• HUMEURS DE MARS 2019 ( 1 ) - DE TOUT EN VRAC FAUT QUE ÇA SORTE...

    Il y a bien des motifs pour avoir des humeurs, plutôt mauvaises d’ailleurs, en ce mois de mars 2019 qui se termine.

    Mauvaises car de plus en plus, le pouvoir actuel n’arrête pas de nous donner prétexte à « râler » avec raison : les suites de l’affaire Benalla, le buzz sur l’utilisation de l’armée pour les manifestations des gilets jaunes à Paris ce dernier week-end, une manifestante septuagénaire blessée, les grandes manœuvres des élections européennes , la loi sur « l’école de la confiance », la réforme des retraites, le statut des fonctionnaires... J’en passe sans doute.

    Un billet "d'humeurs" s'imposait donc, sans doute pour évacuer ce qui serait susceptible de me mettre plus en colère que je ne le voudrai. La colère étant mauvaise conseillère... mieux vaut la contrôler ou la canaliser. Exprimons nous donc. On le peut encore...

    HUMEURS DE MARS 2019 ( 1 ) - DE TOUT EN VRAC FAUT QUE ÇA SORTE...

    (image TheDigitalArtist, CC0 domaine public)

    DE TOUT EN VRAC

    Mais pas tant que ça finalement à me relire.

    Il y a une certaine ligne suivie dans les œuvres d'Emmanuel Macron au pouvoir, celle de continuer de faire l’illusionniste en faisant croire que tout ce qu’il fait est pour le bien du pays faisant même dire par son Porte-parole Benjamin GRIVEAUX : "Le bon critère de réussite de ce quinquennat, c'est si les parents pensent que leurs enfants vivront mieux qu'eux".

    Mon sentiment est que ce n’est pas gagné...

    Ça date d’hier : le dit Porte-parole démissionne comme d’ailleurs le Secrétaire d’État au Numérique Mounir Mahjoubi pour se lancer dans les municipales en vue de devenir le candidat de LREM à la Mairie de Paris. Est-ce le bon moment pour des ministres quitter le navire  alors que les conclusions du « Grand débat » n’ont pas encore été publiées et les solutions à la crise trouvées?... Si elles sont trouvées!

    En cette période pourtant difficile pour le président, ces deux ministres montrent que leurs ambitions personnelles sont plus importantes que le rôle qu’ils jouent, en tant que ministres, pour la mise en œuvre de la politique du gouvernement. Pas terrible pour montrer leurs convictions d’aller jusqu’au bout pour soutenir l’action de leur président... Ils seront deux à se combattre pour le même poste...non trois car Cédric Villani , le député et mathématicien qui ne fait pas que des mathématiques est aussi de la partie pour conquérir la mairie de Paris. Il dit : » Je serai le maire du Rassemblement à Paris ». Deux autres membres de LREM seraient aussi sur les rangs. Finalement ça ferait cinq! ... Ça fait donc du monde qui se prépare pour une échéance à plus d’un an alors que nous n’avons même pas encore voté aux européennes et que le pouvoir ne se presse pas pour donner des solutions à la résolution de la grave crise sociale qui touche notre pays. Sans doute croit-on,  « la haut », que le pourrissement dans le temps fait remonter dans les sondages... C’est un pari qui a été pris en instaurant le grand débat.

    Mais je m’égare...

    Pendant que certains attendent les résultats du soi disant "grand débat", il est urgent pour le citoyen de ne pas attendre pour se préoccuper de ce qui se trame pour continuer de casser les piliers de notre solidarité à la française que le pouvoir ne veut pas consolider mais fragiliser au profit d’intérêts privés.

    C’est cela la ligne et ce n’est pas ça qui permettra à nos enfants de vivre mieux que nous...

    Moi, des résultats du « grand débat », je n’attends rien qui soit fondamental en positif pour les français. D’abord cela n’a pas été un "grand débat"  mais la grande illusion de faire croire que « les français » ont débattu. Quant aux synthèses personne n’a été capable de nous expliquer comment elles se feraient pour qu’elles reflètent la réalité des propositions.   Je vais y revenir dans le détail, un autre jour, pour justifier de mes affirmations. Il parait qu'on va laisser "maturer" jusqu'au 15 avril, date prévue de la prise de parole présidentielle...

    HUMEURS DE MARS 2019 ( 1 ) - DE TOUT EN VRAC FAUT QUE ÇA SORTE...

    Le président distribue des milliards à des grandes entreprises que je considère comme les plus grandes assistées de France, qui n’en ont pas besoin et font des milliards de bénéfices qui enrichissent de manière inconsidérée leurs actionnaires et les tenants des grandes fortunes de ce pays pendant que les petites et moyennes qu’on devrait aider bien plus ont du mal à se consolider. Ce sont pourtant elles qui pourraient être les vraies créatrices d’emplois.

    Pour faire tous ces cadeaux, le pouvoir vend nos aéroports et nos barrages hydrauliques pourtant rentables comme à son époque l’avait fait en 2002, pour la privatisation des autoroutes,  le gouvernement Chirac-Jospin et qui a été terminé en 2005-2006 par Chirac-Villepin. Des politiciens à la vue économique courte qui n'ont trouvé que cette mauvaise solution pour renflouer les caisses de l'état. Depuis lors, les actionnaires de Vinci, Eiffage et Abertis se partagent des dividendes énormes.

    Mais qu'on nous explique quand même pourquoi , « 7 000 kilomètres d’autoroutes françaises, dont la plupart étaient largement amortis, ont été concédés, en 2005, à trois multinationales du béton et du transport (Vinci,
Eiffage et la société espagnole Abertis) pour la somme vraiment modique de 14,8 milliards d’euros soit, pour l’État, un manque à gagner, estimé par la Cour des comptes de 10  milliards d’euros »...(source journal l’Humanité, entre autres).

    Avec la vente des aéroports et les barrages (sous la pression, il est vrai de la commission européenne qui impose qu'on ouvre à la concurrence cette ressource énergétique ce qui me semble inacceptable), on recommence semble-t-il des opérations similaires qui a l’évidence sont pour le moins une vision à court terme de nos intérêts à moins que là aussi il n’y ait le même sectarisme idéologique économique partagé entre le gouvernement et les entreprises de BTP. J'y reviendrai.

    N’oublions pas qu’avec le ministre des finances de l’époque un certain Emmanuel Macron avec Ségolène Royal, ministre de l’environnement, un accord a été signé le 9 avril 2015, qualifié de "gagnant gagnant" par le gouvernement. Cet accord est intégralement à l'avantage des Vinci, Eiffage ou Sanef  qui bénéficient d'une "clause de stabilité fiscale", qui leur permet de déduire de leur bénéfice imposable tous leurs intérêts d'emprunt (Gains en 2015 : 170 millions d'euros) (source le Nouvel Observateur), avec l’autorisation de faire supporter aux usagers via l'augmentation des tarifs de péages, l'augmentation de la taxe d'occupation domaniale (100 millions d'euros par an), d’être « dédommagées du gel des péages d'un an décidé en 2015 par Ségolène Royal en récupérant le manque à gagner entre 2019 et 2023, avec en plus d'un bonus de 500 millions d'euros en guise... d'un intérêt de retard de 10% et une compensation du montant des travaux du plan de relance autoroutier, travaux réalisés de plus par leurs maisons-mères, groupes de BTP... (Sources Nouvel Observateur et l'Arafer, l'autorité de régulation routière : https://www.nouvelobs.com/economie/20170704.OBS1644/entre-l-etat-et-les-societes-d-autoroutes-un-accord-secret-a-plusieurs-milliards.html )

    «En contrepartie, les autoroutiers devront eux verser une "contribution volontaire" annuelle d'environ 50 millions d'euros, sur vingt ans. » Une plaisanterie !

    On est donc en droit de se poser des questions sur la capacité de notre pouvoir actuel, dirigé par le même Emmanuel Macron, de gérer notre patrimoine au nom d’un certain libéralisme économique.

    HUMEURS DE MARS 2019 ( 1 ) - DE TOUT EN VRAC FAUT QUE ÇA SORTE...

    (d'après image de OpenClipart-Vectors, CC0 domaine public)

    Comme de plus, il entreprend la casse nos acquis sociaux, va licencier des nombreux fonctionnaires, réduit les personnels des hôpitaux, ne distribue que des miettes pour la prise en charge des personnes âgées, ponctionne les retraités et diminue leur pouvoir d’achat... en prétextant qu’il veut faire des économies, on peut se demander s’il ne nous prend pas pour des gogos.

    Voilà sa politique economique et sociale...Brièvement résumée sous le coup de la lassitude exacerbée.

    LA FRANCE EST À LA DÉRIVE

    En bref, le pouvoir macronien ruine la France par ses dépenses en direction du privé qu’il assiste, comme François Hollande l’ a fait sans aucune contre partie et ne sait pas répondre aux préoccupations légitimes des français de justice fiscale et sociale. Il laisse pourrir la situation qui devient de plus en plus insurrectionnelle du mouvement des Gilets jaunes qui n’est pas près de s’éteindre malgré la persistance du pouvoir à vouloir le déconsidérer avec l’aide de certains médias, un maintien de l’ordre brutal mais en définitive inefficace envers les vrais fauteurs de troubles...

    Les français ne doivent pas se laisser berner... Le pouvoir, lui, n’est pas à la dérive tout au moins dans sa tête : il suit sa route et Emmanuel Macron n’a plus rien d’autre à perdre que de ne pouvoir se présenter pour un deuxième mandat. Mais d’ici là, il pourra continuer de mal distribuer les finances publiques et continuer de casser nos systèmes sociaux et professionnels publics ce qui est une dérive vers une société néo libérale, celle de la loi du plus fort qui piétine les plus faibles ou leur laisse les miettes.

    HUMEURS DE MARS 2019 ( 1 ) - DE TOUT EN VRAC FAUT QUE ÇA SORTE...

    Le dix milliards d’euros soit disant « octroyés » le 10 décembre 2018 en sont un exemple (http://quaiducitoyen.eklablog.fr/10-decembre-2018-intervention-decevante-d-emmanuel-macron-2-sur-2-a155228670 )
    Le président  Macron ne doit pas croire qu'il suffit  « de faire le beau » à la télé devant des auditoires choisis ou se faire valoir devant le président chinois pour être crédible.  Il se permet- timidement- de donner des leçons de « droits de l’Homme » au dirigeant de la Chine tout en ayant l’air de faire celui qui est le leader en Europe en réunissant à l’Elysée la Chancelière de l’Allemagne et le président de la commission européenne. Les contrats pour l’achat d’avions sont importants, certes, on ne peut lui enlever, mais qu’il y-a-t-il derrière d’autre de la part de la Chine?

    C’est aussi à mon sens une opération de communication électoraliste en vue des élections européennes et destinée à l’électorat français.
    Le dit président de la Chine, Xi Jinping , n’est pas un naïf et connaît très bien la situation de l’Europe désunie et ne se privera pas de jouer économiquement avec l’un ou l’autre des pays européens. Il a déjà commencé avec l’Italie...

    PETITE CONCLUSION PROVISOIRE

    Car il en reste dans le sac...et faut que ça sorte.

    Emmanuel Macron devrait peut-être balayer devant sa porte élyséenne avant que se faire le champion qui va changer l’Europe, étant affaibli par son incapacité constatée -et pas que par moi- à régler la grave crise intérieure actuelle qu’il ne sait pas gérer au mieux des intérêts de la majorité de la population.

    Sur les élections européennes je reviendrai pour dire pourquoi je ne voterai ni pour la liste LREM ni pour celle du RN. Il sera en tout cas important de voter massivement pour prendre nos responsabilités.

    Mais avant, je traiterai d’au moins deux actualités choquantes à plus d’un titre et qui font qu’on peut se poser des questions quant à la capacité du pouvoir actuel de gouverner avec toute la sérénité qu’il faudrait pour que des décisions sages soient prises pour le pays,...sages à défaut d’être les meilleures bien sûr.

    Je veux en effet aborder les suites de l’affaire Benalla et les manifestations des Gilets Jaunes des 19 samedis dont le dernier qui sont deux points significatifs de ce que qu’on pourrait appeler une certaine dérive du pouvoir jupitérien.

    Si, si , j’utilise encore ce terme consacré un temps par les médias car rien n’a changé... sauf peut-être la maîtrise de l’ éclair par Jupiter.

    HUMEURS DE MARS 2019 ( 1 ) - DE TOUT EN VRAC FAUT QUE ÇA SORTE...

     ( Auteur overjupiter, CC0 domaine public)

    « EDUCATION NATIONALE: LA CASSE À MACRON via BLANQUER - chapitre sixHUMEURS DE MARS 2019 ( 2 ) - LE SÉNAT, L'EXÉCUTIF ET L'AFFAIRE BENALLA... »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter