• LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE BÂCLEE DU PRÉSIDENT MACRON

    La transition écologique et énergétique doit en effet être faite, nul ne peut le contester mais encore faut-il que ce soit fait sans la brutalité actuelle qui ne laisse pas à chacun le temps et les moyens d'y faire face.

    C'est le cas des surtaxes sur le carburant et  la très grande faiblesse des propositions du gouvernement pour aider les français à s'équiper autrement dans le temps.

    LA TRANSITION ENERGETIQUE BACLEE DU PRESIDENT MACRON

    (auteur seagul, CC0 domaine public)

    EMMANUEL MACRON A BÂCLÉ LA TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

    Tout ce qu'il fait il l'a annoncé dans son programme aux élections présidentielles comme l'alignement du prix du diesel sur l'essence. Le problème est qu'Emmanuel Macron ne s'est guère jusqu'ici préoccupé de la transition énergétique et de ses liens avec les implications qu’elle pouvait avoir avec la vie quotidienne des français , sauf à la marge.

    Il a de plus préféré privilégier par des mesures fiscales injustes des mesures pour favoriser « le travail » comme il dit.

    Cette doctrine oublie l’essentiel : l’accompagnement social de cette transition comme si d’un coup de baguette magique chacun aurait les moyens de faire les efforts financiers pour y participer.

    La preuve en est par la contestation qui s’est mise en place avec les gilets jaunes pour dire le ras le bol de celles et ceux qui ne peuvent pas joindre les deux bouts au quotidien, transition énergétique non comprise d’ailleurs, l’augmentation des taxes sur le carburant étant le détonateur d’une expression du malaise latent.

    Dans la vie, si avoir un travail permet d’avoir des revenus et donc à un individu ou une famille de vivre et non de survivre, il faut encore que ce travail soit rémunéré justement au minimum pour ce faire avec des variations bien sûr en fonction de la qualification de chacune et chacun. Cela n’exclut pas les aides qui doivent être apportée pour celles ou ceux qui sont dans une situation difficile créée par la vie comme être seul avec un ou plusieurs enfants.

    On devrait appliquer la même règle aussi aux retraités et aux étudiants afin qu’ils puissent faire leurs études sans savoir à galérer comme trop d’entre eux pour trouver un logement, se nourrir, se soigner...

    D' un débat récemment vu à la télé je retiendrai simplement cette souffrance créée chez certaines personnes qui est celle de chaque mois : avoir assez de revenus pour vivre normalement jusqu’au bout du mois et aussi pouvoir faire face à l’imprévu.

    Le gloubi boulga fiscal d'Emmanuel Macron n'a pas permis à la majorité des français de ressentir dans les faits une augmentation de leur pouvoir d'achat.

     

    MACRONITE : ALERTE AUX MIRAGES FISCAUX

    (auteur OpenClipart-Vectors, CC0 domaine public)

    L'ÉCONOMIE SELON EMMANUEL MACRON

    Il faut rappeler que depuis le début de son quinquennat, le gouvernement d'Emmanuel Macron a privilégié les baisses de taxes et d'impôts de ceux qui devraient investir dans l'économie pour créer l'emploiComme Hollande il a parié sur le CICE qu'il a pérennisé. Des milliards se sont  déjà envolés.  Sa théorie du ruissellement ou du retour est une chimère. On sait très bien que ça ne marche pas.

    En voyant ces milliards donnés sans condition aux français les plus riches, les autres français estiment devoir se contenter de quelques aumônes sans effet compte tenu du coût de la vie qui a augmenté plus que les salaires, il n’est pas étonnant que l’annonce de l’augmentation des taxes sur les carburants a fait déborder le vase.

    Rappels:

    - "Dans une étude de juin 2015, les économistes du FMI se sont penchés sur les effets des inégalités sur la croissance : Ils ont montré que

    • plus les inégalités s’accroissent, plus la croissance ralentit : Une hausse de 1% du revenu des 20% les plus riches d’une économie a un effet négatif sur la croissance.
    • A l’inverse, la même étude montre qu’augmenter de 1% le revenu des 20% les plus pauvres augmente la croissance de 0.4 %

    Les choix faits risquent donc de faire chuter notre croissance.

    Selon BERCY, la suppression de l’ISF et la Flat Tax devraient apporter à la France une hausse de 0,5% du PIB et la création de 50 000 emplois « à long terme ».

    En restant sur les évaluations arrondies officielles de 10 milliards d’euros que coûteraient sur les deux premières années « ces cadeaux », cela représenterait 200 000 euros par personne minimum soit 20 000 euros pendant 10 ans ou 14 ans de SMIC annuel NET."

    Une aberration économique.

    - LE CICE : Une utopie qui coûte cher.(http://quaiducitoyen.eklablog.fr/oui-va-falloir-reagir-1-sur-4-a125039940 ). Prévue pour relancer la compétitivité elle ne sert en réalité qu’à aider les entreprises à se refaire des marges , à créer peu d’emplois vu le coût du système et profite plus aux grandes qu’au petites. On a pris une mesure générale sans finesse qui ne cible pas les réels besoins des entreprises et Emmanuel Macron en pérennisant le CICE par une baisse de charges continue dans l’erreur.

    J’ai déjà dit que l'argent public est gaspillé comme sous Hollande compte-tenu des résultats hypothétiques plus que faiblards que l’on a pu constater. (http://quaiducitoyen.eklablog.fr/macronite-alerte-aux-mirages-fiscaux-a144695010 )

    Faisons les comptes en 20I9

    - 8 milliards donc  censés ruisseler pour l'investissement

    - 40 milliards pour le CICE sans engagement des entreprises qui les perçoivent et qui n'augmentent guère les salaires. À compter du 1er janvier 2019, le CICE sera transformé en un allégement de cotisations d’assurance maladie de 6 points pour les rémunérations allant jusqu’à 2,5 SMIC. Ce qui fait que pour 2019 l’État devra à la fois financer la baisse pérenne de cotisations mais aussi continuer à rembourser les crédits d’impôts dus au titre des années précédentes. Soit deux fois 20 milliards à débourser cette année-là, au lieu d’une fois.

    En matière de création d’emplois, si on poursuit ce système, c’est 99,3 milliards qui auront été donnés d'ici 2020 pour un nombre de créations d'emploi qui a été évalué au mieux à 380 000  soit plus de 260 000 euros par emploi créé!

    Une autre aberration économique et budgétaire d’une politique non ciblée.

    N’aurait-on pas pu consacrer une partie de ces milliards pour commencer à accompagner la transition en 2019  et une autre partie en ciblant les entreprises créatrices d’emplois et une augmentation des salaires? Je pense que oui.

    Organiser le budget de l’état au profit de tous les citoyens requière une hauteur de vue politique qu’Emmanuel MACRON n’a donc à l’évidence pas. Il reste ancré dans ses convictions HORS SOL.

    OUI VA FALLOIR REAGIR - 1 sur 2

    OUI VA FALLOIR REAGIR - 1 sur 2OUI VA FALLOIR REAGIR - 1 sur 2OUI VA FALLOIR REAGIR - 1 sur 2

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ( montage à partir images A USMC Paratrooper et Montgolfier brother's balloon, 1895 , domaine public)

    UN PRÉSIDENT COINCÉ PAR SA DOCTRINE

    Le président est donc coincé s'il ne revient pas sur ses erreurs budgétaires qui sont basées sur une sorte "d'économisme" qui ressort d'un intégrisme économique dont il n’arrive pas à se dépêtrer.

    Il ne peut plus financer une transition énergétique avec des mesures importantes pour aider les français de manière adaptée en fonction des revenus car il a déséquilibré les comptes de la nation qui auraient dû être consacrés à une économie solidaire au service de la population.

    Il prend donc des mesures brutales qui prennent tout le monde à la gorge.

    L'augmentation de la taxe carbone sur les carburants est une ineptie qui est peu compréhensible et apparait comme punitive dans l'état actuel de la situation si on ne prend pas les moyens de fournir des solutions adaptées dans le temps.

    Le président a lui-même dit que les français, et notamment ceux qui ne vivent pas dans les grandes agglomérations, devaient pouvoir continuer de se déplacer car ils ne peuvent faire autrement pour aller travailler, conduire les enfants à l'école, aller se soigner ou faire les courses... Il se réveille un peu tard pour faire un constat qui allait de soi.

    Qu'il y ait taxes ou pas, cela n'aura aucun impact ou si peu sur l'empreinte carbone puisqu'on continuera à consommer autant.

    Le seul intérêt actuel pour l'État est de percevoir le produit de taxes dont la totalité n'est pas consacrée à la transition énergétique et aux moyens à mettre en œuvre mais à permettre d'abonder le budget global en déséquilibre du fait notamment des cadeaux faits aux plus riches et remplacer le CICE par une baisse de charges pérenne des entreprises.

    Pour peu qu’ils regardent de près le montant perçu pour ces taxes, les français peuvent s’apercevoir que les aides à la conversion s'avèrent bien inférieures à  la hausse des taxes vertes votées sur l'ensemble du quinquennat (14 milliards sur cinq ans). Le geste annoncé par le premier ministre se situerait entre 400 et 500 millions d'euros. Cela fait l’effet d’une blague si on n’avait vraiment envie de rire ce qui n’est pas le cas.

    La transition énergétique en accompagnant les français ce n'est pas cela.

    Il faut y mettre les moyens opérationnels pour les aider fortement à court, moyen et long terme à s'équiper autrement sans qu'une fois encore ce soit au détriment pour beaucoup de leur pouvoir d'achat qui périclite au point pour certains de ne pouvoir faire face au minimum pour avoir une vie correcte.

     

    MACRONITE : ALERTE AUX MIRAGES FISCAUX

    (auteur 1820796, CC0 domaine public)

    POUR CONCLURE PROVISOIREMENT

    Si nous voulons sortir de l’impasse actuelle symbolisé par le mouvement des Gilets Jaunes soutenu par plus de 80% des français, Emmanuel Macron doit avoir l’intelligence d’admettre qu’il a fait des erreurs de stratégie budgétaire. Ce serait tout à son honneur et ne serait pas infamant bien au contraire.

    Pour redonner du pouvoir d’achat aux français sans bricoler comme il le fait avec la CSG, les taxes sur les carburants et autres artifices, il doit revenir sur un certain nombre de ses décisions qui ont trait à l’impôt sur la fortune, la CSG et le CICE ce qui ne nuit en rien à cibler les besoins des entreprises qui en ont besoin en matière de soutien à l’emploi tout en entamant une vraie politique pour une transition écologique et énergétique adaptée aux réalités de ce que vivent les français.

    C’est le seul moyen de sortir d’une crise dont je crains l’amplification s’il ne réagit pas positivement.

    Si la colère déborde, on ne sait pas jusqu’où ça peut aller.
     

    Il reste à espérer que le président de la France n’a pas choisi la solution du pourrissement. C'est pourtant ce que laisse craindre jusqu'à présent son attitude et celle du premier ministre en ne faisant aucun geste significatif.

    A mon sens, cela ne peut fonctionner d’autant que le mois de janvier 2019 verra l’arrivée de nouvelles augmentations comme celle de l’énergie électrique ou la taxe carbone sur les carburants qui serait maintenue. S’ajoutera à cela l’effet psychologique de la perception de l’impôt à la source qui n’enlève rien globalement aux revenus de chacun mais qui pourrait être mal perçue dans une période de crise.

    Attendre serait donc une grave erreur car on a déjà trop attendu des réponses qui ne sont pas venues.

     

    * économie : Etymologie : du grec ancien oïkonomia, gestion de la maison, constitué de oikos, maison, et nomos, gérer, administrer.
    Etymologiquement, l'économie est donc l'art de bien administrer une maison, de gérer les biens d'une personne, puis par extension d'un pays. Plus généralement, l'économie est une science sociale qui étudie la production, la répartition, la distribution et la consommation des richesses d'une société. (La Toupie)

    **économisme: Le terme économisme est souvent employé avec un sens péjoratif pour présenter l'économie comme une idéologie, en particulier pour la vision libérale de celle-ci qui réduit tous les choix politiques, sociaux, éducatifs, culturels, etc. à un calcul coût / avantage. (La Toupie)

    « GILETS JAUNES : LE COUP DE POKER DU PRÉSIDENTAPRÈS MAI 68, DÉCEMBRE 2018 ? »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter