• DÉCONFINEMENT: ACCÉLÉRER POUR RECULER ENSUITE?

    En ce moment, il n’est de cesse, notamment dans les médias télévisés, de lancer des « débats » entre « experts » et journalistes ou chroniqueurs sur le déconfinement. Il apparait que la question posée est : « Pourquoi ne va-t-on pas plus vite ? ».

     Il me semble me rendre compte que d’un côté on a reproché, avec raison,  au gouvernement de ne pas avoir su prévoir nombre de mesures protectrices de la population au début de l’épidémie et de l’autre côté, actuellement de ne pas aller assez vite pour assouplir les règles du déconfinement comme si il n’y avait plus rien à craindre et que l’épidémie était vaincue.  Ce qui à mon sens n’est pas le cas car on sent bien que le virus rôde toujours même s’il semble qu’effectivement il circulerait moins. 

    Cette attitude des médias de vouloir faire croire qu’on peut aller plus vite et que finalement on n’a plus rien à craindre est aussi un signal à favoriser un « relâchement »  qu’on peut constater tant au niveau des gestes barrières qu’au niveau du port des masques qui sont aussi là pour protéger quand ils sont portés à bon escient.

    MUNICIPALES EN JUIN :  Y A POURTANT PAS LE FEU! - 2 sur 3

    Image par Tumisu de Pixabay

    POURQUOI NE VA-T-ON PAS PLUS VITE ?

    Sous entendu, pour quoi le gouvernement n’assouplit –il pas plus vite les règles  de dé-confinement dans certains domaines ?

    Les Cafés, bars et restaurants

    Certains propriétaires de restaurants réclament par exemple l’abandon de la distance de 1 mètre entre chaque table. D’autres n’ouvrent pas estimant qu’ils ne sont pas prêts et préfèrent attendre les « assouplissements ». 

    Si on considère la situation, il semble qu’effectivement cette distance barrière ne permet plus de disposer du nombre de couverts qui était proposé avant la pandémie et qu’il y aura un manque à gagner. C’est vrai. Mais il faut quand même constater, à suivre les divers reportages faits ici ou là que ce soit à la télé ou dans les quotidiens, que les clients n’ont pas encore, loin s’en faut, rempli les salles ou les terrasses des restaurants ce dont se plaignent les propriétaires ou gérants. Contradictoire...

    Demander à aller plus vite dans ce cas ne me parait pas opportun car pour retourner au restaurant, nombre de consommateurs ont des craintes justifiées par rapport à un virus qui, même s’il circule moins grâce au confinement et aux mesures barrières, est toujours présent.  La confiance doit être la règle pour retourner à une table et se restaurer en étant sûr de ne pas être contaminé.  Cela viendra mais il faut en faire la preuve et ce n’est qu’en montrant que si on respecte des règles de distanciation physique et donc que le danger est maîtrisé que le client reviendra.  Pour d’autres clients, revenir au  tout « comme avant », il est à craindre que le ressenti soit qu’il n’y ait plus de danger et que donc les gestes barrières ainsi que le port du masques soient vite oubliés… Il n’est qu’à constater ce qui se passe au niveau de certains bars ou terrasses qui ont dû fermer pour cause de non respect des consignes notamment de distanciation par des clients qui se sont montrés rétifs à l’appliquer.

    Je pense donc que le gouvernement a raison de ne pas aller plus vite. Comme je le disais dans un autre article à propos du deuxième tour des municipales : « Je pense qu’il serait sage d'attendre. Laissons aux gens le temps d'essayer d'apprendre à vivre le dé-confinement et notamment ceux qui sont à risques. »

    Et ces derniers, il serait bon de ne pas les oublier car eux ne reprendront pas une vie sans craintes.

    DÉCONFINEMENT: ACCÉLÉRER POUR RECULER ENSUITE?

    croquis au stylo à bille et aquarelle, d'après photo   photoGuy MOLL from Faro, Portugal - croquis aquarellé: terrasse d'un café à Paris - CC BY 2.0

    L’école.

    Le président du comité  scientifique estime qu’on peut aller vers un assouplissement des règles à l’école. Il y a à peine trois semaines  qu’elles sont en place et il faudrait les changer. A trois semaines de la fin des classes, c’est un peu ridicule. Cela veut dire de nouvelles organisations pour une « garderie » pour un plus grand nombre d’élèves. Encore faut-il qu’ils viennent. Que l’on assouplisse les règles pour la récré ou les activités après la classe, cela est possible. Tout cela a été mal géré dès le départ par le ministre de l’éducation nationale. Pour le reste, j’ai déjà exprimé ce que je pense.( http://quaiducitoyen.eklablog.fr/12-mai-une-rentree-scolaire-a-marche-forcee-1-sur-2-a187374432 )

    Quid des écoles qui ferment et ouvrent actuellement pour cause de virus ayant atteint des élèves ou des professeurs? C'est sans doute maîtrisé mais ça existe.

    Je reviendrai plus tard  sur les « colonies de vacances apprenantes » du ministre Blanquer à propos desquelles  on entend tout et n’importe quoi pour les justifier. Une «  journaliste »  affirme même que cela se faisait dans le passé, les colonies étant encadrés par de nombreux instituteurs ou institutrices… C’est un fait mais ce n’était pas pour « faire l’école » durant les vacances mais pour que les enfants puissent être encadrés pour des activités de saines détentes par du personnel compétent en animation dont il vrai que nombreux étaient des enseignants …parce qu’ils avaient passé le BAFA ou ce qui en tenait lieu quand ils étaient en formation dans les écoles normales. Lors des colonies de vacances ils étaient des animateurs et non des enseignants.   L’école c’est l’école et les vacances ce sont les vacances…

    Si le gouvernement ne va pas plus vite c’est aussi parce qu’il craint les retours de bâtons au cas où une deuxième vague viendrait et dont il ne veut pas être tenu pour responsable. Les plaintes déposées à l’encontre de membres du gouvernement ont à mon sens aussi cet effet. On peut donc comprendre la prudence de ceux –ci…

    Si on regarde la situation du point de vue des « clusters » ou foyers d’infection, il en a été dénombré, selon  Santé Publique France, au  9 juin 2020 un total de 193   (hors Ehpad et milieu familial restreint) :  179 foyers de contamination en France métropolitaine et 14 dans les départements ou régions d'outre-mer. Il paraît que c'est maîtrisé... Mais maîtrise-t-on ce qui n'est pas visible?

    DÉCONFINEMENT: ACCÉLÉRER POUR RECULER ENSUITE?

    auteur geralt

    TOUT ET SON CONTRAIRE

    Pour l’instant, j’attends  de ce gouvernement non seulement qu’il fasse appliquer les règles du dé-confinement qu’il a édictées   mais aussi et surtout  qu’il soit à la hauteur de ce qui pourrait advenir : une prochaine vague qui ne peut être écartée comme le disent d’ailleurs tous les épidémiologistes un peu sérieux. Cela veut signifier pour moi :

    • ne pas laisser vendre les masques en surproduction mais au contraire les stocker pour la population mais aussi faire provision de masques techniques chirurgicaux et FFP2 pour tous les personnel soignants ou non qui pourraient de nouveau se trouver en première ligne. J’y ajoute bien sûr tous les autres éléments de protection  comme les blouses qui ont manqué en pleine épidémie et qu’il a fallu remplacer par des bricolages…
    • de la même manière ne pas laisser partir les réactifs pour les tests eux aussi non utilisés mais les stocker d’autant qu’ils peuvent servir à d’autres détections
    • refaire les réserves des pharmacies des hôpitaux
    • augmenter nos capacités possibles en lit de réanimation avec tous les matériels nécessaires
    • ...

    J’ajouterai une mesure urgente : l’augmentation des salaires des soignants à un niveau digne de leur responsabilité…

    Quant à l’organisation du premier tour  des municipales qui a sans doute fait des dégâts, je n’y reviens pas. (Voir mon avis : http://quaiducitoyen.eklablog.fr/municipales-en-juin-y-a-pourtant-pas-le-feu-1-sur-3-a187752396 ). Le deuxième tour va s’organiser. Parait qu’il y aura moins de danger qu’au premier tour… Peut-être mais en tout cas,  ce qui est sûr c’est que les intérêts politiciens l’emportent  sur l’intérêt qu'on devrait avoir de faire respecter la démocratie pour tous ce qui à mon sens n’est pas le cas en organisant le deuxième tour des municipales après un premier tour biaisé.

    PRUDENCE ET CIRCONSPECTION

    Je ne conteste donc pas la prudence avec laquelle le gouvernement assouplit progressivement les règles de dé-confinement. Cela me parait sage.

    Cela l’est d’autant plus que nombre de gens  croient que le virus ne sévit plus ou presque plus ce qui est faux. Il circule toujours mais moins et ceci c’est grâce au confinement dont on glorifie la majorité des  citoyens qui l’ont bien appliqué. Mais je pense qu’il ne faut pas croire que s’asseyant sur ces lauriers, on peut faire tout et n’importe quoi comme d’aucuns : ne pas respecter les distances de sécurité, ne pas se laver les mains, ne pas mettre le masque dans des endroits où la circulation est intense… Il suffit de regarder autour de soi  pour s’en convaincre de ce « relâchement » qui est sans nul doute naturel mais  qui sera nuisible notamment aux plus fragiles. Je l’ai encore constaté ces jours-ci en allant faire quelques courses. Et ce ne sont d’ailleurs pas les plus âgés qui donnent forcément l’exemple…

    Il est bien et normal de penser aux vacances , d’aller au restaurant  ou au café, de se faire un repas entre amis mais qu’on prenne garde à ce que le relâchement des précautions n’ait pas une incidence : celle de revenir en arrière sur les règles ce qui serait dommage et pour les citoyens et pour toutes ces entreprises qui  offrent des espaces de convivialité qu’il ne faudrait pas refermer comme cela s’est fait dans certains endroits…du fait de certains clients inconséquents.

    Entre la préoccupation sanitaire et la préoccupation économique il est sûr que l’équilibre est difficile et qu’il faut revenir à un fonctionnement « normal » de la société.

    DÉCONFINEMENT: ACCÉLÉRER POUR RECULER ENSUITE?

    imagevperemencom, CCO

    MAIS LA LIBERTÉ CE N’EST PAS FAIRE N’IMPORTE QUOI…

    Quand je lis certains commentaires sur les réseaux sociaux  sur le port du masque, il y a de quoi se poser des questions sur la perception qu’ont d’aucuns de ce qu’est la liberté. Dire par exemple «  je suis libre de ne pas porter le masque , les autres font ce qu’ils veulent, c’est leur problème » alors que l’on pourrait être  dans une situation de promiscuité où la distanciation physique ne peut-être respectée,  relève d’un pur égoïsme inconséquent. Où est le respect de l'autre?   La liberté doit toujours être  définie "de manière positive comme l'autonomie et la spontanéité pour une personne douée de raison". Dans l’exemple que je donne ce n’est pas le cas.  La liberté est la possibilité de pouvoir agir selon sa propre volonté, dans le cadre d'un système politique ou social, dans la mesure où « l'on ne porte pas atteinte aux droits des autres et à la sécurité publique ».

    Il est donc facile d’être libre mais ça veut dire aussi respecter des règles pour que les autres soient respectés. Avec le virus, respecter les autres et leur santé c’est tout simplement faire le nécessaire : garder les habitudes des gestes barrières et porter le masque quand il le faut dans des situations de promiscuité dans l’espace public.  Rien qui empêche donc la liberté de faire sauf ce qui peut nuire aux autres.

    Facile : l’égoïsme ne doit donc pas être la règle, ni le chacun pour soi. Je ne vois pas en quoi ne pas serrer la main, ne pas faire la bise et garder les distances de sécurité ou ne pas porter le masque dans des circonstances où c’est nécessaire est contraire à la liberté de rencontrer les autres et de faire le reste comme avant… Mais si tout le monde ne joue pas le jeu…les personnes fragiles peuvent avoir des craintes légitimes.

    Aller donc plus vite ? Non , car justement on s’aperçoit, hélas, que sous prétexte de liberté à retrouver, certains se relâchent en n‘observant plus les gestes barrières.  C’est ce manque de conscience civique qui règne chez certaines et certains qui doit inciter à être prudent et donc ne pas aller plus vite que ce qui a été prévu. C’est à cause de ces personnes inconséquentes que justement on ne peut aller  plus vite puisqu’il faut préserver les autres.

    Il ne reste donc plus d’autres solutions, à la lumière des attitudes inconséquentes qu’à  progresser en fonction des faits constatés en espérant que chacune et chacun ait le plus possible la conservation d’une attitude citoyenne  tout en sachant que la vie ne reviendra pas à la normale comme avant si nous ne sommes pas vigilants quant à nos actes qui se doivent d’être responsables dans notre intérêt…en attendant des traitements qui ne sont encore là et un vaccin qui résoudra nombre de craintes.

    DÉCONFINEMENT: ACCÉLÉRER POUR RECULER ENSUITE?

    image geralt CCO domaine public

    Le président de la république va s’exprimer ce dimanche soir car sans doute il a senti que ça trépigne  chez certains citoyens et que nombre de lobbies  font pression pour  accélérer la reprise économique. La ligne de crête sur laquelle il faut tenir est étroite pour ne pas tomber dans l’irresponsabilité et le clientélisme politicien.

    En fonction de ce qu’il annoncera,  je pourrai juger si le président Macron est à la hauteur des responsabilités qu’il doit assumer pour le pays.  

     

    « MUNICIPALES EN JUIN : LIBERTÉ, EGALITÉ et FRATERNITÉ! - 3 sur 3ALLOCUTION PRESIDENTIELLE DU 14 JUIN 2020 : AFFIRMATIONS et PROMESSES... »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :