• SOIGNANTS: VACCINATION OBLIGATOIRE OU PAS?

    Avec l’arrivée de la variante (anglaise ou autre ) de la COVID 19   à laquelle nous n’échappons pas , il est probable que la contamination sera plus importante et plus rapide . Je ne sais quelles mesures comptent prendre les autorités mais j’espère que ce ne sera pas quand nous serons déjà dépassés et qu’on aura cette fois su mieux anticiper pour éviter de saturer nos services de santé et éviter le plus possible un nombre de morts en hausse. La vaccination chez les personnes âgées et fragiles en est un des moyens  et c’est pour cela qu’il faut aller vite. La vaccination des personnels soignants me semble être aussi une urgence pour éviter d’une part qu’ils soient contaminés et d’autre part qu’ils puissent contaminer les personnes dont ils ont la charge dans le cadre de leur travail. De même, à l’école, collèges et lycées compris, il me semble important de vacciner celles et ceux qui sont là aussi en première ligne. J’y reviendrai aussi.

    SOIGNANTS: VACCINATION OBLIGATOIRE OU PAS?

     Image par Myriams-Fotos de Pixabay

    IL FAUDRAIT QUE TOUS LES SOIGNANTS PUISSENT ÊTRE VACCINÉS EN PRIORITÉ
    Les  soignants ont déjà payé un lourd tribu par leur action contre le virus. Cela concerne bien sûr tous les soignants du privé et du public et donc aussi les médecins généralistes en première ligne en ville. Toutes les infirmières à domicile et les aides soignants et ménagères des diverses associations d’aide à la personne qui s’exposent au quotidien en allant dans les foyers pour aider de nombreuses personnes âgées. Que ces personnes ne soient pas vaccinés exposent aussi celles et ceux qu’ils visitent parfois plusieurs fois par jour au même titre que les soignants des Ehpad.  J’ai pu  constater au début de l’épidémie, le manque de masques puis quand ceux-ci étaient là un port parfois présent. On m’a même rapporté que des personnes âgées disaient à l’aide soignant qu’ils ne voulaient pas qu’il porte de masque alors  qu’eux-mêmes n’en portaient pas non plus.  C’est une réalité qui je l’espère n’est pas générale. Il semble aussi que même s’ils le peuvent, ayant plus de 50 ans, ces soignants à domicile sont réticents à se faire vacciner.

    Dans mon billet du 8 janvier, je rappelais qu’au 1er juin 2020, on estimait à au moins 50 000 professionnels de la santé qui avaient été infectés en milieu hospitalier, selon  l’'agence Santé Publique France,  dont 30 258 soignants et 16 300 en EHPAD. A cette date 16 soignants seraient morts d'une infection à Covid-19 depuis le début de l'épidémie en France. Ce recensement ne concerne que 1160 hôpitaux sur 3000. L'Assistance Publique - Hôpitaux de Paris (APHP), a déploré pour sa part la contamination de 5000 de ses soignants. On sait aussi que  6 000 médecins libéraux  avaient  contracté le Covid-19 ( enquête de la caisse de retraite des médecins de France)   soit environ 5% de la profession.  46 d'entre eux sont morts du virus. 

    Il est difficile d'avoir des chiffres précis du ministère de la santé qui dit que c’est compliqué de répondre à la question du nombre de victimes parmi les soignants en invoquant   "le secret médical, qui s'impose même pour les soignants. On n'a pas de décompte précis par profession des gens".

    Pour un bilan à ce jour on peut aussi consulter le site de Santé Public France pour plus d'informations mais qui ne semblent  que partielles: https://www.santepubliquefrance.fr/etudes-et-enquetes/recensement-national-des-cas-de-covid-19-chez-les-professionnels-en-etablissements-de-sante

    Ceci pour montrer que leur protection est importante et qu'il serait bon qu'ils soient  vaccinés le plus vite possible. Mais en a-t-on les moyens ? Pas sûr…

    SOIGNANTS: VACCINATION OBLIGATOIRE OU PAS?

    Image par Daniel Dan outsideclick de Pixabay

    DOIT-ON RENDRE LA VACCINATION OBLIGATOIRE POUR TOUS LES SOIGNANTS ?

    C’est une vraie question qui se pose pas seulement pour ce qui concerne le COVID 19 mais aussi par exemple pour la grippe qui est très contagieuse.

    Y répondre n’est pas si simple.

    D’un côté, il y a le libre arbitre du citoyen qui peut se faire ou pas  vacciner et de l’autre, un citoyen dont la fonction est d’être soignant  qui  est au contact proche des patients ou des personnes qu’il aide parfois au quotidien  à domicile.

    L’obligation vaccinale en France existe.  Ainsi depuis 2020, les bébés et les enfants   doivent recevoir  obligatoirement  11 vaccins :    Diphtérie, tétanos et poliomyélite (DTP), Coqueluche,. Infections invasives à Haemophilus influenzae de type b, Hépatite B, Infections invasives à pneumocoque, Méningocoque de sérogroupes,  Rougeole, oreillons et rubéole.   

    Pour ce qui concerne les adultes : La vaccination chez l'adulte sert à réactiver la protection conférée par les vaccins car elle ne dure pas forcément toute la vie. Il est important de faire des rappels, notamment en cas de projet de grossesse, de maladie chronique ou lorsque l'on a une personne fragile dans son entourage. Aucun vaccin n'est réellement obligatoire à l'âge adulte. Néanmoins, en milieu professionnel, selon l'activité exercée, certains vaccins sont recommandés ou exigés.

    Ainsi pour les professionnels de santé, il y a des vaccinations obligatoires qui sont celles protégeant contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (vaccin à renouveler tous les 10 ans), l’hépatite B et la tuberculose. Le vaccin contre la typhoïde est obligatoire uniquement pour les personnes exposées à un risque de contamination, c’est-à-dire essentiellement celles qui manipulent des selles dans les laboratoires d’analyses médicales (vaccin à renouveler tous les 3 ans). Grâce à l’obligation de vaccination des personnels de santé, les cas d’hépatite B d’origine professionnelle qui étaient extrêmement fréquents dans les années 1970 sont devenus très rares

    Nul ne peut nier que la vaccination a pu permettre d’éradiquer nombre de maladies notamment mortelles. (voir mes propos sur http://quaiducitoyen.eklablog.fr/vaccins-covid-19-mon-point-de-vue-1-sur-3-a204469436 et les deux suivants)

    Les vaccins recommandés à la plupart des personnels de santé sont ceux contre la grippe, la coqueluche, la rougeole et la varicelle. Le vaccin contre l’hépatite A est quant à lui préconisé aux personnels des crèches et des établissements accueillant des enfants handicapés. Cela n’est pas une obligation.

    En 2019, dans les établissements de santé, la couverture vaccinale n'était que de 35%. Elle varie selon les professions : 67% des médecins, un peu moins de 40% chez les infirmiers et 20% chez les aides-soignants

    En ce qui concerne la vaccination contre le COVID, selon un sondage réalisé par la Fédération des établissements hospitaliers et d’aide à la personne solidaires (Fehap) et d'une enquête effectuée fin octobre et début novembre par Santé Publique France auprès des professionnels de santé libéraux on peut constater que seuls 19 % des soignants en Ehpad souhaitent se faire vacciner contre le COVID. Pour ce qui concerne les professionnels de santé libéraux 68% d'entre eux se feraient vacciner, avec toutefois de fortes disparités entre les médecins et les pharmaciens (80%), les kinés et les sages-femmes (60%) et enfin les infirmiers (50%). Mais  80% de l'ensemble des professionnels libéraux interrogés "recommanderaient pourtant la vaccination à leurs patients". Cela me semble paradoxal .

    Il est dit aussi que ceux qui ne se vaccinent pas n'ont pas intégré que ce n'était pas seulement une protection pour eux mais aussi une protection pour les autres.  Pour les soignants et notamment les soignants non médicaux, c'est une population plus jeune et qui ne se perçoit pas comme à risque, ce qui est vrai.

    VACCINS COVID 19: MON POINT DE VUE - 3 sur 3

    Image par Ri Butov de Pixabay

    POUR CONCLURE TRÈS PROVISOIREMENT :

    Doit-on obliger les soignants à se faire vacciner ?

    L’obligation de vaccination contre la grippe des soignants a été suspendue par le décret n° 2006-1 260 du 14 octobre 2006.  Il est signé par Dominique de Villepin, premier ministre et Xavier Bertrand,  ministre de la santé et des solidarités.

    Depuis cette date, chaque année la question aurait pu se poser des motifs qui ont présidé à cette décision .
    Dans les arguments qu’a défendu le haut conseil de santé publique  pour la suspension de l'obligation de vaccination  contre la grippe pour les soignants :

    • « il y a notamment le fait que, dans l'esprit des gens, cela peut jeter le discrédit sur les vaccins qui sont "seulement" recommandés par rapport à ceux qui sont obligatoires ».
    • Cela peut aussi conduire à des demandes plus importantes d'indemnisations pour des effets indésirables.
    • L’'obligation peut avoir une incidence sur les embauches. On le voit avec la vaccination contre l'hépatite B, avec des refus d'embauches ou, à l'inverse, des licenciements quand on démontre que les gens ne sont pas vaccinés.

    Sur ce dernier point qui concerne par exemple les  aides soignants des Ehpad ou même les infirmières, alors qu’on a du mal à recruter, imposer la vaccination obligatoire peut être un obstacle qui me semble liée à la rémunération pas à la hauteur de la tâche pour ces catégories de personnels. De même, dire actuellement « vous choisissez entre la vaccination ou votre emploi » voire licencier si la vaccination était rendue obligatoire ferait perdre une quantité de personnels dont nous manquons. Nous payons là le manque de réflexion de nos dirigeants en la matière, toujours obnubilés par les résultats de leurs calculettes. Ça ne date donc pas d’aujourd’hui mais nous en subissons les conséquences.

    Il me semble qu’en suspendant la vaccination obligatoire contre la grippe pour les soignant, une erreur a été faite même si des raisons ont été données. A quel niveau  a été prise  en compte  la contagiosité due au faible taux  de vaccination de certains personnels de santé ?

    Quels sont les motifs par exemple de se vacciner contre la grippe ? En période d’épidémie, elle limite la dissémination du virus et permet ainsi de réduire la mortalité des personnes particulièrement sensibles à la maladie. C’est donc aussi une vaccination altruiste qui protège les autres.

    Or, malgré les chiffres alarmants de mortalité liée à la grippe dans les établissements de santé et dans les EHPAD, les soignants seraient souvent réticents à se faire vacciner. Les faits en témoignent et par exemple : A Lyon,   entre le 23 décembre et le 7 janvier 2017, dans un Ehpad, 72 des 110 pensionnaires de l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes  Korian Berthelot Lyon avaient contracté la grippe et 13 d’entre elles en étaient décédées. Si la faible vaccination des soignants est loin d'être la seule responsable de ce qui s’est produit,  des articles de presse ont révélé que seuls 39% du personnel de cet établissement avaient été vaccinés. Est-ce qu’une couverture aussi basse est normale et jusqu’à quel point est-elle responsable de l’épidémie qui s’est propagée ?

    SOIGNANTS: VACCINATION OBLIGATOIRE OU PAS?

     Image par Arek Socha de Pixabay

    Peut-on imposer la vaccination chez tous les soignants en cette période de COVID 19 car les effets protecteurs de la vaccination sont les mêmes que pour la grippe ?

    Cela semble difficile car nous sommes dans une situation où on n’a pas les moyens de le faire comme l’indique, avec raison, le professeur Djillali Annane, chef du service de réanimation à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine) : « Si on rend quelque chose obligatoire, il faut être en mesure d’en fournir le contenu. Or on ne peut pas aujourd’hui vacciner un million de professionnels de santé en France »,(Source déclaration sur BFMTV).

    Le gouvernement vient d’autoriser les personnels soignants des Ehpad de plus de 50 ans ou atteint de comorbidités  à se faire vacciner. C’est une bonne décision. Combien de ces soignants accepteront ?

    Un autre constat est que les arguments avancés actuellement comme quoi les soignants  doivent se  faire vacciner contre le COVID  sont basés en majorité sur l’exemplarité que cela pourrait avoir vis-à-vis des français réticents. Sans doute mais  si ce n’est pas matériellement possible… De même il y a un débat sur l’exemplarité qui pourrait être donnée par les politiques pour amener la population à se faire vacciner. Pas sûr que ce soit bien efficace à entendre les  polémiques actuelles sur ce sujet.

    Si l’exemplarité peut être un élément important pour qu’un français se décide ou non à se vacciner, il me semble aussi qu’une l’information pertinente doit être faite sur le vaccin. Cela n’est pour l’instant pas fait ou pas bien fait.  

    Il faut surtout aussi que la vaccination s’accélère pour créer une dynamique, celle des 50% de français pouvant en entraîner bien d’autres et  encore faut –il que ces 30 millions de français soient vaccinés et on est loin du compte… y compris pour les plus de 75 ans qui, pour certains risquent de ne pas être vaccinés  d’ici fin février… Suffit d’aller voir les plannings déjà bien remplis des quelques centres ouverts à ce jour .

    Le débat sur la vaccination obligatoire des soignants pour des maladies telle que la grippe ou le COVID devra se mener quand tout cela sera , je l’espère, apaisé pour préparer la suite pour un renouvellement du fonctionnement de notre système de santé qui à l’évidence a des progrès énormes à faire tant il a été malmené par la calculette des technocrates et  des politiques au pouvoir, toutes étiquettes confondues, au moins lors de ces quatre derniers mandats. La confiance commence par là.

    SOIGNANTS: VACCINATION OBLIGATOIRE OU PAS?

    Image par Peggy und Marco Lachmann-Anke de Pixabay

    En attendant la vaccination de masse, quelles décisions va annoncer le premier ministre , Jean CASTEX, ce jeudi 14 janvier après la traditionnelle théâtralisation de l'attente des décisions du conseil de défense de ce mercredi déjà fuitées en partie par les médias, comme d'habitude: Confinement partiel selon le territoire? Couvre-feu à 18h étendu à toute la France? Confinement le week-end?... Espérons que le gouvernement aura le courage de dépasser la peur de l'opinion publique et des sondages, en ménageant la chèvre et le chou, pour prendre des décisions courageuses et efficaces et ne pas attendre que la situation s'envenime encore plus.

    A suivre…

     

    « VACCINATION COVID : UNE AUTRE STRATÉGIE POUR UNE URGENCE VITALE - 2 sur 2COVID: LES ENSEIGNANTS DEVRAIENT AUSSI ÊTRE VACCINÉS AU PLUS VITE.. »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :