• PLAN MACRON DE DE-CONFINEMENT : PRECIPITE ET HORS SOL - 1 sur 2

    Tel est mon verdict de citoyen concerné quand on fait le tour des conditions dans lesquelles cela se fera en ayant décidé d’une date destinée à commencer, dans le plus grand  mépris des acteurs de terrain, un dé-confinement qui table sur des paris dont certains pourraient mettre en danger la santé de nombre de citoyennes et citoyens.

    PLAN MACRON DE DE-CONFINEMENT : PRECIPITE ET HORS SOL

     

    Image par Greg Montani de Pixabay

    DES PARIS INCONSEQUENTS

    J’appelle cela jouer au poker pour prendre des mesures qui pourraient entraîner une deuxième vague meurtrière du virus parce qu’on veut faire vite et que ce sera mal fait car les acteurs des terrains n’ont pas été contactés en préalable à toute décision.

    Monsieur Emmanuel Macron décide et il faut suivre… Jupiter renaitrait-il  de ses cendres?

    Le dé-confinement des paris:
    Pari  du port du masque par toute la population : l’état sera incapable d’en donner  à toute la population. Finalement, ils doivent être fournis par les municipalités voire les régions. Un peu court pour faire face aux besoins quotidiens de ceux qui vont prendre les transports publics dans lesquels  il serait obligatoire d'en porter un. Non obligatoire dans les lieux publics ou dans les grandes surfaces,  il ne servira donc à rien si tout le monde ne le met pas et l’on se retrouvera dans la même situation qu’au début de la crise, confinement en moins… le début d’une nouvelle catastrophe sanitaire? C'est à craindre fortement du fait du relâchement probable d'une partie de la population notamment quant à la distanciation et aux gestes barrière.Cela se fait déjà sentir en Allemagne où le dé-confinement a commencé... La précipitation n'aidera pas à mettre en place la pédagogie indispensable quant au port du masque, à son entretien, au fait qu'il faut absolument conserver les gestes barrières , la distanciation... Pas sûr que tous les citoyens aient des masques (un ne suffira pas) le 11 mai... d'après les informations actuelles.Suivra-t-on les rythmes des besoins pour la population. On pourra les "acheter" en pharmacie ou ailleurs... Quid pour ceux qui n'auront pas les moyens de le faire en cette période difficile pour les revenus des plus pauvres?

    Pari  sur la non contagion importante des enfants vis-à-vis des autres qui est supposée mais pas du tout prouvée…

    Pari sur l'immunité? En ce domaine, rien de sûr et prouvé. Les informations sont contradictoires et pas claires. On attend les études... et en attendant on dé-confine...D'aucuns pourraient croire qu'ils ne craignent plus rien et pourraient se passer de prendre les précautions ne sachant pas s'ils ont immunisés et s'ils sont encore porteur de contamination.

    Pari sur le nombre de tests qui devrait augmenter  mais qui ne seront appliqués qu’à la population qui a des symptômes car nous ne sommes pas capables de  produire la quantité nécessaire pour prendre de véritables mesures utiles pour tester les éventuels  asymptomatiques nombreux et donc dangereux pour les autres ce qui peut être le cas des enfants qui vont retourner à l’école ou du personnel en contact avec eux : les produits manquent, les éprouvettes et les écouvillons font défaut… On en aurait pas assez mais on va quand même rouvrir les écoles. Ce n'est pas du pessimisme ce sont des faits.

    Pari sur des traitements  dont la recherche a été mise en place avec lenteur ce qui fait que nous n’avons encore aucun résultat significatif…mais on dé-confinera néanmoins sans les attendre

    Pari sur la production de 10 000 respirateurs dont la plupart ne serviront à rien car pas adaptés à la réanimation…

    Pari sur les gestes barrières et le masque dans les transports en commun alors que tout n’est pas prêt pour ce faire…  A la SNCF peut-être. A la RATP, on étudie. Actuellement ça voyage et dans certaines rames...pas sûr que la distanciation est respectée. Mais le 11 mai ça doit être prêt...Impossible sans doute vu le temps restant pour organiser le transport de millions de voyageurs.

    La précipitation ne se justifie  pas quand on n’a pas préparé au plus près du terrain les conditions de la reprise de la vie sociale. Les maires viennent à peine d’être sollicités et consultés alors que nous ne sommes plus à trois semaines de la date du 11 mai. Remettre une ville en route demande du temps de réflexion.  De même au niveau de l’école, la carence de la consultation des professionnels que sont notamment les enseignants est flagrante.  Tous les syndicats sont en colère de la manière dont le ministre de l’éducation nationale agit en ne préparant rien d ‘autre que ce à quoi il a pensé.  Le 21 avril le ministre annonce  des décisions dans les médias mais ne consulte pas les syndicats mais dans le même temps le même ministre parle d’unité  nationale à l’assemblée nationale. Il est clair pour les organisations syndicales qui ont été ignorés que le ministre ne joue pas dans les faits le jeu de l’unité nationale.  Au contraire il met en valeur des décisions autoritaires dont on ne voit pas bien ce qui les justifie. Ha si, les élèves et enseignats cobayes permettront de savoir si on peut rouvrir les lieux de cultes...(Ce n'est pas moi qui le dit mais le président.)

    PLAN MACRON DE DE-CONFINEMENT : PRECIPITE ET HORS SOL

    Image par Alexandra_Koch de Pixabay

    LA RÉ-OUVERTURE DES ÉCOLES

    Revenons sur les faits et la manière dont on veut qu’après le 11 mai on rouvre les écoles.

    Fermer les écoles c'était, avec raison,  diminuer le risque de propagation du virus dans l'ensemble de la population. C'était contribuer à diminuer le nombre de malades et aussi à étaler le nombre d’hospitalisations et contribuer à ne pas accentuer l'encombrement des hôpitaux. Avec le confinement ce sont les deux mesures  qui ont sans doute permis de faire face pour les soignants, avec beaucoup de difficultés quand même,  à la prise en charge des malades et sans doute évité beaucoup de morts de plus. Nous en sommes quand même à ce jour à plus de 22 245 (le 24 avril) selon les chiffres  officiels en comptabilisant les hôpitaux , les EHPAD mais sans avoir la connaissance précise de tous les décès de ceux qui ne sont pas passés par ces structures … De nombreux pays ont décidé de fermer leurs écoles : la Belgique, la Suisse, l'Inde, l'Italie, le Canada,  leMexique, la Chine, l'Allemagne, l'Espagne, la Russie, la Turquie et même le Royaume Uni et les Etats-Unis… J’en oublie. Si ces pays ont pris cette décision ce n’est pas par hasard mais bien parce que cela  apparaissait comme la seule solution susceptible, avec le confinement, d'empêcher une catastrophe humaine.

    La logique voudrait maintenant  qu’on rouvre les écoles en dernier ce qui aurait pu attendre donc septembre, laissant le temps aux communautés éducatives le soin de bien s’organiser sur le terrain pour ouvrir dans des conditions susceptibles de ne pas aggraver la contagion et dans la mesure où on saurait où on en est de l’épidémie et peut-être aurait-on des traitements.

    Ce n’est pas le choix qu’a fait Emmanuel Macron, suivi en cela par son gouvernement. Il n'a pas   donné de justification sanitaire à sa décision alors que c'est pour ralentir l'épidémie qu'il a fermé les écoles en premier.  

    Bien au contraire, on va dé-confiner les écoles en premier. C’est totalement incompréhensible. 

    A mon avis et je ne suis pas le seul à le penser : c’est pour le moins précipité, hors sol et inconséquent et pas justifié du point de vue de la sécurité sanitaire et dont ils porteront la responsabilité des conséquences.

    PLAN MACRON DE DE-CONFINEMENT : PRECIPITE ET HORS SOL

    Image par congerdesign de Pixabay

    PAS JUSTIFIE…

    De vagues considérations sociales ont été données : comment croire un ministre qui n’a eu de cesse de fermer des classes et qui a divisé par deux les budgets sociaux des établissements secondaires.

     Emmanuel Macron et  Jean-Michel Blanquer se gardent bien de mettre en avant  l'impératif économique qui guide à l’évidence leur politique mais qu’ils n’assument donc pas.

     Il n’a été donné aucune justification sanitaire crédible à cette ré-ouverture, aucune base scientifique à la reprise à part une étude de l’académie des sciences allemandes... Nous sommes en France, petit rappel.

     Il n’y a pour lors aucun  protocole sanitaire établi à partir de recommandations des autorités de santé et en dialogue avec les représentants des collectivités et des personnels. Le ministre impose ses choix, les annoncent à l'opinion publique ce qui permet de faire pression sur les acteurs de terrain qu'on pourrait faire passer pour de "mauvais coucheurs". Ce protocole devrait être défini par le délégué interministériel à la gestion de la crise sanitaire, Jean Castex.

    Tout vient d’en haut.

     Les incertitudes sur les masques, les tests, le gel hydroalcoolique, les sanitaires des établissements scolaires, les difficultés à respecter et faire respecter les gestes barrière que mettent en évidence les enseignants qui participent à l’accueil des enfants de soignants auraient sans doute dû être pris en compte car montrant nombre de problèmes. Les enseignants ont le droit de savoir pourquoi on leur fait prendre de tels risques. Ils ne doivent pas être les objets d'une politique gouvernementale mais bien en être les acteurs. Sans leur collaboration on risque fort d'aller à la catastrophe. On doit leur donner du temps pour préparer… Avec le 11 mai, on ne leur donne pas. Et si ça ne marche pas , on pourrait même dire que c'est de leur faute...

    Le gouvernement  parle beaucoup mais ne met pas en débat ses choix. il fuit donc ses responsabilités.

    Une fois de plus on prend les enseignants pour des pions.

    Ce plan présenté par Emmanuel Macron est tout à fait propice au lancement d'une deuxième vague et les morts qui s'en suivront. L'économique a donc pris le pas sur la santé.   Ce plan est inconséquent d’un point de vue sanitaire. Je vais y revenir.

    C'est une erreur :ce plan vient  en complète contradiction avec les recommandations de nombre d’instances scientifiques du pays et pas des moindres , experts et médecins. Il  ignore par exemple totalement les conclusions du rapport , publiées le 24  avril 2020, du groupe de travail mené au niveau du bureau du sénat qui a auditionné experts scientifiques et acteurs de l’école. Les avis du  fameux « Conseil scientifique » qui conseillait le président sont eux-mêmes ignorés.  

    Cherchez l’erreur…

    Il n’y en a pas : tout cela me confirme que ce plan fait passer l'économique et le politique avant la sécurité sanitaire des citoyens.  Dangereux non ? Pour le moins Insensé et déraisonnable...

     

    LES GRIGNOTAGES DE LA LOI DE 1905 ET LA LAÏCITÉ -2/4-

     (  granie na nosie , auteur Vilhelm Pedersen, domaine public)

     

    Sur ces avis qu’on ignore ce qui  peut contribuer à favoriser une deuxième vague qui pourrait être catastrophique et qui pourrait prendre  son essor après le 11 ,  je reviens dans le prochain article.

    « CORONAVIRUS : MASQUES OU PAS MASQUES POUR TOUS ? 2 sur 2PLAN MACRON DE DE-CONFINEMENT : PRECIPITE ET HORS SOL - 2 sur 2 »

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :