• HUMEUR POLITIQUE DU 17 NOVEMBRE 2016

    HUMEUR POLITIQUE DU 17 NOVEMBRE 2016

    (réalisé d'après image géralt, Pixabay, CC0 domaine public)

    La sortie du Beaujolais nouveau, c'est l' évènement majeur du jour. Le reste n'est que piquette mais il faut en parler quand même.

    Je suis obligé de revenir sur les propos d’un Nicolas Sarkozy qui pour sa dernière ligne droite avant le verdict des primaires de la droite et du Centre (IL EST OÙ ?), accélère le mouvement pour ramasser parmi les électeurs ceux qui sont le plus à droite voire à l’extrême droite. C’est sa stratégie pour gagner et espérer être le candidat de ceux qui représentent quand même, tous confondus, la droite de la casse sociale. J’y reviendrai quand on connaîtra le candidat définitif.

    Rien n’est en effet joué pour les trois qui se détachent dans l’ordre alphabétique : Fillon, Juppé, Sarkozy.

    Aujourd’hui, il y a officiellement un nouveau candidat à la présidentielle : Emmanuel MACRON

     

     

    HUMEUR POLITIQUE DU 17 NOVEMBRE 2016

    (photo transformée de Moritz Hager, CC BY-SA 2.0 )

    NICOLAS SARKOZY, LE LAÏCISTE A GÉOMÉTRIE VARIABLE

    Je ne peux laisser échapper les propos d’un ex chef d’état qui tout en disant qu’il veut redonner à la fonction de Président le « lustre » qu’il a perdu - ayant lui-même été le premier à contribuer à en rabaisser le niveau durant cinq années - se permet de faire celui qui est le candidat de la « vie réelle » et dans le même temps proférer des déclarations qui ne l’honorent pas, ceci par pur électoralisme pour ramasser quelques uns de ces électeurs qui n’ont rien compris, comme lui d’ailleurs à ce qu’est le bon sens pour faire qu’à l’école et à la cantine on ne crée pas des problèmes qui n’ont pas lieu d’être.

    J’en viens, bien sûr, à ses déclarations quant à sa conception du repas à la cantine de ceux qui ne veulent pas manger de porc.

    Je cite : "Je n'accepte pas dans nos écoles qu'il y ait des tables de juifs et des tables de musulmans. » « Si dans sa famille on ne mange pas de porc, eh bien le jour où, à la cantine, il y a des frites avec une tranche de jambon, eh bien le petit il ne prend pas de tranche de jambon. Il prendra une double ration de frites. » « La même règle et le même menu pour tout le monde. C’est ça, la République. »

    S’il connaissait la vie réelle des enfants qui viennent manger à la cantine, il pourrait éviter de dire des absurdités et ferait l’économie d’une polémique supplémentaire. Mais c’est justement ce qu’il cherche. Dans certains quartiers, le repas du midi est parfois le seul repas complet et équilibré que certains enfants peuvent avoir dans la journée.

    Car il est absurde de dire qu’une double portion de frites remplacera la tranche de jambon. Mais sans doute ne sait-il pas d’abord que les frites sont rares dans les cantines des écoles car des consignes ont été données, il y a plusieurs années, pour que ce ne soit qu’une fois par mois, que le jambon ce n’est pas tous les jours et que l’effort de ceux qui essaient de composer les repas se portent sur ce qu’on appelle un certain équilibre nutritionnel.

    Il est absurde d’affirmer qu’il y a des tables de juifs et des tables de musulmans. Cela n’existe pas et n’a jamais existé dans les cantines des écoles publiques.

    J’ai eu l’occasion, en tant que directeur d’école de suivre durant 21 ans ce qui se passait dans deux cantines où mangeaient chaque jour les élèves des écoles. Pour les élèves, il ne s’est jamais posé une seule fois la question de savoir si un enfant allait manger ou non parce qu’il y avait du porc au menu. Le bon sens avait pris les devants de ce qui n’est jamais apparu comme un problème de laïcité. Il a simplement suffi de permettre de manger le jour où il y avait du porc, un morceau d’omelette ou un filet de poulet. Quant à aux frites, c’était exceptionnel ! L’important était que tous les enfants mangent et notamment ceux dont c’était le seul repas équilibré voire le seul vrai repas de la journée.
    Par contre, il n’a jamais été question de mettre du poulet ou bœuf hallal ce qui en l’occurrence eut été céder à une revendication religieuse.

    Ça c’est la vie réelle.

    La position de Nicolas Sarkozy n’est pas une position laïque mais une position identitaire de quelqu’un qui n’est jamais allé sur le terrain des écoles ou des cantines et qui vise à l’évidence les musulmans et surtout une clientèle précise, celle des électeurs du front national qui se retrouvent bien dans l’anti-arabe, l’anti musulman... tout ceci en détournant la laïcité.

    Ce n’est pas ainsi que l’on va rassembler la population autour d’un projet qui va « assimiler » chacun, comme il dit, mais bien continuer d’exclure.

    La conception de la laïcité de monsieur Nicolas Sarkozy est à géométrie variable. Il l’a pratiqué quand il était au pouvoir et se disqualifie à mes yeux pour donner des leçons à quiconque. Pour mémoire, on pourra lire quelques articles que j’ai écrit sur le présent blog pour s’en faire une idée : http://quaiducitoyen.eklablog.fr/la-laicite-a-geometrie-variable-de-nicolas-sarkozy-a115194636

    Ainsi, comme en mars 2015 pour les élections départementales, cela arrive, sur le même sujet, en pleine campagne électorale ce qui me semble permettre au « leader » du parti « LR » d’envoyer un message même pas subliminal aux électeurs du front national qu’il dit vouloir par ailleurs « récupérer ». Une provocation de plus.

    La déclaration de l’ancien chef de l’état dit tout le contraire de la laïcité. Ma remarque de l’époque est toujours d’actualité. « Elle (sa déclaration) est à la fois une invite au communautarisme* et sert à montrer du doigt la population musulmane en se plaçant sur le même terrain que le Front national et de son électorat.

    Monsieur SARKOZY n’a aucune leçon de laïcité à nous donner lui qui, lors de ses fonctions présidentielles, n’a pas su être un président qui a défendu la laïcité de la république. C'est en tout cas ma conviction quand j'observe les faits et les déclarations.»

    Je suis un ardent défenseur de la laïcité, celle sans qualificatif. Mais je suis aussi un ardeur pourfendeur de l’hypocrisie de tous ces politiciens qui me semblent utiliser le terme laïcité au gré de leur intérêts virevoltants selon des échéances électorales.

    Dans le reste de l’article on trouvera, faits à l’appui, quelques exemples de cette hypocrisie qui est d’ailleurs le lot de certains politiciens de tout bord.

    Pour ce qui est de ma conception de la laïcité, elle est claire : elle n’est pas négociable et les textes de loi qui la fondent doivent être respectés : http://quaiducitoyen.eklablog.fr/la-laicite-n-est-pas-negociable-a115041474

    HUMEUR POLITIQUE DU 17 NOVEMBRE 2016

    (réalisé d'après image géralt, Pixabay, CC0 domaine public)

    EMMANUEL MACRON, LE FÂCHEUX

    Il s’est décidé donc à déclarer sa candidature.

    Qu’il soit candidat à la présidentielle n’est pas une nouvelle. Ce qui est une information conséquente c’est la date choisie avant la décision de François Hollande et la veille du premier tour pour désigner le candidat des primaires de la droite.

    Beaucoup de spéculations font donc le chou gras de nos médias, les déclarations et déclarations des politiques se multipliant.

    Il est clair que le fait de s’être déclaré avant l’ouverture du scrutin de la primaire de la droite gêne les candidats et notamment Juppé et Fillon qui risquent de ne pas avoir les électeurs de droite et surtout du centre qui seraient tentés par un candidat MACRON qui ne se situe ni à droite ni à gauche mais « au service des français dans leur ensemble ».

    Cela pourrait favoriser Sarkozy dont le réservoir des électeurs de droite voire ceux de l’extrême droite Front national qui avaient l’intention de voter pour lui ne changera pas. Ça lui laisse peut-être une chance d’être au deuxième tour de la primaire. En tout cas ça ne l’handicape pas.

    Cette candidature MACRON changera-t-elle le résultat définitif ? Personne ne peut le dire.

    Mais cela été fait en toute connaissance de cause par le nouveau candidat pour cause de stratégie.

    Le candidat qui sera issu des primaires du parti socialiste risque de perdre des plumes. Macron « pompera » probablement des voix au centre mais probablement aussi au candidat de la primaire socialiste. Mais à regarder les chiffres des sondages qui fluctuent à chaque publication, est-ce vraiment un danger dans la mesure où il semble qu’au premier tour ce candidat quel qu’il soit n’aura pas le pourcentage nécessaire pour être le deuxième ?

    Il ne faut pas se faire d’illusion, la bataille d’égos ne fera abdiquer ni Macron ni Hollande à être candidat à la présidentielle si ce dernier est désigné.

    Le danger n’est pas pour le nombre de voix de Mélenchon au premier tour : il est peu probable que ceux des électeurs qui avaient l’intention de voter Mélenchon puissent se laisser séduire par le nouveau candidat MACRON qui pour l’instant n’a aucun programme vraiment précis.

    Le seul espoir pour la vraie gauche est que ce soit un Montebourg ou un Hamon qui sorte vainqueur de la primaire socialiste et qu’il puisse décider, devant la catastrophe annoncé, d'appeler les électeurs à voter Mélenchon pour espérer que la gauche soit au premier tour avant Marine Le Pen ou le candidat de droite. Idem pour les Verts. Ce n’est pas gagné.

    Mais Macron sera une gène puisqu’il sera présent, sa candidature étant « irrévocable » comme il dit.

    Les 35% de potentiel de vote pour la gauche étant ce qu’il est, c’est là, peut être, qu’il faudrait avoir l’intelligence pour une fois de voter utile tout de suite.

    Sinon pour la gauche, la vraie, c’est cuit.

    J’y reviendrai très bientôt car il faut mettre les responsabilités là où elles sont du risque qu’il y a de voir la gauche absente du deuxième tour des présidentielles de 2017.

    Le premier responsable est François Hollande.... mais pas que. A suivre...

     

    EN L’ATTENTE...BUVONS UN COUP

    HUMEUR POLITIQUE DU 17 NOVEMBRE 2016

    C’est aujourd’hui, le jour du Beaujolais nouveau, une tradition bien de chez nous mais qui s’exporte aussi très bien.

    J’en ai acheté quelques bouteilles, comme chaque année, pour le goûter mélangeant des crus que je connais déjà avec des nouveaux dont un bio.
    On verra bien.

    ( mon humeur sur le sujet en 2012 http://quaiducitoyen.eklablog.fr/le-beaujolais-nouveau-est-arrive-a59132867)

    C’est surtout pour un moment de plaisir plus que pour le vin lui même qui ne vaut pas bien sûr un grand cru et pour cause puisqu’il n’y a pas longtemps que le jus en a été tiré de la treille pour être vinifié.

    A la santé des amateurs et des autres et à la mienne bien sûr.
    Ça aide à faire passer le reste...

    A la vôtre...

     

     

     

    * Monsieur Sarkozy affirmera ainsi sans honte pour soutenir le maire de Châlon-sur Saône :

    «Si vous voulez que vos enfants aient des habitudes alimentaires confessionnelles, vous allez dans l’enseignement privé confessionnel ».

    Monsieur Sarkozy, par ses propos, indique que les enfants juifs doivent donc aller manger "casher" dans les cantines des  écoles juives, les musulmans manger "halal" dans les cantines des écoles musulmanes qui, soit dit en passant, ne sont pas nombreuses et qu'il faudrait multiplier donc. Il ne se pose pas la question de savoir si dans ces écoles privés confessionnelles sous contrat subventionnés par l'état - et qui ont l'obligation d'accueillir tous les élèves en respectant leur croyance ou non croyance- un élève qui n'est ni juif ni musulman aurait l'obligation de manger casher ou halal s'il veut manger à la cantine. Sans doute préconiserait-il que, dans ce cas, il aille à l'école publique ou à l'école privée catholique où on mange du poisson le vendredi ce qui est sans doute plus laïque. Vive la laïcité  "ouverte" celle qui conduit les petits français à ne pas pouvoir manger ensemble à l'école publique! Du grand n'importe quoi! 

    « TRUMP PRÉSIDENT DES USA...PRIMAIRES DE LA DROITE: TROISIÈME DEBAT »

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter