eux ce n’est pas très joli.

    Alors de leur mot d’ordre et de leurs leçons, on peut s’en passer.

    LE GRAND CARNAVAL DE LA PRÉSIDENTIELLE...

    (auteur DanielleTunstall, CC0 domaine public)

    LES ÉLECTEURS DONNEURS DE LEÇONS

    De même, parmi les électeurs, autour de nous les masques tombent aussi.

    Que l’on défende un candidat et son programme ou qu’on le combatte en usant bien sûr d’arguments qui ne soient pas comme à l’exemple de certains des candidats de l’invective, des mensonges ou de fausses informations, rien de plus normal.

    Que l’on fasse son choix, abusés ou non par la démagogie ambiante, c’est le problème de chacune et chacun qui a le droit de penser comme il le veut de ce qui est distillé par les candidats, les médias et autres sources d’expression.

    Ne pas l’admettre c’est entrer en dictature et nier les principes mêmes de nos libertés, celle de la conscience mais aussi celle de l’expression.

    Mais quant on insulte l’autre, celui qui ne pense pas comme vous, là est l’inadmissible. Insulter n’est pas s’exprimer c’est mépriser.

    Les réseaux sociaux sont riches et révélateurs à ce sujet pour peu que l’on fréquente Facebook ou Twitter par exemple.

    On voit l’état de la conscience politique de certains citoyens et leur incapacité à tolérer ceux qui pensent différemment d’eux.

    Tout cela montre bien dans quel état de déliquescence nous sommes au niveau démocratique, de la réflexion citoyenne : l’insulte vaut argument et le non respect de l’autre jugement.

    C’est aussi le résultat des pratiques de ces soi-disant élites qui depuis des décennies ne font pas les efforts nécessaires pour dynamiser et rénover la démocratie pour plus de participation des citoyens à la réflexion critique et à l’action.

    LE CONFUSIONNISME

    Mon avis est que Marine LE PEN a été et est toujours, avec son parti, un danger pour la République et nos libertés et j’ai dit pourquoi : c’est une conviction forgée par des arguments qu’il faut lire avant d’émettre, comme certains citoyens,  des leçons en direction de ceux qui vont voter MACRON contre Marine Le PEN en leur faisant comprendre qu’ils abandonnent leurs convictions.

    Te faire renvoyer en guise d’arguments par certains qu’on fait du FN Bashing comme s’il ne fallait pas attaquer ce parti que d’aucuns considèrent comme les autres alors qu’il ne l’est pas ceci malgré l’apparence qu’il a voulu se donner justement, est insultant.

    Pour ma part, exprimer pourquoi il faut combattre le front national et argumenter pourquoi il est un parti d’extrême droite qu’on ne peut laisser arriver au pouvoir c’est important pour l’échange et la réflexion tant personnelle que pour celle des autres. Après chacun fait ce qu’il veut, croit ce qu’il veut.

    Qu’il vote blanc, nul ou s’abstient c’est sa responsabilité.

    Mais je n’ai pas de leçons à recevoir si je ne fais pas comme lui.

    Je n’ai demandé aucune adhésion à mes propos et n’ai pas insulté les électeurs de la candidate ce qui ne servirait à rien pour les convaincre de changer d’opinion bien au contraire.
    Il ne faut pas confondre Marine LE PEN et son parti le Front National qui avancent masqués et leurs électeurs qu’il faut respecter mais avec lesquels on a le droit de ne pas être d’accord.

    LE GRAND CARNAVAL DE LA PRÉSIDENTIELLE...

    (auteur annca, CC0 domaine public)


    POUR CONCLURE

    Je redis que voter MACRON a été un vote salutaire non pour approuver son programme dont je combattrai les points qui ne me semblent pas des solutions pour les français et la France mais bien pour ne pas laisser aux autres citoyens le soin de faire, à ma place, le travail d’élimination de la candidate du Front national qui à mon sens est un danger pour nos libertés et la république, arguments à l’appui.

    (http://quaiducitoyen.eklablog.fr/presidentielle-deuxieme-tour-macron-abstention-blanc-a130059560 et http://quaiducitoyen.eklablog.fr/7-mai-2017-pourquoi-je-ne-voterai-pas-marine-le-pen-1-sur-2-a130078502 et http://quaiducitoyen.eklablog.fr/7-mai-2017-pourquoi-je-ne-voterai-pas-marine-le-pen-2-sur-2-a130078846 )
    Comme chacune et chacun des électeurs, j’ai pris ce que je crois être mes responsabilités pour le résultat que je voulais et qui me satisfait ce qui n’a entamé en rien mes convictions.

    C’est la démocratie.

    Bientôt la suite...

    LE GRAND CARNAVAL DE LA PRÉSIDENTIELLE...

    (auteur Clker-Free-Vector-Images, CC0 domaine public)

    « EMMANUEL MACRON 8ème PRESIDENT DE LA Vème RÉPUBLIQUE...LES ELEVES ET LES ENSEIGNANTS NE SONT PAS DES PIONS »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter