• PRESIDENTIELLE : POINT DE SITUATION POUR VOTER AU DEUXIEME TOUR 4 sur 4

    Je continue et essaye de terminer le tour de la situation qu’il est parfois bien difficile de fixer.

    Comme je l'affirmais dans un article précédent, je pourrai aisément dire «  Cette fois, je ne ferai pas comme LE 21 JUIN 2002. Je m’abstiendrai ou voterai BLANC. Que les électeurs qui n’ont pas voté à gauche se débrouillent avec leurs candidats. Je ne participerai pas à être de nouveau le dindon de la farce ! » Il est vrai, qu’à l’époque, Jacques CHIRAC qui a été élu avec un report très conséquent des voix de gauche n’en a absolument pas tenu compte d’un iota dans la politique qu’il a menée ensuite et cela a laissé un goût amer à nombre d’entre nous qui avons connu l’événement et la période qui a suivi.

    PRESIDENTIELLE : POINT DE SITUATION POUR VOTER AU DEUXIEME TOUR 4 sur 4

    (Affiches officielles des 16 candidats du 1er tour en 2002, auteur Vpe, domaine public)

    J’estime que la situation n’est pas la même qu’en 2002. Nous sommes en 2017 et les chiffres ne sont pas identiques à ceux de 2002. Les forces en présence sont aussi très différentes. Les électeurs sont de plus en plus versatiles, indécis ou ne se renseignent pas suffisamment pour nombre de raisons que je ne jugerai pas mais qui existent et qui sont dommageables pour l’expression citoyenne.

    Voter ou ne pas voter Macron et donc abstenir ou voter blanc est un choix important et doit à mon sens dépasser la passion qui domine souvent la réflexion.

    C’est pourquoi j’ai aussi examiné les socles électoraux des deux candidats et tenté d’avoir le maximum d’informations sur les reports des électeurs des autres candidats éliminés et l’abstention ou le vote blanc.

    La manière de faire campagne des deux sélectionnés est aussi un signe et le débat qui va les opposer mercredi sera un indicateur pour celles et ceux qui n’ont pas encore pris leur décision.

    Mais personnellement ce n’est pas ce qui changera mon intention de vote.

    LES SOCLES ÉLECTORAUX

    L’évolution des sondages :

    J’ai examiné ce que pourraient être, selon divers sondages d’intentions de vote après le premier tour, les socles d’électeurs sur lesquels les candidats peuvent s’appuyer sûrement d’une part et essayer d’avoir des reports de voix d’autre part.

    Il est annoncé sur les plateaux de télévision du 61/ 39 en faveur de Macron ou du 60/40 voire du 63/34.

    Pour aller plus loin, je viens de regarder avec plus de précision une comparaison évolutive de ces sondages que nous révèle « l’Internaute » :

    Selon la dernière enquête Harris pour LCP le 27 avril, Emmanuel MACRON est crédité que de 61% des voix, alors que l'institut le donnait à 67% le 20 avril et à 64% le 23 avril.

    Selon le "Rolling" Ifop-Fiducial pour Paris Match, CNews et Sud Radio de jeudi, Emmanuel Macron recueillerait 60,5% des voix face Marine Le Pen (39,5%).

    Le "PrésiTrack" Opinionway-Orpi du même jour, le candidat d'En Marche (59%) perd un point depuis la veille face à Marine Le Pen (41%). Cette tendance se confirme aujourd’hui. L’écart se resserre.

    Tout cela ressemble bien à une stagnation ou une baisse des intentions de vote sur la candidature Emmanuel Macron au profit de Marine Le Pen.

    Mais ce ne sont bien sûr que des intentions de vote à un moment "T".

    Même si on peut dire que les instituts de sondage ont pu émettre des prévisions très proches des résultats réels au premier tour, cela peut encore évoluer au cours des jours qui nous séparent du scrutin final.

    Quel sera le taux réel de l’abstention et le choix  des indécis qui ont décidé d'aller voter ? A qui profiteront-t-ils?

    PRESIDENTIELLE : POINT DE SITUATION POUR VOTER AU DEUXIEME TOUR 4 sur 4

    PRESIDENTIELLE : POINT DE SITUATION POUR VOTER AU DEUXIEME TOUR 4 sur 4

    (auteur bykst, CC0 domaine public)

     Les socles :

    C’est un point qu’il faut considérer car la solidité de ces socles c’est à dire les électeurs inconditionnels d’un candidat qui iront voter par conviction pour elle ou lui dimanche 7 mai est déterminant.   La solidité des convictions n’est pas la même pour tous les électeurs selon le candidat. Et je crois qu’il faut regarder les voix plus que les pourcentages pour s’éclaircir les idées.

    Ainsi il faut partir des résultats des deux candidats en prenant l’hypothèse que leurs irréductibles à savoir ceux et celles qui ont voté pour eux au premier tour feront de même au deuxième tour. Je les considère en nombre de voix plutôt qu’en pourcentage puisque le taux d’abstention ou de vote blanc variera probablement d’un scrutin à l’autre.

    Ainsi nous avons :
    Emmanuel MACRON : 8 433 346 voix soit 18,21% des inscrits et 23,75% des exprimés

    Marine Le PEN         : 7 643 276 voix soit 16,50% des inscrits et 21,53% des suffrages exprimés

    Nombre d’électeurs   : 46 316 165  

    Exprimés : 35 503 471 soit 76, 65% des inscrits ou 97,42 % des votants

    Ceci pour une remise en mémoire.

    Les reports selon les instituts d’études :

    A partir de ces socles c’est un peu l’inconnu quant aux reports de voix, inconnu qu’essayent d’éclaircir les instituts de sondage avec des méthodes scientifiques qui leur appartiennent dont la fiabilité à des limites.

    Tout cela est donc à prendre au conditionnel mais donne des indications intéressantes.

    Ainsi j’ai repris les pourcentages des instituts et les ai convertis en voix ceci selon deux hypothèses de reports de voix (sondages opinion way du 24 avril 2017 ou «Présitrack»,), hors reports possibles d’abstentionnistes du premier tour qui pourraient voter en faveur de l’un ou l’autre des candidats. Mais on peut en trouver d’autres ce qui ne donnera pas de résultats très lointain.

    Pour Marine LE PEN cela ferait entre 11 926 336 voix et 12 697 841 voix

    Pour Emmanuel MACRON  entre 17 330 047 et 18 396 508 voix

    Soit entre les deux candidats une différence d’environ 5 400 000 à 5 700 000 voix.


    Si j’additionne le potentiel des voix abstentionnistes (ceux des Petits candidats sauf Dupont-Aignan + Les abstentionnistes possibles des candidats + les abstentionnistes du premier tour) cela fait entre 14 500 000 et 16 660 000 voix.

    Combien iront ou non voter et pour qui ?

    En cas d’abstention du même ordre qu’au premier tour cela fait environ 6 à 7 millions de voix qui s’exprimeront. Vers quel candidat ?

    Et si c’est plus ou si c’est moins à qui cela profitera-t-il ?

    Les instituts de sondage annoncent aujourd’hui même près de 18% d’indécis soit environ 6 millions de voix parmi ceux qui sont sûrs d’aller voter.
    Comment se répartiront ces voix sur les deux candidats ?

    Là est toute la question.

    L’incertitude est là,  même si les instituts de sondage donnent des indications sur le vote des abstentionnistes et que beaucoup estiment que Marine Le PEN ne peut atteindre et dépasser la barre des 50% de suffrages en sa faveur.

    PRESIDENTIELLE : POINT DE SITUATION POUR VOTER AU DEUXIEME TOUR 4 sur 4

    (Carnavalesco. Auteur Gabriel Cataldini, CC BY-SA 3.0)

    L’ABSTENTION OU LE VOTE BLANC

    Que l’on s’abstienne ou que l’on vote blanc, cela n’est pas pris en compte dans les suffrages exprimés même si pour le vote blanc il est comptabilisé pour mémoire.

    J’ai eu l’occasion de découvrir les études du physicien Serge Galam qui avance qu’un phénomène d'«abstention différenciée» pourrait entraîner la victoire de Marine Le Pen sans que les sondages se trompent sur l'estimation des intentions de vote. Ce physicien et chercheur au CEVIPOF (le centre de recherches politiques de Sciences Po) est l’inventeur de la sociophysique. Avec ses calculs il a prédit l'élection de Donald Trump et la défaite d'Alain Juppé à la primaire de la droite. Il précise lui-même que ses travaux avant-gardistes "sont au stade de la recherche" et donc "pas encore validés" scientifiquement. Il peut cependant anticiper des dynamiques électorales "en essayant de découvrir les lois d'interactions entre individus qui font que les opinions évoluent dans un sens ou un autre".

    Il explique donc le phénomène de l’abstention inavouée qui fait « que le jour du vote, toute excuse pourra être bonne pour "oublier" d'aller voter ».  

    On pourra trouver plus de précision sur les analyses de ce chercheur - qu’il me semble donc inutile de ce fait de résumer- dans les médias  (sur le site de l’Express http://www.lexpress.fr/actualite/politique/elections/un-chercheur-explique-comment-avec-l-abstention-inavouee-le-pen-peut-gagner_1902357.html

    Ou le site de LIbération ou

    http://www.francetvinfo.fr/politique/emmanuel-macron/l-abstention-peut-faire-gagner-marine-le-pen_2118765.html ou celui du Figaro http://www.lefigaro.fr/elections/presidentielles/2017/04/27/35003-20170427ARTFIG00376-le-scenario-dans-lequel-marine-le-pen-l-emporte.php)

    Bien entendu on y trouvera des avis différenciés notamment de certains responsables d’instituts de sondages. Ceci pour croiser les informations.

    J’ai noté que le socle de ceux qui sont sûrs de voter et celui de ceux qui ne sont pas convaincus par l’un ou l’autre des candidats peuvent faire beaucoup de différences sur l’expression du vote et notamment l’abstention ou le vote blanc.

    En compulsant tout cela, je me suis dis que pour Marine LE PEN comme pour Emmanuel MACRON, rien donc n’est à mon sens joué, ni pour l’un ni pour l’autre remporter la victoire qui décidera du sort de la France et des français pour cinq ans et plus selon deux directions très différentes.

    Ce je retiens aussi c’est que la dynamique de la campagne d’un candidat peut influer jusqu’au dernier moment sur les abstentionnistes.

    Un sondage BVA du 2 mai  fait état que "58% des électeurs potentiels de Marine Le Pen la choisissent pour ses propositions politiques contre  26% des électeurs potentiels d’Emmanuel Macron. "Ce dernier est avant tout choisi par volonté de faire barrage à Marine Le Pen (33%, +2 points) ou bien constitue un choix par défaut (32%, +2 points).

    Cela me confirme dans  une grande circonspection de ma part sur les résultats définitifs d’autant que je sens effectivement que quand j’examine la campagne des deux candidats depuis ce lundi, on peut se poser des questions quant à l’abstention qu’il pourrait y avoir notamment vis à vis du candidat Macron dont la campagne ne me semble pas à la hauteur du dynamisme qu'elle devrait avoir pour rassembler. Le même sondage BVA indique que "60% des Français inscrits sur les listes électorales considèrent que Marine Le Pen réalise une bonne campagne d’entre-deux-tours. Ils sont à l’inverse plus d’un sur deux à estimer qu’Emmanuel Macron réalise une mauvaise campagne (51%)".

    C’est donc loin d’être simple.

    Prochain épisode... le VOTE.

    PRESIDENTIELLE : POINT DE SITUATION POUR VOTER AU DEUXIEME TOUR 4 sur 4

    (auteur animatedheaven, CC0 domaine public)

    « PRESIDENTIELLE : POINT DE SITUATION POUR VOTER AU DEUXIEME TOUR 3 sur 4PRESIDENTIELLE DEUXIEME TOUR: MACRON, ABSTENTION, BLANC? »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter