• OUI VA FALLOIR REAGIR - 1 sur 4

    Après le Haro sur les chômeurs, Pierre GATTAZ, président du MEDEF, avait décrété « l’état d’urgence économique », réclamé un code du travail qui pourra permettre de licencier plus facilement. Il fallait, selon lui, le retour de la confiance afin que les entreprises embauchent, le développement de la formation initiale et continue ainsi que de l'apprentissage, et enfin "l'agilité" tous azimuts. Comme pour le pacte de responsabilité il promet, si ses mesures sont acceptées, un million d’apprentis.
    Ça rappelle en effet les promesses d'embauche d’un million de travailleurs sur cinq ans qu'il avait annoncé en septembre 2014....et non tenues.
    La pression a continué de se mettre en place vis à vis des partenaires sociaux syndicaux pour, une fois de plus, tenter de réduire les droits de ceux qu’on veut faire passer pour des nantis qui ne travaillent pas : les chômeurs....
    Et maintenant ce sont des menaces pour faire pression pour modifier le code du travail. Il les a exprimé mardi dernier sur France info : 'un chômage "à 13 ou 14%" si le gouvernement ne veut pas se décider à suivre ce qu’il propose comme réformes.

    OUI VA FALLOIR REAGIR - 1 sur 2

    (Page d'accueil de Le Tartuffe, ou L'Imposteur par Molière (1622-1673), domaine public)

    Mais pour qui se prend-il ?  

    C’est en tout cas un grand donneur de leçons qui non seulement n’impulse auprès de ses adhérents aucun dynamisme pour créer des emplois et ne respecte pas sa parole mais agit, étape par étape, pour faire régresser le droit du travail des salariés au profit d’une tactique visant à accumuler un maximum de mesures d’assistanat pour les entreprises avant la fin du quinquennat.

    Car les assistés ne sont pas les chômeurs tant vilipendés par certains « cons » mais certaines entreprises qui n’en ont par ailleurs pas besoin comme les grands groupes par exemple.

    LES DES SONT PIPES DEPUIS LE DEBUT

    Je le disais partiellement dans un article du 25 janvier 2014 sur ce même blog et intitulé « PARTIE DE POKER HOLLANDAIS » (http://quaiducitoyen.eklablog.fr/partie-de-poker-hollandais-a106113874)

    OUI VA FALLOIR REAGIR - 1 sur 2

    ( auteur Louis Wain (1860-1939), domaine public)

    Tout se confirme...

    Le loup se découvre. Tout cela fait bien parti d’une tactique pourtant claire: diminuer au maximum les acquis sociaux en attendant le retour de la droite pour poursuivre l'œuvre destructrice...du droit des travailleurs pour flexibiliser les marché du travail sans aucune contrepartie sérieuse.

    Le MEDEF qui ne représente pas toutes les entreprises n’a su faire que des discours trompeurs faisant croire qu’il allait se mettre dans la bataille pour créer des emplois.

    Maintenant le MEDEF réclame de nouvelles baisses de charges, la diminution des allocations chômage, plus de flexibilité sans garantie pour les travailleurs...

    Pour quelles créations d'emplois?...

    Les droits de l’assurance chômage vont probablement s’affaiblir...

    La porte est ouverte et le terrain se déblaie pour ce qu’attend le MEDEF à savoir le retour de la droite au pouvoir afin de poursuivre le mouvement bien amorcé de la destruction des acquis sociaux.

    NAÏVETÉ, INCOMPÉTENCE, IRRESPONSABILITÉ, ... ?

    Sans doute, tout à la fois...

    François Hollande et son gouvernement n’ont –ils pas encore compris que la droite et le MEDEF jouent avec la faiblesse de leurs convictions ? Ce serait leur faire injure de croire qu’ils n’ont pas eu l’intelligence de voir la tactique du MEDEF. Donc pas de naïveté dans leur action.

    De l’incompétence politique?

    Sans doute quand on voit les piétinements, les rétros pédalages, les faibles résultats.

    Je pencherai aussi pour une mauvaise voie prise : celle de l’illusion d’un consensus national sur l’emploi avec des partenaires comme le MEDEF qui triche et qu’on laisse tricher parce qu’en réalité au plus haut sommet de l’état on n’a pas la volonté ou on a peur de les affronter.

    La mode est au libéralisme vers lequel nombre de ceux qui sont au gouvernement penchent mais qui, en réalité réfléchissent comme des technocrates aux théories économiques dépassées qui n’impulsent pas une dynamique mais utilisent de vieilles méthodes habillées sous le nom de réformes pour soi-disant relancer la croissance et l’emploi.

    Pour relancer la croissance et l‘emploi, il faut avoir des exigences envers le patronat et montrer qu’on est pas dupe des vieilles ficelles qu’on nous déroulent, toujours les mêmes depuis des décennies : coût de l’emploi, trop de charges...

    Pour relancer la croissance et l’emploi, il faut impulser une dynamique nouvelle à base de choix d’aides ciblés et intelligents vers les entreprises qui ont besoin du coup de pouce nécessaire pour se développer. Il y en a des milliers.

    Les mesures qui ont été prises ont tout au contraire été bien trop générales, sans cibles précises et aident bien plus les grandes entreprises que les petites.

    On a vu que les dizaines de milliards annuels du pacte de responsabilité partent dans la nature de manière irresponsable et sans contrôle... Quand au CICE (Crédit d’Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi), il ne peut avoir l’impact qu’il aurait pu avoir faute de ciblage et de contrôle à la hauteur. Le flou artistique....

    Les chômeurs sont 250 000 de plus.

    Oui, c’est de l’incompétence mêlée d’irresponsabilité.

    HALTE AU GASPI DE l’ARGENT PUBLIC

    Pour relancer la croissance et l’emploi, il ne faut pas gaspiller l’argent public en le distribuant sans contrôle. Il faut donc stopper l’hémorragie et suspendre tous les versements du pacte de responsabilité et du CICE notamment à nombre de grandes entreprises qui n’en ont pas besoin et ne créent pas d’emplois voire en détruisent et comme je le disais dans l’article précédent, réorienter les fonds vers des actions responsables et ciblées notamment au maximum vers les petites entreprises.

    Les chiffres :

    - le CICE doit représenter 12 milliards d’euros d’allègements en 2014 et 20 milliards d’euros en 2015 : Selon la Direction Générale des Finances Publiques, 10,9% seulement de la créance CICE a bénéficié aux micro-entreprises. Ce pourcentage est de 31% pour les PME, 22,5% pour les Entreprises de Taille Intermédiaire et 35,2% pour les grands groupes. J’en ai d’ailleurs cités quelques exemples dans mes précédents articles (http://quaiducitoyen.eklablog.fr/haro-sur-les-chomeurs-2-sur-2-a122645388) mais on peut encore se demander pourquoi La Poste, la SNCF, PSA, Orange, EDF, SANOFI, AUCHAN non seulement ne créent pas d'emplois mais licencient ou vont licencier alors qu’ils reçoivent des centaines millions dans le cadre du CICE.

    OUI VA FALLOIR REAGIR - 1 sur 2

     (travail de Mathieu ROUAUD - cible , CC BY-SA 3.0)

    Dans son rapport 2015, le comité de suivi du CICE constate que le dispositif profite plus aux entreprises peu ou pas exportatrices qu'aux entreprises exportatrices. Aucun ciblage, aucun contrôle alors que la loi dit que les entreprises doivent utiliser le CICE pour investir, embaucher ou conquérir de nouveaux marchés et ne doivent pas l'utiliser pour augmenter les salaires des dirigeants ou les dividendes des actionnaires... Des chercheurs en économie de l’École supérieure des sciences économiques et commerciales (ESSEC) affirment que le CICE sert à financer des hausses de salaires ou des distributions de dividendes, et non à restaurer les investissements et la compétitivité des entreprises contrairement aux objectifs premiers. Mais il faut savoir que les instructions transmises à l'administration fiscale en juillet 2013 stipulent « que le report de l'utilisation du CICE dans les comptes annuels de l'entreprise est une possibilité et non une obligation et que l'utilisation du CICE ne sera pas contrôlée par l'administration fiscale »... Laxisme gouvernemental...et du ministre chargé de la fiscalité.

    Là où les salaires sont les moins élevés le bénéfice du CICE est le plus fort puisque l’assiette de calcul du CICE est limitée aux salaires compris jusqu’à 2,5 Smic. D’où en profitent l’hôtellerie et la restauration (87 % de la masse salariale est concernée par le CICE), les activités de services administratifs (83 %) ou encore la construction (78 %).

    Premier hic : ce ne sont pas ces secteurs qui auraient dû être concernés puisque ces types d’emplois ne sont pas délocalisables... Mauvaises cibles.

    Par contre la filière «fabrication de matériels de transports» ( automobile notamment ), est peu touchée (48 %), comme «l’industrie informatique, électronique et optique» (35 %). Deuxième hic.

    Comme le CICE bénéficie aux entreprises au plus bas salaires , celles qui font des efforts de recherche et de développement donc avec des emplois à  plus hauts salaires ne sont pas aidés à la hauteur qu’il faudrait pour faire face à la concurrence commerciale internationale. Le rapport dit donc bien que les entreprises qu’ il faudrait aider pour l’exportation ne profitent pas assez du CICE. Troisième hic.

    Le rapport 2015 note enfin «  que les entreprises bénéficiant le plus du CICE sont celles qui - avant la mise en place du dispositif - investissaient globalement le moins ». Quatrième hic.  

    On retrouvera les détails sur le rapport original qu’on peut trouver ici : http://www.strategie.gouv.fr/sites/strategie.gouv.fr/files/atoms/files/cice_21_09_web.pdf

    Les critères d’attributions des mesures du CICE n’ont donc pas été mises en place avec toute la finesse nécessaire pour que les cibles soient les bonnes pour la meilleure efficacité possible.

    Si l’analyse des retombées possibles avait été faite avec sérieux avant le lancement, les effets auraient sans doute pu être plus importants pour les entreprises qui en avaient le plus besoin. Une fois encore, sont lancées des opérations coûteuses, de manière grossière et générale ce qui me pose la question de savoir de quelles manières et par qui sont préparées ces mesures alors que l’état a nombre de conseillers et experts pour le faire. Les ministres chargés du sujet n’ont pas eu la vigilance nécessaire pour bien mesurer ce qu’ils allaient lancer au vu des propositions qu’on leur demandé de choisir.

    Tout cela a été approuvé par le conseil des ministres dont les ministres du travail, des finances et de l’économie et discuté par les parlementaires et adopté par eux....

    Un peu léger, non ?! 

    Ouvrez votre parachute...on atterrit...

    A suivre...

    OUI VA FALLOIR REAGIR - 1 sur 2

    OUI VA FALLOIR REAGIR - 1 sur 2OUI VA FALLOIR REAGIR - 1 sur 2OUI VA FALLOIR REAGIR - 1 sur 2

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    ( montage à partir images A USMC Paratrooper et Montgolfier brother's balloon, 1895 , domaine public)

    « HARO SUR LES CHÔMEURS... 2 sur 2OUI VA FALLOIR RÉAGIR - 2 sur 4 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter