• COVID ET COUVRE-FEU : ET L’ÉCOLE DANS TOUT ÇA ? 1 sur 3

    Rien ne change ou si peu...

    Qu’il y ait couvre feu ou confinement , les écoles restent ouvertes que ce soit l’école maternelle, l’école élémentaire, les collèges ou les lycées conformément au principe rappelé : " Protéger tous les élèves et les adultes et assurer l'éducation pour tous ".

    Je suis POUR , mais y met-on vraiment les   moyens et prend -on les bonnes mesures?

    J’y reviens donc avec les propos du  ministre Jean-Michel Blanquer qui est resté sur ses splendides certitudes avec un protocole sanitaire de nouveau dit « renforcé »dans les établissements scolaires qui protégerait au maximum les enseignants et les élèves…   

    Protéger en renforçant… Comme renforcement il pourrait y avoir mieux d’autant que le protocole précédent n’a pu être mis en place que partiellement surtout quand il est écrit le terme « si possible ». Et quand ce n’est pas possible ?

    Venons en donc aux faits...

    PLAN MACRON DE DE-CONFINEMENT : PRECIPITE ET HORS SOL

    Image par congerdesign de Pixabay

     

    UNE PROTECTION TOUJOURS A MINIMA

    J’aurai au moins voulu pouvoir dire qu’il y aurait du changement…dans la continuité. Mais je constate qu’une fois encore qu’il n’y a pas de changement majeur pour mieux protéger les élèves et leurs encadrants et entre autres les enseignants. Du discours , des paroles qui survolent la réalité que ne connait pas ou fait semblant de ne pas connaître Jean-Michel  Blanquer faute d’une volonté de vouloir mettre les véritables moyens de protection nécessaires qui auraient dû être mis en place suite à la première vague.  Cela n’a pas été fait ni en juin, ni en septembre ni à cette rentrée de janvier.
    En effet, il n’annonce en réalité qu’une campagne de tests et l'interdiction des activités sportives scolaires et extrascolaires en intérieur.

    Le couvre feu ne concerne pas « l’École » (sens large) car on pourra toujours quitter après 18 heures dans tous les établissements. A partir du moment où les déplacements vers et depuis un établissement scolaire sont autorisés, les cours et les réunions peuvent avoir lieu. Les  élèves, les parents et les professeurs remplissent les dérogations prévues. Rien de changé donc pour les flux de population scolaire.

    RIEN NE CHANGE OU PRESQUE

    Rien de changé pour améliorer l’encadrement des élèves : Où sont les effectifs supplémentaires pour créer des groupes classes ? Rien n’a été prévu depuis la première vague, aucune leçon de prévoyance tirée…

    Pour garder les établissements scolaires ouverts et protéger les personnels et les élèves,   les mesures de protection sanitaires auraient dû être, depuis  longtemps, anticipées avec la mise en place des moyens ad hoc ce qui n’a pas été fait :

    • Moyens d’aération des classes autres que l’ouverture des fenêtres
    • Détecteur de CO2 qui peut alerter quand un lieu n’est plus suffisamment oxygéné (salle de classe ou cantine
    • Mobilier individuel
    • Personnels pour dédoubler les groupes classes
    • Locaux supplémentaires

     

    Rien ne change pour l’enseignement  en alternance pour les lycées ce qui est un bon point mais  les collèges n’y ont toujours pas droit sauf "à titre exceptionnel, au cas pas cas" et uniquement  les 4èmes et 3èmes. Cela permet pourtant de résoudre des problèmes de classes chargées,  de brassage de la population scolaire et de cantine.

     RETOUR A L'ÉCOLE LE 11 MAI : LA BOULE AU VENTRE... 1 sur 2

     Rien ne change pour les cantines ou presque. Le ministre ne propose aucune solution autres que celles déjà mises en place quand les collectivités  le peuvent mais ce n’est pas toujours le cas.

    Rien n’a été anticipé une fois de plus avec les collectivités locales qui doivent se «  débrouiller » avec les déclarations ministérielles et ses mesures   à mettre en place dès ce dernier lundi.

    Ainsi dans le primaire : suppression des brassages annoncée. Chaque classe doit déjeuner aux mêmes tables à la cantine  ou mettre en place un système de repas à emporter dans la classe.

    Au collège et au lycée : interdiction de brasser mais avec ce bémol significatif « si possible ». Question : et quand ça ne l’est pas ? Ce bémol on le retrouvera au collège puisque là le système de cours en alternance n’existe pas et  qu’on en reste donc à des classes entières.  Le système d’horaires de service étendu ne peut pas fonctionner faute d’anticipation : il faut du personnel pour cuisiner par exemple, désinfecter, aérer,...

    Que ce soit en primaire ou au collège, préconiser le repas en classe est une utopie quand les locaux sont exigus ou que le nombre d’élèves est important. Manger ce repas en classe donc sans le masque alors que l'on fait cours avec le masque pour se protéger? Sans masque, dans la classe le virus pourra allégrement se propager avec toutes les incidences que cela aura.   Est-il  intelligent de préconiser  d’entasser les élèves  dans des salles de classe pour manger plutôt que de les envoyer à la cantine où on aurait peut être pu mettre en place des dispositifs cohérents pour limiter la propagation du virus grâce à des dédoublements de groupe classe et une aération digne de ce nom pour éviter la contamination par aéroportage.
    Encore aurait-il fallu que le ministre y travaille par anticipation avec les collectivités locales et les établissements depuis la fin de la première vague ce qu’il n’a pas fait. Constat en a été fait à toutes les rentrées ou des protocoles ont jailli souvent à deux ou trois jours de la rentrée voire même modifiés le jour même. ( mon avis détaillé sur le mépris technocratique sur http://quaiducitoyen.eklablog.fr/covid-19-ecole-et-protocole-sanitaire-le-mepris-technocratique-a204069700)

    Et puis…QUID des normes sanitaires ? QUID de la surveillance des repas dans les classes ?

     Manger froid…c'est-à-dire une nouvelle organisation pour la fabrication des  repas sans oublier que nous sommes en hiver… !!!

    A oui, ne pas oublier d’aérer. En ouvrant les fenêtres bien sûr, à la cantine en plein hiver ou dans les classes…

    Où sont donc les nouveaux moyens pour renforcer la protection des élèves et adultes des établissements scolaires maintenant et aussi en prévision d’une nouvelle crise qui s’annonce inéluctablement notamment avec les virus variants?


    Le point dans le prochain billet.

     RETOUR A L'ÉCOLE LE 11 MAI : LA BOULE AU VENTRE... 2 sur 2

     Image par Med Ahabchane de Pixabay

    « COVID: DU COUVRE-FEU AU CONFINEMENT?COVID ET COUVRE-FEU : ET L’ÉCOLE DANS TOUT ÇA ? 2 sur 3 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :