• HUMEUR DU 17 OCTOBRE 2018: DES ACTES D'ÉTAT SANS IMPORTANCE

    Deux faits marquants, le 16 octobre 2018, m’incitent à manifester des commentaires :

    • l’annonce du remaniement du gouvernement  que tous les médias ou presque nomment Edouard PHILIPE 3 alors qu’en fait le premier ministre n’ a pas donné sa démission...
    • La déclaration aux français d’Emmanuel Macron, président de la république à 20h sur les chaînes de télé

    J’eusse pu y mettre la perquisition au domicile de Jean-luc Mélenchon et dans les locaux de la France Insoumise et du parti de gauche mais j’aurai sans doute l’occasion d’y revenir pour l’analyser si nécessaire.

    Je dis que ce sont des faits marquants parce qu'en réalité ils ne sont que des pirouettes stériles qui n'ont pour effet que de donner le change et n'apportent rien de neuf aux citoyens que nous sommes sauf la confirmation, une fois encore, qu'on nous prend pour des imbéciles voire des cons alors que tout va continuer comme avant de par la volonté de celui qui se prend pour "le maître des horloges" comme il s'est qualifié lui-même avant les élections présidentielles.  Comme celui-ci, il est sûr qu'il garde son cap et veut tenir bon y compris dans ses erreurs mais il n'éclaire guère notre horizon et ne sait pas bien distinguer l'important de l'urgent. Ses actes le prouvent.  Il rappelle des valeurs mais celles-ci sont partisanes et ne peuvent convenir à notre société française. Il n'est maître que de son agenda personnel qu'il impose aux autres...ceci pour remettre les choses à leur place.

    HUMEUR DU 17 OCTOBRE 2018: DES ACTES D'ÉTAT SANS IMPORTANCE

    (Pittonaccio, auteurThéophile Schuler (1821-1878) — Original source, domaine public)

    L’ANNONCE DU REMANIEMENT MINISTÉRIEL

    Attendue depuis 15 jours du moins par les médias qui n’ont eu de cesse de nous abreuver de commentaires cousus de fil blanc, la composition du « nouveau » gouvernement est tombée.

    Première remarque : On peut se demander pourquoi il a fallu tant de temps pour remanier. Au choix 

    • le nombre de postulants ne se bousculaient pas au portillon
    • le vivier macronien n’est pas très abondant en hommes et femmes de confiance
    • le premier ministre tentait un bras de fer avec le président pour imposer quelques uns de ses amis de droite
    • il fallait remettre un peu de « gauche » et du « centre » dans le gouvernement un peu trop à droite pour respecter ce que Macron appelle les équilibres.

    Sur ce dernier point, je redis ce que j’ai eu l’occasion d’expliquer de nombreuses fois : Le « ni droite ni gauche » n’a été qu’un fable pour attirer les gogos ou pour certains élus se disant « socialistes » trouver le prétexte à assouvir leur soif de pouvoir et se recaser pour continuer de sévir comme député ou ministre quelque soit la direction prise par "l'éclaireur" en chef .

    Ce remaniement sert juste à Emmanuel MACRON à mettre auprès de lui des hommes ou femmes dits de « confiance », du type Castaner à l’intérieur, pour ne plus avoir de surprises comme celle créée par son « ami » Collomb . Il « vire » les ministres qui pourraient être touchés par une enquête judiciaire comme la ministre de la Culture pour compléter la liste des 7 ministres déjà partis sur 15 mois de législature.

    Pour ce qui concerne l’influence des lobbies c’est râté  :  même si Stéphane Travers , ministre décriée de l’agriculture s’en va, l’écologie est bien prise en main pour ne pas faire trop de vagues pour les réformes dites économiques : Le ministre de RUGY, nouvellement nommé, tout à la dévotion de son patron, va être secondé par Emmanuelle Wargon, qui était directrice générale des affaires publiques de la communication de Danone et qui rejoint la seconde secrétaire d’Etat à l’Ecologie, Brune Poirson, qui vient de Veolia. Après la démission de Nicolas Hulot pas sûr que ce soit la meilleure équipe pour prendre en charge un plan pour l’environnement, le développement durable et la transition énergétique.
    Rappelons quand même que le programme présidentiel pour l’environnement d’Emmanuel Macron, n’était pas des plus développé. Même si le président semble sensible aux questions environnementales, il est encore plus sensible aux lois du marché et on ne peut pas dire qu’il a grandement aidé Nicolas HULOT face aux divers lobbies : nucléaire, chasse ou agro alimentaire pour ne citer que ceux -là. Il ne suffit pas de taxer le gasoil pour augmenter les recettes de l’état en faisant croire que cela va changer quoi que ce soit à la pollution, pour que l’action soit efficace.

    Pour en revenir au remaniement et  aux soi disant équilibres recherchés pour que la "gauche" soit plus présente dans le gouvernement comme l’on abondamment commenté les médias, je pense que tout cela n’est que fadaise : pour Emmanuel Macron, comme d’ailleurs pour ces médias, le terme « gauche » est galvaudé. Les mots « gauche » et « droite » ont pourtant un sens et portent des valeurs qu’il faut respecter. Pour Emmanuel Macron la « gauche » c’est celle des félons du PS et autres qui se sont ralliés à lui et qui ont trahi les électeurs de gauche lors de la dernière législature qu’ils soient ministres ou députés.

    En réalité, après tout le » cinéma » qu’on nous a servi pendant 15 jours il n’y a pas plus d’équilibre qu’avant puisque la gauche des électeurs n’est pas plus représentée dans le gouvernement.

    En bref, que le gouvernement ait ou non été modifié, cela n’a aucune importance. La politique menée restera la même...

    C’est d’ailleurs ce que le président a affirmé le même jour dans son allocution télévisuelle.

    HUMEUR DU 17 OCTOBRE 2018: LA MACRONITE AIGUE POURSUIVRA SON ŒUVRE

    (auteur Clker-Free-Vector-Images, CC0 domaine public)

    LA DÉCLARATION DE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

    D’aucune utilité en ce qui concerne les informations qu’il a pu donner. Son histoire de "confiance" qu’on lui a accordée en mai 2017 est toujours à dormir debout comme la tonalité de son discours. Comme Chirac en 2002, il fait l’’impasse sur des millions d’ électeurs qui ont voté CONTRE Marine Le Pen et non pas POUR lui par "confiance" sans compter les abstentionnistes. Il entend mais ne corrige rien et garde le cap de son projet.

    C’est d’ailleurs pour cela que son remaniement gouvernemental est un non évènement.

    9 millions de pauvres, des milliers de SDF, des inégalités qui se creusent, des services publics en souffrance, la précarité qui explose, nos finances dilapidées sans contrôle de leur utilisation en attendant que "ça ruisselle" et Emmanuel Macron souhaite « ne rien changer et maintenir le cap ».

    Dont acte.

    Pour ma part je ne changerai donc pas non plus de cap à savoir celui de dénoncer les anomalies d’une politique qui mène la France à la ruine tant sur le plan financier que sur le plan social et des droits des citoyens au niveau de leur travail, de la santé et de l’éducation, entre autres.  Ce ne sont pas de simples affirmations mais des faits qui le prouvent et qu'on peut trouver, ici, sur ce blog.
    Notre devise « Liberté, égalité, fraternité » qui a déjà pris de nombreux coups au cours des décennies va continuer d’être malmenée au profit d’une autre devise contenant l’individualisme et l’égoïsme...

    Il convient donc de continuer d’ouvrir les yeux et ne pas se laisser endormir par des verbiages vides de sens réels comme ceux énoncés hier par le Président dans une atmosphère de pseudo gravité donné par le ton que j’ai plutôt trouvé funèbre mais adapté à ce que j’appellerai la mort des valeurs fondamentales de notre république et de ses piliers de solidarité.

     

      

    « LA CASSE À MACRON : SUR FOND DE JEU DE BONNETEAU 2 SUR ...BALADE DANS LE LOIR ET CHER (1): BEAUVAL , LES CHÄTEAUX,... »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter