• GESTES BARRIERES ET MASQUE : POUR UNE VRAIE CAMPAGNE DE COMMUNICATION - 1 sur 3

    Je terminai mon dernier billet sur l’urgence qu’il y avait à faire une campagne de communication notamment sur la manière correcte de porter un masque...mais pas que.

    Nous devons apprendre à vivre avec le virus et les contraintes donc qu’il génère dans notre vie de tous les jours.

    Aucun prétexte  ne me semble justifié pour refuser de faire cet effort dans la mesure où la vie de chacun est en jeu quel que soit son âge et encore plus les personnes fragiles.  J’ai expliqué pourquoi dans mon billet précédent. Il est juste bon de rappeler qu’il ne s’agit pas ici de prendre un quelconque médicament ou même se faire vacciner, le vaccin hélas n’existant pas encore. Le masque et les gestes barrières sont actuellement les  seules protections qui peuvent être efficaces… si chacun y met du sien.  Ce n’est pas insurmontable que de faire le  nécessaire pour préserver sa santé et celle des autres et, je le répète,  cela n’a rien  à voir avec la liberté  sauf celle de pouvoir vivre en s’adaptant avec un peu d'efforts collectifs. Ça changera pour une fois de l’égoïsme qui sévit de plus en plus dans notre société.

    Mais comme je le disais donc dans mon précédent billet,   il ne suffit pas d’avoir un masque encore faut-il qu’il soit porté correctement pour qu’il soit efficace et ne pas créer des risques d’infection quand on l’utilise.

    MASQUE OBLIGATOIRE : TOUT LE MONDE DOIT Y AVOIR ACCES

     

    Et puis le port du masque sans les gestes barrières ne suffit pas. Tout cela est à rappeler. Il ne suffit pas de dire qu’il est indispensable de porter un masque comme le répête le gouvernement ( après d’ailleurs avoir affirmé le contraire au début de la propagation du virus en France alors que cela était pourtant tout aussi indispensable). Il n’est qu’à voir comment certaines personnes par ailleurs de bonne foi portent mal le masque dans les magasins ou grandes surfaces près de chez soi, confirmé s’il le fallait par les micros-trottoirs à la télé pour se convaincre qu’il est nécessaire d’informer et de bien informer. Il faut que la communication soit donc CLAIRE, plus que celle actuelle en allant plus loin sur les dangers qu’on peut aussi courir tout simplement en manipulant un masque souillé ce qui anéantit la protection. Et je ne parle pas du même masque mis et remis le long des jours pour différentes raisons allant du "je m'en foutisme" au soucis de faire des économies en passant par la méconnaissance des mesures d'hygiène... 

    CORONAVIRUS : MASQUES OU PAS MASQUES POUR TOUS ?   1 sur 2

      Image par Willfried Wende de Pixabay

    POUR VIVRE EN S’ADAPTANT IL FAUT SE BASER SUR DES SOURCES FIABLES DE CONNAISSANCES…

    Il en existe. Il faut les trier avec bon sens et éviter d'aller les chercher par exemple sur des sites qui diffusent des affirmations non vérifiées qui ne sont donc pas des informations fiables. Les connaissances peuvent évoluer , on l'a vu depuis mars. Tous les jours on apprend sur le virus et nombre de scientifiques sérieux en tiennent compte. C'est ainsi que les médecins adaptent et améliorent le traitements non pour tuer le virus mais pour atténuer les effets de ce dernier sur l'organisme.  Il faut arrêter de se laisser envahir par le flou. Pour aller sur certains réseaux sociaux je m‘aperçois qu’on y dit tout et n’importe quoi. La plupart du temps ce sont des affirmations sans argumentation pour faire valoir qu’on est contre le port du masque, que l’épidémie n’existe pas, que nous sommes manipulés, ...un défilé d’inepties qui ne reposent que sur des avis à l’emporte pièce censés montrer qu’on ne s’en laisse pas conter mais qui révèle souvent un égoïsme prégnant comme si les autres n’existaient pas pour affirmer une fausse  liberté du chacun fait ce qu’il veut… ça n'est pas intéressant.

    Pour ma part, je m’appuie sur des connaissances que je glane auprès de sources que j’estime sérieuses, laissant de côté l’incertain mais tenant compte aussi des doutes qu’on peut avoir par simple soucis de précaution. Je tiens compte des incertitudes des scientifiques quant au virus… J’arrive à m’y retrouver dans le minimum nécessaire utile pour m'adapter .

    GESTES BARRIERES ET MASQUE : POUR UNE VRAIE CAMPAGNE DE COMMUNICATION - 1 sur 2

    Image par Gerd Altmann de Pixabay

    Que faut-il savoir ?

    C’est à mon sens très simple et malheureusement cette simplicité a été et est gâtée par des décisions souvent politiques pas toujours cohérentes notamment quand on passe du national au local au gré d’intérêts pas toujours compréhensibles.  Il s’ensuit de la part du citoyen « lambda » des incompréhensions et des questions qui font que plus rien justement n’est simple dans la tête et dans les attitudes qu’il faut avoir.

    Je m’en suis donc tenu à quelques éléments clairs et affirmés :

    • Ce que peut ou non amener le COVID 19 si on est atteint, symptômes ou pas
    • les symptômes: sans  doute le plus difficile à interpréter pour savoir si on va aller consulter ou non ou se faire tester. L'expérience me montre qu'actuellement se faire tester est difficile au vu de la politique de tests complètement anarchique menée par le gouvernement pour faire du chiffre et qui pourrait s'avérer dangereuse pour ceux qui devraient se faire tester en priorité. Je vais y revenir car c'est du grand n'importe quoi.
    • Le fait que vaccin n’existe pas tout en gardant l’espoir qu’il y en aura un d’efficace mais ce n’est pas sûr. De nombreuses questions se posent aussi quant à l’immunité et sa durée. Ceci pour dire qu’il est important de se préparer à vivre avec le virus.
    • Les traitements sont multiples et variables en fonction du degré de gravité et aussi de la connaissance de ce qu’en ont les soignants qui progressent chaque jour au contact de la maladie. Le mieux est de leur faire confiance.
    • Les moyens actuels pour essayer de se protéger de la contagion : masque, gestes barrières et autres précautions utiles qu’il faut intégrer dans nos modes de vie.  Cela se nomme « s’adapter » tout en gardant une bonne dose de bon sens et ne pas vouloir faire le matamore sous prétexte d'une liberté que nous n'avons pas face au virus. Il est là, circule et chacun à un moment ou un autre peut-être touché surtout si on n'adapte pas ses modes de vie ce qui certes peut parfois être contraignant , peu agréable mais faisable si on accepte de se plier à certaines règles dont certaines devraient même être appliquées au quotidien coronavirus ou pas notamment celles de l'hygiène et du respect des autres.

    Ce qui m’amène à dire qu’il faut essayer de ne pas attraper cette cochonnerie de COVID 19 surtout quand, comme moi, on a un certain âge. Mais le virus ne choisit pas l’âge de celui qu’il contaminera…

    Et si on ne veut ne pas contaminer les autres car on ne sait pas si on n'est pas asymptomatique, le plus simple est de considérer que cela peut-être et de prendre les précautions nécessaires (masque et gestes barrières) et notamment en lieux clos et en présence de personnes âgées ou qu'on sait fragiles.

    Pour ce faire il faut donc se protéger tout en essayant de ne pas rester confinés comme nous l’avons été deux mois ce qui à la longue devient difficilement supportable. Et donc il faut s’adapter à une vie différente en attendant un vaccin encore très hypothétique et le progrès des traitements.  Il n’y a pas d’autre choix…

    Il faut donc savoir comment se propage le virus et donc comment on peut être contaminé et savoir ce qui est fiable dans ce qui permet d’essayer de ne pas être contaminé ce qui me semble simple mais pas forcément facile à mettre en œuvre en certaines circonstances. Un point essentiel donc de la communication à faire et qui a mon sens n’est pas faite avec clarté  de la part du gouvernement. 

    GESTES BARRIERES ET MASQUE : POUR UNE VRAIE CAMPAGNE DE COMMUNICATION - 1 sur 2

    Image par mohamed Hassan de Pixabay

    COMMENT SE PROPAGE LE VIRUS ?

    En sachant cela on comprend tout se suite l’utilité du bon port du masque et des gestes barrières.

    Les avancées des observations et études faites ont montré :

    • Une propagation par les postillons. C’est pourquoi en ce qui concerne les postillons la distanciation physique sans masque est conseillé de un mètre ce qui est un minimum. Les postillons peuvent aussi se déposer sur les objets, poignées de porte et autres et peuvent ainsi contaminer celles ou ceux qui les touchent.Ce n'est pas le plus inquiétant et aisément contrôlable si on utilise le masque et les gestes barrières... ce que tout le monde ne fait pas.
    • Une propagation par l’air, par aérosol. C'est beaucoup plus flippant que les postillons car ça remet en cause ce qui jusqu'ici était la règle: manger au restaurant ou à la cantine ou cohabiter avec des collègues dans un bureau ou un atelier. Cela se passe dans les lieux clos. La découverte est récente et confirmée par nombre de constats et remet en cause la distanciation physique sans masque qui n’est plus efficace quand elle est d’un mètre puisqu’il est prouvé  que le virus dans l’air sous forme de micro particules en suspension peut se propager sur plusieurs mètres dans les endroits clos et non aéré. Pour ce qui concerne donc les aérosols en milieu clos, il est donc clair que le port du  masque est pour le moins impératif et que la distanciation physique d’un mètre ne sert à rien si on ne porte pas de masque. Tous les masques n'ont pas non plus la même efficacité de protection sauf... si tout le monde en porte. Là est bien le problème.               C’est pour cela que de nouvelles obligations du port du masque ont été faites dans les entreprises pour le 1er septembre y compris dans les espaces ouverts et tous les endroits clos où travaillent plusieurs personnes. On ne peut que constater que 25% des clusters se situent dans les entreprises. Une excellente mesure !                                                                       Curieusement,  les protocoles sanitaires pour l'école n'intègre guère ces nouvelles données. J'y reviendrai.                                                                         (Exemples ou alerte de cette propagation par aérosol : le journal le Monde:

      https://www.lemonde.fr/blog/realitesbiomedicales/2020/04/20/covid-19-contamination-en-chaine-dans-un-restaurant-chinois-climatise/ou "the conversation" du 13 juillet 2020 : https://theconversation.com/covid-19-la-diffusion-par-aerosol-une-menace-plus-grande-que-loms-ne-le-supposait-142592 ) 

    • LE CORONAVIRUS ET LES VACANCES D'ÉTÉ...

      Image par bertvthul de Pixabay

    A l’air libre, à l’extérieur, sauf dans les lieux de grande promiscuité comme les rues commerçantes, digues, marchés, grands rassemblements… l’aérosol et le postillon ne sont pas susceptibles d’être des vecteurs de contamination. Une simple question de bon sens…

    Sur ce sujet du port du masque à l’extérieur, les gouvernants ou les élus locaux sèment parfois le doute. Quand on voit à Paris, que dans un même quartier , il y a des rues où le port du masque est obligatoire et que dans la rue suivante on peut ne pas le porter, cela peut amener certains à retirer puis remettre le masque puis le retirer puis le remettre pour entrer dans un magasin puis le retirer… Ce me semble être justement l’occasion de manipuler le masque trop souvent et augmenter donc les risques de contamination par contact avec un masque qui a pu être souillé par la covid 19 quand on le portait dans un lieu fréquenté. Halte au clientélisme électoraliste source de brouillage comportemental!

    Cela m’amène à dire que L’OBLIGATION DU PORT DU MASQUE doit être simplifiée : Sortant de chez moi pour aller faire des courses dans les magasins, je mets le masque et ne le retire pas tant que je n’ai pas fini les courses même si je passe par des lieux où je ne suis pas obligé de porter le masque. Cela permet d’éviter les manipulations multiples et dangereuses du masque dont je parlais plus haut. 
    (Encore faut-il dans certaines circonstances avoir le masque ad hoc car il y a masque et masque. sur ce point encore tout n'est pas si clair. Le masque "grand public" n'est en effet pa adapté à toutes les situations )

    Mais à défaut de clarté , ayant les informations fiables nécessaires chacun est capable de bon sens sans attendre des directives pas toujours cohérentes et explicitées.

    Il serait donc bon de rappeler avec précision quels sont les moyens de protection ce qui amène à la nécessité d’un plan massif et subtil de communication de la part du gouvernement, plan qui à mon sens n’existe pas. C'EST URGENT!

    J'y reviens dans la suite de ce billet...

    « MASQUE OBLIGATOIRE : TOUT LE MONDE DOIT Y AVOIR ACCESGESTES BARRIERES ET MASQUE : POUR UNE VRAIE CAMPAGNE DE COMMUNICATION -2 sur 3 »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :