• SAUVER LES FETES ?

    Quand j’ai entendu nombre de commentateurs télévisuels  se poser la question de savoir de quelle manière  on pouvait «sauver Noêl » et « Nouvel an » par les mesures annoncées  par le premier ministre en ce début décembre alors que les chiffres de la contamination attendue (5 000)ne sont pas atteints pour être mis en œuvre puisque nous en sommes à plus de 10 000 cas recensés par jour, j’ai préféré attendre la nouvelle intervention de Jean CASTEX, suite au Conseil de défense de ce mercredi, pour faire des commentaires  estimant inutile de faire des suppositions qui ne serviraient à rien. Les médias télévisés notamment et les chaines en continue en particulier  ont trouvé du grain à moudre depuis la fin de la semaine dernière pour laisser la population dans l’expectative et le stress quant à ce qui pourrait éventuellement arriver ou pas pour Noël et Nouvel an. Est-ce bien utile de remuer  en continu le couteau dans la plaie ?

    20 NOVEMBRE 2020: CE QUE VA ANNONCER OU NON LE PREMIER MINISTRE...

     

    Image par Wilfried Pohnke de Pixabay

    RIEN N’EST INSCRIT DANS LE MARBRE…

    Le Président de la République et le premier ministre ont  pourtant été clairs, pour une fois, je cite : « Ce confinement va encore durer deux semaines, avant l'ouverture d'une nouvelle étape d'assouplissement le 15 décembre prochain, si la tendance actuelle se poursuit et donc si nous restons vigilants. »(…) « Nous avons saisi le haut conseil de santé publique pour préciser les préconisations complémentaires de prudence qu'il sera hautement souhaitable de respecter. Son avis est attendu en début de semaine prochaine. »

    Si je lis entre les lignes, rien n’est inscrit dans le marbre. Tout dépendra de la situation qui sera appréciée pour que des décisions soient prises ou confirmées. A quoi cela sert-il donc de s’agiter ? Comme l’a dit le premier ministre : « Nous ne sortirons de cette crise que si nous avançons par étape et avec prudence. Gardons en mémoire la réalité du risque d'un rebond de l'épidémie. C'est ce que nous avons connu cet été. C'est ce que tous les pays autour de nous ont vécu.

    Il faut à tout prix éviter de revivre ce scénario à l'occasion des fêtes de fin d'année, parce que c'est période propice aux rassemblements. Nous devons être ensemble attentifs et solidaires pour écarter le risque d'un reconfinement quelques semaines plus tard. Voyez que les Etats-Unis, qui étaient déjà dans une situation sanitaire difficile, redoutent actuellement une flambée de nouveaux cas après le relâchement observé lors des fêtes de Thanksgiving.

    Comme nous l'avons souhaité avec le Président de la République, vous pourrez retrouver vos proches pour les fêtes de fin d'année pour passer ces moments précieux en famille ou entre amis. Mais cela ne veut pas dire que nous pourrons fêter Noël ou le Nouvel an comme les années précédentes : il nous faudra respecter les gestes barrière et toujours veiller à protéger les plus fragiles, en particulier nos aînés. »

    Comme je l’exprimai dans mon dernier billet : « En bref, le virus est bien toujours là même si le nombre de cas semble  diminuer un peu, après le 15 décembre on pourra sortir sans « laisser passer » ou « autorisation de déplacement dérogatoire » pour aller n’importe où jusque 21 heures heure du couvre feu.  Mais le virus peut toujours se rencontrer n’importe quand n’importe où. Là rien de changé : le danger est toujours là si on n’y prend garde. »

    J’ai écrit ces mots avant l’intervention du premier ministre de ce jeudi 10 décembre à 18h.

    CONFINEMENT: LES INCONSÉQUENTS

    Image par Free-Photos de Pixabay

    SAUVER NOËL OU NOUVEL AN N’EST PAS UN OBJECTIF

    Faire croire que les mesures prises par le gouvernement ont pour objectif de « sauver NOEL  » ou « nouvel an » qu’est-ce que ça veut dire ?

    C’est à mon sens une ineptie face à la gravité de la situation que nous vivons. 

    Sauver NOËL ça veut dire sauver les rencontres familiales, premier vecteur  reconnu de la contagion et  qui pour l’instant se doivent d’être limitées dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus. C’est aussi sauver les achats de fournitures alimentaires « spéciales »pour les divers réveillons car le l’oublions pas, le nouvel an c’est la semaine suivante.

    « Sauver NOËL » voudrait dire qu’on va faire baisser la propagation de la contagion avant les fêtes pour pouvoir les passer en famille … pour retomber dans l’augmentation de la contagion après les fêtes et grâce à elles et au « lâcher prise » des  gens qui dans ces circonstances  quand on est nombreux devient  automatique et naturel au bout d’un certain temps de cohabitation.  Le « phénomène été » en plein hiver en somme.  On a vu ce que cela a donné.

    Il est sûr qu’il est très dommage de faire une croix (sans jeu de mots religieux) sur les fêtes de Noël telles qu’elles se sont déroulées jusqu’ici mais il est clair que si on veut être sérieux il faudra renoncer aux réunions familiales étendues, repas en grand nombre … Et je ne parle pas des réveillons de nouvel An...

    Croire donc  qu’on va pouvoir fêter Noël et nouvel an comme les années précédentes ne me semble pas à l’ordre du jour.  Le premier ministre l’a dit avec raison. Même si  les mesures prises actuellement fonctionnent  et stabilisent la propagation du virus, celui-ci sera toujours là en embuscade…

    La contamination se poursuit néanmoins et le chiffre journalier des contaminations stagne  ce qui veut dire que les mesures prises sont insuffisantes. Il  serait donc plus que temps d’en prendre immédiatement de nouvelles plutôt que de discutailler sur l’ouverture ou non des salles de cinémas et de spectacles qui ne sont pas les foyers les plus dangereux. 

    Va-t-on attendre encore  pour agir avec cette lenteur qui devient énervante plutôt que de prendre des mesures adaptées à la situation? Je pense qu'on a déjà trop attendu.

    20 NOVEMBRE 2020: CE QUE VA ANNONCER OU NON LE PREMIER MINISTRE...

    Image par Free-Photos de Pixabay

    AGIR SANS ATTENDRE : CE QU’IL AURAIT SANS DOUTE FALLU FAIRE

    On voit bien que le virus circule toujours beaucoup plus qu’espéré. Ça a certes baissé sans doute avec le confinement allégé qu’il aurait peut être fallu rendre plus restrictif non pas au niveau des déplacements car la jauge est bonne et permet à chacun de respirer pour aller se promener  mais au niveau de ce que j’appellerai les lieux où la contagion se fait : cantines scolaires, cantines d’entreprises, collèges où on n’ a pas instauré le 50/50 ce qui est incohérent quand on l’a fait avec les lycées.

    On peut y ajouter les files d’attentes des petits commerces qui,  si ils avaient été  ouverts plus tôt,  n’auraient peut-être pas eu cette foule qui se précipite sur un temps limité pour acheter d’où les files  d’attente devant les magasins,  génératrices potentielles de contagion. Car il y a l’attitude de certaines et certaines quant aux gestes « barrières » en dehors du travail  et des transports, ces gens qui touchent tout le temps leur masque pour le réajuster, ceux qui le mettent sous le menton ou sous le nez dans les files d’attente alors qu’ils sont peut-être asymptomatiques voire super contaminateur... Certains le mettent juste pour pouvoir entrer dans le magasin… Le virus ne circule pas: Il n’a pas de jambes mais il peut voler dans l’air… C’est dans tous les cas nous qui le transportons et le propageons.

    Même avec plus de 10 millions d’usages la fameuse application STOP COVID devenue TOUS ANTI COVID    a été un échec. Pour rattraper le coup il faudra multiplier tout cela mais c’est un peu tard. Je l’ai néanmoins téléchargé.  Mais ça n’aura qu’un impact plus que limité.

    SI ON VEUT QU’EN JANVIER CE NE SOIT PAS CATASTROPHIQUE...

    On parle d’instituer un couvre feu plus tôt. Peut-être…

    Mais ne serait-il pas utile, par exemple,  d’anticiper d’une semaine l’arrêt des écoles pour diminuer l’impact de la contagion qui se fait par et dans les  établissements scolaires, à la cantine, à l’extérieur sur le chemin de la maison puis à la maison ? On a quand même pu constater que s’il y a eu baisse de la contamination elle s’est ressentie après les dernières vacances…

    Attendons donc les mesures car il y en a d'autres possibles.
    On verra en tout cas ce qu’aura décidé le gouvernement…

    Espérons que pour une fois il fera diligence pour ne pas tarder à actionner les moyens   efficaces sans ménager la chèvre et le chou.

    Sauver Noël ou Nouvel an ne sont pas des objectifs majeurs par rapport à  SAUVER DES VIES   celles par exemple de certains de celles ou ceux avec qui on pourra fêter Noël …l’année prochaine et permettre à notre système de santé de faire face…en janvier 2021 pour ne pas commencer une mauvaise nouvelle année.

    SAUVER LES FETES ?

    Image par Alexandra_Koch de Pixabay

    « COVID 19 : RIEN DE TRÈS NOUVEAU SOUS LA GRISAILLE DE L’HIVER…COVID 19 : MESURES AU 15 DÉCEMBRE - SERONT-ELLES EFFICACES ? »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :