• L’ASSEMBLÉE NATIONALE EN DESORDRE DE MARCHE...

    Je pourrai même écrire « EST AUX ORDRES D’EN MARCHE »... Car c’est bien de cela qu’il s’agit pour que le Président MACRON puisse effectivement entrer dans le concret de sa législature.

    Pour le moment, sauf à faire quelques opérations de communication et apparaître comme un président JUPITERIEN, on ne peut pas dire qu’il ait commencé à changer concrètement et de manière positive la vie des français. J’y reviens.

    L’ASSEMBLÉE NATIONALE EN DESORDRE DE MARCHE...

    (Zeus d’Olympie La statue de Zeus à Olympie, selon gravure du XIXè siècle, gravure sur bois de Sidney Barclay numérisée Google - ouvrage Voyage aux Sept merveilles du monde, Augé de Lassus - Public Domain)

    Les députés de la « République En Marche » ont choisi leur candidat à la présidence de l’assemblée qui est donc devenu de fait le 16ème Président de la dite assemblée sous la Vème République, ce mardi 27 juin 2017.

    Avec 353 voix, il a obtenu la majorité absolue des suffrages devant Jean-Charles Taugourdeau, candidat des « Républicains » (94 voix) et Laure de la Raudière pour les « Républicains constructifs» et l’UDI (34 voix).
    Son nom : François de RUGY.

    Son CV politique : maire adjoint à 27 ans, député à 33 ans. A espéré être ministre sous Hollande mais d’autres lui ont été préféré comme Jean-Vincent Placé ou Barbara Pompili malgré qu’il ait quitté EELV avec eux pour créer le « Parti écologiste ».

    Il se fait réélire député en juin 2017 sous la bannière de la REM.

     

    UN PARJURE PRÉSIDERA DONC L’ASSEMBLÉE NATIONALE

    Emmanuel Macron semble bien aimer les félons de « gauche », ces députés ou ministres du PS qui l’ont rallié avant son élection ou ces « personnalités » opportunistes comme François de Rugy qui après avoir quitté EELV pour se rallier à Hollande mais sans succès pour avoir un poste, s’est présenté à la primaire citoyenne dite de gauche de la « Belle Alliance » où il a obtenu 3,87% des voix. Il avait signé pour s’y présenter : “Je m’engage à soutenir publiquement le-la candidat-e qui sera désigné-e à l’issue des élections des Primaires citoyennes et à m’engager dans sa campagne. » "Je m'inscrirai dans le rassemblement à l'issue de cette primaire", sont aussi ses paroles le 15 janvier, lors du deuxième débat de la primaire. Un mois plus tard, le 22 février 2017, Benoît Hamon a gagné et François de Rugy annonce: "Je m'engage dans cette élection présidentielle au côté d'Emmanuel Macron ».

    Un joli parcours d’opportuniste qui le mène au « perchoir » de l’assemblée.

    Nous avons donc bien un parjure opportuniste élu comme président de l’Assemblée nationale. On ne peut le qualifier autrement...

    Il vient d’être félicité par l’autre parjure, le dénommé Emmanuel Valls, ex premier ministre socialiste de Hollande, ex candidat en échec à deux primaires et qui après avoir été élu de justesse en juin 2017, rejoint lui aussi le groupe REM à l’assemblée. (Mais faudra que ce soit confirmé par le conseil constitutionnel suite à un recours de sa concurrente pour de présumées irrégularités).

    Belle image de la politique qu’Emmanuel Macron veut moraliser.... car si les supposées affaires font des tâches à cette morale, la trahison de parole n’en est pas moins grave quand on veut redonner confiance aux hommes politiques.

    C’est plutôt mal parti...

    L’ASSEMBLÉE NATIONALE EN DESORDRE DE MARCHE...


    LES PREMIERS TRAVAUX DE L’ASSEMBLÉE ....

    Comme je le disais en introduction, Emmanuel Macron va pouvoir entrer dans le concret en faisant adopter ses lois ou autoriser ses ordonnances. Les députés « godillots » menés par son « pote » Gérard Ferrand, l’ex-député socialiste, ex-ministre éphémère du premier gouvernement PHILIPPE, auront à cœur d’aider dans sa tâche le nouveau président de l’assemblée à faire passer les lois.

    Ce sont paraît-il des urgences...

    J’en connais pourtant d’autres dont le programme du président ne parle pas comme la pauvreté, les SDF,...

    La modification du code du travail par ordonnances est une urgence comme si cela allait créer de l’emploi...
    Des urgences encore quand il s’agit de remettre de manière inepte la semaine de 4 jours, des CP à 12 à la rentrée sans tenir compte des projets des enseignants et annoncé à deux trois semaines de la fin de l’année scolaire... sans nouveaux moyens.

    Tout cela fait partie de la MACRON TECHNIQUE, celle de la communication en guise d’action :

    • la réception de Poutine à Versailles
    • le G7 d’où il n’est rien sorti
    • la rencontre avec Trump, le soi-disant « pragmatique » selon Macron, qui se retire des accords de la COP 21
    • La soi-disant entente avec Merkel qui n’a pas changé un iota ses positions sur la gestion de l’Europe
    • L’invitation acceptée par Trump aux festivités du 14 juillet
    • ....

    Du même tonneau que la mystification de faire croire qu’on peut être « de droite et de gauche » en utilisant les félons du PS et les opportunistes du LR...


    Et ça marche... enfin ça commence à claudiquer vu le nombre de ministres qui n’ont pas repris de postes dans le deuxième gouvernement Philippe pour cause « d’affaires à dépêtrer». En réalité son élection n’a pas provoqué d’enthousiasme forcené dans la population et sa majorité dans une assemblée nationale qui ne représente pas les français n’est qu’une caricature de démocratie... Mais çà ce n’est pas nouveau sauf que c’est un plus amplifié par l’abstention massive qui a montré que les français n’ont pas confiance... (http://quaiducitoyen.eklablog.fr/raz-de-maree-a-l-assemblee-la-democratie-en-marche-arriere-3-sur-3-a130498810)

    L’ASSEMBLÉE NATIONALE EN DESORDRE DE MARCHE...

    (Temples of Jupiter Panhellenius, Aegina engraving by William Mille, domaine public)

    POUVOIR ABSOLU AU PALAIS BOURBON

    Après l ‘élection du Président, l’heure était venue de l’élection du Bureau de l’Assemblée.

    Une structure importante puisqu’elle permettait jusqu’ici à l’opposition de participer à l’élaboration des travaux.

    Mais tout cela a changé. Le président du groupe REM, Gérard Ferrand fait le travail pour lequel il a été placé là. Il s’est entendu avec le groupe « républicains constructifs » pour que soit nommé comme « questeur » Thierry SOLERE, l’ex porte parole de Fillon, devenu président de ce groupe des « Républicains compatibles Macron » qui n’est donc pas déclaré dans l’opposition.

    Ce poste devait être attribué au parti de l’opposition le plus important en nombre à savoir « les Républicains » qui aurait aussi selon les règles de l’assemblée deux postes de vice-présidents.

    Résultat : « les Républicains » historiques estiment que les règles de l’assemblée ont été violées et ne veulent plus participer au bureau si cela n’est pas rétabli.

    En conséquence, la « République En Marche » obtient 5 vice-Présidences, le MODEM un. Deux postes de questeurs sont attribués aussi à la REM et le troisième revient aux « Républicains Constructifs » ; en résumé tout le bureau de l’assemblée est aux mains de la majorité qui soutient MACRON.

    Bravo à Richard...

    Bien sûr la proposition de Jean-Luc Mélenchon pour les Insoumis que de créer un septième poste de Vice-Président pour que chaque groupe parlementaire soit représenté au bureau de l’assemblée n’a pas été acceptée.

    Cela eut été sans doute trop démocratique...

    En conséquence, grâce aux hommes qu’il a nommé ou fait nommer , Gérard Ferrand Président du Groupe REM et François de RUGY, président de l’assemblée nationale, le président Jupitérien MACRON a la main mise sur tout ce qui sera décidé à l’assemblée y compris l’ordre du jour, les finances....

    Pour les présidences des commissions on saura bientôt.

    Le règne du monarque républicain commence dans une atmosphère d’étouffement de toute possibilité de partage du pouvoir digne d’une monarchie absolue.

    Ah! ça ira, ça ira, ça ira *...

     

    L’ASSEMBLÉE NATIONALE EN DESORDRE DE MARCHE...

    (auteur Clker-Free-Vector-Images, domaine public)

     

    *Ah ! ça ira, ça ira, ça ira, refrain qui symbolise la Révolution , fut entendu pour la première fois en mai 1790.  (Pour les détails de la génèse de cet air connu voir sur https://fr.wikipedia.org/wiki/Ah_!_%C3%A7a_ira).

    "Il existe bien des versions de ce chant, les paroles évoluant de l’optimisme de la fête du 14 juillet 1790 : « Ah ça ira, ça ira ! Pierrot et Margot chantent à la ginguette ! Ah ! ça ira, ça ira, ça ira ! Réjouissons nous, le bon temps reviendra » au refrain ultérieur beaucoup plus menaçant : « Ah ça ira, ça ira, ça ira, Les aristocrates à la lanterne. Ah ! ça ira, ça ira, ça ira ! Les aristocrates on les pendra. »  Au choix pour ceux qui nous gouvernent.

     

    « L’ASSEMBLÉE NATIONALE NOUVELLE DE LA MACRONIEELECTION DU BUREAU DE L'ASSEMBLEE NATIONALE: UNE BELLE PAGAILLE! »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter