• Semaine de quatre jours et demi: OUI MAIS...

    Semaine de quatre jours et demi: OUI MAI...Vincent Peillon a commencé ses consultations sur les rythmes « scolaires ».

    Quand on parcourt les médias,  on observe que les préoccupations du respect des rythmes des élèves passent déjà au second plan pour mettre en avant des préoccupations d’adultes. C’est en effet, de nouveau  le grand déploiement de demandes d’avis ou sondages des médias sur école ou pas école le samedi tant au niveau des enseignants que des parents.  Tout cela ne fait pas avancer grand-chose. 

     

     

    Semaine de quatre jours et demi: OUI MAI...Des élus se mettent de la partie quand on parle de prise charge des enfants pour des activités extra scolaires : la préoccupation est que cela va coûter cher. Il est vrai que le niveau d’implication des collectivités locales sera important dans le débat.  

    Une fédération de parents d’élèves (La FCPE) semble mettre de nombreuses  réserves.  Sur la diminution à 23 heures de présence en classe des élèves , elle ne serait pas d'accord tout en  défendant la diminution  à 5 heures de la journée scolaire (?). 

    La rencontre avec les enseignants  a permis de soulever des questions sur ce qui va être fait après les 23 heures de scolarité ( l’aide aux devoirs  ?),  la redéfinition du service des enseignants, la formation des maîtres...  

     Semaine de quatre jours et demi: OUI MAI...Personne en tout cas ne semble remettre en cause l’existence des devoirs après la classe. C’est un mauvais signe qui montre des conceptions obsolètes du fonctionnement de l’Ecole et des considérations erronées quant à ce que doit être le travail scolaire utile pour l’élève. 

    A moins que cela ne cache la volonté de ne pas  remettre en cause des systèmes déjà en place d’aide aux devoirs, d’accompagnements, d’études surveillées qu’il faudrait remplacer par de véritables activités culturelles et sportives. Celles- ci  demanderont en effet  des compétences différentes pour prendre en charge non plus des « élèves » mais des enfants qui ont quitté l’école et qui ont aussi droit à des loisirs de qualité.

    (horloge en mouvement, auteur Vassil, domaine public)

    Tout cela est encore très confus .Attendons  la suite…des négociations.

    UNE TRANSITION AVANT D’ALLER PLUS LOIN ?

    Je l’ai dit dans un  article  précédent, des propositions du ministre sont intéressantes pour avancer tout de suite  et de manière transitoire :

    Suppression de l’aberrante semaine de 4jours

    Journée scolaire raccourcie à 5 heures pour les élèves

    Devoirs pendant le temps scolaire (ce qui ne devrait même pas se poser puisque les devoirs sont interdits à l’école)

    Alternance de 7 semaines de travail et 2 semaines de repos

    Tous les enfants resteront à l’école jusque 16h30

    Des maîtres en surnombre dans les écoles.

    Ce sont des bases de travail pour mettre en place ce  que j’appellerai  une  transition vers une refondation complète qui prendra du temps.  Les rythmes seront aussi à mettre en concordance au fur et à mesure de la refondation avec

    - la refonte des programmes pour qu’ils soient adaptés et cohérents ce qui permettra de traiter véritablement le problème du nombre d’heures annuelles d’apprentissages nécessaires et donc celui des vacances scolaires. Je rappelle que dans certains pays il y a jusqu’à un tiers d’heures de cours en moins qu’en France  (voir mon article http://quaiducitoyen.eklablog.fr/refondation-de-l-ecole-un-rapport-interessant-mais-a57567439) et les résultats sont meilleurs : la pédagogie est différente, les programmes sont adaptés.

    - la rénovation pédagogique, l’évaluation et donc la formation continue et initiale des maîtres.

    Ces deux points doivent être repensés tout de suite, mis en œuvre de manière progressive ce qui demandera  du temps mais sans lesquels  la rénovation ne sera pas.

    Suite à une première rencontre, le mardi 16 octobre , les syndicats d’enseignants examinent des propositions.

    Après les syndicats d’enseignants, les consultations vont se poursuivre  avec les associations de parents d’élèves ce vendredi.

     A suivre donc  pour apprécier de quelles manières les consultations et négociations vont évoluer et si des véritables avancées se feront sur les rythmes scolaires. IL faut simplement espérer que ce qui en sortira ne sera pas pour faire plaisir aux adultes comme cela a été le cas pour la semaine de quatre jours.  Il est important que, pour une fois,  les intérêts de l’enfant puissent prévaloir sur ceux des adultes.

     Des solutions existent. J’y reviendrai très bientôt… 

    Patrick PATTE

    « C'est la semaine du goût!Non à l'aide aux devoirs après la classe! »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    tamay
    Dimanche 21 Octobre 2012 à 19:00

    Toujours aussi finement analysé.

    Je partage complètement tes réflexions et comme toi, je suis très réservée sur ce qui sortira de toutes ces grandes déclarations.

    Au fil du temps, plus les médias s'emparent du sujet à grands coups de communqués, d'interviews, de sondages ...et plus le débat s'oriente sur des préoccupations d'adultes, loin de l'enjeu principal: Le respect des intérêts de l'enfant. Or c'est bien lui qui doit rester au centre du dispositif éducatif! Aux adultes de faire preuve de créativité, d'imagination et d'audace pour proposer un système novateur écartant définitivement celui que nous connaissons tous, inefficace, obsolète et à bout de souffle.

    Les prochains arbitrages ministériels seront décisifs pour mesurer le réel engagement de nos politiques sur cette "refondation".

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter