• 22 JUIN 2020 :LES MESURES SANITAIRES IMPROVISÉES DU RETOUR A L'ÉCOLE

    C’est magique !!!

     

     

    22 JUIN 2020 :LES MESURES SANITAIRES IMPROVISEES DU  RETOUR A L ECOLE

    Image modifiée Image par Clker-Free-Vector-Images de Pixabay

    De 54 pages, le protocole sanitaire applicable à l’école est passé à 8 pages… car tous les élèves doivent aller en classe.

    Dans l’article précédent j’ai rappelé de quelle manière ce nouveau protocole avait été communiqué par les académies aux responsables d’établissement le mercredi  17 juin 2020, 3 jours après l’allocution du président de la république qui tel Jupiter (le retour) a décidé que tous les élèves devaient reprendre l’école le 22 juin.

    C’est donc ainsi que les directeurs d’école, les principaux de collèges, les enseignants et les communes ont dû en deux jours préparer matériellement l’accueil des élèves pour le lundi 22 juin avec tous les problèmes que cela peut poser et sur lesquels je reviens ensuite.

    A croire que comme le président et le ministre ont parlé, il n’y a qu’à faire et peu importe les délais… Le mépris le plus total des acteurs de terrain une nouvelle fois.

    RENTREE POLITIQUE...

      RENTREE POLITIQUE...

     

     

    ( à partir de Flick - Attribution 2.0 Generic (CC BY 2.0))  (Expression du mépris  - Inconnu                         

                                                                                   Popular Science Monthly Volume 36, Domaine public)

     

    DEUX JOURS POUR PRÉPARER LES DISPOSITIONS SANITAIRES D’UN PROTOCOLE MOUVANT

    Le protocole  n’a été finalisé en définitive que le jeudi 18 juin !

    Ce protocole qui aurait dû paraître lundi 15 juin à la suite du décret du 14 juin,  n’était en réalité donc pas prêt mardi et pas plus mercredi même s’il a été communiqué par certaines académies. Cela me fait penser à de l’improvisation... car le jeudi 18 juin matin, un courriel est envoyé du ministère avec un nouvel autre protocole. Il s’appuie sur le principe de la « distanciation physique d’au moins un mètre lorsqu’elle est matériellement possible dans les espaces clos » !  Cette distanciation n’est donc plus obligatoire. En bref, si c’est moins ce n’est pas grave… Il est en effet ajouté  « Si la configuration des salles de classe (surface, mobilier, etc.) ne permet absolument pas de respecter la distanciation physique d’au moins un mètre, alors l’espace est organisé de manière à maintenir la plus grande distance possible entre les élèves et les élèves de plus de 11 ans doivent porter le masque de protection dans la classe. »

     Ben oui, entre la ponte du décret et la rédaction du protocole, monsieur Blanquer s’est aperçu que même en passant de 4 m2 par élève à une distanciation de 1 m entre les tables, finalement ça ne permet pas de « caser » tous les élèves dans une classe.  Mais ça tous les syndicats d’enseignants lui avaient dit mais il ne les a pas écoutés  et les a ignoré pour bâtir le nouveau protocole.
    Alors il passe outre le « décret  n° 2020-724 du 14 juin 2020 modifiant le décret n° 2020-663 du 31 mai 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de covid-19 dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire » et ne le respecte pas en publiant le protocole enfin définitif du jeudi : il faut que les ordres du « Chef » Macron  soient appliqués . Les élèves et leur protection sanitaire passent en second plan des préoccupations du ministre. Ce qui compte c’est de caser tout le monde dans les classes comme l’a ordonné le président. Et donc on adapte le sanitaire…

    22 JUIN 2020 :LES MESURES SANITAIRES IMPROVISEES DU  RETOUR A L ECOLE

        PSCHITT....

    UNE FORMULE MAGIQUE QUI VIRE AU RIDICULE DE SITUATION

    L’impréparation des mesures pratiques est ici bien démontrée : la formule magique Blanquer ne fonctionnant pas car bien sûr les contraintes liées aux nouvelles précautions sanitaires ne peuvent  dans beaucoup d’endroits permettre d’appliquer l’accueil de tous les élèves et le maintien de consignes sanitaires qui sont censées protéger les élèves et les enseignants.  Car passer de 54 pages à 8 pages de protocole pose quand même question par rapport à l’abandon de nombre de précautions qui jusqu’ici étaient la règle.

    Mais là on va plus loin dans l’ineptie et la mascarade : comme même les nouvelles règles officiellement actées dans le décret du 14 juin, ne peuvent permettre d’accueillir tous les élèves, alors monsieur le ministre modifie le décret initial du 14 juin une semaine après  en fonction des règles sanitaires pour le moins approximatives du nouveau protocole du 18 juin pour faire entrer tout le monde coûte que coûte dans les surfaces quelles qu’elles soient des classes. Et c’est ainsi que parait au journal officiel  du  22 juin, le jour de la rentrée des élèves   le Décret n° 2020-759 du 21 juin 2020 modifiant le décret n° 2020-663 du 31 mai 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire… celui du 14 ne convenant plus disparait donc.

    A l’évidence, aux faits constatés je pense que tout cela n’avait pas été réfléchi et prévu et on a donc improvisé et on est en droit de se demander sur quelle base scientifique.

    22 JUIN 2020 :LES MESURES SANITAIRES IMPROVISEES DU  RETOUR A L ECOLE

    Image par Ulrike Leone de Pixabay

    UN PROTOCOLE IMPROVISÉ QUI NE PEUT PAS DONNER CONFIANCE

    Les improvisations successives pour faire entrer tous les élèves  en classe et non pour faire entrer les élèves avec un protocole sanitaire bien pensé aurait de quoi inquiéter et les parents et les personnels d’encadrement. Le protocole   s’adapte donc non pas à mettre les élèves et les enseignants dans des conditions sanitaires pouvant assurer une certaine sécurité mais s’adapte en fonction de pouvoir caser tous les élèves en classe, y compris en modifiant les règles de sécurité à la baisse.  On peut même violer la règle du mètre de distanciation physique alors qu’on la serine plusieurs fois par jour dans les médias  comme mesure barrière indispensable en l’absence de masques ce qui est le cas des élèves (jusque 11 ans)  même s’ils ont en face d’eux un enseignant masqué. Mais il parait que les enfants ne sont que peu contaminants…

     D’un protocole allégé d’un point de vue sanitaire on est passé le 22 juin à un protocole adapté à la décision politique de caser tous les élèves y compris en abandonnant s’il le fallait  la distanciation physique  au sein des classes. Il n’est plus nécessaire non plus  de systématiquement se laver les mains après avoir manipulé ou partagé des objets ou dossiers au sein d’une même classe, à condition de ne pas les partager entre les classes. La mise à disposition d’objets partagés au sein d’une même classe ou d’un même groupe (ballons, jouets, livres, jeux, journaux, dépliants réutilisables, crayons, etc.) est en effet permise lorsque qu’un nettoyage quotidien est assuré (ou que les objets sont isolés 24 h avant réutilisation.(Idem en maternelle). Le lavage des mains, deuxième geste barrière essentiel se réduit donc.

    Entre deux utilisations dans la journée, le virus ne serait-il donc pas présent ?...

    L’accès aux jeux extérieurs, aux bancs, aux espaces collectifs est désormais autorisé si un nettoyage est assuré une fois par jour (ou après une période sans utilisation le matin et le soir)…

    Pas sûr que cela ait été approuvé officiellement par une quelconque autorité sanitaire…

    22 JUIN 2020 :LES MESURES SANITAIRES IMPROVISEES DU  RETOUR A L ECOLE

    « ALLOCUTION PRESIDENTIELLE DU 14 JUIN 2020 : AFFIRMATIONS et PROMESSES...COD 19 : REBOND OU PAS REBOND ? »

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :