• POURRI...

    POURRI...…le temps en ce mois de mai. Du presque jamais vu à cette époque avec  l’automne aux portes de l’été.  Pas de changement prévu cette semaine : il faudra faire avec…  la grisaille et les factures de chauffage qui cette année entament lourdement le pouvoir d’achat. Cela ne relancera pas la croissance.

    On pourrait rester dans la morosité ambiante, chacun se plaignant et du temps et du contexte socio-économique.
    Mais cela arrangera-t-il les choses ? Certes non !
    Une chose est sûre, les météorologues ne peuvent pas prévoir si l’été sera aussi triste mais ils ne peuvent pas dire que l’été ne sera pas ensoleillé et chaud. Tous les espoirs sont donc permis, tout au moins pour le « Temps »…

                                                                                                          (image  Alex Buirds, 22-09- 2006, domaine public)  

    POUR LE RESTE… IL Y A LE "N’IMPORTE QUOI"…

    On dirait que les médias se complaisent dans la morosité. Peu d'entre - eux recherchent l’info régénératrice qui va redonner un peu d’espoir.

    Et ça remet deux sous dans le bastringue pour savoir si CAHUZAC va ou non se représenter aux législatives. Ça  suppute, on fait des reportages à outrance comme si l’info était  d’un intérêt exceptionnel !

    Pendant ce temps, les « antis mariage pour tous » continuent de nous fatiguer avec leurs actions contre la loi qui vient d’être votée. Il y a même des élus politiques de l’ex majorité qui clament que quand ils reviendront au pouvoir ils vont annuler la loi et …démarier les citoyens homosexuels... N’importe quoi !  Des maires et des élus municipaux osent dire qu’ils n’appliqueront pas cette loi scélérate "qui va détruire notre civilisation".(?!!!) Dans ce cas qu’ils démissionnent ce qui serait  courageusement mettre leurs actes en accord avec leurs paroles et les convictions qu’ils ont le droit d’avoir ou soient démissionnés s’ils ne le font pas. Qu’en serait-il si un citoyen ne respectait pas la loi, refusait par exemple de payer ses impôts parce que ça ne lui plait pas ?...

    SOYONS SERIEUX  POUR CE QUI EN VAUT LA PEINE

    Les malheureuses catastrophes du Bangladesh qui ont vu mourir des centaines de personnes sous les décombres d'usines vétustes  pour le profit des grandes entreprises qui vendent de la confection sont autrement plus importantes. Elles montrent à l’évidence le scandale de l’exploitation de la misère pour nous fournir des habits à bas coûts. C’est tout au moins une petit parcelle de la vérité car nombre de produits fabriqués par les populations dans des conditions ignobles,  sont revendus à prix d’or au nom de grandes marques. Où va la différence énorme de la marge ? 

    POURRI...

    (8march rally in Dhaka, organized by Jatiyo Nari Shramik Trade Union Kendra (National Women Workers Trade Union Centre), an organization to the Bangladesh Trade Union Kendra, Photo: Soman, licence Creative Commons paternité – partage à l’identique 3.0 (non transposée)

     

    Boycottons disent certains. Ce n’est pas la solution car cela mettrait en péril des millions de travailleurs de ces pays qui n’ont que cela comme possibilité de ressources pour nourrir - bien mal - leurs familles.

    Un mouvement semble se dessiner pour améliorer tout cela. Pour la première fois des accords seront signés entre les états, les syndicats  et les firmes qui commandent le travail pour que celui-ci soit réalisé dans de meilleures conditions de sécurité et de salaire.  Il a fallu une « X..ème » catastrophe humanitaire pour que du positif en sorte. N’empêche qu’il reste des grandes groupes français -et étrangers- qui n’ont rien signé ce qui montre bien la mentalité de ceux qui les dirigent et des actionnaires qui ramassent le fruit de la honteuse exploitation qu’on peut qualifier d’esclavage de ces femmes qui essayent de survivre en travaillant dangereusement pour des salaires de misère :   Attitude POURRIE bien plus grave que le mauvais temps.
    A suivre de près pour ne pas que l’intérêt retombe comme souvent après les catastrophes.  Les médias ont leur rôle à jouer pour ce faire en ne zappant pas une fois encore ce qui est essentiel pour aller vers le sensationnel et le futile.

    ESPOIR :  LES ABEILLES VIVRONT !

    Pour redonner de l’espoir à l’humanité, un rayon de soleil et de miel  en attendant que d’autres bonnes nouvelles arrivent, il faut savoir que la bataille contre  les pesticides tueurs d’abeilles a été provisoirement gagnée. L’Europe vient de les interdire : plus de la moitié des pays européens ont voté pour l’interdiction!   Une info qui mérite d’être largement diffusée et commentée. On en a peu trouvé traces dans les médias.

    POURRI...

    ( Apis milifera, 29 juin 2009, auteur Darkmadore, domaine public)

    C’est grâce à la mobilisation de tous ceux qui étaient conscients que les abeilles étaient détruites par les pesticides que cela a pu se faire. Les pétitions  signées y ont été pour quelque chose : 1 million de personnes ont signé l’appel d’Avaaz* à la France afin qu’elle maintienne son interdiction des pesticides néonicotinoïdes.   

    Quand les scientifiques ont averti que les abeilles étaient sur le point de disparaître en silence, Avaaz s’est mobilisée durant deux ans en multipliant les interventions, les messages aux ministres, les pétitions, en associant les apiculteurs dans des actions médiatiques.
    La pression sur la France a payé puisqu’elle s’est répercutée sur les autres pays européens.

    Un mobilisation très importante s’est faite aussi avec le concours de  différents groupes tels que « la Environmental Justice Foundation, les Amis de la Terre ou le Pesticides Action Network, des apiculteurs et de célèbres stylistes… »(Cité d’Avaaz , news letter du 2 mai 2013)

    Au total 2,6 millions de signatures de la  pétition ont été déposée à l'Union Européenne  à Bruxelles.

    Comme quoi, il ne faut pas désespérer.

    AVAAZ avertit néanmoins avec raison : « Mais l’interdiction de l’UE est pour l’instant limitée à 2 ans, en attendant d’autres évaluations. Et dans le monde entier, la survie des abeilles reste menacée par les pesticides qui les affaiblissent et les désorientent, ainsi que par la disparition de leur habitat naturel, détruit par l’industrialisation des espaces agricoles. En Europe et sur toute la planète, il nous reste encore beaucoup de travail pour que seule la science guide nos politiques agricoles et environnementales »(extrait de la News letter d’Avaaz du 2mai 2013)

    On trouvera les informations sur le site d’AVAAZ  que je recommande et qui se qualifie comme « un mouvement mondial en ligne qui donne aux citoyens les moyens de peser sur les prises de décisions partout dans le monde » : http://www.avaaz.org/fr/index.php

     A suivre pour avoir aussi une information sur le sujet des « vêtements fabriqués au Bangladesh » mais aussi Monsanto, «une immense multinationale fait main basse sur nos réserves alimentaires et met en danger l’avenir de notre planète », …et bien d'autres encore...pour affuter la réflexion.

     

    Sur cette note d’optimisme bien utile en ces jours maussades…  

     

    Bonne semaine !  

    POURRI...

    (Gravure tirée du Dictionnaire général des Sciences théoriques et appliquées de Privat-Deschanel et Focillon (1883), Source: french wikipedia, original upload 23 septembre 2004 by Jean-jacques MILAN (made intransparent by BernardM) domaine public)

    * AVAAZ : des infos sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Avaaz.org 

    « CARTONS ROUGES*…La refondation de l’Ecole est en danger d’asphyxie. »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :