• RAZ DE MARÉE À L’ASSEMBLÉE: LA DÉMOCRATIE EN MARCHE ARRIÈRE - 2 sur 3

    Oui, il y a démobilisation des électeurs. Et les raisons en sont multiples.

    Il y a celle habituelle des électeurs et électrices qui se sentent largués par la république- qu’elle soit ou non en marche - et qui n’attendent plus rien d’elle pour sortir des conditions dans lesquelles ils se trouvent. Pourquoi s’intéresser à ceux qui ne vous aident pas... Ça se comprend même si on peut critiquer la réaction. C’est l’abstention habituelle, celle qu’on a retrouvé aux présidentielles. Elle représente environ 15 à 20% de l’électorat.

    RAZ DE MAREE  À L’ASSEMBLEE: LA DEMOCRATIE EN MARCHE ARRIÈRE - 2 sur 3

    (Jupiter - auteur takazart, CC0 domaine public)

    LE MYTHE DE LA MAJORITÉ POUR LE NOUVEAU PRÉSIDENT

    On peut noter qu’au premier tour des présidentielles,   8 657 326 électeurs sont allés voter Emmanuel Macron soit 18,19% des inscrits ou 24,01% des suffrages exprimés.

    A ce premier tour des législatives 6 390 797 électeurs ont voté pour les candidats de la République en Marche soit 13,43% des électeurs inscrits ou 28,21% des exprimés.

    Cela veut dire que 2 266 529 électeurs ne sont pas venus re voter pour « En marche » et son projet à ce premier tour des législatives soit 4,76 % en moins.

    Pas de quoi pavoiser quand on regarde la réalité des chiffres et quand on s'en tient à chercher la véritable expression démocratique.

    Mais il en est de même aussi pour les autres partis ou mouvements du PS au FN à la France Insoumise.

    Les médias ont martelé qu’il est de tradition en France que les électeurs votent pour donner une majorité au nouveau Président.

    Pour ma part je ne pense pas, chiffres à l’appui, que ce soit le cas, loin s’en faut quand on considère le taux d’abstention et le fait que tous ceux des électeurs qui avaient plébiscités Emmanuel Macron au premier tour de l’élection présidentielle ne sont pas revenus pour choisir un candidat de « La République En Marche ».

    Cette conclusion qui consiste à dire que les français veulent donner la majorité au nouveau président est donc un mythe. Tout comme celui de Jupiter... La réalité est bien toute autre.

     

    RAZ DE MAREE  À L’ASSEMBLEE: LA DEMOCRATIE EN MARCHE ARRIÈRE - 2 sur 3

    (auteur PoseMuse, CC0 domaine public)

    LA DÉMOBILISATION

    Je crois aussi qu’il y a démobilisation d’une partie des électeurs qui n’ont pas vu leur candidat gagner les présidentielles. Ils se disent que ce n’est pas la peine d’aller voter puisque, comme le disent les médias, les français lui donneront – soi disant- une majorité pour gouverner... On revient au mythe bien entretenu pour ce faire.

    D’autres , soit au vu des sondages n’ont pas jugé nécessaire d’aller voter, les jeux étant faits,  soit ce sont aussi des électeurs qui n’avaient pas voté pour le projet d’Emmanuel MACRON mais ayant voté utile pour ne pas avoir Le front national au deuxième tour.

    A bien y regarder, dans ce phénomène on voit bien l’influence que peuvent avoir les sondages qui sortent des chiffres donnant gagnant « La République En Marche » et abondamment relayés par les médias. On va même jusqu’à donner des fourchettes de nombre de députés.

    N’ayant pas voté pour Emmanuel Macron, à voir les prospectives, j’ai moi-même ressenti un certain découragement. Je suis quand même aller voter mais avec le sentiment que ça allait être difficile, vu le système électoral. Il faut en effet 12,5% des électeurs inscrits pour se présenter au deuxième tour et dans la perspective de 50% d’abstention cela veut dire avoir 25 % au moins des suffrages exprimés. Les triangulaires deviennent ainsi presque impossibles pour le deuxième tour ce qui se confirme.

    On peut y ajouter la pléthore de candidatures due pour certains partis espérer avoir quelques financements dans les 5 années qui viennent et la division que cela occasionne entre des organisations et partis qui auraient pu présenter des candidats communs. La France Insoumise, les Verts, et le PC en sont l’illustration tragique.

    La division a découragé aussi leurs électeurs par le fait même qu'elle annonçait déjà la défaite de manière implicite.

    Le fait que dans certaines circonscriptions  plusieurs candidats se revendiquent le la majorité présidentielle en étant des PS ou des LR s'ajoutent aussi à la confusion ambiante. On voit même sur le terrain des ministres ou le premier ministre soutenir alternativement des candidats de LREM ou de LR.

    Mais il y a sans doute d’autres facteurs... qui peuvent expliquer l’abstention.

    Et il est probable qu'il y aura une augmentation de l'abstention le 18 juin.

    En effet, pour qui voter quand son candidat n'est plus dans la course? La tentation de voter blanc ou ne pas aller voter sera grande...

    RAZ DE MAREE  À L’ASSEMBLEE: LA DEMOCRATIE EN MARCHE ARRIÈRE - 2 sur 3

    (désert, auteur dps199, CC0 domaine public)

     

    « RAZ DE MARÉE A L’ASSEMBLÉE: LA DÉMOCRATIE EN MARCHE ARRIÈRE - 1 sur 3RAZ DE MARÉE À L’ASSEMBLÉE: LA DÉMOCRATIE EN MARCHE ARRIÈRE - 3 sur 3 »

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires

    Vous devez être connecté pour commenter