• Le ministre de L’Education Nationale écrit aux enseignants

    La lettre est visible sur le site du ministère et est datée du 22 juin 2012.

    http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=60701

    Elle change déjà  par son contenu des directives habituelles du fait d’un mot prononcé à plusieurs reprises : concertation.  

    Sans vouloir tout analyser j’en reprends quelques axes et me permet quelques réflexions.

     

    Le  ministre de L’Education Nationale écrit  aux enseignants  Des affirmations qui font plaisir à lire :

     

     « -Il n'y a pas de fatalité de l'échec scolaire. Tous les enfants peuvent réussir. »

    « Nous organiserons, au cours des prochaines semaines, conformément aux engagements du Président de la République, une vaste concertation.

    Il faut bien sûr que la concertation soit véritable et pas menée comme  la dernière « consultation » organisée par le ministre Chatel en 2010 sur les « rythmes scolaires ».  Elle n’a pas été véritable dans l’académie de Lille tant le nombre d’établissement, d’élèves et de parents avait été faible :

    303 sur 3121 écoles primaires ce ne représentait même pas 10% des établissements du premier degréQuant au second degré cela représentait à peine  48 réunions  pour 537 établissements soit 8,93%.

     Merci donc madame et monsieur le ministre d’organiser une vraie concertation avec tous les partenaires de l’Ecole.  Prenez l'avis de ceux qui sont sur le terrain et ne vous fiez pas seulement  aux technocrates habituels  qui sévissent et gravitent autour des ministres depuis des lustres. 

     Des objectifs sont à confirmer dans les moyens qui seront mis en place :

     « Les difficultés doivent être repérées dès les premières années d'apprentissage. » Cela demande donc de remettre en place des processus qui ont été détruits en partie par le gouvernement précédent : médecine scolaire en maternelle, équipe de psychologues scolaires… Et après le repérage, il faudra mettre en œuvre  les modalités de prise en charge des difficultés. 

    «  Nous accorderons donc une importance particulière à l'accueil des enfants les plus jeunes, en considérant ceux de moins de trois ans qui doivent pouvoir être scolarisés, en particulier dans toutes les zones qui rencontrent le plus de difficultés. » : Il ne semble pas là y avoir de différence avec les annonces du précédent ministre. Il faut être clair : il ne s’agit pas du terme « accueil » qui est à utiliser mais celui de  « scolarisation » qui doit être affirmé  comme un droit - pas une obligation- pour tous les élèves à partir de deux ans et ceci quelle que soit la "zone". Dans tous les quartiers il y a des enfants de deux ans (pas tous) qui ont besoin d'allerà l'école dès deux ans.   D’où il doit découler la prise en compte de ces élèves dans la comptabilisation des effectifs des écoles ce qui n’est pas le cas actuellement.

    Des intentions à la réalité il faudra ajuster quelque peu : 

    Le  ministre de L’Education Nationale écrit  aux enseignants  « Nous veillerons à ce que l'encadrement des classes soit renforcé, notamment dans les écoles qui sont confrontées aux situations les plus complexes.  Cette ambition trouvera une première traduction, dès la prochaine rentrée, avec la création de 1 000 nouveaux emplois de professeurs des écoles. Ils permettront de conforter le potentiel de remplacement et de renforcer les dispositifs d'aide aux élèves en difficulté, notamment les Rased. »
    Oui sur les propos mais prenons l’exemple du département du Nord où l’on constate qu’il y a loin entre les intentions et la réalité que permettront les créations:

    18 postes réaffectés pour les 1715 écoles du département pour le fonctionnement  des écoles, pour faire face au non remplacement endémique, pour l'aide à la difficulté scolaire, pour la scolarisation en maternelle, pour les besoins en ASH  alors que 158 situations ont été repérées par l’Inspection académique et que seules 16 écoles ont pu être retenus  ainsi que 2 postes de RASED

    On est très loin du compte pour atténuer les dégâts occasionnés à la prochaine rentrée par 192 SUPPRESSIONS DE POSTES DANS LES ECOLES DU NORD , la suppression de 32 postes sur 115 pour aider les élèves dans les zones d’éducation prioritaire  et 38 postes dans les RASED.

    Pas besoin plus de commentaires pour faire le constat que le "renforcement "annoncé n’est que broutille et qu’à la rentrée 2012, avec 35  postes de maîtres spécialisés supprimés au lieu de 37, ce sont près de deux mille enfants en difficulté de plus qui seront laissés sur le bord du chemin et ne seront pas aidés ! Soyons réaliste, les deux postes de plus… Copie et calculs à revoir ! 1 000 postes c'est insuffisant.

      De vastes et passionnants chantiers : 

    Le  ministre de L’Education Nationale écrit  aux enseignants

     

     LA PEDAGOGIE :« La pédagogie doit être attentive aux travaux de la recherche. Elle doit évoluer et favoriser l'épanouissement de l'élève, son activité, sa motivation et sa pleine implication dans les apprentissages ». C’est en effet là un point fondamental à traiter si on veut faire évoluer les pratiques comme ce qui est annoncé pour la formation des enseignants.

    NON AUX EVICTIONS PRECOCES AU COLLEGE :

    On ne peut que se réjouir aussi de ce qui est annoncé pour les collèges : «…  le collège fera l'objet d'un travail de réflexion dans le cadre de la concertation qui sera engagée dans les prochaines semaines. Maintenir l'obligation d'un tronc commun pour tous n'interdit pas de proposer aux élèves des approches pédagogiques différenciées, dès lors qu'aucun dispositif d'éviction précoce ne détourne ces élèves de l'objectif de maîtrise du socle commun et ne les enferme dans une filière. .. » 

    LA COMPETENCE DANS L’ACCOMPAGNEMENT enfin reconnue:

    Ce qui est annoncé pour l’accompagnement, les AVSi, la formation de ceux-ci, leur qualification, la professionnalisation est une grande avancée : « Tous les AVS-i, quel que soit leur statut, doivent recevoir une formation dès leur prise de fonction. C'est une première étape vers la professionnalisation des personnels chargés de l'accompagnement des élèves en situation de handicap que nous allons engager. »

    LE DECROCHAGE SCOLAIRE :

    « Cette lutte (qui) va de pair avec l'aide individualisée pour que chaque jeune puisse faire des choix d'orientation informés et raisonnés.   

     Il s’agira néanmoins de revenir très vite sur la réorganisation insensée des CIO entamée par le gouvernement précédent qui rend plus difficile géographiquement encore l’accès des centres d’orientation aux familles. Il faudra aussi appliquer la mise en place du tutorat dans les lycées lancé par la dernière réforme qui est loin d’être appliquée et qui ne doit pas être une possibilité mais une obligation pour tous les élèves.

    LA FORMATION DES ENSEIGNANTS : un enjeu capital

    « Nous avons l'ambition de réformer totalement la formation initiale et continue des maîtres. Les systèmes éducatifs les plus performants sont ceux qui assurent une formation initiale et continue de grande qualité des professeurs ».

    On ne  peut qu’applaudir mais surtout il ne faut  pas refaire des IUFM (Institut Universitaire de Formation des Maîtres) qui même s'ils avaient le mérite d'exister étaient loin d'être satifaisants: encadrement pas toujours à la hauteur des enjeux, jeunes en formation non considérés comme des adultes,pression infantilisante sur les jeunes formés...  Il faut construire une formation initiale et continue adaptée qui prenne en compte les recherches en pédagogie , qui contiendra les moyens de connaître vraiment les élèves pour mieux  travailler avec eux ...    : c’est un enjeu majeur pour les enfants et les jeunes que d’avoir des enseignants très bien formés.IL faut reconstruire complétement la formation à la hauteur des missions et de la réalité du terrain. J'y reviendrai.  

    A ce propos va-t-on stopper la fermeture du centre de formation des psychologues de LILLE ?


    De vastes et passionnants chantiers sont  annoncés qui devraient mobiliser chacun et tous : la motivation sera à la mesure d’une véritable concertation et de la détermination des véritable moyens opérationnels  à mettre en œuvre avec les  enseignants, parents, élèves et  collectivités. 

    A suivre … 

    « Pour débuter la rubrique NTIC...A propos de l’allongement des vacances d’automne »

    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter