• Jean-François COPE et "les rythmes dits scolaires"

    Jean-François COPE et "les rythmes dits scolaires"Ou les grandes manœuvres électorales pour 2014…

    Ou l’art de nous prendre pour des cons sans mémoire...

    Jean-François COPE, patron de l'UMP, vient de déclarer que la réforme des " rythmes scolaires" est intenable financièrement pour les communes. C'est un point de vue qu'il a d'ailleurs exprimé auprès du ministre de l'éducation nationale, Vincent Peillon.

     

    Je ne pense pas que le problème soit d’abord celui du financement même s’il est vrai que si on veut faire quelque chose de qualité, il faut que les finances suivent. Le problème est surtout celui de l’élaboration concertée d’un projet global qui met l’enfant au centre des préoccupations et les moyens qu’on veut décider localement de mettre en place. Pour le financement, c’est aussi ensuite une question de choix  local que de faire un effort accompagnant la politique  nationale.  Mais monsieur Peillon doit revoir sa copie s’il veut une vrai refondation : il en est plus que temps …et il est encore temps !

     Il faut commencer par réécrire le décret sur les « rythmes scolaires »…

     Le véritable problème est plutôt celui de la conception que l’on peut avoir au moins des rythmes « scolaires » ou plutôt des rythmes de vie des enfants ce qui serait mieux. De cela monsieur Jean-François COPE ne dit pas un mot ce qui n’est pas étonnant.  Il n’ a rien à proposer : son ex-majorité a montré largement par les actes sa médiocrité quant à l’intérêt des enfants et des jeunes élèves de ce pays. Elle a appuyé une gestion comptable en matière d’éducation en  prenant les élèves et les enseignants pour des pions au service de la « sainte gestion »… je n’ai pas dit « saine gestion ».

    Jean-François COPE et "les rythmes dits scolaires"Je veux simplement rappeler que monsieur COPE et ses amis ont soutenu, sous la présidence de Nicolas SARKOZY, la mise en place de la débile semaine de quatre jours avec les effets que l’on connaît sur la fatigue des enfants notamment …mais pas que. En supprimant le travail le samedi matin , sans d’ailleurs aucune vraie concertation, son ami,  le ministre Xavier DARCOS a alourdi la journée scolaire et a obligé à un rythme nouveau, celui de la coupure inadéquate du week-end. Tout cela,  non pas dans l’intérêt de l’enfant mais pour frotter dans le sens du poil l’électeur parent qui a donc pris le pli qu’on lui imposait de manière insidieuse d’avoir les enfants à la maison deux jours en fin de week-end, la plus mauvaise des solutions pour l’enfant en matière de rythme veille –sommeil. 

    Monsieur Peillon n’a pas fait vraiment mieux sur ce point en instituant le mercredi travaillé et en gardant le samedi chômé. Il a juste allégé la journée de trois-quarts d’heure mais pour le reste … c’est loin d’être au point  Je me suis exprimé sur le sujet la semaine dernière, je n’y reviens pas (http://quaiducitoyen.eklablog.fr/la-rentree-des-classes-et-le-mercredi-a98699253).

    Je me permets donc de rappeler  qu’ à cette époque, la majorité de monsieur COPE a voté tous les budgets régressifs de l’éducation nationale du gouvernement Fillon en faisant dans le même temps nombre de cadeaux fiscaux  aux plus nantis, tout en accroissant notre dette de quelques 400 milliard d’euros. Il en est résulté la suppression de postes et l’accroissement des effectifs par classe dans tous les degrés, la suppression de postes de maîtres spécialisés dans les RASED laissant sur le bord du chemin des milliers d’élèves en grande difficulté, la régression de l’accueil des enfants en maternelle…etc…

     Super gestion que celle de l’ex -majorité de monsieur COPE qui veut maintenant donner des leçons budgétaires !  

     Mdr (Mort de rire)  ou lol (Laughing out loud) …mais pas trop tant c’est lamentable !

    Ne perdons pas la mémoire et ne nous laissons pas abuser par des déclarations politiciennes et électoralistes de ce tonneau que l’on connaît bien puisqu’on l’a bu jusque la lie.

    Les grandes manœuvres électorales municipales ont commencé, qu’on se le dise !

    « Non cumul, tiers payant, médailles ou humeurs variées…S’INFORMER : UN VRAI CHALLENGE ? »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dimanche 29 Septembre 2013 à 20:38

     

    Bonjour,

     

    Je pense que plusieurs petits points méritent d'être soulevé.

     

    Tout d'abord le mercredi matin, bien que privilégié peut être détourné au profit du samedi matin selon certaines conditions dépendant de la collectivité territoriale ( cf: Décret n° 2013-77 du 24 janvier 2013 relatif à l'organisation du temps scolaire dans les écoles maternelles et élémentaires "Le directeur académique des services de l'éducation nationale peut donner son accord à un enseignement le samedi matin en lieu et place du mercredi matin lorsque cette dérogation est justifiée par les particularités du projet éducatif territorial et présente des garanties pédagogiques suffisantes".)

     

    Cela implique bien évidement une concertation, un projet, un accord de toute les parties de la concertation quoi!

     

    Ensuite l'argument de la coupure du rythme veille-sommeil qui me semble léger. C'est aux parents de veiller à ce que leurs enfants ne soit pas trop perturbés par le changement de rythme.
    Si les parents acceptent, sous prétexte que le samedi leurs cher bambin n'a plus cour, de les laisser aller se coucher à plus de minuit, qu'ils ne viennent pas ensuite râler parce que ceux ci sont fatigués. J'ai trop souvent vu des enfants être dehors encore vers 23h des vendredi voir des samedi.

     

    Ce qui est gênant dans le samedi chômé c'est surtout pour les parents qui travaillent à ce moment là et qui n'ont pas la possibilité, les moyens ou les structures pour faire garder leur enfants.
    Car le problème va se poser pour les parents n'ayant pas les mêmes horaires que leur enfants.

     

    Après le rythme scolaire allons nous revoir le rythme de vie de notre société?

     

    J'en doute. Mais les deux sont intimement liés.

     

    Une fois de plus le pataquès qui est fait autour du rythme cache en fait le problème plus grave de la qualité de l’enseignement en France.

     

    J’enseigne en Lycée et je ne compte plus le nombre d’élèves qui sont arrivé à ce point de leur scolarité en ne maîtrisant pas les fondamentaux. Et je ne suis pas certain que c’est en allégeant a peau de chagrin le travail fait en dehors de l’institution scolaire que l’on arrangera les choses.

     

    Les parents sont toujours étonné que leur enfants n’aient rien à faire à la maison. Mais , je pense que le moment où le parent passe du temps à faire réviser une leçon et un instant qui rapproche. Mais cela est un autre débat.

     

    Cordialement

     

    Vincent.

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :