• A PROPOS DU « MUR DE LA HONTE » AU PORT DE CALAIS..

    ...ou comment la France assume les problèmes sur son territoire à la place de la Grande-Bretagne et de l’Europe en matière de politique migratoire.

    De nombreux manifestants ont défilé contre le « mur de la Honte » ce grillage qui a été posé pour encercler le port de Calais pour empêcher les migrants de s’infiltrer pour gagner l’Angleterre. Il a été très bien baptisé : "mur de la honte", un mur qui ne devrait pas exister et qui est la négation même de toutes nos valeurs.

    Il est donc question de renforcer ce mur par son doublement et en y mettant tout ce qu’il faut pour blesser ceux qui tenteraient de passer. Une barbarie de plus...

    Cela appelle de ma part plusieurs réflexions qui ne sont pas à l’honneur de la France, de la Grande-Bretagne et de l’Europe.

    A PROPOS DU « MUR DE LA HONTE » AU PORT DE CALAIS..

    ( Zone portuaire de Calais vu du phare., auteur,Romainberth - Travail personnel, Multi-licence avec GFDL et Creative Commons CC-BY-SA-3.0 et versions antérieures (2,5, 2,0 et 1,0)

    FRANCE TERRE D’ACCUEIL ET D’ASILE...

    C’est ce qui semblait être notre honneur et a fait notre richesse. Actuellement plusieurs milliers de « migrants » qui tentent de gagner l’Angleterre vivent dans des conditions innommables et indignes, chassés d’un endroit à l’autre ou végétant dans la misère, la crasse... Ils n’ont même pas droit à l’eau si ce n’est à un point et encore...

    Certains diront:" Ils n’ont qu’à rester chez eux!". Un peu vite dit...Sans doute le devraient –ils s’ils n’étaient pas, chez eux, victimes de nombre de sévices ou de barbaries .

    En France, certains qui le demandent peuvent établir un dossier de demande  d’asile qui d’ailleurs prend trop de temps pour avoir une réponse avec tout ce que ça suppose de conséquences de précarité pour les demandeurs.

    Mais beaucoup d’entre-eux ne veulent pas rester en France et tentent tout pour gagner l’Angleterre où ils croient qu’ils vont pouvoir plus facilement trouver du travail et être mieux accueillis.

    C’est un mirage bien entretenu par les réseaux de passeurs qui font « du fric » sur le dos de ces migrants qui ont donné parfois toutes leurs économies en milliers d’euros pour se sauver et gagner un eldorado improbable.

    Les habitants  de Calais et de ses environs n’ont pas fini de voir passer et stagner ces populations ce qui, à force, donne au secteur un sentiment d’insécurité. On peut aisément le comprendre. La destruction du centre de Sangatte, si elle a résolu le problème du chancre d’une concentration qui n’était plus possible notamment pour les habitants du village, n’ a pas été suivie des mesures nécessaires pour que le flux migratoire se résorbe. On a assisté depuis, à la formation d' îlots sauvages et insalubres de plus en plus nombreux occupés par des migrants livrés à eux mêmes sur Calais et les environs et qui essayent de survivre en attendant de « passer »...

    La situation sur le secteur du port est catastrophique et les pouvoirs publics, depuis des années, n’ont pas pris la mesure de l'évolution inéluctable et pourtant prévisible du problème pour mettre en place de manière évolutive les flux et les conditions d’existences de ceux qui passent.

    Les associations qui oeuvrent pour aider humainement les migrants qui arrivent, essayent ce que d’aucuns considèrent comme un encouragement aux migrants à venir.

    Ce n’est que diffamation outrancière. Ils ne font que porter secours et assistance à des humains en errance, trompés et exploités par les passeurs et abandonnés par l’Union européenne dont les pays ne parviennent pas à s’entendre sur une politique migratoire contrôlée. Il faut saluer leurs actions.

    L’Europe ne prend pas, en effet, les bonnes mesures depuis tant d’années alors que tant de malheurs s’abattent de plus en plus sur nombre de peuples. Et ça n’est pas là de se tarir notamment avec les catastrophes écologiques qui s’ajouteront, dans les décennies qui viennent, aux drames humains de certains régimes qui sèment la torture ou la mort pour motif politique. Sans compter les victimes de la montée en puissance du terrorisme mené par ceux qui se réclament d’un état islamique qui n’est en réalité que le fond de commerce de bandits et d’assassins de grands chemins utilisant la religion comme caution pour opprimer des peuples, femmes, enfants, hommes qui n’ont d’autres solutions pour survivre que de fuir leur patrie. 

    Si la réaction n'est pas autre que celle sécuritaire actuelle, nous serons vite et gravement dépassés.

    A PROPOS DU « MUR DE LA HONTE » AU PORT DE CALAIS..

    (Barbelés , Auteur Hans, Licence: CC0 Domaine public)

    LA FRANCE LAISSE LA GRANDE-BRETAGNE LUI DELEGUER SES RESPONSABILITES  

    Depuis TETEGHEM en passant par DUNKERQUE et son agglomération, la bande littorale est devenue le couloir de passage de ces migrants vers CALAIS et son port avec les conséquences pour notre territoire et en particulier la ville de CALAIS et ses habitants.

    2 000 à 2 500 personnes qui errent en permanence sans pouvoir se « poser » décemment, ça n’est pas rien... Que ferions-nous à leur place ? Difficile à dire.

    La Grande-Bretagne vient de resserrer brusquement les conditions de ses aides aux migrants après avoir, durant des années, appliqué une politique migratoire qui a fait figure d’Eldorado. Elle est grandement responsable de la situation actuelle et passée depuis de nombreuses années. Même si les conditions d’accueil se sont durcies très récemment, cela mettra plusieurs années avant que cela soit su. Et durant ce temps, à Calais, les migrants et la population vont continuer de galérer.

    Une fois de plus, la « splendide Albion » a fait ce qu’il fallait pour tirer son épingle du jeu en payant le renforcement d’un mur, celui très bien qualifié « de la honte » destiné à empêcher les migrants d’accéder à son territoire. Elle a passé un accord avec la France qui l’a, de manière incompréhensible, accepté notamment pour des opérations policières sur Calais et le port. 

    L’état français a fait montre de faiblesse en mettant sur le sol français une frontière britannique que nous devons gérer. Incroyable !

    Une aumône de quelques  millions sont donc attribués à la France par les britanniques pour bloquer ceux qui fuient leur pays. Un scandale!  La solution n’est pas là et n’aboutit qu’à une impasse, à de la répression et ne résout pas les problèmes de ces populations qui fuient les conditions d’existence de leurs pays d’origine.

    Mettre un mur pour empêcher d’aller en Angleterre n’est qu’une solution sécuritaire de plus depuis la fermeture du centre de Sangatte. Depuis on s'est contenté d' évacuer les "jungles", détruire des camps de fortune insalubres improvisés, ... pourtant seuls refuges possibles des migrants qui sont constamment dans le plus grand dénuement. Une fois chassés d’un lieu qu’ils ont eu du mal à construire où il le pouvait , ça recommence en pire...car rien n’est fait pour les accueillir ailleurs dignement...

    C’est pourtant la première mesure qu’il faudrait prendre avec un libre passage vers l'Angleterre . Les 15 millions d’euros de la Grande-Bretagne et les moyens de la France devraient servir à construire et mettre en place plusieurs centre d’accueil dignes de ce nom, en attendant que d’autres solutions à long terme soient mises en œuvre.

    Le mur est inacceptable et ne résoudra rien. Laisser comme cela se fait actuellement des gens à l’abandon c’est à dire sans point de chute décent, sans le minimum sanitaire, sans la possibilité de se restaurer autre que d’aller dans les poubelles c’est en faire des personnes qui n’ont plus rien à perdre et qui pourraient aller au pire pour survivre car c’est bien de cela qu’il s’agit. D’où les tensions et la violence qui qui règnent entre eux mais qui se perçoit aussi au niveau des populations locales.

    Présenter le mur comme « une avancée importante, qui permettra de contribuer à dénouer la crise que connaît la question migratoire à Calais depuis plusieurs années » ( dixit Bernard Cazeneuve, ministre français de l’intérieur) est un non sens ou une complète hypocrisie. 

    Pourtant, en Europe, la situation est partout la même et on érige des murs comme si ceux-ci pouvaient solutionner (Espagne, Maroc,...) le problème. On voit bien que cela ne résout rien , nulle part bien au contraire puisque cela empire.

    A PROPOS DU « MUR DE LA HONTE » AU PORT DE CALAIS..

    (Barrière de Melilla* vue du côté espagnol, auteur Ongayo — Travail personnel, licence GFDL)

    Pour en revenir à CALAIS, on déplace donc de fait les frontières de la Grande-Bretagne sur notre territoire français. Un peu facile et inacceptable d’avoir conclu de tels accords de la part de la France avec un pays qui a refusé les règles européennes relatives à la libre circulation des personnes et qui ne prend pas ses responsabilités sur son territoire et veut les faire assumer par la France...qui accepte!

     LES SOLUTIONS ?

    Je le disais précédemment, la première est de laisser passer les migrants en Angleterre. 

    Ceux-ci s’apercevront que ce pays n’est pas « l’Eldorado » qu’ils pensaient atteindre. La Grande –Bretagne doit gérer le problème sur son territoire et par exemple, entre autres mesures exiger une pièce d’identité obligatoire et lutter contre le travail au noir qui est très présent dans ce pays où la précarité est forte. Devant les réalités, les migrants pourront apprécier la vérité du « paradis anglais » et choisir de rester ou de ... repartir.

    Il faut aussi lutter avec détermination contre les filières mafieuses.

    « France terre d’asile » fait des propositions pour essayer de résoudre la crise actuelle en ayant recours à d’autres solutions que les seules mesures sécuritaires.

    L’association apporte, outre une analyse de la situation et un bilan, l’amorce de solutions dont nos politiques à tous les niveaux, tant national qu’européen, feraient bien de s’inspirer pour enrichir leur réflexion et avancer concrètement au lieu de stagner ou prendre des mesures inadaptées comme cela est fait depuis quinze ans ( sur http://www.france-terre-asile.org/ )  

    A PROPOS DU « MUR DE LA HONTE » AU PORT DE CALAIS..

      

    (logo de France Terre d'Asile, auteur France terre d'asile - Travail, licence GFDL)

    Le choix actuel du traitement du problème ressemble à une politique de l’usure à coups de mesures sécuritaires et sans mesures humanitaires qui peuvent atténuer les violences dues à des situations intenables de précarité.

    Ce n’est pas digne de la France et les habitants du Calaisis en subissent les conséquences.

    Tant que la question ne sera pas traitée au niveau européen et mondial et que la Grande-Bretagne refusera de prendre sa part de responsabilité en concertation avec les autres pays membres de l’Union européenne, rien ne changera. 

    La mise en place d’une politique concertée et cohérente qui passe, comme le souligne "France Terre d’Asile", par « une politique migratoire fondée sur les principes de protection, de prévention et de solidarité » peut seule apporter des solutions dignes et humaines.

    Sans cela il n’y aura pas de progrès et le mal ne fera qu’empirer.

     

     

     *La barrière de Melilla ou Valla de Melilla (en espagnol), est une barrière physique de séparation entre le Maroc et la ville autonome espagnole de Melilla, sur la côte africaine. Son but est d'arrêter l'immigration illégale et la contrebande.

    Cette barrière d'un coût de 33 millions d'euros se compose de 12 km de clôtures parallèles de 6 mètres de hauteur, couronnées de barbelés. Des postes de surveillance sont répartis le long de la barrière et des routes entre les clôtures permettent le passage des véhicules de surveillance de la Garde civile.(Source Wikipédia)

    « LA RECONNAISSANCE DE L’ETAT PALESTINIEN2015: CON...TINUITE et CERTITUDES »

    Tags Tags : , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter