• CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE ?

    ?Ce grand point d’interrogation qualifie parfaitement le sujet.

    La campagne ne bat pas son plein selon l’expression coutumière.

    Elle me semble plutôt être un grand bazar inorganisé où il est bien difficile de discerner un quelconque échange d’idées entre les candidats, de permettre à chacun d’apprécier sauf de manière caricaturale et partisane les arguments des projets des uns ou des autres. La confrontation des idées ne se fait la plupart du temps qu’à coup de boutoirs en assénant envers le programme de l’un ou de l’autre un jugement global sans argumentaire précis et souvent haineux ou agressif. D’échanges d’idées véritables il n’y a point.

    Et nous sommes à une cinquantaine de jours du scrutin!

    Il faut dire que les affaires judiciaires de François Fillon et Marine Le Pen y sont pour beaucoup dans le grand bazar actuel d’une campagne qui, si elle a son lot de propagande habituelle, est empreinte beaucoup plus que d’habitude de manipulations et de désinformations qui brouillent les électeurs qui ont bien du mal à s’y retrouver pour glaner des informations qui leur permettent de juger sereinement du programme d’un candidat.

    C’est lamentable et scandaleux pour les électeurs et irresponsable d’où ma mauvaise humeur.

    CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE ?

    (auteur geralt, CC0 domaine public)

    L’IRRESPONSABILITÉ...

    C’est bien le terme qui peut être abondamment utilisé pour décrire nombre de comportements et propos inadmissibles de certains candidats de cette campagne présidentielle de 2017.

    Cirque, cinéma, vaudeville sont encore d’autres mots qui peuvent donner une idée du niveau de la campagne. J'y reviendrai.

    Tout est bon pour essayer d’attirer l’électeur dans ses filets, les attitudes de certains candidats dénotant d’ailleurs de plus en plus que nous sommes de la chair à voter...

    Marine Le Pen et François Fillon sont deux exemples de ces candidats spécialistes des écrans de fumée et de la manipulation aux services de leurs candidatures.

    Je ne reviendrai pas sur le contenu des « affaires » pour lesquelles la justice a diligenté ses enquêtes, convocations et autres procédures normales dans le cadre des lois de la République.

    Je m’attarderai par contre sur leurs attitudes et leur propos pour essayer de faire croire qu’ils sont les victimes de machination, voire de complots destinés à les écarter de la course à la présidentielle.

    Qu’ils crient à leur innocence ne me gêne pas. C’est leur droit.

    Mais qu’ils essayent de se dérober aux explications qu’ils devraient donner à la justice en ne se rendant pas aux convocations comme le fait Marine Le Pen sous prétexte qu’elle est protégée par l’immunité parlementaire montre à l’évidence que ces personnes qui briguent la magistrature suprême se croient des citoyens au dessus de tout soupçon. De même François Fillon conteste que la justice puisse continuer de fonctionner alors qu’il est candidat et qu'il a lui même demandé qu'elle fasse diligence avant de changer d'avis en disant qu'il était suspect qu'elle aille aussi vite. La ficelle manipulatoire est grosse ou alors il croit que nous avons une mémoire de poisson.

    Tous deux ont le même langage : la justice doit s’arrêter de travailler parce que la campagne présidentielle a commencé.

    Tous deux rejettent sur les médias et la justice la situation dans laquelle ils sont alors que de cette situation de démêlés judiciaires, ils en sont complètement responsables.

    En cela leur irresponsabilité est flagrante : quand on cite leurs propos et la manière dont ils essayent de faire croire qu'ils sont des victimes, il me semble qu’ils ne sont pas à la hauteur de prétendre  aux plus hautes fonctions de l’Etat.

    CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE ?

    (auteur w100pebble, Pixabay, CC0 domaine public)


    Marine Le Pen affiche le mépris le plus complet envers la justice en refusant de se rendre aux convocations sur ses affaires et menace, si elle accède au pouvoir, de demander des comptes aux policiers et aux juges ... Elle menace donc les « fonctionnaires » chargés de l’affaire et complices donc, pour elle, d’un complot... Bref, Marine Le Pen ose se situer comme intouchable au dessus du commun des citoyens parce qu’elle est candidate à la fonction présidentielle. La présidente du FN a appelé les magistrats à "ne pas contrecarrer la volonté du peuple". Quel peuple ? La justice agit au nom du peuple que Marine Le Pen ne représente pas malgré le slogan aberrant de sa campagne : « au nom du peuple ». Je fais parti de ce peuple et elle n'a aucun droit de parler en mon nom.

    De même François Fillon  quand il dit lors d’une de sa dernière conférence de presse: "Cette convocation s'inscrit dans la ligne d'une enquête menée depuis le début exclusivement à charge,... Je n'ai pas été traité comme un justiciable comme les autres."  "Par ce déchaînement disproportionné, sans précédent connu, par le choix d'un calendrier, ça n'est pas seulement moi qu'on assassine, c'est l'élection présidentielle",

    Il met donc en cause l’honnêteté de la justice, des trois juges saisis et insinue qu’ils sont au service d’un complot destiné, comme il dit, à participer à son « assassinat politique » par une manœuvre politique qui "fauche" l'élection présidentielle : "Par le choix de ce calendrier, ce n'est pas moi seulement qu'on assassine, c'est l'élection présidentielle. C'est la voix de millions de Français désirant une véritable alternance qui est muselée. C'est la démocratie politique qui est violemment percutée".

    L’incohérence de ses propos et de ses actes est flagrante : il compte se rendre à la convocation des juges dont il conteste la procédure qu’ils ont mis en place et, accuse la justice d'être instrumentalisée !

     

    CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE ?

    (auteur ulleo, Pixabay, CC0 domaine public)

    Marine le Pen et François Fillon emploient la stratégie de la diversion ou de l'écran de fumée en faisant croire à un complot dont ils n’ont pas les preuves sinon ils produiraient celles-ci.

    C'est pour moi une attitude lamentable qui les disqualifie de fait, elle et lui qui, comme le dit très bien l’Union des Syndicats de la Magistrature « aspirent à exercer les fonctions présidentielles, et à ce titre à être garants de l'indépendance de l'autorité judiciaire, à respecter l'institution judiciaire et la séparation des pouvoirs et à s'abstenir de toute polémique qui tendrait à opposer, de manière dangereuse, les institutions de notre Etat de droit. »

    Tout est dit.

    Je ne vois pas pourquoi, devant une convocation de la justice qui estime disposer d’éléments à charge sur lesquels François Fillon et Marine Le Pen doivent s’expliquer, les candidats ont une telle attitude dans la mesure où cela n’implique en rien la culpabilité des concernés et ne les empêche pas d'être donc candidat.

    Alors pourquoi tout ce cirque? C'est cela qui peut paraître suspect aux yeux des français.

    Et pendant tout ce temps, on ne parle guère des projets et des programmes. Tout est axé sur la défense de leur petite personne...

    CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE ?

    (auteur Comfreak, pixabay, CC0 domaine public)

    LE CAS FILLON

    François Fillon en a récemment rajouté en affirmant qu’il y avait un coup d'état institutionnel. Rien que cela! 

    Sauveur de la France, lui, qui se considère comme l’homme providentiel est victime d’un complot !!!

    Je pense quant à moi que les victimes se sont d’abord les électeurs de droite qui ont voté pour lui.

     Les autres victimes, consentantes, ce sont les élus, les membres de son parti, ceux du Centre ont accepté en toute connaissance de cause, en poursuivant la quête de l’élection , à le soutenir.

    Ils sont aussi co-responsables de la situation actuelle pour avoir accepté de le laisser faire.

     

    J'y reviens...

    « PRÉSIDENTIELLE 2017 : POINT DE SITUATION COURAGE FUYONS...FILLON »

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter