• CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE : LES PROJETS ET PROGRAMMES - 4

    (SOUS TITRE: POUR AIDER A FAIRE LE TRI)

    Je vais donc m’employer à les examiner un à un, ces candidats et leurs propositions pour la France, de manière sélective en fonction de mes conceptions. Je ne serai donc objectif que par rapport à ce que crois ou ce dont je suis informé par les faits ou expériences ce qui n’est déjà pas si mal. La liste définitive des candidats est connue depuis ce vendredi.

    Ils sont onze, neuf hommes et deux femmes, qui ont réussi à passer le fameux filtre des parrainages sur lequel je me suis déjà exprimé. Dans l’ordre alphabétique :

    Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière)

    François Asselineau (Union populaire républicaine)

    Jacques Cheminade (Solidarité et progrès)

    Nicolas Dupont-Aignan (Debout la France)

    François Fillon (Les Républicains)

    Benoît Hamon (Parti socialiste)

    Jean Lassalle (Résistons !)

    Marine Le Pen (Front national)

    Emmanuel Macron (En marche !)

    Jean-Luc Mélenchon (La France insoumise)

    Philippe Poutou (Nouveau parti anticapitaliste)

    Il est donc possible de commencer ce que je suis bien obligé de nommer « tri ».

    CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE :  LES PROJETS ET PROGRAMMES - 4

    (auteur Elionas, CC0 domaine public)

     

    LES IDÉES « FORCE » 

    Les points « laïcité » mais aussi « l’équilibre économique et social » des propositions sont importants pour choisir.

    Le premier pilier détermine ce qui doit être notre bouclier commun pour que les français vivent ensemble en paix en se respectant les uns les autres. Ce n'est déjà pas si facile mais c’est la seule protection que peut avoir chacune et chacun vis à vis de ce qui pourrait atteindre à nos libertés individuelles et collectives inscrites en préambule de notre constitution. Mise à mal durant des décennies par des politiciens qui ont mis en œuvre des accommodements pour des rasions électoraliste, il convient de remettre la laïcité dans son état originel d’action, sans qualificatif : la laïcité, un point c’est tout.

    CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE :  LES PROJETS ET PROGRAMMES - 4

    Le second pilier est primordial pour que l’injustice des situations se résorbe autant que faire se peut et ne s’aggrave pas. Il faut un équilibre difficile à trouver mais qui demande un certain courage pour prendre des mesures qui amène les situations vers le haut et qu'il n'y ait pas de régression tout en préservant une certaine justice.

    Il ne faut pas ne pas se laisser influencer par les lobbies et faire fi de l’électoralisme comme le font déjà nombre de candidats et qui justement peuvent amener à des mesures incohérentes pour un véritable projet équilibré qui prend en charge la réalité des situations et pas seulement les « a priori » parfois injustifiés de certains, soumis justement à des slogans creux et sans fondement que certains politiciens utilisent ou provoquent.

    Il est par exemple anormal qu’il y ait 9 millions de pauvres, de SDF...et chacune et chacun devrait s’en rappeler.

    Il faut donner un vrai espoir pour un avenir meilleur pour chacune et chacun et ceux qui sont nos enfants et petits enfants en France mais aussi au sein d'une Europe et d'un monde compliqué que nous ne devons pas ignorer mais dans lequel nous devons nous inscrire sans nous replier sur nous même tout en conservant nos atouts, en défendant notre originalité et notre art de vivre . Cela demande aussi de notre part l'effort de faire le choix éclairé de l'avenir et d'y participer.

    L’idée qu’il faut avoir en mémoire pour juger, à mon sens, de ce que propose un candidat, peut se résumer à cette citation :

    "Un politicien pense à la prochaine élection. L'homme d'État, à la prochaine génération." (James Freeman Clarke - 1810-1888)

    Tout est là. Car c’est bien un homme ou une femme d’état qu’il faut élire.

     

    CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE :  LES PROJETS ET PROGRAMMES - 4

    (le fond vert est de 499798, CC0 domaine public)

    LA CONCEPTION DU PROJET

    Pour ma part, le projet d’un candidat pour la France doit avoir une vision d’avenir cohérente non pas à cinq ans seulement pour le mandat présidentiel à venir mais à long terme au moins dix voire quinze ans ou plus selon les priorités qui seront développées.

    Ainsi, il est clair que l’on ne peut parler d’Éducation et d’Instruction que dans la vision d’un long terme et sous tous ses aspects ce qui exclut les mesurettes à l’idéologie simpliste qui seraient supposées résoudre les problèmes de nos élèves sur les cinq années qui viennent. C’est ce qu’on a voulu nous faire croire pour la refondation de l’école qui était au départ un réel projet pour avancer mais qui s’est réduit à quelques mesures qui, certes, ont permis quelques améliorations (par exemple , l’encadrement en augmentant le nombre de professeurs décimés dans le quinquennat SARKOZY, amorcé quelques actions sur la ou ) mais n’ont pas pris en charge réellement d’autres problèmes à vaincre pour améliorer l’apprentissage des élèves comme la formation continue des maîtres qui est resté peau de chagrin ou même la formation initiale qui est restée soumise plus à une idéologie basée sur le diplôme que sur une véritable formation adaptée à la réalité des classes et de la population. Quant à la fameuse réforme des « rythmes » improprement nommée  « scolaires » elle n’ a été en réalité qu’une mise en place d’activités extra scolaires électoraliste ratée: Aucun changement fondamental dans le rythme de vie des enfants et des jeunes dans leur ensemble que ce soit au niveau de la journée, de la semaine ou de l’année par manque d’une vraie réflexion et de courage politique. Modifier en profondeur notre système scolaire pour améliorer les performances de nos élèves, enfants et jeunes, n’a pas été entamé sauf à la marge parce que la vision à long terme avec ses étapes pratiques n’a pas été étudiée avec le sérieux nécessaire et a été défaillante. Bien sûr cela se fait au moins en dix ans mais encore faut il commencer et savoir où l‘on va.

    Il en est de même pour ce qui concerne notre avenir énergétique et l’abandon du tout nucléaire ou le renouveau de la démocratie.

    Certains projets demandent du temps, d’autres peuvent être réalisés plus vite.

    Le projet de société qu’on nous propose peut déjà donc nous permettre de trier entre les candidats pour apprécier s’il correspond à la vision que nous voulons pour nous mêmes et nos enfants et petits enfants pour l’avenir.

    Mais ensuite il faut considérer les programmes pour déterminer s’ils sont en cohérence avec le projet et ne sont pas constitués de trop de ces slogans "poudre aux yeux" mais qui ne changent rien au fond pour avancer vraiment.

    LE PROGRAMME

    Un programme ne doit donc pas être un inventaire de mesures phares qui flattent les uns ou les autres en fonction de « celles et ceux » qu’on veut attraper mais doit avoir une vision d’avenir, le nôtre, dont les points clés soient en cohérence pour faire fonctionner correctement notre pays immédiatement, à court terme mais aussi contenir des mesures pour certains thèmes qui devront être poursuivies dans un programme à  long terme dont on doit nous donner les traces et directions.

    Le programme ne doit pas être clientéliste mais courageux et donc bien expliqué pour qu’il puisse être apprécié, discuté et pesé et faire prendre conscience qu’on est un citoyen qui doit être actif dans un pays qui compte 66 millions d'habitants et qui ne peut fonctionner en fonction de la "seule chapelle" à laquelle on peut appartenir, ceci dit sans connotation religieuse.

    Ainsi, si on est chasseur ou pêcheur à la ligne, les préoccupations doivent bien entendu être exprimées et écoutées mais le candidat doit inclure dans son projet le nécessaire qui correspond à l’intérêt général et non celui particulier seulement. Car la vie d’un pécheur ou d’un chasseur ce n’est pas seulement la pêche et la chasse mais aussi bien d’autres choses.

     

    CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE :  LES PROJETS ET PROGRAMMES - 4

    (auteur bluemoonjools, CC0 domaine public)

    LES PRIORITÉS ACTUELLES ET FUTURES doivent donc être ciblées.

    Au vu de la situation actuelle de la France, il y a, à mon sens un certain nombre de priorités qu’il faut mettre en avant ce qui ne veut pas dire qu’il faut oublier les autres éléments qui doivent améliorer le fonctionnement de notre pays pour que ses habitants y vivent le mieux possible maintenant mais aussi dans le futur.

    Quelques points fondamentaux me permettront de faire un premier choix par une facile élimination:

    - Tout candidat ou candidate qui opposera une catégorie de citoyens à une autre, quel qu’en soit le motif, est à mes yeux disqualifié. C’est le cas aussi de celle ou celui qui aurait des points de vue xénophobes, homophobes ou sexistes.

    - Toute candidate ou candidat qui raconte sciemment des inexactitudes ou ment pour induire l’électeur en erreur et lui faire adopter son point de vue ne peut être capable de diriger la France. Il n’est pas difficile avec les moyens multiples actuels de recouper les informations nécessaires pour peu qu’on s’y attelle.

    -Tout candidat qui veut remettre en cause de manière régressive des conquêtes sociétales justes comme par exemple la suppression de la peine de mort, l'Interruption Volontaire de Grossesse ne peut être crédible pour accéder à la magistrature suprême. Cette liste n'est bien sûr pas exhaustive. Elle comprend bien sûr la laïcité et tout ce qui est contenu dans la déclaration des droits de l'Homme et du citoyen.

    - Toute candidate ou candidat qui utilise le terme laïcité pour exclure une partie de la population ou permettre des accommodements qui renforcent le communautarisme ou favorisent une religion pour faire du prosélytisme et bafouer la loi de 1905 n’a pas sa place pour prétendre être président. Cela a été trop le lot des gouvernements qui se sont succédé les uns aux autres durant les dernières décennies, y compris les deux derniers quinquennat où certains politiques ont voulu faire passe l’idée d’une laïcité de convenance qu’on qualifie au gré des intérêts électoraux. Inacceptable. De même celle ou celui des candidats qui se servirait directement ou indirectement publiquement de son appartenance à une religion pour racoler l’électeur ne peut prétendre être le garant de nos institutions.

    En bref, Il ne faut pas accepter d’être manipulé et gober tout cru ce qu’on veut parfois nous faire avaler comme une vérité qui, en réalité, peut être une affirmation sans fondement, mal précisée, incomplète, volontairement floue, miroir aux alouettes séduisant d’une manipulation électoraliste de mauvais aloi.

    J’y reviens.

    Tout cela me permet donc, personnellement, de choisir et de justifier à mes propres yeux et à celles et ceux avec qui je me confronte les raisons de mon choix. Tout cela peut se discuter et c’est là qu’interviennent les échanges pour éventuellement compléter, infirmer ou contredire les arguments. C’est ce qu’on appelle le débat démocratique.

    CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE :  LES PROJETS ET PROGRAMMES - 4

    Un premier débat aura lieu ce jour à TF1 entre les 5 candidats qui recueillent plus de 10% d’intentions de vote selon les sondages. Les 6 autres candidats en sont exclus. Ils devront se contenter d’un face à face individuel de 10 minutes avec un journaliste au 20 heures.

    Tout cela entre bien dans le cadre de la nouvelle loi qui a supprimé l’égalité de temps de paroles pour tous les candidats cinq semaines avant l’élection pour une « équité » du temps de parole durant trois semaines puis deux semaines d’égalité.

    La loi est respectée. TF1 a donc choisi « l’équité » à sa manière c'est à dire en fonction des sondages. En réalité, à mon sens, cette équité n'en est pas une. 

    L' équité véritable aurait été d’accorder plus de temps de parole aux candidats moins connus et donc à leur programme. C'est ainsi que l'on peut faire connaître au moins de nouvelles idées. C’est l’inverse qui se produit en favorisant grâce à la nouvelle loi les candidats les plus connus. Une mesure anti démocratique de plus, approuvé ouvertement ou sous cape par nombre de formations politiques à l'initiative du gouvernement de François Hollande.

    (Voir mon avis au moment du vote de la loi en mars 2016 sur http://quaiducitoyen.eklablog.fr/presidentielles-2017-une-loi-qui-sape-l-egalite-du-temps-de-parole-1-s-a125513700)

     

    A suivre...

    « CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE : LE VOTE DIT « UTILE »CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE : LES PROJETS ET PROGRAMMES 5 - DÉBAT SUR TF1 »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter