• CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE : LES PROJETS ET PROGRAMMES 5 - DÉBAT SUR TF1

    Un débat dans la mesure où il est bien organisé peut apporter un certain nombre d’éclairages sur le projet des candidats.
    Je dis éclairage car, en réalité, il n’est guère possible d’aller au fond des programmes de chacun mais il est intéressant de voir se confronter quelques idées importantes et d'apprécier le comportement des uns et des autres. On peut déceler la conviction, les manières de répondre du « tac au tac », la capacité de défendre une proposition avec plus ou moins de clarté....

    CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE : LES PROJETS ET PROGRAMMES  5 - DÉBAT SUR TF1

    (auteur ingenio, pixabay, CC0 domaine public)

     

    Je l’avais dit lors des différents « débats » des primaires, quand il y a trop de candidats pour confronter les idées, ce n’est plus un débat mais plutôt un exposé succinct de quelques idées.

    Hier soir, il était heureux qu’ils ne fussent que cinq pour qu’on puisse qualifier la rencontre de débat. Un rencontre à onze aurait été une caricature de débat, réduisant d’autant le temps déjà court pour que chaque candidat intervienne pour défendre réellement leurs idées. Cela n’enlève rien au fait qu’il n’est pas normal que les 6 autres candidats n’ait pu débattre.

    Il est annoncé un « débat » entre les 11 candidats quelques jours avant l’élection.   Ce ne sera pas à mon sens un exercice qui apportera une vraie aide aux citoyens pour faire un tri car ce sera superficiel et tronqué.

    Il s’agirait de trouver donc une nouvelle formule qui puisse permettre que les échanges se fassent y compris de manière contradictoire.

    Pourquoi ne pas se faire rencontrer les candidats par 3 ou 4 pour qu’ils répondent aux questions des journalistes et aient le temps de développer et se confronter. De nombreuses formules sont possibles. Pour cela il faut du temps et il semble opportun que les différentes chaines de la TNT se coordonnent pour ce faire ce qui permettrait  de faire plusieurs rencontres par semaine sans pour cela saturer les français qui pourraient toujours regarder un autre programme s' ils ne sont pas intéressés par le débat organisé par l’une ou l’autre des chaines.

    On peut toujours rêver.

    LES IMPRESSIONS GÉNÉRALES

    Il y eut quelques confrontations intéressantes devant près de dix millions de téléspectateurs. Cela montre un intérêt certain pour l’élection. Cela suffira-t-il à remobiliser les électeurs et à faire que le parti de l’abstention ne soit pas le plus grand parti de France ?
    Nul ne peut y répondre pour l’instant. Il faudra sans doute encore quelques débats d’idées bien organisés pour que ça s’améliore.

    Sera-ce fait ?

    J’ai été étonné que François Fillon et Marine Le Pen n’aient pas été interrogés clairement par les journalistes sur les « affaires ». Gilles Bouleau, un des journalistes, a été plutôt « soft » en lançant le débat sur le sujet sans nommer les candidats concernés, François Fillon et Marine Le Pen qui finalement ont plutôt été épargnés par les autres candidats. Jean-Luc Mélenchon a néanmoins remis les choses à leurs places vis à vis des journalistes: « Quand vous dites que le débat a été pollué par les affaires de certains – pardon, pas moi ! Ici, il n’y a que deux personnes qui sont concernées : M. Fillon et Mme Le Pen. Nous n’avons rien à voir avec tout ça, alors ne nous mettez pas dans le même sac. ». "J'ai admiré vos pudeurs de gazelle, quand vous dites que le débat a été pollué par les affaires de certains d'entre nous. Pardon, pas moi !"

    Pour ma part j’estime que les journalistes n’ont pas eu le courage ou la sagacité pour que ce point soit abordé avec clarté alors qu’il a pourtant pollué ces dernières semaines toute la campagne. Il eut été intéressant de voir la défense des deux candidats et ce qu’éventuellement en pensaient les autres.

    François Fillon a fait comme si de rien n’était. Il est venu défendre son programme de manière un peu terne et l’a clairement assumé redisant que c’était le seul qui pouvait redresser la France, oubliant quand même qu’il avait été cinq ans au pouvoir et que certaines des propositions qu’il faisait comme par exemple la suppression des 35 heures et donc la durée légale du travail, il ne l’avait pas fait. L’air austère la majorité du temps, il a eu à plusieurs reprises un petit sourire condescendant ou hautain quand il écoutait les déclarations ou les arguments des autres. Il aurait gagné à avoir plus de retenue dans une attitude sentant le mépris. D'autres appellent cela une posture présidentielle...

    Il est dommage qu’il n’ait pas eu à répondre au sujet de ses différentes affaires non sur le côté légal qui est jugé par la justice mais sur son rapport à l’argent, ses costumes « cadeaux » hors de prix qu’il ose porter alors qu’il se présentait comme un candidat de la probité demandant aux français de faire des sacrifices.

    Benoit Hamon a défendu avec conviction l’originalité de son programme bien ancré à gauche et les idées sociales et généreuses bien affirmées, le tournant écologique indispensable, le nucléaire mais il aurait pu être plus clair sur le revenu universel d'existence et l’école. Il semblait quand même un peu fatigué tout au moins au début de la rencontre. A Marine Le Pen qui disait être favorable à « la suppression des aides sociales aux parents de mineurs récidivistes quand les parents ont fait preuve de carence éducative », il a répliqué de manière très directe, avec à propos : « Je me disais : que vous soyez une droguée aux pages faits divers c’est une chose, mais vous êtes candidate à la présidence de la République. Et je trouve que ce n’est pas très sérieux."


    Marine Le Pen a été égale a elle même comme dans ses meetings ou les interviews télévisés, assénant sans détours des slogans ou "ses vérités" en surfant sur les mêmes thèmes : l’insécurité, les migrants trop nombreux, la France et ses frontières, l’Europe à quitter, l'école où les élèves sont en danger... montrant à mon sens un art consommé pour exagérer les peurs.  Elle galvaude  le terme « patriote » qu’elle met à toutes les sauces sur tous les sujets. Finalement en abordant les thèmes elle veut faire croire que nous devons avoir peur à tous les coins de rue.   Elle a été provocatrice avec Emmanuel Macron. Sur le burkini elle l’a interpellé : « « Vous ne voulez pas voir la réalité de la gravité de ce qui se passe dans notre pays, mais il n’en demeure pas moins qu’il y a quelques années, il n’y avait pas de burkini sur les plages, je sais que vous êtes pour M. Macron, mais il n’y en avait pas. » et lui a demandé ce qu’il pensait du dit Burkini.

    Emmanuel Macron a répondu sur ce sujet a la candidate du Front national avec une colère maîtrisée :  " – Non, s’il vous plaît, Mme Le Pen, je ne vous fais pas parler, je n’ai pas besoin d’un ventriloque. Si j’ai besoin de dire quelque chose je le dis, c’est mon habitude.

    – Je l’ai dit très clairement (le burkini) ça n’a rien à voir avec la laïcité, ce n’est pas cultuel, c’est un sujet d’ordre public »,

    Il n’ a pas été assez clair par contre sur certains sujets comme la retraite par point.

    Il s’est néanmoins mis au niveau des autres malgré son inexpérience de ce type d’exercice. A noter néanmoins que Jean-Luc Mélenchon veut le rencontrer pour en discuter ce qui est positif du point de vue de l’ouverture d’esprit des deux hommes.

    Jean –Luc Mélenchon a été le tribun habituel, très clair sur les axes majeurs de son programmes comme l’écologie, la sixième république, la laïcité. Il a évité de se perdre dans les méandres d’une faconde qui lui fait parfois perdre du temps. Sans doute le plus naturel des candidats présents dans sa manière de s‘exprimer et d’être sincère. Il faut dire aussi qu’il a de la « bouteille » et a déjà été candidat.

    Tout ceci-dit n’étant que des impressions forcément subjectives qui n’engagent que moi.

    Globalement j'ai pu discerner certaines différences sur la conception économique, le travail, l'école, le traitement de l'immigration, la considération de l'être humain, les conceptions de la justice sociale, l'Europe, la sécurité, la justice, la santé,l'écologie, les institutions...

    Un débat utile pour se rendre compte des capacités des candidats.

    CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE : LES PROJETS ET PROGRAMMES  5 - DÉBAT SUR TF1

    Je vais donc m’attacher à être plus précis sur des points que j’ai notés pouvant éclairer « ma lanterne » pour un tri plus objectif malgré certaines approximations ou imprécisions du fait du manque de temps pour développer.

    On peut toujours se reporter aux programmes écrits de chacun des candidats.

    A suivre...

    « CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE : LES PROJETS ET PROGRAMMES - 4CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE 6 : PROJET ET PROGRAMME FRANÇOIS FILLON 0 sur 4 »

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter