• Vincent PEILLON devant le Conseil supérieur de l’Education

    Vincent PEILLON devant le Conseil supérieur de l’EducationAujourd’hui donc, le ministre a « planché » devant le Conseil Supérieur de l’Education nationale.

    Ce conseil présidé par le ministre de l’Education nationale  est composé des représentants des enseignants, des enseignants-chercheurs, des autres personnels, des parents d'élèves, des lycéens, des étudiants, des collectivités territoriales, et d'associations.

    C’est une instance consultative qui  émet des avis entre autres  sur «  les objectifs et le fonctionnement du service public de l'éducation, les programmes, les examens, la délivrance des diplômes et toutes les questions d'intérêt national concernant l'enseignement ou l'éducation ».

    Le ministre a donné un calendrier qui concerne la refondation de l’école.

    Il a annoncé une loi de programmation en janvier 2013 et des applications pour la rentrée scolaire prochaine.

    Il est sûr que tout ne pourra être fait d’ici là.


    Un premier point positif : il y a aura "Plus d'un mois de consultations"  avec "les syndicats, les collectivités locales, les représentants de parents d'élèves
    Il est fondamental que la loi d’orientation soit bien faite car elle va engager l’avenir de l’ éducation en France pour plusieurs années ainsi que le budget qui lui est consacré.  L’avantage de cette « sanctuarisation » est ,comme le dit le ministre, de permettre à l’Ecole de ne plus être « une variable d’ajustement budgétaire ».

    C’est dire donc qu’il est important que tous les partenaires se fassent entendre.

     Il est annoncé par le ministre qu’elle comprendra les orientations pédagogiques et notamment   "la grande ambition du numérique",  "l'évolution de l'évaluation des élèves" et le redoublement.  

    Vincent PEILLON devant le Conseil supérieur de l’EducationCes sujets sont  effectivement fondamentaux pour qu’une véritable refondation soit.  Encore faut-il qu’on ne reste  sur les schémas habituels et que les évolutions soient réelles et pas sapées par des préoccupations électoralistes ou celles  de certains lobbies voulant freiner les évolutions au profit d’un conservatisme de mauvais aloi.  A suivre de très près ces bonnes intentions…

     La loi comprendra une instance d'élaboration des programmes : c’est une bonne nouvelle. Il faut espèrera que cette instance travaillera vite et en amont de la réflexion définitive sur les rythmes scolaires qui n’est actuellement pas du tout aboutie car elle reste sur des schémas traditionnels qui auront bien du mal à faire une vrai refondation notamment au niveau des vacances scolaires et des masses horaires annuels de scolarisation des élèves.

     Autre sujet de satisfaction que l’on peut avoir quant aux intentions concerne la formation avec  "la création des écoles supérieures du professorat et de l'éducation [en remplacement des IUFM]". Si ces instituts sont bien pensés et que l’on n’ écoute pas toutes les « chapelles » pour faire un consensus mou au profit des intérêts catégoriels , cela devrait être le fer de lance de la refondation pédagogique pour les années à venir.  A voir donc le contenu de la formation, qui sera formateur etc…

    Il ne faudra cependant pas oublier la formation continue pour que la rénovation pédagogique commence toute suite.

     Je passe sur les autres annonces concernant  un institut indépendant « d ’évaluation du système éducatif »  et celui des « Hautes études de l’Education nationale » sur lesquels il faudrait avoir plus de précision.

     Pour le reste, il s’agit de mettre en place la semaine de quatre jours et demi qui n’est en rien refondatrice et qu’il faudra , espérons- le, revoir en attendant mieux .  Cela a le mérite de mettre à bas la semaine de 4 jours  trop chargés. On pourra travailler le mercredi ou le samedi au choix des collectivités locales. Il y a apparemment régression à ce niveau car auparavant c’était le conseil d’école, lieu où se réunissent tous les partenaires, qui devait statuer sur ce sujet.

    Vincent PEILLON devant le Conseil supérieur de l’Education"La journée de classe sera allégée et mieux articulée avec les temps péri éducatifs, qui comprendront l'aide aux devoirs - qui se feront désormais à l'école - ainsi que des activités culturelles et sportives. Aucun enfant ne sera hors de l'école avant 16h30." 

    Il faut espérer que ce ne soit aussi  qu’ une mesure  de transition en attendant une vrai refondation sur les rythmes concernant la journée, la semaine et l’année. La vraie prise  en charge des enfants dans la journée demande plus d’approfondissement si on veut réussir une refondation pédagogique. Annoncer une diminution du temps scolaire dans la journée c’est bien. Encore faudrait-il se pencher plus finement  sur  cette diminution en rapport avec l’âge des enfants. Mettre en place des activités péri éducatives pour que les élèves ne soient pas rendus aux familles, c’est utile. Mais cela ne constitue pas une vraie  rénovation pédagogique par rapport à la prise en charge des élèves en classe aux moments où il le faudrait.  Il faudra vraiment aller plus loin.

    A suivre…

    « Traité d’Erreurs européennes L’AIDE ALIMENTAIRE EUROPEENNE EST GRAVEMENT MENACEE… »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter