• EMMANUEL MACRON 8ème PRESIDENT DE LA Vème RÉPUBLIQUE...

    Marine LE PEN éliminée.

    C’était l’objectif... en tout cas pour moi.

    C'est un soulagement et une certaine fierté d'y avoir contribué.

    Bien sûr, celui qui est élu n'a pas  un programme  qui me satisfait mais au moins pourra-t-on se battre dans le cadre des libertés qui nous restent acquises pour faire infléchir la politique qui pourrait être menée.

    Pour cela, peut-être pourra-t-on compter sur les législatives mais pour le moment j'en doute un peu quand je vois les divisions se dessiner à l'issue de cette élection. 

    Je crois qu'il faudrait pouvoir aussi compter sur les citoyens en plus grand nombre pour ne pas se rendormir après l'élection car c'est souvent le cas. Il ne suffit pas de déléguer une fois tous les cinq ans à un parti quel qu'il soit le soin de représenter son mécontentement et ensuite laisser faire jusqu'aux prochaines échéances.

    C'est un constat qui se traduit dans les faits dans un monde où l'égoïsme est de plus en plus roi. Il y a de nombreux facteurs qui en sont responsables et notamment les pratiques de certains politiciens de ces trente dernières années qui ont en partie anesthésié le citoyen ou en ont oublié beaucoup d'autres.

    Mais peut-être aussi les choses sont-elles enfin en train de changer et que nous sommes dans un période de mutation citoyenne? Il faut l'espérer.

    Mais quand on voit les scores du Front national, on peut se dire qu'il y a encore du travail...

    La prochaine législature pourra-t-elle par une action et des résultats concrets permettre de faire reculer les causes de nombre d'injustices et de colères justifiées?

    (auteur Gouvernement français, CC BY-SA 3.0 fr)

    Pour mémoire les résultats des élections publiés sur le site du ministère de l’Intérieur

    8 mai 2017

    Le second tour de l’élection du président de la République s’est tenu le 7 mai 2017 avec près de 47 millions d’électeurs appelés aux urnes.

    Les résultats centralisés par le ministère de l’Intérieur, hors français à l’étranger, sont les suivants :

    Participation aux scrutins

     

    Nombre

    % des inscrits

    % des votants

    Inscrits

    47 568 588

     

     

    Abstention

    12 101 416

    25,44%

     

    Votants

    35 467 172

    74,56%

     

    Blancs

    3 019 724

    6,35%

    8,51%

    Nuls

    1 049 532

    2,21%

    2,96%

    Exprimés

    31 397 916

    66,01%

    88,53%

     Résultats métropole et outre-mer  (8 mai à 2h30) :

    Candidats

     

    Voix

     

     

    Nombre

    % des inscrits

    % des exprimés

    M. Emmanuel MACRON

    20 753 798

    43,63%

    66,10%

    Mme Marine LE PEN

    10 644 118

    22,38%

    33,90%

    Le taux de participation (hors français à l’étranger) s’est élevé à 75,34% des électeurs inscrits lors de ce second tour. Il était de 78,69% au premier tour sur le même périmètre.

    Elu : Emmanuel MACRON.

    Marine LE PEN ne pourra sévir en tant que présidente de la république.

    (domaine public)

    UN PRÉSIDENT ÉLU

    Un pourcentage important par rapport à son adversaire : 66,10%

    Marine LE PEN : 33,90%

    Le cumul de l’abstention et des bulletins blancs est de 31,79 % soit près d’un tiers des inscrits si on ajoute les 6,35 % des bulletins blancs soit 15 121 140 voix dont 3 019 724 blancs.

    Plus de 20 millions de voix ont donc désigné Emmanuel MACRON comme Président.

    Un peu plus de 10,5 millions d’électeurs ont voté Marine LE PEN candidate de l’extrême droite ce qui est beaucoup plus important que par rapport à 2002 puisque qu’il a presque doublé (5, 5 millions pour Jean-Marie LE PEN).

    C’est aussi une progression de 3 000 842 voix entre le premier et le deuxième tour.

    Il faudra se poser la question de savoir d’où viennent ces reports de voix.

    Même si la montée a été contenue, le chiffre est inquiétant pour la France et nul doute que pour les législatives, le parti de l’extrême droite va compter, il suffit de regarder les résultats circonscription par circonscription pour s’en convaincre.

    (auteur Photo-graphe, CC0 domaine public)

    LES LÉGISLATIVES SONT DÉJÀ SUR LES RAILS...

    Si on peut dire...

    Dans chacun des camps il est essayé de lancer la campagne.

    Le problème est de savoir qui seront dans les trains et combien il y aura de locomotives.

    Attention aux voies de garage...
    Car ce seront bien des camps qui seront en présence et les diverses déclarations qui ont fait suite immédiatement après les résultats, de la part des responsables des divers partis, montrent que pour Emmanuel MACRON ce ne sera pas simple pour avoir la majorité à l’assemblée nationale sans laquelle il aura du mal à gouverner.

    Le nouveau Président a dit qu’il voulait rassembler les français. C’est une bonne intention mais l’affaire sera difficile d'autant qu'il n' a pas l'air , pour le moment, de vouloir modifier son programme.

    Ils ont beau tous lui avoir présenté leurs félicitations républicaines et souhaité qu’il réussisse pour la France, ils ont tous aussi dit immédiatement qu’ils feraient tout ce qu’ils pourraient pour lui mettre des bâtons dans les roues... C'EST CE QUE J'APPELLE L'HYPOCRISIE RÉPUBLICAINE.

    Dans les déclarations des uns et des autres, on sent déjà de la part du parti LR un esprit de revanche par rapport à leur élimination au premier tour. Redit en passant, c’est bien de leur responsabilité pour avoir soutenu un programme qui ne convenait pas à une grande partie des français à qui on demandait des sacrifices inadmissibles. On peut ajouter à cela leur incapacité à changer de candidat discrédité par son image calamiteuse malgré la défaite annoncée. 

    Du côté du PS, la récente déclaration de Benoit Hamon appelant à un rassemblement de la gauche ne semble pas cadrer avec celles du secrétaire du PS ou même de certains membres du gouvernement comme Najat Vallaud-Belkacem qui souhaite se présenter sous l’étiquette de son parti et non sous la bannière d’« En Marche ! ». D’autres encore ont déjà rejoint le mouvement du futur locataire de l’Elysée. Quelques autres comme Valls offrent leurs services... Il déclare même que le PS n’existe plus. Pas sûr d’ailleurs qu’on les accepte pour "aller marcher" avec le nouveau Président.  A suivre...

    Le grand bazar s’organise...

    Entre Jean-Luc Mélenchon et le Parti Communiste, il semble que les accords ne sont pas à l’ordre du jour. Le leader de la France Insoumise a déclaré hier son mouvement comme le premier opposant au projet politique d'Emmanuel Macron. Marine le Pen fait de même.

    Les 577 candidats qui se présenteront sous l’étiquette du mouvement « En Marche ! » seront –ils suffisamment plébiscités en nombre par les électeurs pour donner une nouvelle majorité au nouveau Président de la République ? C’est tout le pari qui est fait par ce dernier en tenant compte d’une vieille règle qui jusque maintenant n’a jamais failli disant que les français donnaient toujours au nouveau président élu la majorité à l’assemblée nationale pour gouverner.

    Mais avec toutes les surprises de la précédente campagne, la versatilité des électeurs, l’abstention, les votes blancs...qui peut dire comment vont voter les français ?

    EMMANUEL MACRON  8ème PRESIDENT DE LA Vème  RÉPUBLIQUE...

    (auteur leverlord, CC0 domaine public)

    LE GRAND BAZAR DES LÉGISLATIVES

    C’est donc pour l’instant un GRAND BAZAR car on est dans une situation qui est, le moins qu’on puisse dire, confuse quant aux rapports de forces véritables pour les législatives. La décomposition, l’éclatement de partis traditionnels est en cours pour une recomposition qui n’est pas encore faite, loin de là. Le Front National est tout aussi touché avec la défaite de sa présidente. Le PS a un bureau national en cours pour rechercher ce qu’il va faire. Le LR doit faire face aux valses hésitations de ses troupes de députés...
    A l’analyse rapide, je sens qu’une fois encore, à GAUCHE (Hamon, Mélenchon, EELV, PC) c’est le chacun pour soi avoir le maximum de députés avec le risque de n’en avoir que très peu.
    De nouveau il y a risque de ne pas y avoir d’entente pour faire bloc pour gagner un nombre de députés de gauche qui pourraient effectivement peser. Bien entendu de ce bloc de gauche j’exclue la fraction du PS qui de toute façon a déjà rejoint le camp d’Emmanuel MACRON et qui a gouverné ce pays avec François Hollande pour l’amener à la situation que l’on sait. Pas sûr que l’électorat y comprenne quelque chose pour le moment des subtilités de chaque camp.

    Emmanuel Macron veut pouvoir gouverner, ce qui est normal pour un président élu, mais il devra le faire avec la majorité législative issue des urnes  et il n’est pas sûr qu’il l’obtiendra avec les candidats d’ «EN MARCHE ! ».
    Soit les français lui laisse sa chance de poursuivre dans la direction qu’il a fixé dans son programme et se laisse emporter par la dynamique créée par le nouveau président.

    Soit les français relisent bien le projet dans ses détails et veulent qu’il soit infléchi et ils votent dans les circonscriptions pour les candidats issus des divers partis se situant dans l'opposition.

    Tout dépendra de la réflexion de chaque citoyen.
    Tout dépendra aussi de l’attitude des états majors des mouvements pour créer la dynamique sur le terrain dans les circonscriptions et notamment les accords nécessaires pour éviter la dispersion des voix.

    La concurrence sera rude : d’un côté le FN qui a augmenté ses scores locaux et les Insoumis qui ont fait une percée très importante. Le 23 avril, Marine le Pen est en tête dans 216 circonscriptions sur 577, Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête dans 67 circonscriptions. Emmanuel Macron est arrivé en tête dans 240, François Fillon dans 54.

    Pour être qualifié pour le second tour, il faut 12,5% des électeurs inscrits.

    Pour affiner un peu plus, les études de scrutin montrent qu’Emmanuel MACRON est qualifié dans 540 circonscriptions, Jean-Luc Mélenchon dans 462, François Fillon dans 435, Marine Le Pen dans 415, Benoit Hamon et Dupont-Aignan dans 1 circonscription.

    Tout cela, bien sûr, à condition qu’il n’y ait pas d’abstentions de plus ce qui est en général le cas lors des législatives qui suivent les présidentielles.

    Il peut y avoir nombre de situations au deuxième tour qui varieront en fonction de ces abstentions qui va du duel au quadrangulaire en passant par les triangulaires.

    Mais va savoir. Nous sommes dans une période hors norme de volatilité importante de l’électorat.

    Le mieux est d’attendre que ça se décante au niveau des diverses forces en présence mais faudrait peut-être faire vite pour que les équipes de campagne se positionnent sur le terrain... avec des objectifs clairs et un programme législatif cohérent qui tienne compte pour tous les protagonistes du résultat de l’élection présidentielle.
    Et ça n’est pas fait.

    Dans l’attente...

    Un électeur impatient.

    « 7 MAI 2017 POURQUOI JE NE VOTERAI PAS MARINE LE PEN 2 sur 2LE GRAND CARNAVAL DE LA PRÉSIDENTIELLE... »

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter