• LA VIOLENCE AU QUOTIDIEN - 1 -

    On a beaucoup commémoré à propos de la violence ces derniers temps comme d’ailleurs chaque année: journée des violences faites aux femmes, journée de l’enfant . Il est bon de le faire sans oublier que la violence, sous toutes ses formes est le lot du quotidien et que c’est tous les jours qu’il faut s’en préoccuper car tous les jours elle est présente.

    Cette violence prend plusieurs formes qui sont subies et le meilleur moyen pour résister me semble être de s’y confronter non pas seulement pour la déplorer ou sombrer dans la morosité ambiante que la grisaille du temps- celui de la météo- n’arrange mais mais pour être au clair avec des réalités qu’il ne faut pas ignorer.

    Il faut rester optimiste même si ce qu’on constate n’est pas « joli joli ». Il faut aussi se dire qu’on ne peut porter tous les malheurs du monde ce qui n’exclut pas qu’on puisse dépenser de l’énergie à essayer de réfléchir voire faire réfléchir pour agir là où on se trouve tout en sachant que ce qu’on fait est une petite goutte d’eau dans l’océan mais qu’elle peut compter rassemblée, à un moment donné, avec toutes les autres.

    LA VIOLENCE AU QUOTIDIEN  - 1 -

    ( solitude au milieu du boulevard de l'hôpital à Paris, Photo prise par Roman Bonnefoy, COM : GFDL)

     

    J’exclus pour le moment de mes propos la violence de l‘agression physique directe que chacune et chacun peut subir de manière fortuite sur le chemin de l’école, en allant faire ses courses ou même chez soi et qui est le fait de bandits, de délinquants divers et de désaxés.

    J’aborde ici la violence des situations de la vie courante à laquelle sont confrontés, tous les jours, de manières diverses les uns ou les autres que ce soit à l’école, au travail, chez soi ou ailleurs quand on n’a pas de « chez-soi » et qui résulte d’un mauvais fonctionnement, des injustices de nos sociétés, des égoïsmes, des ségrégations créées volontairement ou non, ceci dit de manière très ramassée.

    Et j’en oublierai sans doute...

    Les sujets sont nombreux.

    LE MAL LOGEMENT OU LE SANS LOGEMENT

    C’est une des premières violences quotidiennes de notre société - si tant est que je puisse me permettre de faire un classement- avec celle de l’insécurité alimentaire. Le mal logement concerne deux femmes sur 5 des "démunis" de la société d’après l’INSEE (enquête de 2012). Les hommes et les étrangers sont souvent moins bien lotis que les femmes. A noter également des étudiants. Selon l’INSEE un quart des sans-domicile sont des travailleurs « pauvres » qui  avaient un travail régulier ou un «petit boulot» au moment de l’enquête.

    LA VIOLENCE AU QUOTIDIEN  - 1 -

    (SDF anonyme à Paris en septembre 2005 Prise de vue personnelle Siren 19 septembre 2005  CC BY-SA 3.0)

    Le scandale du plan hivernal des sans abris du Nord dont j’ai parlé récemment est significatif de cette violence. (http://quaiducitoyen.eklablog.fr/a-quand-la-fermeture-du-chauffage-au-ministere-du-logement-a113368560)

    La « Voix du Nord » de ce samedi 29 novembre annonce que le préfet « ouvrira progressivement 482 places supplémentaires pour les sans-abri du Nord à partir de la semaine prochaine ». C’est une bonne nouvelle. Les médias régionaux, les associations ont contribué, avec tous ceux qui ont relayé l’information du scandale de la non ouverture, à la pression qui a fait que le préfet a enfin pris une décision allant dans le bon sens. Selon la Voix du Nord qui avait contacté le ministère on apprend aussi que le préfet avait toute latitude pour ouvrir les places dès le 1er novembre !!! Alors pourquoi ne l’a-t-il pas fait ? Le ministère dit aussi que dans d’autres départements de France cela a été déjà réalisé.

    La ministère du logement ferait bien de faire revoir sa circulaire pour l’année prochaine et supprimer les ambiguïtés de rédaction technocratique... sujet à interprétations.

    "Ce qui se conçoit bien s'énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément" ( Nicolas Boileau- Despréaux)... quand on y prend la peine nécessaire en se mettant en phase avec  les réalités du terrain pour sortir du discours. 

    Ces places seront, de toute façon, en nombre insuffisant.

    Elles fermeront le 31 mars. Et après ?
    C’est tout ce qu’on a trouvé : de l’accueil provisoire...

    Que des gens n’aient pas de toit pour s’abriter est intolérable pour eux et devrait être intolérable pour notre société où par ailleurs la consommation fait rage.

    C’est pourquoi j’en ai parlé.

    Cela illustre bien une inefficacité de la gestion saisonnière du problème sans politique sur le long terme. 

    LA VIOLENCE AU QUOTIDIEN  - 1 -

    (Habitat de "fortune" sous un pont parisien. Pont Morland. auteur Dominique Antony, CC BY-SA 1.0)

    Quelques chiffres :

    - dix millions de Français sont en situation de mal-logement (Rapport annuel de la fondation Abbé Pierre : http://www.fondation-abbe-pierre.fr/19e-reml ) dont 3,5 millions de personnes mal logées (c’est-à-dire privées de domicile personnel ou qui vivent dans des conditions difficiles), et plus de 5 millions de Français "fragilisés par rapport au logement" (les locataires en situation de précarité énergétique, qui ne peuvent pas payer leur loyer ou encore les foyers surpeuplés).

    - Nombre de sans abris : 141 500 (en augmentation de 50%depuis 2001) (source INSEE http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1455#inter1 )

    - Le 115 : le dispositif est souvent saturé. le rapport publié en 2013 par la Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale (Fnars) fait état d’une  augmentation de « 30% des demandes d'hébergement d'urgence , tandis que 64% des demandeurs n'obtiennent pas de place ». http://www.fnars.org/images/stories/2_les_actions/115/RapportAnnuel115_2012.pdf

    - des causes et des effets : le prix moyen des loyers dans le parc privé a augmenté de 55% entre 2000 et 2013. Sans commentaire...

    - 453 SDF sont morts en 2013

    Sans compter certains dispositifs indignes... comme le montre l'image qui suit: 

    LA VIOLENCE AU QUOTIDIEN  - 1 -

    (Dispositif anti-SDF installé sur le perron d'un immeuble du sixième arrondissement de Marseille. Les boulons vissés dans la pierre dissuadent toute personne de s'installer devant la porte qui reste close la plupart du temps. Grilles de ventilation intégrées dans les contre-marches., photo prise par DC (DocteurCosmos) — Travail personnel  le 13 juillet 2011  , CC BY-SA 3.0) 

    Le plan de lutte contre la pauvreté a cependant le mérite d‘exister. Un premier rapport bilan  a été déposé en janvier 2014 pour évaluer la première année de réalisation de ce plan qui n’existait pas et qu’il faut au moins mettre au crédit de François Hollande. Le sujet est complexe. Et puis il faut entrainer et obtenir la participation des forces vives du pays comme les entreprises que cela n’a pas l’air d’intéresser. Il ne suffit pas d’élaborer un plan, il faut aussi en mettre les moyens de son application et du lien qu’il doit avoir avec notamment l’emploi et la situation des jeunes comme les étudiants.

    (voir le rapport sur http://www.igas.gouv.fr/spip.php?article350) . 

    Il y a encore des progrès à faire.

    A suivre donc ... J’y reviendrai.

    LA VIOLENCE AU QUOTIDIEN  - 1 -

    ("Pauvreté"  oeuvre d 'Emile Claus (1849-1924) - l'Illustration Européenne, domaine public)

    « IMPRIMANTE 3D et CONSTRUCTION DE BATIMENTS COUAC sur la notation à l’école : le serpent de mer est de retour »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter