• MUR DE CALAIS : J’Y REVIENS... 1 sur 2

    Je ne fais pas comme les immigrés qui y reviennent sans cesse après avoir tenté de le franchir et qui finalement retrouvent la « Jungle ». Non, j’y reviens parce qu’une fois de plus, un candidat à la candidature à présidence de la république remet de l’huile sur le feu des peurs et attisent les polémiques autour du sujet des flux migratoires

    Je complète ce que j’ai écrit sur le sujet sur le présent blog (http://quaiducitoyen.eklablog.fr/manifestation-sur-l-a16-la-jungle-de-calais-2-sur-2-a126879316 ).

    MUR DE CALAIS : J’Y REVIENS...

    (auteur mb41010 Pixabay, CC0 domaine public)

    J’avais déjà été interpellé par la déclaration de Nicolas Sarkozy dans la Voix du Nord  du 5 septembre faite le jour de la manifestation ce qui n’était pas indispensable surtout pour énoncer des solutions se résumant à croire que c’est en allant négocier à LONDRES dans la perspective où il serait élu aux prochaines présidentielles que tout allait se résoudre. Une déclaration qui n’est pas là pour aider à la situation actuelle où il faut faire preuve d'humilité quant aux propositions pour avancer car aucune, prise seule, ne résoudra un problème complexe.

    Je déplorais là encore que nous étions dans la campagne présidentielle où l’objectif n’est pas d’avancer mais de faire croire qu’on fera mieux si on est élu...

    Dans mes articles des 7 et 8 septembre 2016, j’expliquai en effet qu’il était navrant de constater que les politiques étaient incapables de débattre pour trouver, ensemble, toutes sensibilités confondues, des solutions pour avancer.Ils faisaient tout le contraire en s’invectivant et en jouant les matamores notamment en vue de l’élection présidentielle.

    Je me réjouissais par contre des propositions faites par deux sénateurs pour inciter les politiques à se rassembler pour trouver un consensus de solutions sur le sujet.

    (http://quaiducitoyen.eklablog.fr/jungle-de-calais-un-rapport-a-lire-pour-debattre-des-solutions-a126931838)

    Mais que nenni...

    ÇA CONTINUE DE PLUS BELLE !

    De ce fait, le citoyen que je suis se voit dans l’obligation d’entrer en campagne non pour accéder au poste de président de la république mais pour donner son sentiment sur les manières qu’ont certains politiques de nous prendre pour des cons ou nous manipuler en utilisant les « à peu près », le mensonge, la démagogie, les inepties et autres fariboles destinées à désinformer les citoyens.

    Ne soyons pas dupe d’où que ça vienne.

    Aujourd’hui je donne mon sentiment sur les propos – à défaut d’actes d’ailleurs -de celui qui a cru tirer du canon le plus fort pour faire entendre des affirmations que je considère pour le moins comme des inepties.

    Je m’explique.

    Nicolas SARKOZY récidive donc ce mercredi 21 septembre en se rendant à Calais pour mettre de l’huile sur le feu, le premier jour de l’ouverture officielle de la campagne des primaires de droite. Certains d’ailleurs de ses concurrents lui rappellent à cette occasion sa responsabilité dans la signature des accords du Touquet et qu’il n’est pas le plus qualifié pour donner des leçons de morale au gouvernement.*

    Je dis mettre de l’huile sur le feu car sauf à remuer une fois de plus le couteau dans la plaie, en quoi ce déplacement à Calais aide –t-il à la résolution du problème ?

    J’estime que tout cela n’est qu’agitation malsaine pour aucun résultat tangible immédiat.

    Que ne propose-t-il des solutions au lieu de faire de vagues promesses sans précisions.

    MUR DE CALAIS : J’Y REVIENS...

    (The commedia del'arte figure of the Spanish Captain.Abraham Bosse. domaine public)

    L’ÈRE DES MATAMORES EN CAMPAGNE SE POURSUIT DONC.

    Tout cela a un relent populiste pour, une fois de plus, surfer sur les peurs à force de mensonges ou d’exagération et pour les amplifier.

    Tout est bien orchestré. Le président par intérim de LR, Laurent Wauquiez, a mis en ligne, le 16 septembre, une pétition intitulée « Non à la création de jungles sur l’ensemble du territoire ».

    Une déclaration inepte et indigne d’un homme politique responsable mais approuvé par le candidat à la candidature présidentielle. Ainsi à Calais, ce mercredi, Nicolas Sarkozy affirme : « La question n’est pas de vider la jungle et de la mettre dans mille, cent ou dix endroits car si les frontières restent des passoires, dans six mois, je reviens à Calais et ce sera la même chose », ...« A la fin de l’été 2017, le problème de la jungle sera réglé. »

    J’estime que dire cela est irresponsable car même si le démantèlement et la répartition des migrants dans la France ne résoudront pas tout, il est indispensable de le faire si on veut alléger le poids de la jungle de Calais sur les conditions de vie locale tant pour les riverains, les transporteurs que les migrants.

    Il ne s’agit pas de créer des camps comme à Calais comme veut le faire croire Laurent Wauquier mais bien de répartir les migrants dans des Centres d’accueil et d’Orientation qui se feront dans des bâtiments vides dont le recensement est commencé et comme cela a été déjà fait dans 184 endroits en France.

    Deuxième point, l’avis des élus locaux sera bien entendu requis et on voit mal comment on pourrait implanter un CAO dans une commune sans l’aval et le concours de la commune concernée. C’est ce qui est prévu dans le dispositif en cours et les instructions données.
    Faire croire le contraire relève de la manipulation et fait penser aux méthodes de l’extrême droite pour créer la peur et l’exclusion sans réflexion aucune.

    On mélange tout, on entretient les confusions et le simplisme... Ça fait sans doute partie de la tactique électorale bien pensée pour gagner la primaire de la droite en faisant voter les électeurs de la droite dure et du FN.

    Le démantèlement doit se faire en donnant en amont les explications nécessaires aux populations d’accueil en concertation avec les élus : Conditions d’accueil qui est provisoire et humanitaire, lieux, nombre, processus de prise en charge, accompagnement social, sanitaire, éducatif...appel à la solidarité...

    Ça se prépare et ne se fait pas en quelques jours.

    En bref, les affirmations de Laurent Wauquier et Nicolas Sarkozy ne sont que des « trompe l’œil «  électoralistes et ce n’est pas aider à solutionner la situation de Calais bien au contraire. L’irresponsabilité est là que de faire croire à ce qui n’est pas vrai et de nuire à une opération indispensable même si non suffisante alors qu’il faudrait la faciliter.

     

    MUR DE CALAIS : J’Y REVIENS...

    (image modifiée par P.P. deYomare pixabay CCO domaine public)

    DES AFFIRMATIONS ÉLECTORALISTES IRRÉALISTES POUR ATTIRER DES GOGOS

    Nicolas Sarkozy et venu à Calais pour dire que s’il est élu président, il va  « régler le problème de la jungle à la fin de l’été 2017. » En trois mois donc il va résoudre un problème qui dure depuis plus de 10 ans.

    QUI PEUT CROIRE UNE TELLE PROMESSE ?
    Si cela était si facile pourquoi, en 2002, il n’a su que fermer le centre de Sangatte sans mettre en place de solution pour éviter que les migrants errent à Calais après le démantèlement ?

    Quand il affirme que « Celui qui a fait ça [démanteler le camp de Sangatte] a quelque légitimité pour parler de Calais. », il faudrait peut-être qu’il soit plus humble sur les résultats qu’il a obtenus. Pour mémoire, il est bon de rappeler qu’à cette époque on abritait parfois jusqu’à 1600 migrants, bien moins que les 10 000 d’aujourd’hui.

    Qu’a-t-il fait ensuite pour empêcher que se constitue la jungle de Calais sauf de nouveau à démanteler un site qui s’est reconstitué puisque aucune autre solution n’était apportée jusqu’en 2012 pour empêcher que s’étoffe une « jungle ».

    Avec les évènements en Lybie dont il porte une responsabilité du délitement de la situation pour ne pas avoir pensé à la suite et le marasme de la guerre de Syrie, l’afflux des migrants a continué avec une grande intensité pour arriver à la situation actuelle à Calais.

    Monsieur Sarkozy est donc mal placé pour donner des leçons et faire croire qu’il va tout solutionner d’un coup de baguette présidentielle...

    Renégocier les accords du Touquet, peut-être mais ça ne se fera pas en trois mois car les anglais résisteront.

    Ré instituer un contrôle aux frontières comme l’a fait l’Allemagne, c’est possible et prévu par les accords de l’espace Schengen. Cette « suspension » de la libre circulation n’est que pour une durée limitée. Mais Refonder l’espace Schengen pour rétablir tous les contrôles aux frontières intérieures de l’Europe est nettement plus compliqué. Car il faut réviser le traité et cela nécessite d’obtenir un accord de tous les membres de l’Union européenne, avec une ratification pays par pays, par référendum ou vote des Parlements nationaux. Autant dire des mois...en étant optimiste.

    Non, si Monsieur Sarkozy était élu président de la République en mai 2017 , il ne saurait régler le problème en trois mois comme il l’affirme en nous prenant pour des gogos capables d’avaler des promesses qui ne tiennent pas la route.

    MUR DE CALAIS : J’Y REVIENS...

    ( Bird's eye view of the Calais Jungle, malachybrowne - https://www.flickr.com/photos/67570481@N04/24369972720/, CC BY 2.0)

    De plus, il faudrait sans doute qu’il mette les pieds dans le bourbier de la jungle où il n’a pas daigné se rendre pour se rendre compte des conditions inhumaines dans lesquelles vivent les migrants dont il ne parle jamais au niveau des solutions. C’est son choix.

    Il considère les migrants comme des « dégâts » : « Si chez vous il y a un problème dans une pièce, ce n’est pas grave, les dégâts dans la pièce, je les mets dans la pièce à côté. J’ai réglé les raisons du dégât dans la première pièce ? Non, j’ai dégradé la seconde… »...

    Que de mépris dans la bouche d’un candidat à la plus haute fonction de l’ÉTAT !

    POUR CONCLURE TRÈS PROVISOIREMENT

    Tout cela pue la campagne électorale de bas niveau ce qui ne résoudra rien aux problèmes actuels que connaissent Calais, ses habitants et les migrants.

    Je constate aussi la similitude de langage entre Nicolas Sarkozy et Marine le Pen, tous deux en campagne électorale et qui devient flagrante quand on entend le leader des républicains parler de submersion de la France. Je vais y revenir car on ne peut laisser passer de tels propos qui eux aussi brouillent la réalité et la réflexion par la peur.

    L’urgence c’est bien de désengorger au mieux Calais des problèmes pour les riverains et les migrants.

    Démantèlement, répartition des migrants dans toute la France, cela prendra du temps si on veut que ce soit fait dans de bonne conditions et efficace. Mais c’est immédiatement indispensable avec d’autres mesures qui permettent de ne pas revenir à une situation actuelle.

    Faut-il construire un nouveau mur même s’il est végétalisé ? C’est à débattre.

    J’y reviens dans le prochain épisode de mes remarques citoyennes.

     

    MUR DE CALAIS : J’Y REVIENS...

    (Barbed tape in a street of Beirut, image de © Guillaume Piolle / CC BY 3.0)

     

    *"Les accords du Touquet sont une grave erreur aux conséquences lourdes aujourd'hui "il faut assumer", a tweeté le député Alain Chrétien, porte-parole de Bruno Le Maire.

    "Par ses choix, en tant que ministre puis président, Nicolas Sarkozy a donc une responsabilité directe dans le fiasco de la gestion de ce dossier. Il ne semble pas aujourd'hui le plus qualifié pour venir donner des leçons de morale au gouvernement depuis Calais." (Jean-François Copé)

    « LAÏCITÉ, COMMUNAUTARISME, TERRORISME ...MUR DE CALAIS : J’Y REVIENS... 2 sur 2 »

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter