• FAIRE CROIRE QU'ON EST DE DROITE ET DE GAUCHE EST UNE MYSTIFICATION

    Je l’ai dit dans un précédent écrit (http://quaiducitoyen.eklablog.fr/edouard-philippe-premier-ministre-a-droite-droite-a130172020)

    Emmanuel MACRON utilise un faux semblant qui consiste à se dire de droite et de gauche pour essayer de faire croire au français que grâce à son programme, les clivages ne vont plus exister et donc qu’il fera progresser la société et réduira les difficultés qu’ont les citoyens pour y vivre.

    Tout cela n’est qu’une vaste opération de communication appuyée par une belle cérémonie de prise de pouvoirs du nouveau Président qui a mis avec habilité, force et conviction tous les habits de la Vème république.

    Il complète le show avec la nomination d’un gouvernement dont la première mission est de gagner les législatives aidé en cela par une composition ajustée voulant faire croire à un équilibre politique Gauche, centre, droite destiné à semer le trouble parmi les électeurs et à créer dans le même temps un certain désarroi dans la classe politique de droite dont une partie essaye de se resituer.

    En réalité il n’y a pas d’équilibre puisque que la gauche des électeurs n’est pas représentée dans son gouvernement.

    FAIRE CROIRE QU'ON EST DE DROITE ET DE GAUCHE EST UNE MYSTIFICATION

    (auteur Clker-Free-Vector-Images, CC0 domaine public)

    OUI, LES MOTS « GAUCHE » ET « DROITE » SONT GALVAUDÉS.

    Ils avaient pourtant un sens.

    Les politiciens comme Hollande ont terminé de détruire le mot « Gauche » aux yeux de la population en parlant de gauche réformiste, de socialisme libéral et autres balivernes qui brouillent les esprits jusqu’à vouloir faire apparaître Mélenchon comme un dangereux membre d’une extrême gauche destructrice et utopique ce qu'il n'est pas.

    D’autres, du parti socialiste, l’ont quitté pour rejoindre un candidat qui se dit de droite et de gauche... des gens de peu de conviction dont certains ont gouverné ou gouvernent de nouveau ou siègent à l'assemblée au nom de la gauche qui les a élus. Ils n’ont même pas soutenu Benoit Hamon le candidat désigné du parti socialiste...C'est dire la force de leur engagement à gauche ... (http://quaiducitoyen.eklablog.fr/manuel-valls-politicien-qui-ne-respecte-pas-la-paroldonnee-a129347266).  Certains mêmes n'ayant pas été adoubés par "En Marche!" redemandent le logo PS... D'autres se font adouber par le PS, font disparaitre la "rose et le poing" au profit des couleurs et d'une formule du style "Majorité présidentielle" car ils n'ont pas eu le label d'"En Marche!"...

    Le électeurs auront dû mal à s'y retrouver...  Un vrai cirque!

    A droite, Fillon a penché du côté de la droite dure au service du capital et des intérêts financiers et d’une certaine frange de la droite catholique conservatrice. La « droite républicaine » a un temps disparu au profit d’un amalgame que je qualifie de droite « dure » voire extrême tant la distance entre les positions de François Fillon et Marine le Pen sur nombre de sujets ont été proches. Maintenant que François Fillon a été évincé, le parti républicain essaie de se resituer entre le mouvement « En Marche ! » et le FN. Pas facile, car, en face, le mouvement « En Marche ! » chasse sur les terres Républicaines et à droite.

    Pour ma part, je crois que c’est un combat d’arrière garde car en définitive pourquoi « Les Républicains » devraient–ils chercher à se radicaliser alors qu’en définitive , Emmanuel MACRON, dans la continuité de François Hollande, va au travers de son programme mettre en place une politique que la droite n’a encore jamais osé réaliser. La preuve en est par le soutien apporté par le patron du MEDEF qui applaudit des deux mains à l’élection d’Emmanuel Macron.

    Marine LE PEN qui se défend d’être d’extrême droite se définit comme "patriote" ce qui ne veut plus rien dire dans sa bouche. J’y reviendrai.

    Pour l’instant le nouveau président n’a rien fait d’autre que de soigner avec habileté la mise en scène et le spectacle de son élection en mettant en exergue quelques symboles de la Vème République pour sa prise de fonction.

    Il s’est empressé de rendre visite à Angela Merkel, en Allemagne, pour montrer qu’il allait essayer de se préoccuper de faire changer les règles européennes. De même, en pleine campagne électorale, il essaie de construire sa stature internationale en rencontrant le Président américain Donald Trump en marge du sommet de l’OTAN à Bruxelles. Idem pour ses échanges avec le président Turc, Erdogan. Le 29 mai, le président de la république reçoit Vladimir Poutine, président de Russie, à Versailles. Tout cela est bel et bien fait. Je me garderais bien d’en tirer d’autres conclusions en rapport avec la gauche ou la droite. J’en attends maintenant les résultats.

    Les adversaires de Jean-Luc Mélenchon (les Républicains, Le Pen et Macron) et une partie des médias le situent donc à l’extrême gauche comme un homme dangereux qui ne peut pas gouverner. Ils n’osent pas encore situer Benoit Hamon, candidat du parti socialiste à l’extrême gauche mais cela viendra...

    Du grand n'importe quoi!

     

    FAIRE CROIRE QU'ON EST DE DROITE ET DE GAUCHE EST UNE MYSTIFICATION

    (The Sandow Trocadero Vaudevilles Direction F. Ziegfeld, Jr. Sandow, in his Wonderful Performance. Strobridge Lithograph Co., Cincinnati & New York Restoration by Adam Cuerden , domaine public)

    MACRON VEUT S’ASSURER UNE MAJORITÉ.

    C’est tout simple. Et elle ne sera pas de gauche.

    Une preuve en est que de ne pas mettre de candidats de la « République en Marche » en face d’un certain nombre de personnalités candidates de droite. De la même manière, il n’y aura pas d’adversaire pour certains membres du PS qui se présenteront et qui ont fait connaître leur allégeance au nouveau président : Valls, Le Foll et autres. Ça fait quand même une bonne cinquantaine... qui pourront renforcer son groupe de « Marcheurs », au cas il n’aurait pas la majorité absolue à l’assemblée à l’issue des élections.

    Par contre, on constate que face à des ministres comme Najat Vallaud-Belkacem, candidate PS, resté fidèle au candidat Hamon et à ses convictions, il y a bien un candidat d’ « En Marche ».

    La preuve du double langage et de la tactique politicienne la plus pure et la plus hypocrite...

    On n’a donc pas à se demander quelle est la conception de la Gauche d’un Emmanuel Macron qui se dit « de droite et de gauche ». Pour lui la « gauche » c’est celle des félons qui se sont ralliés à lui et qui ont trahi les électeurs de gauche lors de la dernière législature qu’ils soient ministres ou députés. Il n'a personne de gauche avec lui.

    MACRON : PAS MIEUX QUE CHIRAC EN 2002

    Rappel qu’il faut faire et refaire. Emmanuel Macron a été élu avec 20 753 798 voix soit 43,63 % des électeurs inscrits ou 66,10% des électeurs exprimés.

    Le nouveau Président a dit qu’il voulait rassembler les français.

    Critiquant notamment et la droite et Jean-Luc Mélenchon et  demandant avec une incroyable prétention un vote d’adhésion qui ne lui été acquis au premier tour qu'avec au maximum 23,75 % des suffrages exprimés soit 8 433 346 voix qui représentent 18,21% des électeurs inscrits, je crois qu’Emmanuel Macron devrait faire preuve d’humilité et écouter les autres ceux qui ont voté "MACRON" contre Marine le Pen mais pas pour son projet.

    Malgré tout, il persiste et signe :

    «La cohérence que nous portons depuis le début est celle d’un changement cohérent. Et je n’en perdrai pas le fil, c’est pour cela que j’ai entendu ces derniers jours les appels à modifier mon programme, à dire faites une concession, rassemblez et changez le projet sur le travail. Je ne le ferai pas».

    Le président MACRON veut faire croire que ce rassemblement aura lieu si les français votent pour ses candidats aux législatives. Ce n’est qu’une mystification à laquelle il ne faut pas adhérer.

    Les électeurs de « gauche » existent : il faut les respecter et ne pas faire prendre des vessies pour des lanternes.

    Ils n’ont pas voté pour Emmanuel MACRON et son projet.

    A confirmer dans les urnes...

    D’où la nécessité de bien montrer de quel côté Emmanuel Macron penche...

    Ce que je vais continuer de faire en reprenant quelques parties de son programme...
    Cela me donnera l’occasion de rappeler ce que veulent dire les termes « gauche » et « droite » et  les convictions qui s'y rattachent.


     

     

    « GOUVERNEMENT EDOUARD PHILIPPE : NI MOULE...NI POISSONDE LA DÉFINITION DE QUELQUES TERMES EN POLITIQUE - 1 sur 3 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter