• TRUMP PRÉSIDENT DES USA...

    J’ai hésité à écrire sur le sujet. Je jette néanmoins quelques lignes pour acter le moment sur ce blog et y revenir si nécessaire.

    On a entendu de tout le matin des résultats des élections américaines : séisme, catastrophe, impensable... j’abrège. Bref les médias ont tous eu l’air surpris du résultat qui contraste avec leurs derniers pronostics faits sur les différentes chaines de télé ou de radios et qui donnaient Hillary Clinton gagnante.


    A mon sens il faut remettre les choses à leur place. Même si personnellement je ne souhaitais pas, bien sûr, l’élection de Donald TREMP, je craignais quand même qu’il soit élu face à une Hillary CLINTON qui n’avait pas le vent en poupe et n’était pas la meilleure candidate pour représenter les démocrates.

    TRUMP PRÉSIDENT DES USA...

    (auteur geralt, CC0 domaine public)

    LES AMÉRICAINS ONT TRANCHÉ ET C’EST LEUR PROBLÈME.

    C’est leur problème avant tout et le nôtre sans doute dans les relations internationales qui vont suivre durant les quatre prochaines années. A nos dirigeants européens de faire montre, pour une fois, de leur capacité à réagir intelligemment et en profiter pour faire évoluer l’Europe dans le bon sens. Ce n’est pas gagné.

    Il est sûr que si l’on considère l’individu, tel qu’il est apparu lors de sa campagne, il est difficile de prévoir ce que Donald Tremp va faire quand il sera président et c’est inquiétant.

    Mais quand on voit certains candidats qui se profilent pour se faire élire en 2017 à l’élection présidentielle française c’est tout aussi inquiétant surtout si on considère que dans la liste il y a Nicolas SARKOZY et Marine LE PEN.

    Il est sûr aussi que les instituts de sondage américains se sont largement trompés mais ce n’est pas la première fois.

    Il est sûr aussi que nos analystes français se sont aussi, pour certains, fourvoyés dans leurs certitudes.

    Certains transposent les résultats et ce qui est arrivé sur la situation française future alors même que les analyses du scrutin n’ont pas été faites.

    TRUMP PRÉSIDENT DES USA...

    (Trump campaigning in Phoenix, Arizona, in August 2016, Auteur Gage Skidmore, CC BY-SA 3.0)
     

    LES RÉACTIONS DES POLITICIENS FRANÇAIS

    Rien de bien exceptionnel. La récupération habituelle.

    Avant même la proclamation des résultats, Marine le Pen a adressé ses félicitations à Donald Trump qu’elle espérait vainqueur ce qui n’est donc pas une surprise. Le vice-président du FN, Florian Philippot, s’est lui aussi réjoui sur Europe 1. Selon lui, cette victoire marque « une année très difficile pour l’oligarchie. (…) Il va falloir que toutes les élites autoproclamées qui dirigent la France se réveillent ».

    Nicolas Sarkozy félicite aussi le nouveau futur président en lui souhaitant le succès dans "la très difficile mission qui est désormais la sienne."

    Le Secrétaire du Parti Socialiste fait les « gros yeux » à ses « camarades » : « La gauche est prévenue ! Continuons nos enfantillages irresponsables et ça sera Marine Le Pen. »

    Ferait-il encore partie de la gauche alors qu’il a laissé faire sans réagir la politique de François Hollande ? Je ne pense pas qu’il ait de leçons à donner à quiconque en matière d’enfantillage. Avec son aval, François Hollande a cassé la gauche en morceaux.

    Dans un discours prononcé après le conseil des ministres mercredi matin, François Hollande a félicité Donald Trump pour son élection « comme il est naturel [de le faire] entre deux chefs d’Etats démocratiques ». Le président français a ajouté que celle-ci ouvrait « une période d’incertitudes » :

    « Les Etats-Unis constituent un partenaire de tout premier plan. Ce qui est en jeu, c’est notamment la paix, la situation au Moyen-Orient. Sur tous ces sujets, la France engagera sans tarder des discussions avec la nouvelle administration américaine qui entrera en fonction le 20 janvier. Certaines positions prises par Donald Trump pendant la campagne doivent être confrontées à nos valeurs communes. »

    Bof...

    MARINE LE PEN ET LE FRONT NATIONAL EN LIGNE DE MIRE

    Comme analyse de la situation en France, il y a mieux à faire que de dire « votez pour nous » et pas pour Marine le Pen, qu’importe le programme du parti socialiste qui n’existe d’ailleurs pas ou celui du parti républicain qui est variable selon les candidats à la primaire.

    On a vu mieux comme argument de campagne. : mélanger tout en transposant le résultat américain pour les prochaines élections présidentielles françaises sous entendu dans ses propos : français votez pour notre candidat sinon vous voyez ce qui peut arriver.

    Ce n’est pas l’élection de Donald Tremp aux Etats Unis qui déterminera celle de Marine Le Pen ou de Sarkozy en France, les deux candidats aux programmes très proches à quelques nuances près.

    TRUMP PRÉSIDENT DES USA...

    TRUMP PRÉSIDENT DES USA...

    (SARKO   EPP Summit October 2010, CC BY 2.0) (Marine Le Pen, auteur Manuel— fn11, CC BY-SA 2.0)

    Pour éviter cela il y avait, il y a et il y aura bien des choses à faire que les américains ne feront pas pour nous.

    J’y reviendrai.

    LA SIMILITUDE DES SITUATIONS

    Il est vrai qu’il y a similitude de situations d’une partie de la population américaine qui a voté pour Tremp avec celles d’un certain nombre de français que le parti socialiste en la personne de François Hollande a floué (et que Nicolas SARKOZY avant lui a abandonné)  en ne prenant pas les mesures nécessaires pour d’une part respecter les promesses et d’autre part apparaître comme ne traitant pas finement les situations de mal être. Une politique grossière, à la louche, peu efficace de ce fait et mal explicitée.

    Et quand on sent que, parfois, la mesure pourrait être la bonne comme par exemple réduire le chômage, les moyens ne sont pas pris avec la justesse nécessaire et apparaissent plus comme des cadeaux au « patronat » d’autant plus que les faits prouvent que les effets n’ont pas lieu. Il en est de même pour ce qui aurait pu être la refondation de l’école qui n’ a pas été prise par le bon bout pour avoir des résultats effectifs qui se font sentir auprès des élèves au lieu du gâchis de la réforme des rythmes scolaires qui a fait beaucoup de bruits et de polémique pour un résultat navrant. On pourrait balayer encore d’autres points comme la santé ou la laïcité qui sont apparus comme autant d’abandons. J’y reviendrai.

    Du côté de la droite, elle propose pire au niveau dégradations sociales que ce qu’elle a fait quand elle était au pouvoir, tous candidats confondus.

    Il n’est donc pas étonnant que les gens cherchent autre chose et s’accrochent à d’autres espoirs par dépit ou colère y compris en écoutant les discours d’un front national qui les flatte dans le sens du poil pour faire croire qu’avec eux ce sera mieux. Comme on a déshabitué le citoyen à réfléchir et qu’il est formaté à l’ère du zapping, il peut gober des slogans simplistes qui correspondent faussement à des solutions qui, si on les approfondit, résonnent comme le creux de celle ou celui qui les distille.

    Le front national se dit aussi en dehors du système. En réalité il a les deux pieds dedans : il siège en Europe et utilise ses moyens, il gère des villes et montre dans celles-ci le contraire de ce qu’il dit. Sarkozy lui, utilise le fait qu’il a été président de la république pour faire croire qu’il est le seul capable par sa fermeté, sa détermination de « sauver » la France alors qu’en réalité il ne propose rien d ‘autre que ce qu’il a mis en avant en 2012, à peine retouché pour se rapprocher encore plus des idées de l’extrême droite. Le tout est argumenté par des effets de manche ou d’épaule ou de slogan complétement « con » du type énoncé récemment : « «le jour où à la cantine, il y a des frites et une tranche de jambon, eh bien, le petit qui ne prend pas de tranche de jambon, il prendra une double ration de frites. C'est la République. La même règle et le même menu pour tout le monde. C'est ça, la République».

    Ridicule et risible si ce n’était si lamentable...

    Droite Sarkozienne comme extrême droite utilisent les mêmes peurs et les mêmes stratégies de communication pour berner les électeurs.

    POUR ESSAYER DE CONCLURE...

    Je les laisse tous dans leurs certitudes ringardes et dépassées, leurs arguments tronqués, leurs pantalonnades ridicules pour me tourner vers l’avenir qui n’est pas avec eux au pouvoir.

    Aux américains, laissons Trump. Ils l’ont élu et feront avec.

    Pour ce qui concerne les  français-es, que chacune et chacun s’attache déjà à ne pas voter pour faire élire Sarkozy et Le Pen et la France future se portera mieux. Nous n’avons nul besoin de mettre au pouvoir l’un ou l’autre de ces populistes, tous deux bien ancrés dans le système à bout se souffle qu’ils utilisent à fond pour tromper les françaises et les français par leurs arguments fallacieux pour faire croire avec des slogans qu’ils vont redresser la France.
    Bla bla électoraliste sans fond.

    TRUMP PRÉSIDENT DES USA...

    La France n’a pas besoin d’être « redressée » comme ils disent notamment en excluant, en opposant travailleurs du privé et fonctionnaires, en roulant des mécaniques sur la sécurité ou en détruisant les acquis sociaux , en utilisant le mot « laïcité » pour le détourner de son sens ou en voulant détruire l’école publique... comme cela a déjà été essayé de le faire par l’ex-président.

    La France a besoin d’évoluer en utilisant les atouts nombreux qu’elle a pour remettre plus de justice fiscale et sociale et pas pour installer un ségrégationnisme qui va diviser et détruire une communauté nationale déjà mal en point alors que c’est tout le contraire qu’il faut faire pour dynamiser le pays avec des objectifs positifs de notre temps et pas avec des vieilles recettes distillés par certains politiciens ringards et dangereux qui n’ont aucune imagination pour notre futur.

    J’y reviendrai...sur le futur... et sans eux avec optimisme et détermination même si j'estime que la situation est grave quand on voit les divisions entre ceux qui prétendent gouverner la France et "rassembler".

    Des mots contredits par les actes.

     

    « PRIMAIRES DE LA DROITE DEUXIEME DEBAT- 2 sur 2HUMEUR POLITIQUE DU 17 NOVEMBRE 2016 »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter