• CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE 7 : PROJET ET PROGRAMME MARINE LE PEN 3 sur 4

    La sortie de l’Europe avec l’adoption d’une nouvelle monnaie, telle qu’énoncée par le Front National, serait catastrophique pour les salariés à faible revenu et les petites retraites. Les faibles économies que certains auront pu faire seront touchées par la dévaluation de la monnaie.(Voir article précédent)

    Toutes les miettes d’une soi-disant augmentation du pouvoir d’achat des moins aisés seront annihilées par l’augmentation due à la sortie de l‘Europe et nuira aux exportations de nos entreprises.

    Quand on lance un boomerang dans la nature il peut revenir en pleine figure.

    Les autres points sont sociétaux et porteurs de confrontation entre les citoyens de ce pays de par leur nature ségrégative.

    CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE 7 : PROJET ET PROGRAMME MARINE LE PEN  3 sur 4

    (D'après image de Dieter_G , CC0 domaine public)

    LES DÉPENSES, LES RECETTES, LES ÉCONOMIES

    Après les 40 milliards soi-disant rendus « aux ménages », auquel s’ajoutent les 25 milliards du CICE et la défiscalisation des heures supplémentaires pour 4 milliards et la baisse d’impôts sur les sociétés pour 3 milliards, on en est donc à 72 milliards de dépenses.

    Il faut y ajouter : 40 milliards pour le budget de la défense, 1 milliard pour recruter des policiers, gendarmes et douaniers, 4 milliards pour la recherche soit 117 milliards par an. S’ajoutent   32 milliards à l’horizon 2040 pour la réforme des retraites.

    Deux investissements très lourds sont prévus: la création de 40 000 places de prison, qui coûterait près de 5 milliards, sur 5 ans et la nationalisation des sociétés d'autoroutes, évaluée à 15 milliards mais qui pourrait être le double, tout dépend des négociations et des contrats.

    On trouvera le document publié par le Front national qui explique l’ « Economie générale du Projet de Marine Le Pen 2017-­‐2022 ».

    Je l’estime plutôt sommaire et avec des affirmations plutôt floues quant au détails des économies. Je ne vois pas comment dans les mesures concrètes qui seraient prises.

    Il est difficile de voir l’équilibre des recettes et des dépenses et l’impact sur les services publics des économies du faut de l’imprécision de mesures annoncées tant du point de vue de la santé et de la sécurité sociale et de sa réorganisation qu’au niveau de l’école ou d’autres chapitres.

    Quelles recettes ?
    6O milliards d’économies sont annoncés en 5 ans

    « Les économies sur la gestion de la Sécurité sociale, sur la fraude sociale et l’évasion fiscale (notamment les profits détournés), sur l’Union européenne, sur l‘immigration (dont la suppression de l’AME), sur la réforme

    institutionnelle (suppression des doublons...) et sur la délinquance. »

    « Les dépenses de Sécurité sociale seront pérennisées mais la gestion sera assainie pour limiter leur progression ».

    Il n’est pas dit de quelle manière tout en affirmant : « Les tendances lourdes de notre société (vieillissement, dépendance, progrès médicaux...) rendent

    incontournable une progression des dépenses de santé et du budget des hôpitaux: notre modèle social sera en effet préservé! ».

    Il est cité quelques mesures : suppression de l'aide médicale d'Etat, qui rapporterait environ 800 millions par an, ou le développement de la vente de médicaments à l'unité. Le FN veut aussi porter à deux jours le délai de carence pour les fonctionnaires mais passer de trois à deux pour les salariés du privé.

    Un peu court. En ce qui concerne la vente des médicaments à l’unité, il n’est pas prouvé par les expériences actuellement réalisées d’une part que cela soit vraiment économique parce qu’il y aura un coût de reconditionnement et d’autre part il faut en étudier aussi les incidences quant à la fraude car un médicament doit être accompagné d’informations, des indications, des interactions, une traçabilité qu'il faut indiquer quelque part. Aujourd’hui c’est sur et dans la boîte. Pas si simple.

    Jour de carence : cette mesure relève de la fausse justice entre salarié du privé et fonctionnaires. Aucun jour de carence pour tous serait plus approprié.

    La lutte contre la fraude sociale : en admettant que l’on puisse empêcher toute fraude il faut savoir qu’elle est de 275 millions d’euros sur 70 milliards d'euros de prestations (RSA, allocations familiales, Aide au logement, Allocation adulte handicapé, prime d'activité...) à 12,8 millions d'allocataires. La fraude a concerné environ 0,36% des bénéficiaires. Dans le détail, 75,5% des fraudes détectées étaient dues à des omissions ou des fausses déclarations, 16,5% à des fraudes à l'isolement (oubli de déclarer une situation maritale par exemple) et 8% à des faux et usages de faux.

    Pas de quoi alimenter les caisses. Si on doit lutter contre cette fraude il faut aussi le faire en ne faisant pas croire que c’est un fléau de grande importance.

    On veut faire passer le déficit public sous les 3 % du PIB dès 2019 et même à 1,3 % à la fin du quinquennat dans l’hypothèse d’une croissance favorables de 2 % dès 2018 puis 2,5 % à partir de 2021 ce qui augmenterait les recettes fiscales. Ce n’est pas gagné. Pour qu'il ya ait croissance il faut de l'activité et de la consommation...

    15 milliards de la contribution sociale sur les importations.

    2 milliards de la taxe sur les salariés étrangers.

    Marine Le Pen veut simplifier le millefeuille territorial en supprimant les intercommunalités, donc les métropoles et les régions pour ne conserver que les communes et départements. Le problème est qu’actuellement ce sont notamment dans les régions et les métropoles que se mènent les actions économiques les plus efficaces. Les faits le prouvent.

    Restaurer l’équilibre des comptes sociaux en donnant la priorité aux Français…

    Instaurer un délai de carence d’un an de résidence continue en France et de cotisation avant de bénéficier de tous les avantages de la Sécurité sociale.

    Supprimer l’AME (aide médicale d’Etat) réservée aux migrants clandestins.

    Créer un observatoire des droits sociaux des étrangers et de l’usage des conventions bilatérales de soins...

    Des mesures discriminatoires qui condamneraient les étrangers à une précarité sociale et médicale inacceptable.

    En bref, ils peuvent... CREVER sans soins !

    Le chiffrage du projet est donc flou car il manque des financements pour les dépenses. La sortie de l’Europe et l’abandon de l’Euro ne peut qu’être préjudiciable notamment aux français les moins nantis qui auront encore plus de mal à joindre les deux bouts malgré les promesses d’augmentations qui ne sont que mirages vu les incidences de l’augmentation du coût de la vie que provoqueraient la dévaluation de la monnaie.

    Ce programme économique et social est incohérent et xénophobe.

    LES AUTRES MESURES DU PROGRAMME

    CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE 7 : PROJET ET PROGRAMME MARINE LE PEN  3 sur 4

    (Invasion, auteur RSunset, CC0 domaine public)

    L’IMMIGRATION

    La bête noire du front national. On se demande bien pourquoi quand on est dans un pays comme la France, terre d’accueil depuis toujours. L’immigration a pu permettre à la France de faire face à une certaine main d’œuvre comme dans le passé l’exploitation des mines de charbon. Elle continue toujours d’être nécessaire.

    « L’immigration, que nous allons ramener de 200 000 à 10 000 par an en ce qui concerne l’immigration légale sur le mandat, dont nous allons drastiquement réduire les coûts parce qu’elle pèse sur la communauté nationale, parce qu’elle est utilisée par le grand patronat pour faire pression à la baisse sur les salaires. Le gain sur 5 ans a été chiffré à 40,8 milliards d’euros. »

    Si on regarde les chiffres je ne vois pas ce qui les justifie. Ici on parle de gain sur les prestations sociales. Pas d’humain... mais un fantasme d’invasion rebattue dans tous les textes, meetings interviews pour faire croire que nous sommes envahis par l’immigration. Le 13 octobre 2016, l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) a publié deux études qui vont à l’encontre de ce fantasme. Elles rendent compte d’un pays où les mobilités sont certes de plus en plus importantes mais ne concernent que partiellement les immigrés. « La part de la population immigrée augmente par ailleurs, mais de façon modérée ».

    « Le solde migratoire de la France est en forte baisse. Il s’établit à + 33 000 personnes en 2013, contre + 112 000 en 2006. »

    « Le nombre d’entrées d’immigrés a progressé, mais à un rythme plus faible que leurs sorties du territoire »,

    « L’augmentation des sorties des personnes immigrées est nouvelle. Elle passe de 29 000 personnes en 2006 à 95 000 personnes en 2013. On relie ça à de la mobilité professionnelle de courte durée. »

    La France comptait, au 1er janvier 2014, 65,8 millions d’habitants (hors Mayotte) soit 2,6 millions de personnes de plus par rapport à 2006, c’est-à-dire « un accroissement de 0,5 % par an en moyenne ».
    On entend par immigrée toute « personne née de nationalité étrangère à l’étranger et résidant en France ». Sachant que « certains immigrés ont pu devenir français par acquisition, les autres restant étrangers ».

    Au total, au sein de la population résidant en France, 61,6 millions de personnes ont la nationalité française et 4,2 millions ont une nationalité étrangère, soit 6,4 % de la population. Parmi ces dernières, 0,6 million sont nées en France et 3,6 millions sont nées à l’étranger.

    Si l’on regarde dans le détail, on observe qu’entre début 2006 et début 2014, pour 2,5 millions d’entrées sur le territoire (qui peuvent être des retours), il y a eu 2,1 millions de sorties du territoire.

    Soit un solde de 400 000 sur 8 ans.

    L’invasion n’est pas pour demain contrairement à ce que veut faire croire Marine Le Pen et le Front national !

    CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE 7 : PROJET ET PROGRAMME MARINE LE PEN  3 sur 4

    (auteur colobri5, CC0 domaine public)

    LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ SOCIALE

    Beaucoup de vocabulaire.

    « garantir la Sécurité sociale pour tous les Français) ainsi que le remboursement de l’ensemble des risques pris en charge par l’assurance-maladie ».

    Les étrangers qui cotisent pourtant dans les mêmes conditions que les français en seraient exclus.

    Marine Le Pen compte pérenniser la couverture santé, « en simplifiant l’administration du système, en luttant contre la gabegie financière et en investissant dans les nouveaux outils numériques pour permettre des économies durables ».

    Alors que les crédits sont déjà insuffisant pour bien fonctionner et même s’il y a lutte contre la fraude où fera-t-elle des économies si ce n’est encore en resserrant les crédits ? Où est la gabegie dans les services publics de santé ? Il faudrait peut-être aller sur le terrain pour voir dans quelles conditions plus que limites travaillent les personnels. Comment gagner de l’argent en simplifiant l’administration de la sécurité sociale? Comment les outils numériques feront –ils faire des économies si ce n’est au prix de fermetures de guichets de proximité lésant ceux, nombreux, comme les personnes âgées ou qui n’ont pas internet.

    Elle ne propose d’ailleurs aucunement d’améliorer les moyens de la prise en charge dans les hôpitaux, les urgences...

    Beaucoup de vocabulaire et rien derrière.

     

    Suite et fin au prochain épisode ...

    « CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE 7 : PROJET ET PROGRAMME MARINE LE PEN 2 sur 4CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE 7 : PROJET ET PROGRAMME MARINE LE PEN 4 sur 4 »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter