• RENTREE POLITIQUE...

    La mienne, pas celles des politiciens notamment ceux au pouvoir qui ont fait ce qu'il fallait durant les vacances pour ne pas oublier à la rentrée de nous servir leurs soi-disant réformes...

    Comme si la politique nous avait quittés parce que c’était les vacances... Mais il vrai qu’à force d’en parler toute l’année, ça fait du bien de faire une pause...vigilante durant l’été pour emmagasiner de l’énergie pour revenir en découdre en ce début septembre. La matière hélas ne manque pas tant les politiques au pouvoir, eux, n’ont pas pris en effet de vacances pour continuer de nous leurrer et vouloir enfiler des perles aux français.

    Hé oui, J’ai bien dit en découdre non pas pour être CONTRE de manière systématique mais bien pour mettre de la clarté face aux bobards qu’on nous assène ou qu’on nous prépare et à la sape progressive des piliers de notre système social.

      

    RENTREE POLITIQUE...

      RENTREE POLITIQUE...

     

     

    ( à partir de Flick - Attribution 2.0 Generic (CC BY 2.0))  (Expression du mépris  - Inconnu                         

                                                                                   Popular Science Monthly Volume 36, Domaine public)

     

    UN PRÉSIDENT MÉPRISANT

    C’est au milieu de tout ce qui se prépare ce que je retiens en premier chef – oui chef !- car le président Macron se permet, de l’étranger de jeter sur le peuple français le regard méprisant de celui qui sait, celui qui a la vérité : (propos du jeudi 24 août à Bucarest)

    «La France n'est pas un pays réformable, les Françaises et les Français détestent les réformes. Dès qu'on peut éviter les réformes, on ne les fait pas. C'est un peuple qui déteste cela. Il faut lui expliquer où on va, et il faut lui proposer de se transformer en profondeur...» Il a affirmé que le pays était prêt «pour mener un projet plus grand que soi». «La France n'est elle-même que quand elle mène des combats qui sont plus grands qu'elle. Se réformer pour ressembler aux autres, se réformer pour répondre à un chiffre, à une contrainte... Notre pays n'est pas fait ainsi. Par contre, se transformer en profondeur, pour retrouver le destin qui est le sien, la capacité à emmener l'Europe vers de nouveaux projets (...) ça c'est un combat».

    Il nous prend en quelque sorte pour des imbéciles ou pour des cons, au choix de chacune ou chacun à moins de se satisfaire de la suffisance du nouveau président de la république vis à vis de ceux qui ne l'ont pas porté au pouvoir...ce qui fait un nombre impressionnant de français qui ont intérêt à se bouger s'ils ne veulent pas subir les conséquences des errances du monarque républicain et de ses troupes au garde à vous.

    Il joue sur les mots. Son baratin digne d’un bonimenteur qui veut vendre ses nouveaux produits comme des innovations du siècle pour transformer la France en profondeur ne m’impressionne guère...

     

    RENTREE POLITIQUE...

    (bonimenteurs lors d'un pardon en Bretagne [Ouest-Eclair n°14057 du 3-05-1935] auteur Pierre Galle — Bibliothèque nationale de France, doùmaine public)

    Il est vrai que la pensée du nouveau chef de l'État est, paraît-il, «trop complexe» comme je l'expliquai dans mon billet du 2 juillet à l'occasion du discours de Versailles (http://quaiducitoyen.eklablog.fr/jupiter-en-majeste-a-versailles-a130630490)

    "L’entourage du Président de la république a fait dire, en effet, que « la pensée d’Emmanuel Macron est trop complexe » et qu’elle se prête mal au jeu des questions réponses des journalistes comme cela se faisait le 14 juillet."

    Je me posais alors la question: "Prendrait-il les journalistes et les citoyens pour des imbéciles ?   

    L''attitude du Chef de l'état en Roumanie confirme que la réponse est OUI à la question.

    Qu’il se rassure la « populace » qui n’ a pas voté pour lui, a très bien compris de quelle manière sa pensée s’articule et les perversités que cachent ses annonces dont on verra déjà certains effets que j’estime négatifs notamment pour l’École à la rentrée.

    Pas besoin de nous expliquer où on va, je le sais et sur nombre de sujets: DANS LE MUR.

    Je ne déteste pas les réformes bien au contraire. J’en attends depuis longtemps nombre d’entre elles sans qu’elles viennent. Enfin, quand je dis « réforme » j’entends un vrai changement en profondeur qui améliore la vie des français de manière juste et équitable. Pour lors, point de cela à l’horizon ou si peu et encore ce ne sont qu'illusions.
    A quand une vraie refondation de l’École, par exemple, menée avec intelligence et bon sens, concertation avec les acteurs de terrain. Pratiquant le sujet à titre de professionnel durant des dizaines d’années mais aussi comme parent militant, j’ai constaté  lors des ères Sarkozy, Hollande et maintenant Macron – mais je pourrai remonter plus loin- qu’à chaque fois l’électoralisme mène la danse, les lobbies sont écoutés pour freiner de possibles avancée. En définitive, il n’y a que quelques gadgets que l’on met en avant comme la semaine de 4 jours pour faire plaisir « au bon peuple », les rythmes dits « scolaires » qui ne prennent pas en compte la totalité de ceux des enfants et des jeunes, la musique à la rentrée, les CP à douze élèves qui tombent comme un cheveu sur la soupe.... j’en passe et des moins bonnes. Nous avons affaire à des politiques incapables de mener sérieusement une réforme qui permette les vrais progrès d’une école qui donne sa chance à tous. On ne va surtout pas au fond des sujets. Le nouveau président et son gouvernement ne font pas mieux et appliquent les lubies du moment d’un ministre tout aussi incapable que les autres de moderniser vraiment le système éducatif français. J'y reviendrai.

    A quand une vraie réforme de la fiscalité qui amène une vraie justice au lieu de ces bricolages macroniens dangereux qui ne sont que des cataplasmes qui ne vont faire qu’aggraver les injustices tout en faisant croire le contraire en cachant les véritables conséquences des mesures mises en place?

    Sur le sujet je peux m’étendre et le ferai plus tard même si je ne suis pas un expert mais un simple citoyen ...qui s'informe.

    Des explications oiseuses de monsieur Macron, je n’en ai pas besoin. Sa pédagogie à deux balles faites de certitudes assénées ne peut servir qu’à ses affidés de La République En Marche.

    RENTREE POLITIQUE...

    (Vector image of the poster made for student and worker's strikes in Paris in 1968. Black and white drawing of a protesters' poster comparing reforms to chloroform.  PublicDomainVectors)

    LA MACRONIE ET SES LIMITES

    La politique « GADGET » est dangereuse en cela qu’elle est de la poudre aux yeux qui masque ses conséquences pour notre avenir. Il faut la dénoncer et en démonter le mécanisme dangereux pour notre futur social et économique. Ce que je continuerai donc de faire.

    Des réformes il y en a eu de bonnes et de moins bonnes. Pour que les français les comprennent et adhérent, il ne faut pas faire comme le font les politiques depuis des décennies à savoir tronquer l’information et assénant « des vérités » qu’on ne peut contester y compris en faisant peur par des approximations ou des mensonges.

    Macron ne déroge pas à cette vieille règle. A nous de ne pas nous laisser berner.

    Et certains médias- pas tous- ne nous aident pas, eux dont ce serait le rôle de décortiquer à charge et à décharge les plans de l’ « Entreprise Macron ». Ils s’attachent actuellement à des broutilles qui occupent l’espace médiatique comme le statut de la « première dame » ou le « nouveau porte parole » de l’Elysée qui serait un journaliste.

    Rien à cirer de madame Macron qui aura les moyens de répondre à son courrier. Faut voir la quantité d’encre et la salive dépensée sur « ‘éventuel statut » de première dame comme si c’était l’affaire du quinquennat... De même, Macron a le droit de choisir qui il veut comme porte parole. C’est de sa stricte responsabilité. Sa parole on n’est pas obligé de la croire comme celle distillée par Castaner qui nous sert, pour le gouvernement, de longues mélopées qui deviennent à la fin lassantes tant par le ton que par le contenu empreint de certitudes inexpliquées.

     

    RENTREE POLITIQUE...

    (ennui, auteur sipa, CC0 domaine public)

    Mais « les français », comme ils disent tous en se les appropriant, n’ont pas l’air de s’y tromper. Curieusement, cet été la « cote » du Président descend dans les sondages.

    On nous assène à longueur de journée que la France a fait le choix d’un homme politique nouveau. C’EST FAUX. Ce ne sont que des apparences.

    Moderne que nenni. Ringard plutôt dans ses postures et ses solutions soi-disant modernes, son air satisfait de donner en permanence des leçons comme si le suffrage universel lui avait donné le droit d’être infaillible.

    Il suffit d’abord simplement de rappeler que ce ne sont pas LES français qui ont choisi Emmanuel MACRON mais certains français.

    Comme je le disais dans plusieurs de mes écrits, et entre autres celui du 30 juillet 2017 :

    « Il ne doit pas oublier que s’il a été élu et qu’il est donc légitimement le Président de la République Française c’est avec 20 753 798 voix soit 43,63 % des électeurs inscrits ou 66,10% des électeurs exprimés. Mais le vote d’adhésion ne lui été acquis au premier tour qu'avec au maximum 23,75 % des suffrages exprimés soit 8 433 346 voix qui représentent 18,21% des électeurs inscrits. Je crois qu’Emmanuel Macron devrait faire preuve d’humilité et écouter les autres ceux qui ont voté "MACRON" contre Marine le Pen mais pas pour son projet. »

    Quant à sa majorité parlementaire, elle est certes réelle mais «  en réalité, le socle de légitimité de l’élection à l’Assemblée nationale s’est rétréci comme cela n’a jamais été vu sous la 5ème république avec une abstention record de 57,36% ce qui confirme les remarques que j’avais faite pour le premier tour de l’élection : c’était le signe que notre système démocratique était plus que malade voire moribond.

    La preuve en est que si La République en Marche obtient donc 308 députés c’est sur la base de 16,55 % des électeurs inscrits soit 7 826 432.

    C’est donc les représentants d’un sixième des électeurs qui feront la politique de la France pour les 5 prochaines années. »

    RENTREE POLITIQUE...

    (d'après image  Flick - Attribution 2.0 Generic (CC BY 2.0))

    MACRON SEMBLE JOUER AU DESPOTE ECLAIRÉ

    Alors si monsieur Macron croit avoir la science infuse ou veut le faire croire, il faut lui rappeler que nous ne sommes plus au XVIIIème siècle, celui des Lumières où la mode était à celle du « despotisme éclairé » pour améliorer le sort du bon peuple. Ce fut l'ère des philosophes comme Voltaire qui avait inspiré Frédéric II : « Au peuple sot et barbare, il faut un joug, un aiguillon et du foin ». Dans les déclarations d’ Emmanuel Macron en Roumanie, on en est pas très loin...Le dit Frédéric II  avait résumé ainsi son rôle : « le souverain doit voir, penser et agir pour toute la communauté ».

    Les dits philosophes en sont d’ailleurs revenus quand ils ont constaté les résultats pour le moins peu probants de l’action de ceux qu’ils avaient inspirés.

    Certains diront que j’exagère. Sans doute un brin dans l’élan critique qui me porte mais je ne peux m’empêcher de relever quelques similitudes incontestables de situations sur lesquelles je reviendrai très bientôt.

    L’action des « despotes éclairés » est parfois qualifiée de moderne, pour leur inspiration philosophique et les réformes qu’ils mettent en place.

    On peut donc à raison se demander qui a inspiré Emmanuel Macron pour sa gouvernance.

    Je vais en faire la recherche qui me permettra peut-être d'être un citoyen... mieux éclairé.

    RENTREE POLITIQUE...

    (auteur FotosFuerBlogge, CC0 domaine public)

    « LES DEBARQUÉS OU QUATRE GARÇONS DANS LE VENT... LE QUINQUENNAT COMMENCE MAL POUR L'ÉCOLE... »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter