• CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE 7 : PROJET ET PROGRAMME MARINE LE PEN 4 sur 4

    Dernier article en ce qui concerne le projet et le programme de Marine Le Pen. J'allais dire enfin car il faut bien dire que la lecture de tout ce qui est proposé est difficile à digérer tant on y trouve d'incohérences du point de vue économique mais aussi de faux semblants quand on aborde des thèmes comme la constitution, la justice. Pour ce qui est de l'École, c'est par contre très clair et difficilement supportable quand on a été, comme moi, enseignant tant on y trouve des inepties sectaires, des invraisemblances honteuses et des atteintes à l'honneur  du métier et à ceux qui le pratiquent par les soupçons qui y sont insinués d'être des "mal pensants" qui font de la politique... Scandaleux! 

    CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE 7 : PROJET ET PROGRAMME MARINE LE PEN  4 sur 4

    (d'après image de RyanMcGuire, CC0 domaine public)

     

     

    LA SÉCURITÉ ET LA JUSTICE

    « Rétablissement de la peine de mort ou instauration de la réclusion criminelle à perpétuité réelle.  L’alternative entre ces deux possibilités pour renforcer notre arsenal pénal, sera proposée aux Français par référendum. » Finalement la présidente du Front national en reste à la réclusion criminelle à perpétuité réelle.

    Il n’en reste pas moins que cette seule intention de rétablir la peine de mort et d’essayer d’y associer la population par un référendum est pour moi inconcevable et montre bien que le Front national n’a pas changé. Inadmissible dans une démocratie que de vouloir argumenter en faveur de la mort qu’aurait le droit de donner un jury. On reviendrait en arrière vers la barbarie.

    Un pouvoir fort  sous le terme « autorité de l’état » montre le caractère identitaire de l’extrême droite auquel appartient le Front national. Il n’a pas changé sauf en apparence pour essayer de se donner une image d’un parti « comme les autres ». (Voir la partie 1 : http://quaiducitoyen.eklablog.fr/campagne-presidentielle-7-projet-et-programme-marine-le-pen-1-sur-4-a129806486)

    Tous les éléments d’un « état fort » seront là pour être mis en place. Rien d’étonnant à ce que Marine Le Pen trouve la que la constitution de la 5ème république lui ira bien et qu’elle n'a pas l’intention d’en changer. Elle peut lui donner tous les pouvoirs dans cette période d’état d’urgence.

    Ainsi, quant à l’augmentation du budget de la défense à 3% du produit intérieur brut en 2022 soit un doublement du budget actuel, on peut se poser au moins deux questions.

    La première concerne le financement de cette mesure. Sur quel budget de l’état fera-t-elle des économies pour atteindre une telle inflation de moyens pour l’armée ? Deuxième question : à quoi cela servira-t-il ? Je ne vois rien de crédible à ce sujet dans les explications programmatique. Par contre j’estime qu’il y a d’autres priorités humaines et sociales comme la lutte contre la pauvreté, une amélioration du système de santé qui auraient bien besoin de moyens exceptionnels pour faire face à des situations critiques. Seront-ce ces budgets là ou ceux de l’éducation ou de la culture qui subiront les coups de rabots nécessaires au transfert de crédits.

    Réarmement des forces de l’ordre : sans doute qu’il y a un besoin de moyens humains supplémentaires et d’équipements à renouveler mais quand Marine Le Pen parle de réarmement  « moralement et juridiquement », cela me fait craindre que l’on élargisse la présomption de légitime défense par exemple qui pourrait autoriser certains membres de la police (pas tous heureusement) à s’en prévaloir pour masquer des « bavures » toujours possibles de par le sentiment d’impunité qui pourrait se créer

    CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE 7 : PROJET ET PROGRAMME MARINE LE PEN  4 sur 4

    (auteur OpenClipart-Vectors, CC0 domaine public)

    Le contrôle de la justice par l'exécutif :

    Le programme critique le manque de magistrats et de moyens de la justice. Jusque là on ne peut être que d’accord et un effort doit être entrepris pour augmenter le budget à la hauteur des enjeux.

    Encore faut-il que les juges puissent rester indépendants.

    « La tolérance zéro » est prônée et c’est à partir de là que ça dérape.

    Dire qu’il faut le « Rétablissement des peines planchers », la « suppression des remises de peine automatiques », la "coupure des aides aux parents de mineurs délinquants, ... » des mesures qui ont essayées d’être mises en place sans effets au cours du quinquennat de Sarkozy, cela revient à prôner par la tolérance zéro, une justice aveugle, sans nuances et donc à confisquer aux juges tout ce qui fait que la vraie justice puissent être rendue. Les juges doivent rester maître du jugement et de l’adaptation de la peine à la situation et au justiciable.

    C’est le donc contrôle de la justice par l’exécutif qui s'installera progressivement.

    « Un vaste plan carcéral sera adopté afin de créer, dans les plus brefs délais, 40 000 nouvelles places de prison. »

    S’il est vrai qu’il manque de places pour loger la population actuelle (La France compte en effet 56 000 places de prison disponibles pour 64 000 prisonniers), il faut en effet en créer de manière à rendre des conditions humaines pour les détenus.

    Mais de là à vouloir qu’il y ait « 40 000 places de prison » supplémentaires en 5 ans (soit une dépense de 6, 6 milliards qui ne sont pas budgétisés), cela signifie clairement que Marine Le Pen veut remplir des prisons de 42 000 prisonniers de plus ce qui présage donc d’une augmentation de la délinquance ce qui voudrait dire qu’elle ne sera pas capable de la juguler par d’autres moyens que l’internement.
    Aucunes mesures pour améliorer la prévention, la réinsertion et la lutte contre la récidive ne sont prévues.

    C’est en somme le tout REPRESSIF et l’échec donc, déjà annoncé, de la politique de la justice, de la prévention de la délinquance et donc de la sécurité : Il y aura plus de délinquants à mettre en prison dans les cinq années qui viennent...

    INSTITUTIONS

    Marine Le Pen par cette seule affirmation de parler « au nom du peuple » montre son intention de se substituer déjà à lui alors qu’elle n’est pas élue. Je lui dénis tout droit de parler en mon nom. Elle ne représente qu’elle même, une partie des membres de son parti et ses idées auxquelles je n’adhèrerai jamais et comme moi des millions de français. Qu’on se le dise !

    Je ne reviens pas sur la suppression des régions et des intercommunalités qui est une grave erreur économique (http://quaiducitoyen.eklablog.fr/campagne-presidentielle-7-projet-et-programme-marine-le-pen-3-sur-4-a129922320). Elle aurait aussi le mérite pour le FN au pouvoir de supprimer d’un coup 1758 conseillers régionaux et des régions dont le FN n'a pas actuellement la maîtrise ce qi pourrait être gênant dans la quête d'un état "autoritaire".

    Encore un indice de la recentralisation vers un état fort, omnipotent.

    Pour ce qui est du parlement il est proposé la « réduction du nombre de députés à 300, contre 577 aujourd’hui, et du nombre de sénateurs à 200, contre 348 actuellement ». Rien n‘explique ces chiffres qui apparaissent arbitraires dans la mesure où ils ne sont pas basés sur des justifications de représentativité clairement étudiées et énoncées. Que les parlementaires ne représentent pas la population dans tous ses aspects, tout le monde le sait mais que l’on annonce des chiffres arbitraires, cela me paraît suspect tout comme la proportionnelle à l’assemblée nationale : « une prime majoritaire de 30 % des sièges » serait réservée à « la liste arrivée en tête » et un seuil d’éligibilité fixé à 5 %. C’est encore pire que le système actuel pour assurer l’hégémonie d’un parti majoritaire et ne résout en rien la représentativité, bien au contraire, de toutes les sensibilités politiques.

    Encore un signe du renforcement de l’exécutif au détriment du parlement.

    CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE 7 : PROJET ET PROGRAMME MARINE LE PEN  4 sur 4

    (symbole de la République Française, auteur Jef-Infojef — Travail personnel, CC BY-SA 3.0)

    La modification de la constitution telle que prévue me semble être une atteinte à certains droits fondamentaux.

    Et d’abord la laïcité. Comme elle l’annoncé lors du débat télévisé entre les 11 candidats le 4 avril 2017, « Je veux protéger la culture et l’identité des Français » en soutenant par exemple qu’il fallait « mettre des crèches dans les municipalités ».

    Une position à l’évidence racoleuse en direction des catholiques traditionalistes et aussi pour, sous couvert de tradition, imposer à tous une laïcité à la carte. Le Front national se sert sans vergogne à mauvais escient de la laïcité pour exclure et faire de la ségrégation notamment envers les musulmans. Elle a beau dire que ce sont des traditions et que les français y sont attachés, il n’en reste pas moins vrai qu’il n’est pas acceptable de mettre dans la constitution ce qui fait disparaitre la laïcité au profit de ce que d’aucuns appellent à tort les racines de la France, sous entendu chrétiennes, ce qui réduit fortement nos racines qui sont multiples. En clair c’est faire disparaître ce qui permet la liberté de conscience.

    Ensuite, l’introduction de nouveaux principes comme la défense de l’identité, de la priorité nationale ne peuvent être acceptés car ils contribuent à instituer l’isolement de la France dans le monde.

    Entre autres, Marine Le Pen veut aussi « réaffirmer la supériorité de l’autorité judiciaire française sur les autorités judiciaires internationales reconnues par la France », à savoir donc Cour européenne des droits de l’Homme, la Cour de justice et le Tribunal pénal international. ...

    On voit donc tous les dangers des dérives que de tels changements et d’autres de la constitution pourraient apporter pour glisser vers une France qui s’isolerait du monde.

    CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE 7 : PROJET ET PROGRAMME MARINE LE PEN  4 sur 4

    ÉCOLE

    Encore pire que le programme de François Fillon ce qui n’est pas peu dire, l’école de Marine le Pen est mise sous la coupe réglée d’une idéologie de la contrainte, de l’obéissance, de la fausse laïcité, de l’endoctrinement à une soi disant morale républicaine qui ne laisse pas la place à l’apprentissage de la critique qui frise le ridicule si ce n’était dangereux et navrant.

    Le grand n’importe quoi du port de l'uniforme obligatoire à l'école est à la manœuvre dans les inepties énoncées comme la « promotion du roman national » comme le « refus des repentances d'Etat » ce qui va dénaturer bien entendu la vérité historique, la neutralité en guise de laïcité pour les élèves et les professeurs qui sont soupçonnés de ne pas être politiquement neutre dans leur enseignement. Le vide intégral vis à vis de la prise en charge des élèves en difficulté. Une issue pour ceux qui ne sont pas du niveau ou se comporte mal : le développement massif de l'alternance  en entreprise (contrat d'apprentissage et de professionnalisation) dans l'artisanat, le secteur public et privé. « L’apprentissage à 14 ans sera rétabli. » !

    La liberté pédagogique des maîtres et professeurs est abolie. Ainsi, pour ce qui concerne les « méthodes d’enseignement : "la fin de l’aventure pédagogiste : la méthode syllabique sera obligatoire en CP, l’histoire sera apprise de façon chronologique tout au long de la scolarité. La géographie sera enseignée sur des cartes, et l’apprentissage de la géographie française obligatoire."

    L’histoire de France retrouvera sa place au cœur de l’apprentissage.

    Maintien obligatoire de la note »

    ZERO, puisqu’il faut mettre obligatoirement UNE NOTE, telle est celle que je mets à ce programme. Et c’est déjà une bonne note...

    EN GUISE DE CONCLUSION...

    J’aurai pu parcourir encore d’autres points de ce projet pour continuer d’en extraire les conséquences nuisibles pour notre pays, ses citoyens et l’avenir de ses enfants.

    Il est évident que je ne voterai pas pour Marine Le Pen  qui enfoncera la France dans des difficultés financières dont fera les frais sa population et avec plus d’acuité encore sa composante la plus fragile, celle des moins nantis.

    Une France forte ne peut être une France sous le joug d’une présidente dont l’autoritarisme de la politique restreindra les libertés et portera atteinte à la laïcité gage de notre liberté de conscience qu’il n’est déjà pas si facile de faire respecter et à l’éducation dont il faut préserver les possibilités d’évoluer et de progresser librement pour une meilleure prise en charge de tous.

    Nous n’avons pas besoin de glisser vers une dictature des comportements et des consciences, un repli nationaliste qui conduirait à notre isolement dans le monde.

    Nous n’avons pas besoin que s’accentuent les communautarismes par l’affrontement organisée des citoyens par un pouvoir dont la ségrégation, la discrimination et la xénophobie sont des manières de gouverner pour régner.

    CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE 7 : PROJET ET PROGRAMME MARINE LE PEN  4 sur 4

    (auteur OpenClipart-Vectors, CC0 domaine public)

    « CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE 7 : PROJET ET PROGRAMME MARINE LE PEN 3 sur 4CAMPAGNE PRESIDENTIELLE 8 : MACRON VS MELENCHON 1 sur 5 »

    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter