• Morale! Vous avez dit morale?

    Vincent PEILLON, ministre de l’Education nationale a annoncé le retour de la morale à l’école.

    Morale! Vous avez dit morale? Je me suis dit tout de suite qu’un serpent de mer était revenu avec sa cohorte d’incompréhensions et de malentendus.  Dans un premier temps,  j’ai ressenti une certaine gêne voire un certain agacement.   Annoncée ainsi, ce retour  pourrait faire croire que l’on veut faire plaisir à certains nostalgiques de l’école de la  troisième république: cela m’est apparu un peu hors d’âge mais pas dans le même bon sens que le cognac dont on sort de la cave la bouteille poussiéreuse. Là, il n'y a que la poussière...

                                                                                                                                       (photo domaine public)

    Morale et malentendus

    Il faut en effet éviter les malentendus et donc éviter d’utiliser des termes  qui sont souvent mal interprétés.  Il n’y a qu’à voir d’ailleurs les réactions à cette annonce. Tout le monde ne met pas la même chose sous ce terme de « morale » même si on y a ajouté heureusement le mot «  laïque ».

    Chatel  Luc s’en est réveillé !

    Hé oui,  on a entendu réagir  l’ancien  ministre Luc CHATEL qui utilise « PETAIN » en référence aux propos de Vincent PEILLON. On voit le niveau du débat politique : les petites phrases sans propositions.  Monsieur CHATEL devrait plutôt se rappeler les déclarations du président de la république Nicolas SARKOZY qui fut son « patron » et qui à propos de ce thème disait( au Vatican chez le Pape): "Dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur, même s’il est important qu’il s’en approche, parce qu’il lui manquera toujours la radicalité du sacrifice de sa vie et le charisme d’un engagement porté par l’espérance." Je laisse le soin à chacune et chacun le soin d'apprécier cette déclaration d'un président de la république française. Ah oui,  pour la petite histoire je fus instituteur puis directeur d’école puis professeur des écoles … Il en reste quelque chose avec les palmes académiques.

    Mais peut-être que l’objectif était de faire réagir pour tester…

    Morale! Vous avez dit morale?

           ( salle de classe musée d'Escaudain,  auteur : Gerdrey , licence libre) 

    Allons donc  plus loin…que les petites – toutes petites-  déclarations politiciennes.

    J’ai donc lu de manière plus détaillée les déclarations et explications du ministreVincent Peillon :

     « La "morale laïque" n'est ni ordre moral ni instruction civique »  "C'est plus large, cela comporte une construction du citoyen avec certes une connaissance des règles de la société, de droit, du fonctionnement de la démocratie, mais aussi toutes les questions que l'on se pose sur le sens de l'existence humaine, sur le rapport à soi, aux autres, à ce qui fait une vie heureuse ou une vie bonne." "Nous sommes dans un monde très individualiste, où les valeurs de l'argent pèsent plus que celles de l'intelligence, de la connaissance, de la beauté ou de la fraternité"

     Bon, les intentions sont louables. Les propos sont intéressants mais…

     Comme un cheveu sur la soupe…

    … cette annonce est tombée   alors que l’on travaille sur la refondation de l’école. Ça me fait aussi  penser aux « fuites organisées » avant certains procès alors que la chose n’a pas encore été jugée. 

    Une mise en œuvre esquissée mais  bâclée 

    Il me semble que ça n’a pas été bien réfléchi  quant aux idées pour  la mise en œuvre de ce qui pourrait aider à l’école à l'apprentissage du vivre-ensemble dans une société qui  a effectivement besoin à ce que nos écoliers, collégiens  lycéens appréhendent les  cadres à respecter de la société.

    Morale! Vous avez dit morale? Concrètement, c'est quand même  compliqué et il ne faut pas croire que les enseignants ne font rien sur ce thème. Peut-être n’y-a-t-il pas en effet une ligne ou un programme de travail très précis articulé et cohérent sur l’ensemble de la scolarité. Mais ce n’est pas la faute des enseignants.  Le mérite du flou revient plutôt à nos responsables politiques nationaux. Si on fait un peu d’histoire de l’Ecole cela nous apprend que nos ministres ont toujours « joué » avec le concept de « morale » : la morale à l’école a été instaurée sous la troisième république en 1882 puis supprimée en 1968 pour revenir dans les années 80. La conception de la « morale » a heureusement évolué. Sous les ministres Chevènement, Bayrou et Allègre on est passé à l’Education civique ce qui m’a  semblé à cette époque assez approprié comme terme. Je le pense toujours.  Et puis sous le ministère Darcos, on a parlé d’instruction civique ce qui n’est pas tout à fait la même chose. Enfin en 2011, le ministre Chatel annonçait le retour des leçons de morale à l’école. Les enseignants ont, comme d’habitude, fait « avec » comme ils ont fait avec  les multitudes de « réformes » lancées par un ministre ou un autre quand il arrivait au pouvoir alors que les précédentes n’étaient pas encore digérées.

     Des cours ?

     Ce qui me gêne aussi dans les propos de Vincent PEILLON et qui  montre que le concept n’a pas été assez travaillé avant l’annonce c’est d’abord le mot « cours ». C’est peu ou trop précis .Ce terme n’est pas approprié à mon sens à l’objectif visé. Quand justement on doit revoir les pédagogies dans le cadre de la formation des enseignants, il faut être plus prudent. Le mot « cours » préjuge déjà d’une certaine de forme de pédagogie à appliquer.

     La morale, domaine ou matière réservée de « certains »…Quelles pédagogies?

     Le ministre  précise pour la mission qu’il va mettre en place qu’elle "déterminera quels sont les enseignants qui peuvent enseigner cette discipline autonome". La réflexion n’ a pas été menée que déjà le ministre  indique une direction à prendre qui n’est pas forcément la bonne. C’est au moins à discuter.

    Pourquoi déterminer quels enseignants peuvent enseigner cette matière ? A mon sens, par exemple, je pense que tous les enseignants doivent le faire et partout dans les établissements en concertation. Le problème est ce qu’on met sous le mot « enseigner » et donc la manière et les moyens qu’on va prendre pour que les enfants et les jeunes s’approprient vraiment les sujets et donc puissent effectivement l’appliquer dans la vie.  Ce n’est pas, à mon avis, en faisant des « cours » tout au moins dans le sens restreint du terme.  

    Morale! Vous avez dit morale? L’apprentissage du vivre ensemble se fait à tout moment, tout au long de la journée.  Un cours ne remplace pas le vécu dans la classe, dans la cour de récréation, en salle de sport… la construction avec les élèves des règles de vie de la classe par exemple… Le « cours » peut être sans doute le moment où on va se « poser » pour examiner ce qui s’est  passé et permettre de « fixer » ou d’étendre les règles et les principes qu’on a construit et dont on a compris dans le vécu l’utilité et qui peuvent servir dans la vie, ailleurs aussi qu’à l’école.

    L’enseignant, tous les enseignants et pas seulement des « enseignants à déterminer »  se doivent d’abord d’être rigoureux dans le respect dû aux élèves.  Il faut mettre en place le vrai « travailler ensemble dans la classe ».


    Je ne développe pas le sujet mais il n’est pas besoin d’être un grand pédagogue pour comprendre que ce travail qui est collectif doit être empreint de relations de franchise à installer, de sincérité pour que l’expression et la confrontation des idées, l’échange sur le vécu  se fassent vraiment quel que soit l’âge des élèves. « Faire attention à ce qu’on fait et aux autres » sont des piliers de cette « morale » si on veut l’appeler ainsi.

    Je sais déjà que certains diront : cela prend du temps. C’est vrai, mais c’est du temps de gagné pour que dans la classe  règne une certaine paix, des échanges, un franc parler, une ambiance, une confiance qui s’installera et  qui rejaillira forcément sur tous les apprentissages et ailleurs que dans la classe: C’est de la pédagogie.

     Et si l’institution montrait l’exemple ?

     Ce ne sont pas seulement les enfants et les jeunes qui sont en cause, les enseignants ou les parents. Nous sommes encore loin du respect qu’on doit avoir les uns envers les autres : enseignants et élèves d’abord.  Le  système scolaire ne montre pas toujours le bon exemple du respect quand il   utilise les professeurs comme des pions. Quant au respect des élèves par l’institution, demander aux élèves ce qu’ils pensent  des injustes punitions collectives. Et puis on peut citer des élèves qui  ont dû mal à avoir une pause déjeuner du fait d’emplois du temps inadaptés,  des lycéens qui partent de chez eux à 7heures le matin pour entrer chez eux au mieux à 19heures le soir… Est-ce  les respecter ?

     Le chemin sera long et sinueux : « Rien ne sert de courir, il faut partir…et annoncer à point »

    Il y a donc du chemin à faire à tous les niveaux pour que « la morale » ne soit pas qu’un mot de plus dont on se gargarise mais qui est complétement en dehors des réalités.

    Les intentions donc du ministre sont louables mais attention à la manière dont cela sera réfléchi et mis en place de manière cohérente.

     Vers le Permis du Citoyen à points ?

    Morale! Vous avez dit morale? Avant que de dire on va « noter une matière à part entière » , il faut réfléchir aux incidences d’une telle affirmation et faire attention à ne pas retomber dans la notation infantilisante voire le « permis d’être un citoyen » à points. Nombre d’enseignants pratiquent « le vivre ensemble » dans leurs classes et dans l’établissement. Il serait utile de confronter les expériences, les avis pour jeter les principes « cette pédagogie » qui ne peut qu’aider à la réussite. Ensuite seulement  on peut mettre  en place un programme adapté et cohérent de la maternelle à l’université.

     Adaptons le vocabulaire pour éviter l’équivoque

    Pour arrêter, provisoirement, avec le sujet, je redis mon sentiment que le mot « morale » me fait penser à quelque chose d’imposé, construit à l’avance par quelques-uns. Il faut plutôt inviter à réfléchir dans l’action.  Le terme est donc équivoque et peut prêter à confusion même si on y ajoute le mot « laïque ». Il faut donc plutôt parler de  démarche de compréhension dans l’action des règles de vie, d’éducation civique ou à la citoyenneté.  La notion de loi ou de règle de vie ou d’attitude à  avoir ou à respecter s’imposeront d’eux-mêmes si  venant du vécu.                                                              

     Moralités 

    « En toute chose il faut considérer la fin. » (Le Renard et le Bouc)

    « L’usage seulement fait la possession ». (L’Avare )

     « Rien ne sert de courir, il faut partir à point » (Le  lièvre et la tortue)


                                                                                                                                                   Patrick PATTE

    Morale! Vous avez dit morale?

             (utilisateur :Alexandrin  - domaine public)

    « C'est bientôt la rentrée...Vacances d’été : zonage, pas zonage, dézonage? »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Estherelia
    Vendredi 7 Septembre 2012 à 22:37

    Un bel article qui pose de vrai question!

    Merci pour ces reflexions qui donnent a voir tous cela sous un angle des plus interressant!

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter