• COURAGE FUYONS...FILLON

    Lors de mes derniers propos d’humeur, j’ai dit ce que je pensais de l’attitude de François Fillon, candidat de la droite à l’élection présidentielle.

    Je concluais en disant : « Sauveur de la France, lui (François Fillon) qui se considère comme l’homme providentiel est victime d’un complot !!!

    Je pense quant à moi que les victimes se sont d’abord les électeurs de droite qui ont voté pour lui.

     Les autres victimes, consentantes, ce sont les élus, les membres de son parti, ceux du Centre qui ont accepté en toute connaissance de cause, en poursuivant la quête de l’élection , à le soutenir.

    Ils sont donc aussi co-responsables de la situation actuelle pour avoir accepté de le laisser faire. »  Ils devraient assumer.

    Et c’est sur ce point que je voudrai faire un remarque qui montre à quel point la « famille de la droite » n’est en réalité qu’un conglomérat d’intérêts divergents qui quand il y a le feu à la maison montre que c’est chacun pour soi.

    Leur mot d'ordre actuel: COURAGE FUYONS...FILLON.

    COURAGE FUYONS...FILLON

    auteur OpenClipart-Vectors, CC0 domaine public

    COURAGE FUYONS

    A ce jour, en effet, nombreux sont les « soutiens » et personnalités y compris dans l’organigramme de l’organisation de la campagne qui quittent François Fillon : directeur de campagne, porte- paroles, trésorier, l’UDI et nombre d’autres élus... Ils sont environ 200 déjà... Ils essayent d’organiser, un peu tard, sa relève.

    ll semble donc qu’une partie de « famille » n’est plus solidaire de François Fillon alors que nombre de ses membres ont accepté sa stratégie d’aller jusqu’au bout. Il faut les entendre maintenant de Thierry Solère (ex porte parole) à Nadine Morano en passant par Benoist Apparu et autres   pour faire marche arrière et essayer de trouver tous les prétextes possibles y compris pour justifier leur retrait en se contre-disant par rapport à leurs propos d' il y a quelques jours. D'autres dans l'ombre ne se prononcent pas comme le Président du sénat, Gérard Larcher ou Bernard Accoyer, ancien président de l'assemblée nationale mais œuvrent, en lien avec  Sarkozy, pour trouver un remplaçant. Le nom d'Alain Juppé est souvent cité...

    Seuls les vrais « fidèles » restent et c’est tout à leur honneur.

    Je ne vais pas m’amuser à refaire l’historique des diverses déclarations contradictoires dans le temps des uns et des autres. Ça en serait écœurant mais très intéressant néanmoins de pouvoir apprécier  comment fonctionnent des politiciens qui prétendent gouverner la France pour « l’alternance », comme ils disent, et leur degré de fiabilité quant à leur parole.

    Le moins qu’on puisse dire est que les « amis » montrent bien qu’ils sont peu fiables en se rendant compte, plutôt tardivement, qu’ils vont à la catastrophe. Ils eussent dû y réfléchir avant au lieu d’accabler par leurs démissions leur candidat qu’ils laissent seul et qu’ils ont pourtant suivi voire pour certains encouragés à poursuivre.

    Une fois encore, on assiste au « sauve qui peut » de gens qui abandonnent le navire. Une belle image de plus de politiciens à la vue courte qui montre bien qu’il est urgent de revoir la manière et par qui on veut être représenté. Vaste programme !

    Mais il n'est pas sûr que le candidat Fillon qui vient de réaffirmer dans son meeting de Nîmes, d’avant- hier, qu’il irait jusqu’au bout, puisse permettre de présenter un autre candidat... Pour cela il faudrait qu'il se retire.

    Au vu du lâchage des soi-disant soutiens qui finalement n’étaient là que pour faire bonne figure d’une union qui éclate, François Fillon a choisi de se fier à son noyau dur de fidèles et d’électeurs pour ne pas renoncer malgré les trahisons.

    Rappel de ses propos : « Je suis un combattant. Votre énergie est une force qui décuple ma volonté de vaincre car, sachez-le, je suis là pour percuter tous les scénarios que certains voudraient écrire à votre place... Mais je n'ai pas l'intention de me coucher, jure-t-il. Hors de question que soit expulsé le projet de redressement national que je porte. »

    Il ne faut pas oublier non plus que François Fillon a tous les moyens financiers de continuer de se présenter. En effet, l'argent des dons récoltés via le site de campagne du candidat des Républicains est versé en toute légalité dans les caisses du micro-parti personnel de François Fillon, « Force Républicaine ». Les Républicains n’y ont pas accès et de ce point de vue, François Fillon peut faire ce qu’il veut y compris pour financer la campagne des législatives. L’argent étant le nerf de la guerre...

     Je ne le vois pas renoncer.

     Alors où est la solution pour la droite? Il y aura -t- il un autre candidat? J’en doute si François Fillon ne se retire pas.
    Il semble que le candidat s’est placé au dessus des tractations de couloirs qui cherchent un autre nom pour représenter la droite et qu’il a bien l’intention de poursuivre sans doute aussi par réaction à l'attitude ceux qui ne le suivent plus mais aussi parce qu’il considère qu’il a été désigné par 2 903 564 électeurs lors de la primaire ce qui le légitime pour continuer.

    Il est le seul à pouvoir décider.

    C’est le problème de la droite, de LR et de ses électeurs.

    François Fillon fait organiser un rassemblement à Paris, ce dimanche prochain, pour continuer de croire qu’à défaut de son équipe de campagne qui se délite, la base - ceux qui ont voté pour lui à la primaire - va le soutenir.

    Il verra bien.

    Question importante : Si ce n’est pas Fillon qui est candidat, une partie de son noyau dur d‘électeurs n’ira-t-il pas voter Marine Le Pen et conforter celle-ci pour être élu au deuxième tour ?
    Simple question qu’on peut se poser ce qui devient alors le problème de tous les citoyens qui ne veulent pas se retrouver avec un pays dirigé par la candidate de l'extrême droite.

    A suivre...

    Et aussi pour revenir sur l’attitude des autres candidats et la responsabilité de certains dans le grand bazar inorganisé que les médias essayent encore de nommer « campagne présidentielle ». Cirque, cinéma, vaudeville sont encore d’autres mots qui peuvent donner une idée du niveau de la campagne...qui pour l’instant est difficile à suivre sérieusement.

    COURAGE FUYONS...FILLON

     (auteur OpenClipart-Vectors, pixabay, CC0 domaine public)

    « CAMPAGNE PRÉSIDENTIELLE ? CAMPAGNE PRESIDENTIELLE : UN GRAND « MICMAC » OU UN VAUDEVILLE? »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter