• BREXIT: LE REFERENDUM EN QUESTION 2 sur 2

    Le référendum est-il un bon outil pour favoriser la démocratie, l’expression démocratique ? On peut se poser la question quand on voit ce qu’en en fait certains politiques : Sarkozy et Hollande se sont assis sur le "non" des français à la constitution européenne, le BREXIT l’a emporté en Grande-Bretagne et les politiques anglais essayent de voir ce qu’ils vont en faire...sans trop savoir s’ils veulent ou non se retirer de l’Europe...

    BREXIT: LE REFERENDUM EN QUESTION  2 sur 2

    (image MIH83, CC0domaine public)

    Il semble qu’ici, en l’occurrence, les populistes d'outre Manche aient gagné non pour proposer autre chose mais pour asseoir leurs assises électorales. Le meilleur exemple est celui de l’ex-maire de Londres qui a mené une campagne de notoriété pour la sortie de l’Europe mais qui ne propose rien, ne veut plus être premier ministre tandis que les tenants de l’extrême droite qui ont, en définitive, gagné n’ont aucun pouvoir au parlement anglais pour décider de quoi que ce soit...
    Une première question se pose.

    DE QUI LE REFERENDUM EST-IL L'OUTIL ?

    Si on regarde les faits, il semble bien que tel qu’il est le plus souvent conçu, il sert les politiciens opportunistes plus que les citoyens.

    Sous couvert de «démocratie» comme c'est le cas ici en Grande-Bretagne, les politiciens ont tous à la bouche le mot « référendum » en faisant croire que c'est le peuple qui est souverain pour décider de son sort.

    Le seul problème est qu'en réalité, ce type de consultation ne peut être dans le cas présent une bonne solution dans la mesure où le contexte brouille la réflexion et le vote des électeurs.

    On vote pour ou contre le politicien en place plutôt que de répondre à la question qui est souvent simpliste. A cela on ajoute les mensonges des politiciens, la désinformation des uns et des autres et l'on obtient le résultat qu'on sait et qui divise le pays en deux : 51 % pour, 49 % contre. Et on annonce : le peuple a tranché ! En réalité le peuple anglais vient de montrer le mauvais fonctionnement de ce type de consultation puisque le résultat met le pays en mauvaise posture et divise profondément ses habitants. Les vieux contre les jeunes, l'Ecosse contre l'Angleterre et au sein de l'Angleterre, les londoniens contre les autres…
    Pas de quoi pavoiser pour un résultat qui est à l'évidence un échec politique majeur pour l'avenir de ses habitants.

    Le référendum est donc bien dans ce cas l'outil des populistes et ici celui notamment de l'extrême droite britannique qui n'est pas représentée au parlement et qui a eu, par son argumentation fallacieuse notamment en agitant la peur de l'immigration, un poids important sur le résultat mais qui en définitive ne sera pas là pour participer à résoudre les problèmes de la sortie de l'Europe.

    Il a été aussi l’outil du premier ministre Cameron qui l’a utilisé comme on joue au poker pour être réélu.

    Marine le Pen, en France, a tout de suite demandé un référendum pour sortir de l'Europe. Normal, elle tient le même discours d'extrême droite populiste de repli sur soi, de l'immigration, du rétablissement des frontières.

    Penser que la France doit s'isoler, refaire des frontières que nous seront incapables de maîtriser seuls, revenir au franc sont des inepties qui ne peuvent amener qu'à son isolement économique, culturel et social et qui amèneraient à la ruine de notre croissance et de nos échanges avec le monde, échanges indispensables si on veut rester une nation qui compte et agit pour ses jeunes.

    N'oublions pas non plus que l'Europe a permis 60 années de paix en son sein même si quelques exceptions ont pu se faire sentir. La mort inutile de millions d'êtres humains dont sont responsables les nations et leurs dirigeants en 1914/18 puis en 39/45 sont le fruit du nationalisme exacerbé et pas le seul fait d'un « Hitler » "démocratiquement élu".... Heureusement qu'il y a eu un sursaut mondial pour arrêter les massacres.

    « Plus jamais ça » ont dit nombre de responsables politiques...

    BREXIT: LE REFERENDUM EN QUESTION  2 sur 2

    (Le médecin SS de la mort Fritz Klein au milieu de la fosse commune de Bergen-Belsen.Sgt. Oaks — Imperial War Museum, Photograph Number BU 4260. Domaine public)

    A eux de faire le nécessaire pour que ça ne se produise plus. Les vacillements complexes actuels dans certaines régions de l’Europe devraient nous mettre en garde et il serait bon que les organes décisionnaires européens renforcent la cohésion des pays de l’Union en prenant des décisions politiques qui font avancer l’Europe vers plus de solidarité, de justice sociale, ...

    C'est pas gagné...

    LE REFERENDUM EN QUESTION
    Cela veut - il dire qu'on ne doit pas donner la parole au peuple par référendum?

    Il est évident qu'utiliser le référendum tel qu'il est conçu pour permettre au peuple de plus se diviser dans des proportions qui approche le 50/50 est une ineptie. Mais c'est justement ce qui intéresse les populistes : diviser pour régner, diviser pour faire appliquer leurs idées rétrogrades et parfois nauséabondes comme la détestation de l'autre, diviser pour accentuer l'égoïsme…

    Un référendum digne de ce nom doit tout au contraire permettre d'avoir un large consensus sur une question fondamentale pour le pays et ses habitants et ne sauraient se limiter donc au 49/51 qui n'est qu'un pis aller non démocratique.

    BREXIT: LE REFERENDUM EN QUESTION  2 sur 2

    ( auteur Felipeblasc, CC0 domaine public)

    Il convient donc de réfléchir à la question du référendum dont l'utilisation mérite d'abord d'être encadrée et permette un véritable débat d'où les conditions à réunir d'une vraie information qui passe en revue tous les côtés du « sujet », ceci sur un terme suffisamment long pour que la réflexion et la digestion se fasse.

    Les médias pourraient y jouer un rôle important s’ils se détachent de l’habituelle superficialité de l’information "à la va vite" et des « petites phrases politiciennes » au profit d’une information de fond. Une pédagogie est à inventer pour que ce soit à la portée de tous et chacun.


    La question posée est importante et la limite est donnée à ce genre de pratique de démocratie directe dans la mesure où les organisateurs la font agir en fonction du calendrier partisan qui les arrange et que c'est eux qui formulent la question posée.

    Attention donc au sujet qui est souvent complexe et qui est rendu simpliste en une seule question et peut nécessiter une certaine expertise qui n'est pas forcément audible dans un débat surtout s'il est placé dans un contexte émotionnel précis. Par exemple en Grande -Bretagne, l'immigration a gommé pour beaucoup tous les autres sujets et incidences de la réponse à la question. Et si la consultation est de fait clairement d'obédience populiste comme cela a été fait en Suisse à propos de minarets …

    Le référendum, par définition, vient donc souvent renforcer la prise de décision à majorité simple aux dépens des intérêts des « minorités » et des individus. Et c'est bien là que le bât blesse.

    C'est pourquoi, je pense qu'un référendum de l'importance   de celui qui a été fait en Grande-Bretagne se devrait

    - d'une part être l'expression d'une participation d'au moins 70 à 75 % des électeurs pour être pris en compte

    - d'autre part obtenir une majorité non pas simple (plus de 50 % des suffrages exprimés) mais une majorité qualifiée comme cela se fait au parlement français réuni en congrès et qui requière une majorité d'au minimum des 3/5 pour modifier la constitution. On pourrait aller jusqu'à un majorité qualifiée des 2/3 pour l'adoption.

    Cela pourrait être inscrit dans le cadre d'une nouvelle constitution pour un fonctionnement plus démocratique de la république française qui se doit de rénover ses outils de fonctionnement pour une démocratie qui ne soit plus celle d'une monarchie républicaine :

    - non cumul des mandats à tous les niveaux

    - représentants du peuple élus à la proportionnelle dans les assemblées

    - rééquilibrage des pouvoirs entre le président de la république et l'assemblée

    - limitation du nombre de mandats successifs à tous les niveaux

    - référendum d'initiative populaire

    - consultation directe

    -…

    Mais c’est une autre histoire ...à écrire.

    « LINUX...LA BRADERIE DE LILLE EST ANNULEE... »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter