• PRIMAIRE DU PS: DEUXIEME DEBAT - 2 sur 2

    Je n’ai pas traité les sujets abordés dans l’ordre du débat, ayant un petit faible pour le volet éducation/enseignement. Je continuera donc avec la laïcité qui est lié à l’éducation mais pas que...

    PRIMAIRE DU PS: DEUXIEME DEBAT -  2 sur 2

     

    LAÏCITÉ

    Abordé durant une vingtaine de minutes, ils sont tous pour la défendre à quelques nuances près, chacun n’ayant pas forcément le même avis sur l’application de la loi 1905 notamment.

    Les désaccords sont tout en nuances mais c’est justement les nuances qui font la différence.

    Chacun dit que la loi de 1905 suffit telle qu’elle est. Beaucoup de politiques l’ont dit mais l’on sait bien qu’entre le discours et la réalité, il y a toujours la tentation des accommodements par les politiques par simple souci électoraliste. (http://quaiducitoyen.eklablog.fr/les-grignotages-de-la-loi-de-1905-et-la-laicite-3-6-a114853416 et http://quaiducitoyen.eklablog.fr/grignotage-de-la-loi-1905-le-ps-trahit-l-ecole-publique-et-la-laicite-a115020720)

    Je ne vais pas revenir sur tout ce que j’ai déjà exprimé sur le sujet. Ce serait trop long. La position doit être claire : la laïcité n’est pas négociable. (http://quaiducitoyen.eklablog.fr/la-laicite-n-est-pas-negociable-a115041474). Il y a eu trop de compromissions par le passé notamment depuis 1905 avec la religion catholique et ceci par nombre d’élus que ce soit au niveau local ou que ce soit au niveau national par nombre de gouvernements. Il est facile de déballer toutes les tentatives qui détruisent peu à peu le sens de la loi de 1905 et fragilisent la « Laïcité » tant clamée par certains politiques qui en réalité ne font que s‘en servir, souvent par pur clientélisme électoral. Ce clientélisme est d’autant plus favorisé par les politiciens qui se réclament d’un certain ultra libéralisme dont l’objectif est de privatiser le maximum de services publics ou qui sont les chantres d'une laïcité "ouverte" qui n'est qu'hypocrisie électoraliste. Je n'oublie pas dans la liste ceux qui s'en servent à la droite de la droite et pas seulement au front national pour flatter le sentiment anti islam qui se développe en France.  

      PRIMAIRE DU PS: DEUXIEME DEBAT -  2 sur 2PRIMAIRE DU PS: DEUXIEME DEBAT -  2 sur 2

     

     

     

     

     

     

    Pour en revenir aux candidats les nuances sont nombreuses.

    Ainsi, Vincent Peillon affirme que c’est "Un espace de tolérance». Il a beau dire comme Benoit Hamon qu’il y a des risques de dévoiement de la laïcité, je rappelle que c’est ce même ministre de l’éducation nationale qui, à propos de la charte de la laïcité affichée dans toutes les écoles, a pris en compte l’avis des ecclésiastiques en n’obligeant pas à l’affichage de la charte dans les établissements privés sous contrat avec l’état. Cela a fait suite à la déclaration du secrétaire général de « l’enseignement catholique », le 1er octobre 2013 qui indique que : « Le document  ministériel  ne s’applique  pas aux établissements  privés  associés  à l’Etat  par contrat, et cela me paraît tout à fait logique. »«La laïcité républicaine, nous y adhérons pleinement. En revanche, la laïcité des établissements, nous ne pouvons y souscrire».

    Quand monsieur Peillon parle d’espace de tolérance, est-ce cela ? Y aurait-il donc une laïcité différente selon qu'on soit élève de l'enseignement public ou de l'enseignement privé sous contrat avec l'Etat? A l’époque Benoit Hamon n’ a pas non plus réagi lui qui est devenu ministre quelques mois plus tard.

    Arnaud Montebourg : « La loi de 1905 [...] interdit toute forme d'intrusion de la religion dans le champ de la politique, les services publics, de l'action publique. » Il ne veut ni d'une "dictature d'une minorité" ni d'une "dictature de la majorité" sur la question. Il se veut ferme "dans la manière dont la loi de 1905 doit être mise en œuvre, voire être constitutionnalisée." Une interprétation pas assez précise qui pourrait porter à confusion.

    Sylvia Pinel : « Il est important que les enseignants soient mieux formés sur la question de la laïcité. Il faudrait rajouter un module supplémentaire de formation pour les enseignants. » « La loi de 1905 (…) Il faut lui donner le sens, lui donner une définition précise et ne pas la dévoyer pour tenter de stigmatiser telle ou telle religion ». Je pense que la laïcité est pourtant déjà définie. Point n’est besoin de lui donner des qualificatifs supplémentaires.

    Quant à Manuel Valls et François de Rugy, ils insistent sur les combats à mener pour faire vivre "ce grand principe". Comment ? A préciser.

     Jean-Luc Bennahmias  a asséné une vérité : "On a trop joué avec les communautarismes par le passé"(les élus locaux) et a estimé que la loi de 1905 était « superbe loi » qui se « suffit à elle-même » et qu’il ne faut pas y toucher ou ajouter de nouvelles lois.

    PRIMAIRE DU PS: DEUXIEME DEBAT -  2 sur 2

    Les nuances sont donc de taille.

    D’où ma prudence quant aux affirmations des candidats car je n’ai entendu aucun d’eux se prononcer sur une anomalie importante qui aurait pu montrer l’attachement véritable que des candidats auraient pour la laïcité. Il s’agit du concordat qui sévit dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle. La liberté de conscience ne semble pas être garantie aux citoyens de ces régions puisque des cultes y sont reconnus par l’état dans le cadre du Concordat de 1801 qui n’a plus lieu d’être depuis des décennies. L'état finance chaque année à hauteur de 58 millions d’euros sur fond public la rémunération de religieux sans compter les investissements pour des lieux de culte. L’unité et l’indivisibilité de la République s’en trouvent atteintes.

    Je rappelle que les citoyens ne sont pas tous, loin de là des croyants, y compris en Alsace Moselle, mais qu’un grand nombre d’entre eux sont agnostiques et athées.

    Cela aurait dû être un devoir pour un Président de la République qui dit défendre la Laïcité que d‘abroger le concordat tout en prenant bien sûr les précautions nécessaires par un étalement dans le temps du règlement des problèmes humains et sociaux que cela aurait occasionnés . Il n’en a pas eu le courage et ceux qui ont été au gouvernement non plus.

    Cela devrait un engagement clair de ceux qui veulent être président de la république en 2017.

    PRIMAIRE DU PS: DEUXIEME DEBAT -  2 sur 2

    (auteur WerbeFabrik, CC0 domaine public)

    EUROPE, AFFAIRES ÉTRANGÈRES

    Il y a des différences d’appréciations quant à l’accueil des réfugiés. Peillon estime insuffisant le nombre de réfugiés accueillis en France (5000 sur les 30 000 promis) alors que manuel Valls dit qu’on ne peut accueillir tout le monde.

    Aucun des candidats n’est à l’aise sur le sujet et on sent bien que c’est l’Europe qui devrait traiter le problème dans son ensemble dans le cadre d’une politique commune qu'elle est incapable de construire faute d’accords réels entre les états.

    Arnaud Montebourg  dit qu’il faut mettre fin à l’austérité et créer une minorité de blocage avec 4 autres pays représentant 35% de la population européenne pour changer la donne.

    Vincent Peillon ne veut pas fâcher les allemands.

    Benoit Hamon estime que "La priorité pour la construction européenne, c'est de trouver des objectifs qui nous unifient, (...) comme la transition énergétique et souhaite « un visa humanitaire européen ».

    Manuel Valls : propose « une pause dans l'élargissement, qu'on dise les choses à nos amis turcs qui ne pourront pas rentrer dans l'Union européenne, puis une conférence de refondations pour se demander de quoi doit s'occuper l'Europe."

    Sylvia Pinel propose de continuer « d’accueillir de manière digne (les migrants), en leur proposant accompagnement et logement décent. C'est à l'honneur de la France. Mais il faut une réponse européenne, avec un droit d'asile européen, pour que les traitements des demandes d'asile ne soient pas différent d'un pays à l'autre. Il faut une politique migratoire européenne." 

    François De Rugy : « La France doit être moteur de la construction européenne surtout sur la question des migrants. »

    Jean-Luc Bennahmias : "Le couple franco-allemand, ça ne marche plus aujourd'hui (...) je ferai une alliance avec les pays du sud (Italie, Espagne...) puis l'ex-Benelux et ainsi nous pourrons aller rencontrer nos amis allemands." 

    D’autres points comme celui des travailleurs détachés ont été effleurés avec des positions différentes.

    En définitive, sur les 40 minutes consacrées à l’Europe, le sujet d’ une amélioration du fonctionnement des institutions communautaires n’ a été abordé que 3 ou 4 minutes et je suis resté sur ma faim : que changer, pourquoi ? Quelle politique économique et sociale  et environnementale ? Quelle défense armée ?...
    Beaucoup du temps imparti été consacré à l’immigration qui n’est pourtant pas le seul problème de l’Europe, loin de là.

    PRIMAIRE DU PS: DEUXIEME DEBAT -  2 sur 2

    (auteur geralt, CC0 domaine public)

    ENVIRONNEMENT, ÉNERGIE

    Un point important traité en une vingtaine de minutes soit environ trois minutes par candidats. Il s’agit d’abord de notre devenir du point de vue énergétique qu’on peut résumer en deux points à savoir le nucléaire et les énergies renouvelables.

    On a certes parlé du diesel et de la pollution mais à la marge.

    Ils ont tous d’accord pour sortir du nucléaire. Montebourg, Peillon, Pinel et Valls, sont à peu près sur la même ligne dite pour eux « raisonnable » à savoir y aller en progressivité en diminuant l’utilisation des énergies fossiles puis ensuite le nucléaire. Pour eux 50% de réduction du nucléaire d’ici 2025 n ‘est apparemment pas tenable. Pour Hamon et de Rugy c’est faisable si on investit à fond dans le renouvelable pour atteindre 50% d’énergies renouvelables en 2025 et 100% en 2050 , ceci brièvement résumé.

    Une différence d’appréciation sur « l’indépendance énergétique de la France » se fait nettement sentir entre Sylvia Pinel et François de Rugy. Pour la première, c’est le nucléaire qui garantit l’indépendance énergétique de la France. Pour François de Rugy, le nucléaire qui a comme combustible l’uranium que nous allons chercher à l’étranger n’est pas un gage d’indépendance que seules peuvent amener les énergies renouvelables. A mon sens, il a raison.

    CANNABIS et SANTÉ

    La question des journalistes concernant la santé s’est limitée à demander la position de chacun sur le Cannabis. Interdiction, légalisation contrôlée, partielle ? On assiste là à un des travers des médias actuels pour qui prendre ce genre de position prime le reste parce qu’elle fait débat ou polémique ce qui est toujours vendeur. Le gadget médiatique a sévi. C’est en réalité très restrictif et passer 13 minutes sur ce point alors qu’il y a d’autres problèmes concernant la santé comme la prise en charge des malades dans les hôpitaux, les lits, les conditions de travail des personnels soignants , la pénurie de médecins etc... ce me semble plus que léger. La position de Montebourg me semble être la plus lucide : « Je suis pour une conférence de consensus où l'on cherche une position d'équilibre. Je pense inutile que l'élection présidentielle se déroule autour d'un débat de cette nature."

    Ce n’est en effet pas l’essentiel d’un programme sur la Santé...

    Il faut espérer que ce sujet sera traité lors du troisième débat.

    PRIMAIRE DU PS: DEUXIEME DEBAT -  2 sur 2

    (auteur rexmedlen, CC0 domaine public)

    POUR CONCLURE :

    J’élude la question « Quel président seriez-vous ». Elle n’est pas importante en soi, chacun ayant à cœur de dire qu’il sera le meilleur.

    Je retiendrai simplement que chaque candidat soutiendra le vainqueur de la primaire.

    C’est un point important car en définitive il conditionne l’avenir de l’élection du mois de mai notamment au premier tour. Il est sûr que si c’est Valls qui emporte la primaire, il n’ a en rien l’intention de discuter avec les autres candidats comme Macron et Mélenchon pour une candidature commune à la gauche. Peillon a signifié qu’il souhaiterait, lui, les rencontrer. Montebourg sans être aussi clair n’est pas contre. Hamon semble être .dans la même ligne.

    Je ne cite pas Bennahamias et Pinel qui se sont déjà exprimés comme n’ayant aucune chance d’être au deuxième tour de la primaire.

    Ils ont tous dit qu’il voulait être le candidat qui rassemble... rassemble qui ? quoi ?

    A suivre...pour un troisième débat

    « PRIMAIRE DU PS: DEUXIEME DEBAT - 1 sur 2PRIMAIRE DU PS: TROISIEME DEBAT »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter