• En conclusion de mon dernier article à propos des annonces faites par le président de la République, Emmanuel Macron, ce jeudi 25 avril 2019, je disais : « Emmanuel Macron a raté sa dernière chance d’être crédible pour solutionner les problèmes de la France et des français. » (http://quaiducitoyen.eklablog.fr/les-annonces-eventees-d-emmanuel-macron-a161963470)

    Je posais deux questions :

    • Comment est pris en compte ce que réclame la majorité de la population
    • Les annonces du président de la République ont –elles répondu aux revendications des Gilets jaunes ?

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • S’ il est vrai qu’Emmanuel Macron , président de la République a renoncé, avec raison, à faire ses annonces au français lundi dernier pour cause d’incendie à Notre Dame de Paris, il faut bien que je dise que je ne m’attendais pas à ce que le dit président  fasse des révélations fracassantes sur son changement de ligne politique pour conclure son « Grand Débat ».

    J’ai lu dans la presse ou entendu dans les médias télévisuels ou radiophoniques que les français étaient  impatients d’écouter ce que l’hôte de l’Elysée devait leur dire.  Vrai ou faux, je ne sais. Les mêmes médias s’étaient pourtant empressés de faire connaître ce qui depuis lundi dernier « a fuité » de l’allocution qui n’a  pas été faite.

    C’est le premier motif pour lequel je dis que les annonces sont éventées.

     

    MESURES MACRON : DES MIETTES POUR LES « GUEUX » - 1 sur 2

     

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Le débat, ce 4 avril 2019, n’a pas eu lieu. J'aurai aimé dire qu'il y avait eu de vrais échanges mais ça n'a pas été le cas.  Dommage mais c'était très prévisible vu la formule choisie.

    Les têtes de liste aux élections européennes n’ont pu que se présenter et résumer rapidement leur programme sous forme condensée : 12 minutes chacune ou chacun. Pas de quoi pavoiser de la part de la chaîne publique.

    Ce fut au mieux le moyen de mettre un visage sur le nom de chaque tête de liste tout au moins pour celles et ceux qui n’étaient pas encore ou un peu connus : François-Xavier Bellamy, Natalie Loiseau, Manon Aubry, Raphaël Glucksmann, Jordan Bardella, Ian Brossat. Jean-Christophe Lagarde, Yannick Jadot, Florian Philippot

    Pour les autres comme François Asselineau, Nicolas Dupont-Aignan et Benoît Hamon, ils avaient déjà pu se révéler pour les élections présidentielles puisqu’ils étaient candidats.

    LES RÉFUGIÉS ET L'EUROPE

    (L'hémicycle du Parlement européen à Strasbourg pendant une session plénière en 2014, travail de Diliff, licence CC BY-SA 3.0 ) 

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Il est donc question, comme je le disais dans le précédent article, d’un éventuel référendum. L’entretien récent, à l’Élysée, du président avec des journalistes a en effet permis de laisser « filtrer » qu’un référendum était possible mais pas décidé, après la clôture du grand débat.

    On apprend ensuite que cela pourrait être en même temps que les européennes. Mais rien n’est moins sûr. Depuis, les médias télés nous abreuvent d’hypothèses...

    Le "suspense" est à son comble, bien entretenu ...

    Une nouvelle opération de communication ?

    Je disais en effet que «  tout cela est dans un flou bien orchestré et une sorte de suspense voulu pour faire croire que l’on va répondre à cette demande de « référendum » faite par les Gilets Jaunes sauf à dire que ce qu’ils ont demandé c’est qu’on étudie le système du RIC (Référendum d'Initiative Citoyenne) ce qui est tout à fait autre chose. »

    Lire la suite...


    votre commentaire
  • Pour faire suite à mes articles précédents sur le « grand débat » organisé par le président de la République sous la houlette du gouvernement, je reviens sur la neutralité de cet exercice coordonné par deux ministres après l’évincement de la Commission Nationale des Débats Publics qui aurait dû être l’organisatrice et la garante de la bonne tenue d’un véritable débat ainsi que de la synthèse finale. Les informations révélées par Médiapart et argumentées avec sérieux notamment par des échanges de courriers et de mails entre le cabinet du premier ministre et Chantal Jouanneau, la présidente de la CNDP montrent à l’évidence la volonté du gouvernement d’Emmanuel Macron de ne pas vouloir que le débat en soit un vraiment.

    Ajouté à ce qu'Emmanuel Macron déclare et fait ainsi que ses ministres, plus le temps passe depuis le lancement le 15 janvier de ce "grand débat" que j'ai souvent encadré de guillemets et pour cause, plus je suis convaincu que c'est une mascarade et une opération de communication. L'enjeu pour le président: reprendre la main vis à vis de l'opinion. Les sondages montrent que ça commence à fonctionner. Il y a encore du chemin mais où ce chemin mènera-t-il la France car c'est bien de cela qu'il s'agit?... et c'est très préoccupant.

    LE "GRAND DÉBAT" : MASCARADE ET OPÉRATION DE COMMUNICATION

     (auteur pixel2013, CC0 domaine public)

     

    Lire la suite...


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique