• GRANDE CONSULTATION CITOYENNE : CHICHE! - 2 sur 2

    Hier, vendredi 11 janvier 2019,  devant les maîtres boulangers réunis à l’Élysée pour la traditionnelle galette des rois, le président de la République a voulu rappeler que  « Notre jeunesse a besoin qu’on lui enseigne un métier et le sens de cet engagement qui fait qu’on n’a rien dans la vie si on n’a pas cet effort ». Leçon numéro un.

    Leçon numéro deux : « Les troubles que notre société traverse sont aussi parfois liés au fait que beaucoup trop de nos concitoyens pensent qu’on peut tout obtenir sans que cet effort soit apporté. Parfois on a trop souvent oublié qu’à côté des droits de chacun dans la République - et notre République n’a rien à envier à beaucoup d’autres - il y a des devoirs. Et s’il n’y a pas ce sens de l’effort, le fait que chaque citoyen apporte sa pierre à l’édifice par son engagement au travail, notre pays ne pourra jamais pleinement recouvrer sa force, sa cohésion, ce qui fait son histoire, son présent et son avenir ».

    Deux leçons qui ne sont pas faites pour apaiser la tension populaire actuelle.

     

    GRANDE CONSULTATION CITOYENNE : CHICHE! -  2 sur 2

    (auteur 705847, CC0 domaine public)

    INSULTE, MÉPRIS ET SUFFISANCE...ET PROVOCATION

    Dans la situation actuelle, le président Macron, à la veille de l’acte IX de la mobilisation des Gilets Jaunes, se permet donc une nouvelle fois de mettre en accusation les français. Les termes « beaucoup trop de nos concitoyens » sont sans équivoques.

    En tant que citoyen, je me sens insulté par quelqu’un dont je n’ai pas à recevoir de leçons tout président de la République qu’il soit. Je veux bien comparer ce qu’il a fait pour apporter sa « pierre à l’édifice «  par son engagement au travail » et ce que j’ai fait moi-même jusqu’à aujourd’hui. Pas sûr que la comparaison tourne à son avantage. Et je ne suis pas le seul ou la seule qui pourrait le faire.

    Que de mépris ! Que de suffisance !

     

    VŒUX DU PRÉSIDENT : AU DELA DU RÉEL, MACRON CONTINUE - 1 sur 2

    Si par là il veut faire référence à son vœu de vérité exprimé le 31 décembre, on peut pas dire qu’il vise juste : « Ce vœu de vérité, c’est au fond un vœu pour tous d’écoute, de dialogue, d’humilité.

    Il n’y a pas une vérité et je crois même que chacun d’entre nous commence à se fourvoyer dans l’erreur quand nous affirmons les choses sans dialoguer, sans les confronter au réel ou aux arguments des autres. Alors débattons, car de là peut naître une action utile et qui nous unit. »

    L’écoute et l’humilité je lui renvoie donc pour qu’il se les appliquent.

    Quand à son vœu de dignité : « Nombre de nos concitoyens ne se sentent pas respectés, considérés. » Je lui rétorque donc qu’il vient justement de se placer ,une fois de plus  de ceux qui ne nous considèrent pas et ne nous respectent pas.

    D’autre-part, j’estime que ces propos sont irresponsables venant de la part de quelqu’un qui se doit de faire que les esprits s’apaisent en vue du débat qu’il veut lancer. Il fait exactement l’inverse. A moins que ce ne soit volontaire et pas une maladresse.

    S’il veut vraiment que les citoyens participent au débat, ce n’est pas en les insultant que le dialogue pourra s’instaurer.

    Un mauvais signe de plus pour la consultation et le débat annoncés.

    Je note également aujourd’hui que s’il comptait que par la peur de sanctions, le mouvement des Gilets Jaunes allait faiblir et ne plus manifester, une fois de plus il s’est trompé. Les faits le prouvent.

    GRANDE CONSULTATION CITOYENNE : CHICHE! -  2 sur 2

    (Manifestation des Gilets Jaunes, porte Maillot le 17 novembre 2018 Jean-Paul Corlin— Travail personnel - CC BY-SA 4.0)

     

    LE DÉBAT-CONSULTATION

    « Le débat national qui s’ouvre, doit nous permettre de parler vrai et je vous écrirai dans quelques jours pour vous en préciser les attentes. »

    Ce sont les mots du président de la République lors de ses vœux pour 2019.

    Je ne remettrai pas en cause l’utilité d’un éclaircissement de ce que souhaitent les citoyens ceci afin que s‘expriment les priorités qu’il faut préciser même si le pouvoir connaît déjà les grandes lignes des revendications faites et qu’il aurait pu éviter par des actes forts la crise actuelle s’il avait su faire montre de suite d’intelligence politique et d’humilité  et notamment le président de la République.

    Beaucoup de questions donc et d’incertitudes quant à la tenue de ce débat, son organisation, la manière dont on fera remonter les participations et leurs prises en compte....

    Je ne suis pas de ceux qui a priori sont pour ne pas participer à ce débat.

    Il faut jouer le jeu.

    Les dernières déclarations insultantes du Chef de l’État de la galette des rois ne m’y incitent cependant guère.

    Quoi qu’il arrive, dans trois mois les dés seront jetés et d’ici là la vigilance s’impose. Elle l’est d’autant plus quand on entend le premier ministre ,Édouard Philippe, dire sur CNEWS : « Nous voulons frapper vite, frapper fort et agir de manière profonde pour continuer à transformer l’Etat français ». Est-ce à dire que lors de la tenue du débat, le gouvernement et le parlement continueront de mettre en place ce qu’ils appellent leurs « réformes » ?

    GRANDE CONSULTATION CITOYENNE : CHICHE! -  2 sur 2

    (Char de la mascarade des artistes français à Rome en 1748. Vien — Gravure, domaine public)

    Il est clair que je ne participerai pas à une mascarade de consultation qui donnerait une sorte de quitus au pouvoir pour dire : « on vous a consulté » mais qui en réalité ne ferait rien progresser sauf peut-être à accorder de nouveaux quelques miettes illusoires comme cela a été fait le 10 décembre.

    Je pense que dans ce cas là, les citoyens et pas seulement les Gilets Jaunes ne seront pas dupes et cela ne fera qu’enfoncer la situation dans la crise qu’il faudra bien résoudre d’une manière ou d’une autre sauf à ce que la situation ne devienne plus explosive.

    Quant aux citoyens, peut-être se sont ils réveillés. Le mouvement des Gilets Jaunes a permis de faire sortir des revendications légitimes des français et mit le pouvoir en demeure de répondre.

    Pour lors, la réponse n’a, à l’évidence pas été à la hauteur même si le pouvoir a réagi comme il ne l’avait jamais fait jusqu’ici. Il a eu peur d’un mouvement sans nul doute inhabituel dans sa forme et ses actions. Il a mon sens mal réagi et trop tardivement et la violence générée par la situation a paradoxalement été un facteur pour que des concessions minimes, soient faites.

    Depuis, le gouvernement n’agit pas comme il le devrait, alternant promesses de dialogue et augmentation des répressions policières et sécuritaires, signe d’un certain malaise au sommet de l’état.

    Mais là aussi vigilance il doit y avoir.

    J’attends donc les prochains actes du gouvernement et la lettre du président de la République.

    GRANDE CONSULTATION CITOYENNE : CHICHE! -  2 sur 2

    (auteur Msporch CC0 domaine public)

    CRITIQUER MAIS AUSSI PROPOSER

    Il semble utile, non pas de critiquer systématiquement le pouvoir en place mais bien de lui faire savoir qu’avec certaines de ses théories et mesures, on ne peut être d’accord. Je l’ai fait pour la précédente législature et le ferai pour celles-ci encore.

    Il faut aussi faire des propositions.

    Critiquer n’est ni un crime de lèse majesté, la royauté ayant été en principe abolie depuis quelques décennies ni une opposition systématique mais bien un suivi citoyen de ce que vit notre pays et ses habitants.

    Le problème est que la classe politique n’évolue pas dans ses pratiques quand elle est au pouvoir mais bien au contraire conforte ses vieilles habitudes de domination sans partage et Emmanuel Macron n’y échappe pas quoi qu’il veuille faire croire.

    Si le mouvement des Gilets Jaunes est né, c’est bien parce que les soupapes de sécurité installées par les pouvoirs successifs ont commencé à sauter et que c’est mauvais signe pour la stabilité de notre fonctionnement démocratique qui est d’ailleurs, avec raison, remis en cause.

    Je pense qu’il est temps de l’améliorer pour qu’il soit efficace et ne soit pas manipulée par celles et ceux qui devrait la servir.

    Dire ce qu’il faut faire est un devoir citoyen auquel on ne peut se soustraire sauf à être une fois encore soumis comme le sont encore et l’ont été nombre de français ou fatigués, dépassés voire écœurés par les systèmes en place comme le sont beaucoup d’autres .

    Mais il y en a aussi qui restent ancrés dans leur superbe égoïsme et ne veulent pas entendre parler de politique...préférant s’intéresser à leur nombril. Au fil du temps, pour avoir notamment milité dans nombre d’organisations et côtoyé moult citoyens, j’ai pu constater les dégâts causés par l’égoïsme créé par une société de plus en plus centrée sur l’individualisme : le type même de la société de consommation à outrance généré par l’ultra libéralisme sous le joug duquel nous sommes de plus en plus soumis malgré nous. Ceci dit, cela n’excuse pas certains comportements.

    GRANDE CONSULTATION CITOYENNE : CHICHE! -  2 sur 2

    (Liberte Egalite Fraternite - Thermidorimage - Own work -CC BY-SA 4.0)

    POUR CONCLURE TOUJOURS PROVISOIREMENT

    Le mouvement des gilets jaunes est un signe majeur mais pas le seul pour peu qu’on observe la vie politique et sociale de notre pays.

    A l’évidence ce que je dis aujourd’hui, je l’ai déjà dit hier.

    Le problème est que les institutions ne sont pas à la hauteur d’un pays qui a besoin de plus de démocratie. Je n’ai pas attendu les Gilets Jaunes pour le dire mais une fraction des français se réveille et c’est tant mieux. Même si c’est un mouvement qui est en train d’évoluer, je ne dis pas qu’il se divise mais bien qu’il prend des formes multiples y compris au niveau organisationnel et c’est positif.

    Reste à espérer qu’il ne soit pas trop tard pour rassembler tout cela ce qui devrait être du rôle du Président de la République qui, hélas , pas plus que ses prédécesseurs n’agit de la manière idoine mais applique les vieilles recettes partisanes politiciennes du passé sous couvert d’un faux modernisme qui ne fait peut-être plus illusion.

    C’est sans doute aussi le deuxième point positif qui résulte des évènements que nous vivons.

    Pour ma part je souhaite sans ambiguïté que la crise se résolve dans le cadre des institutions ce qui est du rôle et de la responsabilité de ceux qui ont le pouvoir et en l’occurrence le président de la république mais aussi l’assemblée nationale et le sénat.

    Si le débat et la consultation sont menés avec l’honnêteté nécessaire et que les conclusions amènent des propositions dignes de sortir de la crise par le haut, il faudra voir ce que le président de la république en fera.

    Beaucoup de si...

    J’y reviens ...très bientôt après avoir lu , demain ou lundi, la lettre du président.

    « GRANDE CONSULTATION CITOYENNE : CHICHE ? - 1 sur 2GRANDE CONSULTATION CITOYENNE: L'ESPRIT, LA LETTRE ET LES ACTES - 1 sur 4 »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter