• PRESIDENTIELLES 2017 : UNE LOI QUI SAPE L'ÉGALITÉ DU TEMPS DE PAROLE 2 sur 2

    Je reviens dans les lignes qui suivent sur la soi-disant « équité » pour le temps de parole des candidats, définie dans l’article 4 de la loi selon les représentants élus du Parti Socialiste à l’assemblée nationale. Ce me semble être une orchestration habile pour en définitive réduire l’expression de ceux qui ne seront pas candidats des partis PS, LR et FN.

    PRESIDENTIELLES 2017 : UNE LOI QUI SAPE L'ÉGALITÉ DU TEMPS DE PAROLE  2 sur 2

    L’ÉQUITÉ SELON LE PS

    La loi votée à l’assemblée nationale donne en effet une définition de l’équité pour le moins contestable.

    Ainsi pour ma part je me range à la définition que l’équité en matière politique c’« est le principe qui conduit à corriger des inégalités que subissent des personnes ou des groupes défavorisés ».

    C’est tout le contraire de ce que propose la loi. Elle favorise les partis qui ont « pignon » sur rue. Le reste est considéré comme négligeable, comme ces panouilles au théâtre  qui permettent que la pièce se joue mais qui n'ont peu ou pas la parole. 

    C’est pour cela qu’il fallait, contrairement à cette loi inique, en rester au terme d’égalité de temps pour que chaque candidat ait les mêmes possibilités d’expliquer sa candidature, son programme, ses choix, ses idées et la manière de les mettre en œuvre. Limiter cette égalité pour tous les candidats dans le laps de temps de 15 jours est une ineptie.

    La vraie modernisation des règles pour l’élection présidentielle aurait été de prendre les mesures nécessaires lutter contre les déséquilibres actuels de notoriété pour donner plus de temps de parole à des formations politiques ou citoyennes qui n’en ont guère dans les médias. Ce serait ...équitable.

    On peut donc s’amuser à jouer avec les mots et les définitions. Ce qui compte ce sont les actes.

    C’est donc tout le contraire d’une modernisation que le PS et ses députés ont fait avec le vote de cette loi. Ils ont conforté vers la médiocrité les règles d’un système électif  qui est à bout de souffle et correspond à une idéologie dépassée de ce que doit être la démocratie.

    PRESIDENTIELLES 2017 : UNE LOI QUI SAPE L'ÉGALITÉ DU TEMPS DE PAROLE  2 sur 2

    (A propos de rose PS, auteur truk, CC0 domaine public)

    Je reviens aux dispositions de l’article 4 du texte cité dans mon précédent article :

    http://www.assemblee-nationale.fr/14/propositions/pion3201.asp)

    Selon la règle actuelle, tous les candidats doivent disposer du même temps de parole médiatique cinq semaines avant l'élection.

    Avec la nouvelle règle, on supprime les trois semaines d’égalité de temps de parole entre candidats avant le début de la campagne officielle.

    Il ne restera plus que les 15 derniers jours de campagne où les candidats seront à égalité de temps de parole ... qui de fait sera limité pour tous de la même manière.

    La seule différence qui est de taille, c’est que les candidats des formations habituelles (PS , LR, FN) seront favorisés de fait par un temps de parole supérieur durant les trois semaines qui précèdent.

    Au lieu d’imposer l’égalité ou une honnête équité, le PS et ses députés   ont trouvé les « arrangements » nécessaires pour affaiblir une fois de plus la démocratie et le débat entre les électeurs.

    En clair, la parole de Durand, Mélenchon, Cheminade ou Poutou ou tout autre candidat ayant rassemblé les parrainages a moins de valeur que celle de Sarkozy, Le Pen ou Hollande ou d’autres présentés par les « grands partis »* selon les choix qui seront faits par eux.

    Concrètement donc , il sera supprimé trois semaines d’égalité de temps de parole entre candidats plus d’un mois avant l’élection pour ne laisser que les 15 derniers jours de campagne où les candidats seront à égalité. Cela  laisse donc aux médias et aux instituts de sondage la possibilité de favoriser en temps de parole, dans une quasi totale liberté dans le cadre de la loi, les candidats qu’ils estiment, eux, importants.

    C’est donc aussi laisser aux médias la possibilité d’influer sur le choix des électeurs dans la mesure où une fois encore ceux qui sont à leurs yeux les moins connus auront moins de temps de présence et de temps de parole pour défendre leurs idées. Cela vise notamment celles et ceux qui ont des idées nouvelles qui pourraient déranger les partis dominants le tout sous le contrôle bienveillant et légal du CSA qui de gendarme de l’égalité devient celui de l’équité pervertie. 

    Vive la république !

    L’égalité ne fait-elle pas partie avec la liberté et la fraternité de la devise de la France ?

    Ça n’est probablement plus la référence du parti Socialiste

    PRESIDENTIELLES 2017 : UNE LOI QUI SAPE L'ÉGALITÉ DU TEMPS DE PAROLE  2 sur 2

    (Au palais d'injustice , vignette de rubrique Extraite du Père Peinard et Citée Dans Le Péril anarchiste (Félix Dubois. auteur Inconnu- Domaine Public)

    « L’ÉQUITÉ » PAR LES MÉDIAS ET LES SONDAGES... OU L’INÉGALITÉ ORGANISÉE 

     Pour ma part, cela veut dire plusieurs choses et montre bien la régression et non la modernisation. Cette loi enfonce notre démocratie dans une pratique régressive qui ne modernise rien mais au contraire porte atteinte à la justice de l’expression et des débats pour informer les citoyens avant qu’ils choisissent celle ou celui qui sera chargé de gouverner la France pendant cinq années.  

    La préoccupation du président actuel devrait être de faciliter le débat et non de le brider. En cela , François Hollande et sa majorité parlementaire ne font pas le travail pour lequel ils ont été élus. 

    Car étendre « l’équité » à la mode PS, c’est l’étendre à la période où les médias peuvent inviter qui ils veulent, en se basant sur les résultats électoraux précédents et en s’appuyant sur des sondages.

    Quand on connaît la fiabilité des sondages...

    A propos, dans la loi, on ne voit pas de règles qui devraient pourtant s’appliquer aussi aux sondages : qui finance le sondage, qui le publie et le commente, quelle est la marge d’erreur ? Et l’on fait de cette « chose », le sondage, un des critères de « l’équité ».

    Hypocrisie et fumisterie ! ...et je reste poli.

    Quant aux résultats des élections précédentes, selon la représentativité, cela place tout de suite en tête ce que j’appellerai maintenant la bande des trois : PS, FN et LR, ceux qui ont eu un intérêt à ce que cette loi passe pour écraser la portée de la parole des autres et notamment les petites formations ou un éventuel mouvement citoyen ou parti ou candidat qui pourrait naître de la chienlit actuelle ce qui va certainement se produire. 

    Le parti socialiste et son leader « naturel » François Hollande trouvent là le moyen de réduire l’expression démocratique en cette période où justement ils sont remis en cause, eux, mais aussi le système dans son ensemble. 

    CINQ SEMAINES POUR 5 ANS : POUR LE PS C’EST TROP

    Consacrer 5 semaines pour que les candidats puissent exposer leurs idées et programme devant les électeurs à égalité de temps de parole c’est trop pour le PS alors que l’élection présidentielle c’est une fois tous les 5 ans et qu'elle est très importante pour ce qu'il va advenir du fonctionnement de notre pays. 

    N'oublions pas que c'est la président de la république qui nomme le gouvernement qui va diriger la France durant cinq années, faire voter les lois et promulguer les décrets qui peuvent changer la vie de tous les citoyens. Ainsi et à titre de rappel depuis le débit de la législature, les règles de fonctionnement des écoles ont été modifiées, le code du travail va être modifié, les systèmes de protection sociale, la justice...

    Alors 5 semaines pour informer le citoyen, lui permettre de comprendre les propositions , débattre, choisir c'est encore trop? 

    Avec la loi, au contraire, on rétrécit le champ du débat.

    C'EST HONTEUX!

    Est-ce çà la conception de la démocratie façon François Hollande et PS ?

    POUR CONCLURE...PROVISOIREMENT

    Avec cette loi le Parti socialiste continue de trahir ses électeurs dont je fus et qui ne se font d’ailleurs plus d’illusion sur la sincérité des principes sur lesquels François Hollande et les députés qui le soutiennent encore se sont fait élire.

    Cette loi est bien faite pour empêcher que ne naissent de nouvelles forces démocratiques qui sont dans la mouvance du rejet des partis comme le PS, le LR et le FN, partis complètement obsolètes dont les recettes éculées ne peuvent plus convenir à la France pour son développement économique, organisationnel, politique et social. Toutes les élections le montrent et notamment par le taux d'abstention ou la montée de listes sans étiquettes de parti comme pour les municipales.

    Cette loi que je qualifie pour le moins de perfide pour ne pas dire indigne d'une démocratie moderne en est une preuve de plus. Chacun jugera du qualificatif qu’il voudra lui attribuer. Pervers semble être l'adjectif le plus faible que j’ai trouvé pour caractériser ce type de loi qui ne correspond plus à la devise républicaine de notre pays.

    C’est donc en quelque sorte une manière d’affaiblir la démocratie comme il l’a été fait avec la laïcité depuis des décennies avec une accélération ces 10 dernières années, d’une manière sournoise et irresponsable.

    Les initiateurs de la loi se retranchent derrière des recommandations d’instances administratives comme le conseil constitutionnel, la Commission nationale de contrôle de la campagne électorale en vue de l’élection présidentielle, du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) ou encore de la Commission de rénovation et de déontologie de la vie publique.

    Le politique n’est pas obligé de suivre ces recommandations surtout celles qui pourraient porter atteinte à l’égalité républicaine et au débat démocratique pluraliste pour cause d’application mal adaptée à la situation actuelle de la France.

    De tout cela, il faudra en tirer les conséquences pour le scrutin de 2017 et d’ici là les citoyens se mobiliser pour trouver une voie nouvelle pour un renouveau démocratique pour une France moderne qui avance, respectueuse de toute sa population et débarrassée des politiciens dont les recettes éculées ne sont plus à l’ordre du jour.

    Ainsi notre devise républicaine reprendra tout son sens : LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE...ET LAICITE!

    PRESIDENTIELLES 2017 : UNE LOI QUI SAPE L'ÉGALITÉ DU TEMPS DE PAROLE  2 sur 2

     

    *Pour mémoire, ces « grands partis « qui prétendent mener la danse ne représentent tous adhérents confondus que quelques centaines de milliers de voix.

    L’article du Monde du 23 septembre 2015 est édifiant sur le sujet.

    On peut le lire ici : http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/09/22/des-republicains-au-ps-la-desertion-des-militants_4766932_4355770.html

    Et ce sont ces partis là qui devraient être les seuls susceptibles de prétendre  continuer à nous gouverner ?  A quel titre ?  

    Il faut élargir l'offre!

    DES PETITIONS SONT EN LIGNE

    Voici les deux liens dont j’ai connaissance :

    http://www.holdup-presidentielle.fr/form/form_petition.php#form

    ou

    https://www.change.org/p/non-au-projet-de-loi-de-modernisation-de-l-%C3%A9lection-pr%C3%A9sidentielle-pr%C3%A9sidentielleouverte

     

    Post-scriptum: La loi a été repoussée au sénat ce jeudi 31 mars. 109 sénateurs socialistes (sur 110) ont voté pour.

    L' assemblée nationale a dans ce cas le dernier mot et la loi va donc y repasser : Peut-être que certains députés se réveilleront et ne joueront pas à l’absentéisme tacite et  la loi ne sera pas votée, en définitive, à l’assemblée nationale. On peut rêver...

    « COMMENT EST VOTÉE UNE LOI PAR 20 DEPUTES A L’ASSEMBLE NATIONALELA DEMOCRATIE A ETE GRAVEMENT AFFAIBLIE CE MARDI 5 AVRIL 2016... »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter